En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Alerte au déficit : ce que personne n’ose vraiment rappeler sur les hypothèses de travail du Conseil d’orientation des retraites

03.

(Excès de l’)Inspection du travail : l’étrange méthode de Muriel Pénicaud

04.

"Ok Boomer" : mais quel monde nous préparent les Millennials en mal de rupture avec les héritiers de mai 68 ?

05.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

06.

La NASA développe la plus grande arme à feu au monde pour gérer un problème majeur de l’espace

07.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

04.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

05.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Media
Bras de fer médiatique
Yann Barthès diffuse l'enquête de Valeurs actuelles sur Quotidien et sur la tyrannie des bien-pensants
il y a 36 min 24 sec
light > Culture
Polémique
"J'Accuse" : la collectivité Est Ensemble renonce finalement à demander la déprogrammation en Seine-Saint-Denis du film de Roman Polanski
il y a 1 heure 37 min
pépites > Religion
Nouvelle polémique ?
Vesoul : une religieuse catholique privée de maison de retraite pour son voile
il y a 2 heures 52 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 19 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 4 heures 31 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Ingénu" de Voltaire : un Candide au pays des puissants, un Ingénu dans le monde

il y a 5 heures 47 min
pépites > Santé
Répondre à la crise
Le gouvernement dévoile son "plan d'urgence" pour l'hôpital public avec notamment une hausse du budget et une reprise de la dette
il y a 6 heures 43 min
décryptage > Politique
Réforme

Retraites : cette violence qui nous attend au fond de l’impasse politique

il y a 8 heures 8 min
décryptage > Politique
"J'ai besoin de vous"'

Congrès des maires : Emmanuel Macron surestime l’impact de la politique de simplification mise en œuvre à destination des élus locaux

il y a 9 heures 5 min
décryptage > International
A l'intérieur comme à l’extérieur

Le régime iranien confronté à une double contestation

il y a 9 heures 34 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

L’opération du siècle sur "Aramco" se présente mal : les milieux boursiers ne font pas confiance aux Saoudiens

il y a 10 heures 27 min
pépites > Justice
Lutte contre le terrorisme
Attentat déjoué dans le Thalys : le parquet national antiterroriste demande un procès pour Ayoub El Khazzani et pour trois autres suspects
il y a 1 heure 5 min
light > Culture
Oscar de la meilleure création du monde
Puy du Fou : le parc reçoit le prestigieux prix du Thea Award pour le spectacle "Le premier Royaume"
il y a 2 heures 12 min
pépite vidéo > Religion
A la rencontre des fidèles
Visite officielle du pape François en Thaïlande et au Japon
il y a 3 heures 30 min
décryptage > Santé
Mesures

Plan d'urgence pour l'hôpital public : comment le gouvernement ménage dangereusement la chèvre et le chou

il y a 4 heures 37 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Misérables" : le réalisateur Ladj Ly casse la baraque

il y a 6 heures 12 sec
rendez-vous > Social
Politico Scanner
Des casseurs aux LBD, radioscopie de l’opinion des Français face à la violence dans les conflits sociaux
il y a 7 heures 18 min
décryptage > Economie
Lettre

(Excès de l’)Inspection du travail : l’étrange méthode de Muriel Pénicaud

il y a 8 heures 51 min
décryptage > France
Un aveu

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

il y a 9 heures 21 min
décryptage > Environnement
"J’ai trois Greta Thunberg à domicile"

Quel réel bilan énergétique et environnemental quand vos ados écolos imposent leurs exigences à la maison ?

il y a 10 heures 37 sec
décryptage > France
Rapport

Alerte au déficit : ce que personne n’ose vraiment rappeler sur les hypothèses de travail du Conseil d’orientation des retraites

il y a 10 heures 41 min
© REUTERS/Toby Melville
© REUTERS/Toby Melville
Good Deal

Brexit : à quoi ressemblerait un bon accord pour tout le monde si l’Europe comme le Royaume-Uni laissaient de côté mauvais sentiments et arrières pensées

Publié le 17 janvier 2019
Alors que l'accord conclu entre Theresa May et l'Union européenne a été rejeté par les parlementaires britanniques (432 votes contre et 202 votes pour), la perspective d'un Brexit sans accord se rapproche.
Rémi Bourgeot est économiste, chercheur associé à l’IRIS et spécialiste des marchés de capitaux. Il a poursuivi une double carrière de stratégiste de marché dans le secteur financier et d’expert économique sur la zone euro et les marchés émergents pour...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rémi Bourgeot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rémi Bourgeot est économiste, chercheur associé à l’IRIS et spécialiste des marchés de capitaux. Il a poursuivi une double carrière de stratégiste de marché dans le secteur financier et d’expert économique sur la zone euro et les marchés émergents pour...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que l'accord conclu entre Theresa May et l'Union européenne a été rejeté par les parlementaires britanniques (432 votes contre et 202 votes pour), la perspective d'un Brexit sans accord se rapproche.

