En direct
Best of
Best of du 19 au 25 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac

02.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

03.

"Olivier véreux de mes c***lles" : Jean-Marie Bigard insulte le ministre de la Santé

04.

Emmanuel Macron s’est souvenu qu’il avait une mère et un père

05.

Nous aurons la Chine de nos mérites

06.

Darmanin sait tout sur la taqiya. Et il n'aime pas du tout

07.

Louis Hausalter : "L'histoire de Marion Maréchal éclaire l’état de décomposition et de recomposition du paysage politique"

01.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

02.

Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac

03.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

04.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

05.

Santé mentale : ces millions de Français que la pandémie fait chanceler ou s’écrouler en silence

06.

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

01.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

02.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

03.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

04.

Eric Zemmour condamné pour injure et provocation à la haine

05.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

06.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

ça vient d'être publié
pépites > International
Poudrière
Violents affrontements au Haut-Karabakh : l'Arménie et l’Azerbaïdjan au bord de la guerre
il y a 2 heures 47 min
pépites > International
Etats-Unis
Cour suprême : Donald Trump nomme Amy Coney Barrett
il y a 4 heures 7 min
décryptage > International
Suprêmement explosif

Trump a nommé à la Cour suprême une juge extrêmement conservatrice : normal, les États-Unis sont le pays des extrêmes

il y a 6 heures 18 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Tel est sur toi le sceau de ma haine, ou les possédés

il y a 7 heures 44 min
décryptage > Economie
Business

Bourse : les nouveaux gagnants et perdants post-Covid

il y a 8 heures 2 min
décryptage > International
Géopolitique

La Turquie, un enjeu existentiel pour l'Europe et pour le monde arabo-musulman

il y a 8 heures 18 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Poser des plaques de verre sur la banquise pourrait-il sauver les glaces de l’Arctique ?
il y a 8 heures 39 min
décryptage > Société
La responsabilité du gouvernement… et la nôtre...

Covid-19 : à quelles libertés sommes-nous réellement prêts à renoncer pour enrayer l'épidémie ?

il y a 9 heures 7 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Les aidants, ces soutiens vitaux au quotidien pour les personnes âgées et dont la France aura cruellement besoin face au vieillissement de la population

il y a 10 heures 31 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Emmanuel Macron où l'art de la mondialisation heureuse

il y a 10 heures 31 min
pépites > Economie
Votation
Les Suisses ont dit "non" à la fin de la libre circulation avec l'Union européenne
il y a 3 heures 34 min
pépites > International
Crise
Bélarus : Loukachenko "doit partir", affirme Emmanuel Macron
il y a 4 heures 45 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Débris spatiaux : la Station spatiale a évité la catastrophe pour la 3e fois cette année ; Un détecteur de vie extraterrestre qui tient dans une boîte à chaussures !
il y a 6 heures 18 min
décryptage > Politique
Biographie

Louis Hausalter : "L'histoire de Marion Maréchal éclaire l’état de décomposition et de recomposition du paysage politique"

il y a 7 heures 55 min
décryptage > International
Relever le nez du guidon

Nous aurons la Chine de nos mérites

il y a 8 heures 9 min
décryptage > Politique
Claque en vue

Sénatoriales : petit panorama des enjeux à surveiller

il y a 8 heures 24 min
décryptage > Science
Inventées ou découvertes ?

Mais au fait, c'est quoi les maths ? Et la petite question candide posée par une ado sur Tik Tok déclencha un grand débat entre scientifiques et philosophes

il y a 8 heures 48 min
décryptage > Economie
Pensée magique

Relance made in France : les impasses du techno-colbertisme

il y a 9 heures 14 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Plongée dans les coulisses de l’organisation de la Convention de la droite : l'engagement de Marion Maréchal et Eric Zemmour en faveur de l’union des droites

il y a 10 heures 31 min
décryptage > Politique
Il a lu attentivement le Coran

Darmanin sait tout sur la taqiya. Et il n'aime pas du tout

il y a 10 heures 31 min
© JEAN-PIERRE CLATOT / AFP
© JEAN-PIERRE CLATOT / AFP
Mirage

France : une récession « gilets jaunes » ? Pas si vite

Publié le 21 janvier 2019
Le ralentissement de la croissance française coïncide avec la crise des Gilets jaunes. Peut-on parler de récession "Gilets jaunes" ?
Jean-Paul Betbeze
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le ralentissement de la croissance française coïncide avec la crise des Gilets jaunes. Peut-on parler de récession "Gilets jaunes" ?

