En direct
Best of
Best-of: le meilleur de la semaine Atlantico
En direct
© Reuters
Re-distribution ?
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
Publié le 18 janvier 2019
Dans un document préparé par Bercy dans le cadre du Grand Débat, intitulé « ce que financent 1 000 euros de dépenses publiques », il apparaît que les catégories les plus importantes sont les retraites (268 euros), l'assurance-maladie (191 euros) et l’éducation (96 euros)
Michel Ruimy est professeur affilié à l’ESCP, où il enseigne les principes de l’économie monétaire et les caractéristiques fondamentales des marchés de capitaux.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Noam Leandri est président de l'Observatoire des inégalités.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Ruimy
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Ruimy est professeur affilié à l’ESCP, où il enseigne les principes de l’économie monétaire et les caractéristiques fondamentales des marchés de capitaux.
Voir la bio
Noam Leandri
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Noam Leandri est président de l'Observatoire des inégalités.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans un document préparé par Bercy dans le cadre du Grand Débat, intitulé « ce que financent 1 000 euros de dépenses publiques », il apparaît que les catégories les plus importantes sont les retraites (268 euros), l'assurance-maladie (191 euros) et l’éducation (96 euros)

 

Atlantico: Dans quelle mesure l’importance des dépenses consacrées à ces catégories (éducation, retraites, santé) peut-elle masquer l’efficacité de celles-ci, notamment dans la réduction des inégalités ?

Michel Ruimy : En marge du Grand Débat, Bercy se veut pédagogue. Sur le document que le gouvernement vient de délivrer, certains chiffres attirent l’attention notamment les postes les plus élevés comme les retraites, l’assurance-maladie et l’éducation. Ces trois lignes comptent pour 555 euros sur un total de 1 000 dépensés par l’Etat. Ce constat soulève deux questions :

De manière générale, le niveau des dépenses publiques est-il soutenable ? Car un niveau de dépenses publiques élevé n’est pas nécessairement un problème en soi, si les recettes publiques permettent de couvrir ces dépenses sans recours à l’endettement public et sans peser sur la croissance du pays. Dans le cas de la France, les dépenses publiques - près de 1 300 milliards en 2017 - sont financées pour une part importante par l’endettement alors même que le niveau de prélèvements obligatoires est l’un des plus élevés de l’OCDE : 45,3% du Produit intérieur brut en 2017 soit 1 040 milliards d’euros contre environ 35% en moyenne dans les pays de l’OCDE.

Par ailleurs, ces dépenses publiques sont-elles efficaces ? Le recours massif à la dépense publique peut être justifié si les résultats obtenus sont meilleurs qu’en laissant une marge de manœuvre plus grande à l’initiative privée. Qu’en est-il pour ces trois postes ?

Près de 10% des dépenses publiques, assumée à plus de 80% par les collectivités publiques, sont consacrées à l’éducation. Si cet effort financier est massif, il est semblable à celui des principaux pays de l’Union européenne.

Mais, au-delà des sommes investies, notre système éducatif est de plus en plus inégalitaire. Notre pays est celui où l’impact de l’origine sociale sur les résultats des élèves est le plus grand, de l’ordre du double de celui du Japon ou du Canada. Cette inégalité est bien plus marquée que dans la plupart des autres pays de l’OCDE et elle… s’aggrave ! En France, lorsqu’on appartient à un milieu défavorisé, on a clairement aujourd’hui moins de chances de réussir qu’il y a quelques années. Enfin, les élèves issus de l’immigration sont plus susceptibles de compter parmi les élèves en difficulté. Ainsi, la France est le pays occidental le plus éloigné de l’objectif de l’égalité des chances, pourtant affirmé à l’article premier du code de l’Education.

Concernant les retraites, plus d’un quart des dépenses publiques, 268 euros sur 1 000 euros dépensés par l’Etat, financent aujourd’hui les retraites. Ce poste représente 47% des dépenses de la protection sociale et environ 15% du Produit intérieur brut, ce qui en fait la première ligne de la dépense publique. Ce niveau de dépense de pensions, caractérisé par une prépondérance des systèmes de retraite publics, est élevé au sein des pays comparables.