Atlantico: Comment pourrait-on imaginer un accord favorable aux deux parties, si ces dernières mettaient de côté leurs arrières pensées ?

Rémi Bourgeot: Le niveau extrême de politisation de ces négociations a rendu quasiment inatteignable la conclusion d’un accord de sortie, avec l’inclusion notamment du « backstop » irlandais, qui prévoit la possibilité d’un statut spécial pour l’Irlande du Nord en fonction de l’évolution des négociations sur la relation commerciale future entre le Royaume-Uni et l’UE. Cet aspect doit éviter le rétablissement d’une frontière physique inter-irlandaise, suivant une vision qui se veut en quelque sorte mathématique des différents types d’accord commerciaux. La réalité des accords commerciaux négociés dans le monde et notamment par l’UE avec des pays tiers est néanmoins bien plus complexe et variée, qu’il s’agisse du Canada, de la Norvège, de l’Ukraine ou de la Turquie.

Derrière les grands accords reliés à de grands principes d’union commerciale et d’abaissement des barrières, on voit aussi et surtout une myriade d’accords particuliers sur divers marchés dans un cadre qui se veut certes général. Le terme d’accord est presque devenu tabou entre le Royaume-Uni et l’UE, tant il implique des concessions considérées comme inenvisageables par les deux bords. Si ce n’est le manque de temps dans le contexte actuel, qui peut être résolu par un délai qui permettrait les préparations nécessaires, l’absence d’accord général n’interdit pas de gérer l’ensemble des dossiers pour éviter une rupture grave de part et d’autre.  

 

Quels sont, objectivement parlant, les intérêts des parties à trouver un accord, et quels sont les écueils politiques qui peuvent représenter un frein à une discussion sur une base saine ? 

Tout le monde ou presque souhaite une continuation des relations commerciales, sans changement substantiel par rapport à la situation actuelle de participation au marché unique, en tout cas sur le plan industriel et des produits de consommation. Le fond de panique qui se manifeste à Londres comme dans les centres européens depuis le vote de mardi indique une nouvelle fois que l’idée d’une rupture économique est évidemment considérée comme inacceptable. Une sortie sans accord signifie une sortie sans accord général. Autant cet accord général semble inatteignable, autant il est évident que l’on ne souhaite pas clouer au sol les avions de British Airways au petit matin du dernier samedi de mars ni empêcher l’acheminement des composants automobiles indispensables aux chaînes de production largement pan-européennes.

Le moins que l’on puisse dire c’est que l’on tourne en rond depuis deux ans pour des raisons fondamentalement politiques, alors que l’essentiel des dossiers particuliers et des principes d’ensemble ne fait pas réellement débat. L’idée de mettre dans la balance l’idée, même vague et évanescente, d’une remise en question de l’intégrité du territoire britannique sur le plan commercial en échange d’un accord de sortie a conduit à ce blocage spectaculaire à Westminster.

Le Labour ne dispose pas véritablement de plan alternatif, si ce n’est l’évocation par Jeremy Corbin à la fois d’une participation à l’union douanière, qui interdirait donc la conclusion par Londres d’accords commerciaux avec des pays tiers, et d’une possible annulation du Brexit au moyen d’un nouveau référendum. L’idée d’une annulation du Brexit, bien que désirée par beaucoup, est jugée comme dommageable sur le plan démocratique jusque dans de larges milieux pro-européens à travers le pays. Le leader travailliste souhaiterait une nouvelle élection générale qui pourrait consacrer sa carrière. Mais derrière son emportement marqué lors des séances aux Commons ces dernières semaines et son apparente perte de moyen face à des critiques routinières, on ne voit guère d’approche qui permettrait un véritable accord de fond avec l’UE.

Côté européen, on évoque souvent l’idée d’un front indivisible face à Londres, mais la réalité est plus complexe. Depuis le début des négociations on constate un malaise important en Allemagne plus qu’en France en ce qui concerne l’évocation même théorique d’une rupture commerciale. Le Royaume-Uni serait certes plus affecté que l’UE dans son ensemble, mais les conséquences pour l’industrie allemande sont jugées comme inacceptable par les responsables industriels outre-Rhin, suivant une lecture des évènements qui restent de nature économique. En cas de Brexit chaotique et de crise économique et financière, on risquerait d’assister, malgré l’évocation d’un front uni, à une dégradation marquée des relations entre les pays demeurant dans l'UE, en particulier entre la France et l'Allemagne.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Alerte au déficit : ce que personne n’ose vraiment rappeler sur les hypothèses de travail du Conseil d’orientation des retraites

03.

(Excès de l’)Inspection du travail : l’étrange méthode de Muriel Pénicaud

04.

"Ok Boomer" : mais quel monde nous préparent les Millennials en mal de rupture avec les héritiers de mai 68 ?

05.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

06.

La NASA développe la plus grande arme à feu au monde pour gérer un problème majeur de l’espace

07.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

04.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

05.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires