En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
© ludovic MARIN / POOL / AFP
Questions pour un champion
Grand Débat à Souillac : le Président qui mouillait sa chemise (jusqu’à risquer de la perdre ?)
Publié le 19 janvier 2019
Après son marathon en Normandie, Emmanuel Macron s’est révélé brillant dans sa capacité à donner des myriades de réponses aux maires d’Occitanie. Si le gain politique immédiat est incontestable, voilà pourquoi la répétition forcenée de l’exercice pourrait se retourner contre lui.
Arnaud Benedetti est professeur associé à l'Université Paris-Sorbonne. Il vient de publier Le coup de com' permanent (éd. du Cerf, 2017) dans lequel il détaille les stratégies de communication d'Emmanuel Macron.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Arnaud Benedetti
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Arnaud Benedetti est professeur associé à l'Université Paris-Sorbonne. Il vient de publier Le coup de com' permanent (éd. du Cerf, 2017) dans lequel il détaille les stratégies de communication d'Emmanuel Macron.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Après son marathon en Normandie, Emmanuel Macron s’est révélé brillant dans sa capacité à donner des myriades de réponses aux maires d’Occitanie. Si le gain politique immédiat est incontestable, voilà pourquoi la répétition forcenée de l’exercice pourrait se retourner contre lui.

Atlantico : A Souillac, Emmanuel Macron a pour la seconde fois rencontré des maires pour participer au Grand débat. S’il a une nouvelle fois fait montre d’une vraie maîtrise de l’exercice pendant de très longues heures, et qu’on peut s’attendre à ce que cette stratégie de communication redore quelque peu son image, qui a été écornée ces derniers mois notamment par la crise des Gilets jaunes, cette stratégie n’est-elle pas risquée ? En prenant en charge la totalité du débat sur tous les domaines, ne montre-t-il pas son incapacité à concevoir le pouvoir comme l’aptitude à déléguer ?

Arnaud Benedetti : La communication est à destination d’une part des éditorialistes (qui semblaient s’inquiéter de la capacité du Président à gérer la crise), puis des maires (longtemps boudés par le Président) et enfin tout simplement de l’opinion. Cet exercice vise à construire une scène pour présenter deux choses : l’ordre et la puissance macroniennes. L’ordre d’abord, parce que nous avons vécu depuis deux mois un désordonnancement du système bien régulé macronien avec la contestation des Gilets jaunes qui a bousculé l’agenda politique, a fait reculé le Président inflexible sur la taxe carbone et l’a obligé à faire un certain nombre de concessions sur le plan social ou sur le plan démocratique avec cette offre de dialogue. La scène construite doit remettre de l’ordre dans la symbolique et les représentations du macronisme.

Ensuite, il faut décrire cette scène : c’est lui, et les maires, dans un espace doublement clos : fermé, et sécurisé. Les deux villages qu’il a choisi ont donné lieu à un déploiement de forces de l’ordre absolument exceptionnel eut égard à la situation. C’est une chose très importante. Il est conscient qu’il touche une partie de l’électorat légitimiste et qui affecte l’ordre tout particulièrement et exècre les violences, et le Président sait qu’il peut rallier cette partie de l’opinion, qui sans être macronienne, est très attachée aux institutions.

Le deuxième aspect ensuite : il faut rétablir et restaurer l’image de la puissance du monarque. Ce monarque qui a été très déstabilisé ces derniers mois, d’abord par l’affaire Benalla, puis par une communication des plus hasardeuses par exemple lorsqu’il invitait un jeune chômeur à traverser la rue ou avec les deux jeunes de Saint-Martin… Et évidemment avec les Gilets jaunes. Il essaye donc de redonner l’aura à son rôle de Président de la République en mettant en scène une parole qui performe, qui devient audible. Ces dernières semaines, on a vu des éditorialistes douter encore une fois de la capacité du Président de la République non seulement à avoir des messages clairs, mais aussi à gouverner. Toute la communication actuelle doit restaurer l’image perdue du monarque. C’est ici un monarque qui vient performer, qui est capable de tenir des heures un exercice d’explication et de rhétorique politique en direction de maires qu’il avait quelque peu négligé. L’exercice est formaté, maîtrisé, et tente de donner le sentiment que finalement le Président de la République est le maître des événements et du dialogue démocratique.

Mais entre l’art rhétorique et la parole politique performative, il y a quand même un grand gouffre. En incarnant la parole puissante mais non autoritaire, ne risque-t-il pas de mettre en danger sa propre autorité ?

Le but est de retrouver le fil du récit macronien qu’on avait totalement perdu depuis quelques semaines. Il faut que les éditorialistes, les commentateurs soulignent la performance. Le problème est que tout cela fonctionne un peu comme une pensée magique. Considérer que l’exercice de communication et de symbolisation va suffire à régler des problèmes qui ont une nature sociologique et institutionnelle profonde relève en effet de ce que les anthropologues appellent donc de la « pensée magique ». On espère qu’à travers qui est sur-signifiant, on va cautériser les plaies. La difficulté est que le Président est confronté à une triple crise : une crise du modèle social, une crise du modèle européen, et une crise du modèle institutionnel dont il n’est pas évidemment responsable, mais l’héritier. Cependant, la réponse qu’il apporte, à travers cette scénarisation de son action politique pour résoudre cette crise peut légitimement poser question, contrairement à ce que son discours laisse entendre. A la nano-seconde, à l’instant T de cette performance, d’aucuns trouveront extraordinaire cet exercice. Mais il faut qu’ils débouchent sur des résultats politiques, une issue politique qui soit adaptée à notre situation qui est une situation d’extrême urgence. Aujourd’hui, on voit ce qu’Emmanuel Macron veut faire sur le plan symbolique. Mais on ne voit pas ce qui permet de négocier dans l’offre de débat qu’il fait, le périmètre qu’il a délimité est d’ailleurs assez balisé. On le voit bien : on peut discuter un peu de l’économie et du social, par exemple quand il s’agit de parler de redistribution ou de création de richesse, mais on n’aborde pas la question européenne, ce qui est très intéressant. La question européenne qui est pourtant centrale pour les questions économiques et sociales est hors champ. La question institutionnelle est abordée à la marge. Est-on face à un dispositif rhétorique à la hauteur de notre crise ? C’est une vraie question. L’exercice communiquant ne me semble pas suffisant pour enjamber cette séquence qui me paraît très lourde.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Les puissants relais de l'Algérie en France ; Ces amis de Ghosn que tout le monde craignait chez Renault; L'avertissement de Philippe à Castaner; Technip: et un mégagâchis industriel de plus; Notre-Dame partout dans les hebdos, le catholicisme plus rare
02.
Ils reconnaissent l'une des écoles de leur village dans un film porno
03.
Trêve ou flottement au sommet ? Quoiqu’il en soit, voilà les 5 questions de fond auxquelles Emmanuel Macron devra absolument répondre s’il veut reprendre la main
04.
Pourquoi l’incendie de Notre-Dame oblige Emmanuel Macron à revoir sa copie
05.
Un pognon de dingue pour Notre-Dame de Paris ? Oui, car l'Homme ne vit pas que de pain
06.
Le nouveau parti du Brexit de Nigel Farage prend la tête des sondages pour les Européennes au Royaume-Uni
07.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
01.
Notre-Dame de Paris : des dirigeants de l’Unef se moquent de l'incendie
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Ce que pèse vraiment le vote musulman dans la balance démocratique française
04.
L’insoutenable légèreté de la majorité LREM ?
05.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
06.
Cardinal Robert Sarah : “Ceux qui veulent m’opposer au Pape perdent leur temps et leurs propos ne sont que le paravent qui masque leur propre opposition au Saint-Père”
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Incendie de Notre-Dame : et notre mémoire ancestrale fit irruption dans la post-modernité
05.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
06.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
cloette
- 20/01/2019 - 07:28
Ces débats
divers et variés avec maires et autres sont et vont être parfaitement contre productifs !
J'accuse
- 19/01/2019 - 19:44
Tu parles !
Est-il légitime pour un président, pour reprendre l'argument de lasenorita ci-dessous, de dépenser l'argent du contribuable pour aller expliquer à des élus locaux en quoi sa politique est forcément bonne ? Comme disait Talleyrand, quand on a raison, on n'écrit pas 30 pages (on ne parle pas pendant des heures).
Le fait même qu'il doive s'expliquer si souvent et si longtemps prouve qu'il a tort. Pour lui, ça prouve que ses opposant sont idiots et que le peuple est débile.
Même à supposer qu'il ait raison (sa politique est bonne et nous sommes tous cons): il est élu par le peuple pour appliquer la volonté de celui-ci, quelle qu'elle soit, pas pour imposer la sienne. C'est ça, la démocratie !
Mais ça, lui y'en a pas pouvoir comprendre.
LOTHARINGIEN 31
- 19/01/2019 - 18:37
où ça un débat ?
remember le sketch de Th. Le Luron imitant G.Marchais " vous êtes venu avec vos questions , je suis venu avec mes réponses ..." ce n'est pas un débat puisque Macron a toujours le dernier mot ... Ce qui n'enlève rien à la performance de l'acteur mais nuit à la crédibilité de l'exercice.