Non, et tant pis pour le buzz, mais ce sera tangent, car la France ralentit dans un monde qui ralentit. Ce ralentissement français est largement la faute des politiques, car il ne faut jamais bousculer les prévisions des ménages. Quelque chose s’est cassé ici dans les têtes et continue de peser, au moment même où, dans le monde, quelque chose d’autre s’est cassé, sous l’effet de Donald Trump. Froid français plus froid mondial égale-t-il récession ? Tout peut « tenir » ici aussi longtemps que les États-Unis « tiendront ».

Déjà, la France allait moins vite depuis début 2018, après ce malencontreux prélèvement fiscal sur les « grosses retraites ». Destiné à rééquilibrer à long terme le système de retraite et à financer à court terme les bas salaires, il répondait à une logique économique trop théorique pour être vraie. On peut répéter que le système de retraite se fait ici par répartition, les salariés payant chaque mois les retraités, ce contrat économico-social n’est pas, au fond, accepté. Les Français ayant cotisé sont convaincus qu’ils ont droit à une retraite, au moins stable, alors qu’ils ont certes « droit » à une retraite, mais fonction des Français qui travailleront dans les années qui viennent, donc instable. Le prélèvement de début 2018 était un brusque retour à la réalité du contrat et rompait les anticipations de revenu des ménages. C’était le premier coup de canif au système de représentations qui avait permis l’élection d’Emmanuel Macron.

Puis, après un mieux mécanique au troisième trimestre 2018, vient la crise des « gilets jaunes ». C’est alors, avec les manifestations et les exactions, plus encore les messages et interventions sur les télévisions et dans les réseaux sociaux, que gagne l’inquiétude. L’économie française connaît un net ralentissement en fin d’année 2018, à +0,1% au plus. Sauf si nous sommes à 0%, ou moins !

Mais, pour « avoir » une récession, il faut deux trimestres négatifs de suite ! Tout se joue maintenant. Or le moral des ménages est en berne, comme la confiance des entrepreneurs. En sens inverse, l’Insee publie (fin 2018) une prévision de croissance favorable : +0,4% au premier trimestre, + 0,3% au deuxième, grâce à la consommation (+ 0,7% au premier trimestre 2019, +0,5% au deuxième, contre +0,2% en fin d’année). En même temps viendrait, toujours selon l’Insee, un regain d’investissement des entreprises : +0,6% au premier puis au deuxième trimestre 2019, après +0,1% fin 2018. La sortie du marasme viendrait au fond de la hausse des salaires, notamment du SMIC (100 euros). Elle soutiendrait la consommation, au moment même où le prélèvement à la source pourrait peser sur le moral. Mais rien n’est sûr.

C’est ainsi, le 4 janvier, que « l’indice… Markit de l’Activité Commerciale – calculé à partir d’une question unique posée à un panel de répondants et portant sur leur niveau effectif d’activité par rapport au mois précédent – se replie de 55,1 en novembre à 49,0, indiquant ainsi le premier recul de l’activité depuis deux ans et demi… Les entreprises interrogées attribuent fréquemment ce retournement de tendance aux répercussions négatives du mouvement des gilets jaunes sur l’économie. » De son côté, le climat des affaires (Insee) passe de 105 à 102 en décembre 2018, soit très peu au-dessus de 100, sa moyenne de longue période. Et cette baisse notable vient du commerce de détail, dont l’indice chute de 107 en novembre à 100 en décembre.