Les retraités en France sont environ 16 millions, soit près d’un quart de la population française. Parmi ceux-ci, près de 1,3 million (8%) sont pauvres, une proportion moindre que dans le reste de la population certes mais, à cet âge - les 75 ans et plus sont les plus touchés -, sans l’aide de la solidarité nationale, comment s’en sortir ? Il conviendrait d’augmenter de manière substantielle le minimum vieillesse que 70 000 personnes touchent d’autant que même s’il y a effectivement un recul de la pauvreté et une amélioration générale du niveau de vie des retraités depuis une décennie, il n’en demeure pas moins que les disparités entre régions existent et sont importantes.

De plus, selon les projections du Conseil d’Orientation des Retraites, les pensions vont progresser de 20 à 30% en euros constants d’ici 2060, selon les hypothèses retenues, lorsque les revenus d’activité, eux, augmenteraient de 60 à 100%. Ainsi, en termes relatifs, la pension moyenne rapportée au revenu d’activité moyen va mécaniquement reculer et le niveau vie relatif aussi. Bilan, demain, à législation constante, le niveau de vie des retraités comparé à celui de la population va diminuer. C’est à l’aune de cette trajectoire problématique qu’il faut jauger les mesures nouvelles sur les retraites, et non au regard des privilèges constatés et souvent exagérés des nantis du baby-boom.

Enfin, l’assurance-maladie. En France, les dépenses de santé sont couvertes à près de 80% par la Sécurité sociale et l’État et à environ 14% par les organismes d’assurance complémentaires. Le reste à charge pour les ménages est donc d’environ 8%. C’est un des plus bas taux d’Europe. L’assurance-maladie est une des quatre branches de la Sécurité sociale. La prévision de déficit pour 2018 a été ramenée à 500 millions d’euros contre un déficit constaté de 4,9 milliards en 2017. Elle revient à un niveau proche de celui de l’année 1999 ! Ainsi, après de longues années de crise, l’Assurance-maladie va mieux. Ceci est une approche financière

De manière qualitative, même si les dépenses de santé augmentent, l’espérance de vie augmente également. 90% des dépenses de santé d’un individu se font en fin de vie. Le vieillissement de la population et l’augmentation des maladies chroniques contribuent depuis plusieurs années au dynamisme des dépenses. Une décomposition par risque de la part des dépenses de protection sociale dans le PIB montre que ce sont les prestations de vieillesse-survie qui ont porté le plus fortement la croissance des prestations sociales.

Or, le processus de diminution du nombre de lits disponibles dans les hôpitaux publics, commencé dans les années 1980, continue. Des d’hôpitaux périphériques ont été fermés, sans être remplacés par des structures alternatives. Les lits ont été fermés sans recréer d’autres structures alternatives pour désengorger les urgences. Ce mouvement s’est accéléré dans les années 2000, et là, il accélère encore. Nous sommes devant un historique de longue date de réduction à la fois des personnels et des structures de soin. Aujourd’hui, nous sommes face à un effet de seuil. L’hôpital, craquant de partout, ne peut plus réduire les moyens. Dans certaines régions, une « catastrophe » sanitaire et financière est à prévoir si rien n’est fait pour enrayer cette dynamique. Ceci sans parler des Ehpad.

Au final, cette approche financière de vérité en cache une autre : le « bon » usage des finances publiques a-t-il été réalisé ? En d’autres termes, ce n’est pas de dépenser (voire plus) qui importe mais a-t-on dépenser mieux c’est-à-dire pour le bien-être de la population.

 

Noam Leandri : La redistribution monétaire opérée par l'état permet de réduire d'un tiers la pauvreté; sans elle on aurait 14 ou 15 millions au lieu de 9 milions. De la même manière, les services publics offerts gratuitement (éducation par exemple) réduisent les inégalités de revenus de moitié, c'est démontré notamment par l'Insee.

SÉCURITÉ SOCIALE

En matière de santé si l'on n'avait pas la sécu, il faudrait l'inventer. Ça consiste à mutualiser les risques, ce qui est toujours moins cher que lorsque chacun doit assurer individuellement son risque, ça fait que collectivement on s'auto-assure, c'est valable dans tous les domaines. Quand l'assurance est publique elle peut être moins chère: on a 2,5% frais de gestion pour la l'assurance maladie contre 10% pour les mutuelles. Aujourd'hui avec la CMU, les complémentaires obligatoires, il y a un bon accès aux soins, nous avons l'un des systèmes les plus performants et égalitaires. Il y a néanmoins des limites. Premièrement, certains soins sont très chers et mal remboursés : on pense aux lunettes, à certains soins dentaires, pour cela qu'il y a une négociation avec les opticiens, les dentistes, les mutuelles pour baisser les coûts et avoir de meilleurs remboursements. Deuxièmement, on a le problème d'inégalités territoriales dans l'accès aux soins territorial. C'est lié à une logique économique, la tarification à l'activité conduit certains hôpitaux à diminuer la qualité des soins, certains médecins ne s'installent pas dans les zones défavorisées car ils souhaitent mieux gagner leur vie. Cela fait que certaines zones sont délaissées, et on pourrait attendre une action plus efficace de l'Etat, même si des choses sont mises en places, avec par exemple la fin du numérus clausus, qui devrait permettre de mieux remplacer les médecins qui partent à la retraite.

EDUCATION

L'éducation est un poste important de dépenses publiques et de réduction des inégalités. La France a un taux de prélèvements obligatoires élevé, c'est notamment dû à la gratuité de l'enseignement, qui contribue énormément à la réduction des inégalités, car l'éducation est gratuite et accessible à tous. En revanche, on sait que l'enseignement français parvient à créer de très bons profils, une "élite", mais il est moins efficace pour réduire les inégalités d'origine sociale qui s'expriment dans les résultats scolaires. On sait que les moyens de l'éducation ne sont pas toujours bien répartis : les professeurs les plus expérimentés - et donc les mieux payés - vont plutôt dans les zones favorisées alors que les jeunes professeurs, peu expérimentés sont envoyés dans les Réseaux d'Education Prioritaires (REP). Ça veut dire qu'on a une masse salariale plus faible dans les zones défavorisées, donc une dépense publique plus faible dans les zones défavorisées. Néanmoins, il existe des mécanismes de compensation, par exemple le dédoublement des classes en CP, qui contribue aussi à compenser une forme de "handicap territorial" mais ça ne concerne actuellement que 10% des élèves, et uniquement le CP, le dispositif reste trop limité car il a un coût en matière de dépense publique.

