En direct
Best of
Best of du 24 au 30 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

02.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

03.

Stratégie de la tension ? Ce piège dans lequel Erdogan tente d’entraîner la France pour s’imposer comme le nouveau sultan au yeux du monde musulman

04.

Lutte anti-terroriste : un problème nommé DGSI

05.

Sept Français interrogés sur dix (sondage Odoxa pour Figaro et France Info) se disent favorables au nouveau confinement qui vient de débuter

06.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

07.

Un islamiste radical armé d'un couteau a été interpellé dans le centre de Lyon

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

04.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

01.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Effacer les dettes publiques - c’est possible et c’est nécessaire" de Hubert Rodarie : la thèse "contre-intuitive" d’un expert sur un sujet qui interroge les économistes, un appel à une révolution de la pensée

il y a 10 min 30 sec
pépites > Faits divers
Forces de l'ordre
Tentative d’agression au couteau sur un policier dans le XVe arrondissement de Paris
il y a 3 heures 45 min
pépites > Politique
Moyens d'action face au virus
Covid-19 : le Sénat a voté la prolongation de l'état d'urgence sanitaire jusqu'au 31 janvier
il y a 4 heures 26 min
pépites > International
Mini tsunami
Turquie : au moins quatre morts et 120 blessés après un séisme de magnitude 7 en mer Egée
il y a 5 heures 18 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand l’émail est semé de fleurs de sel et quand il neige sur la toundra : c’est l’actualité reconfinée des montres
il y a 6 heures 13 min
pépites > Consommation
Confiné
La France reconfinée pour au moins 4 semaines : ce qui est ouvert ou fermé
il y a 8 heures 7 min
pépite vidéo > Terrorisme
Face à l'info
Attaques terroristes : l'échec du renseignement français ?
il y a 8 heures 50 min
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

il y a 9 heures 31 min
pépites > Politique
Reconfinement
Sept Français interrogés sur dix (sondage Odoxa pour Figaro et France Info) se disent favorables au nouveau confinement qui vient de débuter
il y a 9 heures 54 min
décryptage > Politique
Maison Blanche

Le chemin de la victoire de Donald Trump est étroit mais il existe encore

il y a 10 heures 32 min
pépites > Education
Education nationale
Hommage à Samuel Paty : la rentrée scolaire n'est plus décalée à 10h lundi prochain
il y a 2 heures 22 min
light > Science
Ancêtre
Le chien est le plus vieil ami de l'homme, sa domestication est survenue il y a plus de 10.000 ans
il y a 4 heures 14 min
pépites > Politique
Décision
Antisémitisme : Jeremy Corbyn a été suspendu du Parti travailliste britannique
il y a 4 heures 48 min
pépites > France
Mobilisation des forces de l'ordre
Attentat à Nice : le gouvernement annonce le rappel de 3.500 gendarmes réservistes et la mobilisation de 3.500 policiers
il y a 5 heures 34 min
rendez-vous > Terrorisme
Géopolitico-scanner
La guerre indiscriminée des jihadistes contre la France : du "blasphémateur" Samuel Paty aux chrétiens respectueux de la Basilique niçoise
il y a 6 heures 42 min
pépites > Terrorisme
Religion
Des milliers de manifestants anti-Macron au Bangladesh, au Pakistan, en Afghanistan signale le Daily Mail
il y a 8 heures 43 min
light > Science
Singes
Les gorilles de montagne n'oublient pas leurs amis et sont amicaux avec eux quand ils se retrouvent même après une décennie de séparation
il y a 9 heures 18 min
décryptage > International
Paris - Ankara

Stratégie de la tension ? Ce piège dans lequel Erdogan tente d’entraîner la France pour s’imposer comme le nouveau sultan au yeux du monde musulman

il y a 9 heures 48 min
décryptage > Santé
Barrière contre le virus

Zorro contre le Covid-19 : le masque comme solution efficace et peu coûteuse

il y a 9 heures 57 min
décryptage > Politique
Le roi est nu

Non, l’unité nationale ne peut plus être invoquée par les élites françaises pour masquer leurs faillites

il y a 11 heures 13 sec
© ERIC PIERMONT / AFP
© ERIC PIERMONT / AFP
Problème de chiffres

Pourquoi la crédibilité du solde migratoire calculé par l’INSEE est problématique

Publié le 17 janvier 2019
Le 15 janvier, l'INSEE publiait son bilan démographique pour l'année 2018, montrant une baisse de la croissance de la population, tout en constatant que la France reste le "pays le plus fécond d'Europe". Une baisse qui interroge.
Laurent Chalard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laurent Chalard est géographe-consultant. Membre du think tank European Centre for International Affairs.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le 15 janvier, l'INSEE publiait son bilan démographique pour l'année 2018, montrant une baisse de la croissance de la population, tout en constatant que la France reste le "pays le plus fécond d'Europe". Une baisse qui interroge.

Atlantico: Quels sont les facteurs démographiques qui expliquent cette baisse, et faut-il s'en inquiéter ?

Laurent Chalard : Comme tout autre territoire, à l’exception de la planète entière, la population de la France métropolitaine évolue chaque année en fonction de deux facteurs : le solde naturel, c’est-à-dire la différence entre les naissances et les décès domiciliés comptabilisés dans l’année, et le solde migratoire, c’est-à-dire la différence entre les entrées et les sorties du territoire au cours de l’année écoulée. Il convient donc d’analyser séparément ces deux facteurs pour déterminer quel est celui à l’origine de la réduction ces dernières années de la croissance démographique française, qui n’aurait été que de + 87 000 personnes en 2018 alors qu’elle était encore de + 272 000 personnes en 2014.

Concernant le solde naturel, on constate que l’excédent des naissances sur les décès a diminué de 116 000 personnes entre 2014 et 2018 du fait de la combinaison d’une baisse des naissances de plus de 62 000 unités, principalement consécutive d’une diminution de la fécondité, et de la hausse des décès de près de 54 000 unités, du fait de l’arrivée de générations plus nombreuses à des âges avancés. L’évolution du solde naturel constitue donc un facteur explicatif majeur, contribuant pour 60 % au recul de la croissance de la population hexagonale.

Logiquement, les 40 % restant devraient être le fait du solde migratoire, or, ce n’est pas le cas. En effet, l’excédent migratoire a augmenté, selon l’Insee, de plus de 27 000 unités entre 2014 et 2018, n’apparaissant donc nullement comme un facteur explicatif puisqu’il aurait dû, au contraire, conduire à une hausse plus importante de la population.

A l’arrivée, il y a donc un gros problème, puisque la somme des deux indicateurs n’explique pas totalement la baisse de la population hexagonale, un autre facteur jouant.

 

D'autres explications peuvent-elles également être avancées, notamment les corrections statistiques annoncées par l'INSEE ?

Effectivement, une partie de la réduction de la croissance démographique française entre 2014 et 2018 s’expliquerait par un troisième facteur explicatif, qui est un ajustement statistique, c’est-à-dire quelque chose qui n’est pas censé représenté une évolution réelle, mais qui est intégré dans les données pour rétablir une cohérence dans le temps entre des chiffres issus de méthodes de calcul différentes. En l’occurrence, en 2018, l’Insee ayant changé de questionnaire de recensement afin de mieux prendre en compte le processus de multi-résidence, cela aurait entraîné une baisse de 0,7 % de la population totale, que l’Insee va répartir sur plusieurs années de 2015 à 2022, étant donné son ampleur, sinon, cela entraînerait une chute brutale de la population l’année de la correction. Entre 2015, première année de sa prise en compte, et 2018, l’ajustement est donc de – 336 000 personnes, soit 84 000 habitants en moins par an en moyenne, constituant le second facteur explicatif du ralentissement de la croissance de la population hexagonale, qui est donc partiellement « fictif ».

 

Comment analyser la fiabilité de ces données dans ces conditions ?

Lors du changement de méthode de recensement au milieu des années 2000, l’Insee nous avait fait la promotion d’une méthode plus fiable que le recensement exhaustif qui se tenait environ tous les huit ans, permettant d’estimer la population de la France métropolitaine à 0,02 % près (sic !). Bien évidemment, cette assertion était contestée par plusieurs chercheurs, dont l’auteur de ces lignes, étant donné les biais liés à la fois à la méthode, un sondage annuel réparti sur cinq années, et à la fois à la collecte, un certain nombre de personnes passant au travers des mailles du filet, puisque la procédure est déclarative. Or, selon l’Insee, un simple changement de questionnaire de sa part conduirait à un écart avec la population légale publiée les années précédentes de 0,7 %, soit 35 fois plus important qu’annoncé, ce qui montre que l’Insee s’est complètement fourvoyé, se tirant une balle dans le pied tout seul.

Plus globalement, cela interroge grandement sur la fiabilité des résultats depuis que la nouvelle méthode de recensement a été instaurée, puisque l’Insee ne fournit ni les résultats du nombre de personnes recensées sur l’ensemble du territoire pour chaque enquête annuelle de recensement ni les résultats des extrapolations statistiques qui sont menées ensuite pour aboutir à l’estimation de la population totale. En gros, l’Insee pourrait mentir, en effectuant des lissages permettant de rétablir une cohérence entre les données d’une année sur l’autre, à partir des statistiques (fiables) de l’état-civil, sans que personne ne puisse le vérifier. En conséquence, il serait temps qu’une commission d’experts réellement indépendants soit constituée pour pouvoir vérifier la fiabilité des données. Peut-être que l’Insee n’a rien à cacher, mais, dans ce cas-là, qu’il fasse preuve de transparence, sinon le doute sera de plus en plus important dans la communauté scientifique, rendant potentiellement erronées de nombreuses analyses interprétant les résultats des recensements sans analyse critique.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Alain Proviste
- 17/01/2019 - 22:02
Et les émigrés ?
C'est-à-dire les jeunes souvent diplômés qui partent travailler et souvent s'installer à l'étranger. C'est devenu significatif quantitativement.
Pig
- 17/01/2019 - 17:51
Signaler un abus Les immigrés ne meurent pas en France
Il serait intéressant que l'auteur de l'article réponde à la question posée par lasenorita. Les décès augmentent pour la raison indiquée dans l'article : arrivée à un âge avancé des classes nombreuses d'après 1940. Le peu de décès des immigrés et leur solde naturel positif s'explique aussi par leur arrivée récente et à un âge où l'on procrée et avec une culture où l'on procrée. Mais les résidents qui vont mourir à l'étranger sans être déclarés morts ? Dispose-ton d'une évaluation ? Ce phénomène est-il susceptible de fausser le calcul du solde naturel et du solde migratoire ? Dans quelle proportion ?
lasenorita
- 17/01/2019 - 11:23
Les immigrés ne meurent pas en France!
Les retraités algériens partent mourir dans leur pays où ils continuent de percevoir leur ''retraite'' même après leur mort!On voit beaucoup de naissances de musulmans dans les actes de naissances,publiés dans nos quotidiens,mais peu ce décès...Dans le 13ième arrondissement de Paris,on voit également beaucoup de naissances de petits asiatiques mais peu de décès,on suppose que les ''clandestins'' récupèrent la carte vitale du défunt afin de profiter des soins gratuits,en France!...ceci expliquerait le peu de décès dans notre pays!...