En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
© EMMANUEL DUNAND / AFP
L’Allemagne ne va pas aussi bien que vous croyez
France/Allemagne, le match éco ou la preuve par 4 de l’inefficacité de la politique économique d’Emmanuel Macron
Publié le 21 janvier 2019
En visite officielle en Allemagne le 10 janvier dernier, Edouard Philippe a tenté de rassurer Berlin sur la "poursuite des réformes" en France en plein contexte des Gilets jaunes et d'ouverture du grand débat.
 Nicolas Goetzmann est journaliste économique senior chez Atlantico.Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage : 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
 Nicolas Goetzmann est journaliste économique senior chez Atlantico.Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage : 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En visite officielle en Allemagne le 10 janvier dernier, Edouard Philippe a tenté de rassurer Berlin sur la "poursuite des réformes" en France en plein contexte des Gilets jaunes et d'ouverture du grand débat.

La visite d'Edouard Philippe en Allemagne est traitée par le quotidien d'économie "Les Échos" qui indique "Apparemment fortement décidé à s'inspirer du modèle allemand, il a enfin cité l'ancien chancelier Konrad Adenauer. « Il n'est pas indispensable de garder toujours le même point de vue, personne ne peut nous empêcher de devenir plus intelligent ».

S'il est question d'intelligence et de modèle allemand, il ne faut pas se refuser un petit tour d'horizon comparatif entre France et Allemagne depuis 1999, c’est-à-dire depuis que les deux pays partagent la même monnaie.

La croissance

Le préjugé de la supériorité de la croissance économique allemande au cours de ces 20 dernières années est solide, il serait douteux de penser l'inverse, mais la réalité est tout de même différente. Entre le 1er trimestre 1999 et le 3e trimestre 2018, la croissance allemande totale est de 31.62% alors qu'elle est de 32.35% en France. Il ne s'agit pas de fanfaronner, mais simplement de comprendre que s'il existe un modèle allemand supérieur au modèle français, il paraît peu pertinent en termes de croissance économique.

Le chômage

Le modèle allemand, c'est évidemment l'affichage en grand format de son taux de chômage : 3.3% selon les dernières données disponibles d'Eurostat, pour le mois de novembre 2018. Selon Eurostat, le taux de chômage Français est de 8.9%, l'écart est donc très lourd : 5.6 points. Pour expliquer cette différence, il est déjà nécessaire de voir quel était le niveau de départ, c’est-à-dire en 1999. Avec un taux de croissance pratiquement équivalent, il serait "normal" que le taux de chômage baisse dans les mêmes proportions...en fonction du point de départ de chacun des participants. Selon Eurostat, le chômage était de 8.9% en Allemagne en janvier 99, contre 10.7 points en France, soit un écart de départ de 1.8 points, qu'il faut donc soustraire de l'écart final. Mais cela ne suffit toujours pas à expliquer la totalité, il reste 3.8 points d'écart à l'avantage de l'Allemagne. Pour le justifier, il est nécessaire de rappeler qu'un taux de chômage s'exprime en pourcentage de la population active. Plus la population active croît, plus la croissance économique doit être forte pour pouvoir absorber les nouveaux demandeurs d'emplois. Or, selon les chiffres de l'OCDE, la croissance de la population active française, entre 1999 et 2017, a été de 12.04% contre 9.27% en Allemagne. Si l'on applique la croissance de la population active allemande à la France, nous parvenons à un taux de chômage total en France, non pas de 8.9%, mais de 6.6%, soit un écart de 2.3 points. Le simple facteur démographique est donc le premier facteur de divergence franco allemand en ce qui concerne le chômage. Rien à voir avec une supposée sur-performance économique. Mais il reste au final un écart de 1.5 point de chômage qui reste inexpliqué. Mais il y a une explication :

Les salaires

Cette raison est un peu moins avouable pour Berlin, mais le fait est, comme l'indiquait l'institut Jacques Delors dans un rapport d'étude sur les emplois à bas salaires, c’est-à-dire inférieurs à deux tiers du salaire médian, que l'Allemagne a une petite tendance à abuser de ces situations. Alors que 9% des salariés Français sont à bas salaire, ils sont 23% en Allemagne. Ce qui s'expliquer notamment par les 7.6 millions de mini jobs allemands payés 450 euros par mois, et dont 2.8 millions sont des seconds emplois, cumulés avec un premier. C’est-à-dire que 4.8 millions de personnes en Allemagne travaillent pour 450 euros par mois, sans cotisations sociale, et sans cotisations retraites. Une formule magique pour faire baisser le chômage : la précarisation. Le résultat de cette répression salariale est que malgré un PIB par habitant bien supérieur en Allemagne qu'en France, le salaire médian français est plus élevé qu'en Allemagne. Le miracle allemand, tant vanté par nos dirigeants n'est rien d'autre que cela : des salaires bas.

Les excédents

Et c'est là que Paris est vraiment jaloux. Les excédents commerciaux. Parce que l'Allemagne écrase la France en ce domaine. Or, si Paris veut rejoindre Berlin sur ce terrain, il ne lui reste qu'une option, celle effectivement poursuivie par le programme d'Emmanuel Macron. De la loi travail à celle de l'assurance chômage prévue pour cette année, un seul objectif, l'écrasement des salaires, comme en Allemagne. Pour une raison simple. Des salariés dont les revenus sont décrochés de la productivité, comme cela a été le cas en Allemagne au cours des deux dernières décennies, sont des salariés qui produisent plus qu'ils ne peuvent consommer. Et lorsque la production excède la consommation, un excédent se forme. C'est ainsi que l'Allemagne a créé ses excédents commerciaux. En faisant en sorte que sa croissance intérieure soit plus faible que celle de l'extérieur, ce qui avait pour résultat de créer un déséquilibre entre exportations et importations. Par l'écrasement des salaires.

Le projet du modèle allemand, ce n'est donc pas plus de croissance. Ce sont des salaires plus faibles. Mais peut-être qu'une telle orientation ne plaira pas aux Français, pas plus qu'aux Gilets jaunes et à leurs soutiens. Parce qu'en dehors de générer des inégalités, cela ne sert finalement à rien. Ou peut-être à une chose, de rendre le pays vulnérable aux marchés exterieurs, comme l'Allemagne le découvre en cette période de mode protectionniste.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Public voit un nouvel homme dans la vie de Laeticia Hallyday; Angelina Jolie veut récupérer le sien; Brigitte Macron au chevet de l’AVC de Line Renaud; Ségolène Royal & François Hollande bientôt mamie-papy; Louis Sarkozy accouche d’une ligne de mocassins
02.
Le paradoxe des sacs plastiques ou quand le remède (de leur suppression) est pire que le mal
03.
Manon Aubry découvrira-t-elle que la FI est une secte stalinienne avant ou après les élections ?
04.
De mystérieux investissements immobiliers de Qatar Charity en France
05.
Pourquoi la fonte du permafrost pourrait avoir des conséquences encore pires que prévues
06.
Notre-Dame : quand du recueillement on passe au cirque !
07.
Les vrais objectifs de la sulfureuse ONG Qatar Charity
01.
Notre-Dame de Paris : des dirigeants de l’Unef se moquent de l'incendie
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
04.
Faut-il craindre l'opération "Revanche pour le Sham" de l'EI
05.
Incendie de Notre-Dame : et notre mémoire ancestrale fit irruption dans la post-modernité
06.
Manon Aubry découvrira-t-elle que la FI est une secte stalinienne avant ou après les élections ?
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Incendie de Notre-Dame : et notre mémoire ancestrale fit irruption dans la post-modernité
05.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
06.
Névroses nationales : et la France de demain, vous la voulez à l’identique ou conscientisée ?
Commentaires (12)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
zelectron
- 22/01/2019 - 18:32
Chômage
si nous pouvions nous débarrasser des ponctionnaires parasites, voleurs de l'emploi de la société civile, le bond en avant de notre économie serait saisissant !
Ganesha
- 21/01/2019 - 19:43
Informations
Si vous suiviez, ne fût-ce qu'un petit peu, l'actualité, vous sauriez qu'en Allemagne, leurs deux ''partis croupions'', l'équivalent de notre ''duo comique'', PS et Ripoux-Blicains, perdent désormais des voix à chaque élection.
La suite, le 26 Mai.
Ganesha
- 21/01/2019 - 19:39
Histoire
En 1989, le démantèlement du Mur de Berlin a donné le signal de la disparition du Communisme soviétique.
En 2019, la faillite de la Deutsche Bank, entraînant avec elle la BNP et quelques autres, marquera la fin du Capitalisme Libéral.