RETRAITES

Les retraités français ont un niveau de vie équivalent à celui des salariés, c'est un système protecteur pour les Français, qui est satisfaisant en moyenne .Mais les moyennes peuvent cacher des inégalités. Ce sont les femmes qui sont les plus pénalisées par le système sont les femmes : elles ont des salaires plus faibles que les hommes à niveau équivalent et des carrières plus "hachurées", elles sont plus souvent bénéficiaires de pensions de réversion qui ne sont pas toujours très élevées. La conséquences, c'est que les femmes retraitées sont plus souvent pauvres que les hommes retraités. Leurs retraites sont plus faibles car elles n'ont pas cotisé autant d'années ou parce qu'elles ont versé des cotisations moins importantes. Au niveau territorial les retraites favorisent les territoires moins dynamiques car les retraités s'y installent, ça a tendance à lisser, à redistribuer les richesses. Les cotisations sont prélevées dans les territoires les plus riches et on verse des pensions partout où il y a des retraités ; or un retraité n'a pas besoin d'être dans un endroit où il y a du travail ; le sud, l'est la Bretagne ne sont pas des territoires très dynamiques, mais les retraités s'y installent et leur argent permet d'y soutenir l'activité économique.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Christine Lagarde, la directrice du FMI, prévient d’un risque grave de tempête mondiale mais personne ne semble l’entendre
02.
Il faut détruire Jean-Luc Mélenchon et le secret de l’instruction avec…
03.
Condamnations de Gilets jaunes : la curieuse approche quantitative de la justice mise en avant par Édouard Philippe
04.
Laeticia Hallyday s'ennuie à L.A; Johnny Depp craque pour la fille d'un vieux pote; Dany Boon veut que vous sachiez qu'il est amoureux (pour vous faire oublier ses impôts); Nicolas S. & Carla B. qu'ils étaient à Venise pour leur anniversaire de mariage
05.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
06.
55% des Français continuent à soutenir les Gilets jaunes : pourquoi s’imaginer que la fin de la crise est en vue est un fantasme dangereux
01.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
02.
Novethic et autres promoteurs forcenés de la transition écologique : en marche vers un nouveau fascisme vert ?
03.
L’étrange manque de recul d’Alain Juppé sur sa part de responsabilité dans l’état « délétère » du pays
04.
Derrière le complotisme, l’énorme échec de 50 ans d’égalitarisme et de progressisme à marche forcée impulsés par l’Education nationale comme par la culture dominante
05.
55% des Français continuent à soutenir les Gilets jaunes : pourquoi s’imaginer que la fin de la crise est en vue est un fantasme dangereux
06.
Condamnations de Gilets jaunes : la curieuse approche quantitative de la justice mise en avant par Édouard Philippe
Commentaires (21)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
DANIEL74000
- 20/01/2019 - 09:16
poids des retraites
L'information est mensongères car il ne s'agit pas des retraites qui pour le privé sont des salaires différés car provisionnées et dépensées selon le système PONZY (donc aléatoires) mais des pensions garanties par et pour les fonctionnaires et les EPIC car elles sont prélevées sur le contribuable. Encore une preuve que c'est l'Etat qui tue la France
ajm
- 18/01/2019 - 22:59
Niveau de vie relatif des retraités.
Concernant le niveau des pensions des retraités par rapport aux rémunérations des actifs, je voudrais bien connaître les cas de personnes touchant plus ou même autant à la retraite qu'en activité, en dehors évidemment des hommes politiques qui cumulent généralement plusieurs pensions ? En ce qui me concerne , après une carrière complète de cadre dans le privé, retraite à 66 ans, cotisations toujours au taquet obligatoire, sans période de chômage, regime surcomplemenraire par capitalisation compris , donc nettement
" privilégié ", j'ai environ 60 % de ma dernière rémunération nette , et même sensiblement moins en incluant tous les avantages que j'avais en activité : participation et intéressement, cotisations importantes de l'employeur à une mutuelle avantageuse; prestations multiples d'un CE avantageux etc...Il faudrait tenir compte aussi des coûts "cachés " d'un retraité : cotisation mutuelle non déductible de l'IRPP, surcoût des assurances et des mutuelles . Évidemment, si on compare le retraité moyen , propriétaire ( pas toujours ) de son logement, avec de l'épargne et souvent un héritage , plus de dette, avec un très jeune travailleur , le retraité vit mieux.
ajm
- 18/01/2019 - 22:32
Tambouille pour masquer les problèmes.
Encore un article inspiré directement des officines socialistes de France Stratégie ( financée par le contribuable !) et de Terra Nova. On y retrouve la même obsession haineuse sur les retraités : on mêle dans une masse informe des pensions de retraite dont le statut juridique et les modes de calcul sont radicalement différents: retraites du secteur public relevant directement du budget de l'Etat ( fonctionnaires, contractuels de droit public, regimes spéciaux de l'Etat , par exemple ceux des élus, députés et autres), regimes spéciaux des entreprises "publiques ", pensions de la SS, pensions des régimes obligatoires du secteur privé ( Agirc,,,professions libérales ) et regimes surcomplémentaires du privé ( par capitalisation , y compris les retraites " chapeaux " des grands dirigeants de multinationales du CAC 40). On mélange tout dans une grande tambouille qui permet d'évacuer les sujets qui fâchent. Maintenant, sur le niveau des pensions par rapport aux actifs, il y a aussi beaucoup de confusions volontairement entretenues.