La confiance des ménages a, plus encore, de quoi inquiéter. L’indicateur de l’Insee perd 4 points en décembre pour atteindre 87, son niveau de novembre 2014. Nous sommes bien loin du 108 de juin 2017 ! Les Français « ressentent » une très forte baisse de leur niveau de vie passée et la poursuite de cette dégradation. Pour eux, l’opportunité de faire des achats importants s’effondre et le chômage est attendu en hausse. En décembre, selon Ipsos, 86% des foyers de revenu modeste pensent que la France « va dans la mauvaise direction », +6 points par rapport à septembre 2018. Ce sentiment est partagé par 79% des Français dont le revenu est aisé, avec une progression plus marquée : +17 points depuis septembre. Evidemment, les petits commerces et restaurants, surtout des villes où la présence des « gilets jaunes » a été significative ont beaucoup souffert. Pour la chambre de commerce de Toulouse, « deux tiers des professionnels touchés sont au minimum affectés par une baisse de 30% de leur chiffre d'affaires, et 22% accusent au-delà de 50% de recul ». En revanche, sans doute par effet de compensation, « la grande distribution a finalement connu une fin d'année rassurante » selon Nielsen.

Donc, pour France, tout se jouera dans les têtes : inquiétudes (emploi, prélèvement à la source, « gilets jaunes »…) et ressentiments (hausse de la CSG sur les « grosses retraites ») contre hausse des salaires et recul de l’inflation (1,6% sur un an, 0% en décembre), donc progression du pouvoir d’achat, notamment pour les catégories modestes, les plus consommatrices.

Ce coup de froid français ne peut malheureusement pas être compensé par de bonnes nouvelles venues d’ailleurs. La première économie du monde, les États-Unis, inquiète depuis quelques mois, avec un shutdown en sus. Sa croissance passerait de 2,8% (en rythme annuel) en fin d’année à 2,2% actuellement. La Chine ralentit, avec une croissance à 6,4%, inférieure à la prévision du Parti à 6,5% (c’est dire !). Ceci impliquera des mesures de soutien : crédits plus faciles, investissements publics en hausse. En zone euro, Mario Draghi exprime ses soucis sur les mois à venir, pour des raisons « globales notamment » (bien sûr), et sans doute aussi internes (Italie, France et Allemagne). Ceci va conduire, lui et son successeur, à prolonger leur politique accommodante. Bref les taux vont partout rester bas. Donc les investisseurs pourraient revenir sur les actions, qui ont baissé. Et, pour les plus inquiets, il va y avoir ruée sur les titres publics des grands états. Ils achèteront du 10 ans allemand à 0,3%, puis français (0,7%), puis italien (2,7%) et américain (2,8%) !

Bref, la peur d’une récession « gilets jaunes » en France peut autant la faire disparaître que naître, avec les hausses de salaires et si les États-Unis tentent un atterrissage en douceur ! En France, les « gilets jaunes » peuvent fatiguer (le thème « lassitude » monte dans les sondages), certaines de leurs demandes seront acceptées (limite de vitesse, prix de l’essence, services de proximité, maîtrise des prix de l’immobilier…), d’autres apparaîtront comme contradictoires ou insuffisamment évaluées. D’autres, autour du « grand débat national », pourraient prendre corps. Le départ de Macron, par démission ou révocation (RIP), ne paraît pas à même de faire repartir la croissance, l’emploi et la compétitivité !

La crise des « gilets jaunes », outre son effet actuellement négatif sur l’emploi, la croissance et le déficit budgétaire, illustre la leçon : « on ne change pas la société par décret ». Voyons si c’est possible par le débat, en parlant chiffres précis et choix argumentés. Autrement, ce sera pire qu’une récession.



 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
J'accuse
- 21/01/2019 - 22:39
Boucs jaunes
Crise au R-U ? C'est la faute au Brexit.
Crise en France ? C'est la faute aux Gilets jaunes.
Y'a pas à dire, politiciens, économistes et journalistes savent toujours trouver les coupables qui les arrangent.