En direct
Best of
Best of du 4 au 10 mai 2019
En direct
Atlanti-culture
De 68 aux Gilets Jaunes: Raymond Aron, "prophète"?
Publié le 15 janvier 2019
Quand on lit Raymond Aron 50 ans après, on peut certes émettre une série de réserves, mais il n'en reste pas moins qu'il est l'un de ceux qui peuvent le mieux nous permettre de discerner les enjeux de ce qui se passe aujourd'hui : Gilets Jaunes etc...
Jean-Pierre Tirouflet est chroniqueur pour Culture-Tops.Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Pierre Tirouflet pour Culture-Tops
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Pierre Tirouflet est chroniqueur pour Culture-Tops.Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Quand on lit Raymond Aron 50 ans après, on peut certes émettre une série de réserves, mais il n'en reste pas moins qu'il est l'un de ceux qui peuvent le mieux nous permettre de discerner les enjeux de ce qui se passe aujourd'hui : Gilets Jaunes etc...

La Révolution introuvable
de Raymond Aron
Ed. Calmann-Lévy

RECOMMANDATION : EXCELLENT

THEME

Miser sur l'actualité de l’œuvre d'un auteur disparu depuis 35 ans relève de la gageure. C'est pourtant le pari que vient de faire l'éditeur Calmann Levy en rééditant un ouvrage de Raymond Aron, livre d'entretien publié -à chaud- juste après les "événements" de mai 1968, il est vrai que l’on peut trouver quelques similitudes apparentes entre ceux-ci et le mouvement des "gilets jaunes". L'ouvrage,"La Révolution Introuvable", est précédé d'une préface éclairante de Philippe Reynaud et se présente sous forme d'un dialogue avec le journaliste et politologue Alain Duhamel.

POINTS POSITIFS


Nourri de Tocqueville, Aron livre une analyse assez fine du fonctionnement de la République gaullienne qui pourrait expliquer l'éclosion du mouvement spontané que furent les événements de mai 1968 : verticalité du pouvoir, affaiblissement des corps intermédiaires, poids de la technocratie... On voit que cette tendance de notre système de monarchie républicaine ne s'est pas atténuée avec le temps et pourrait expliquer sans amodiation de NBA la crise actuelle.

De même Aron souligne-t-il le flou des objectifs et de l'idéologie "faible" des événements de 1968 et son décalage avec la réalité. Là encore on pourrait trouver des similitudes avec l'actualité.

Enfin, son analyse de la mort de l'Université libérale sous-jacente  les coups de boutoir de l'afflux des "baby boomers" et surtout du terrorisme des Assemblées Générales, adroitement manipulées, reste, malheureusement, aussi vraie aujourd'hui qu'elle l'était en juin 1968.

POINTS FAIBLES


Comparaison n'est pas raison et les retraités "gilets jaunes" d'aujourd'hui ont peu à voir avec les occupants de la Sorbonne en 1968; quant à la classe ouvrière, sans "aller au paradis", elle a bien changé depuis lors, sans évoquer le déclin du parti communiste qui fut, selon Aron, le facteur essentiel de la stabilisation de la situation en 1968.

Aron est très anti-gaulliste, ce qui n'est pas sans biaiser son analyse tant des causes du psychodrame de mai 1968 que du comportement du pouvoir gaulliste face à la crise.

Ecrit à l'été 68, la Révolution Introuvable ne peut mesurer les conséquences plus lointaines des événements sur l'évolution des moeurs et les rapports sociaux qui ont profondément marqué la France pendant les trente ans qui ont suivi ces événements.

Enfin, Aron ne donne pas de solution de "sortie de crise". Il note simplement que ce genre de péripétie est très généralement suivi d'une réaction du corps électoral en faveur du parti de l'ordre. La question est de savoir qui, aujourd'hui, incarne le parti de l'ordre.

EN DEUX MOTS


Une réédition de circonstance d'un texte puissant, riche et de nature à alimenter une réflexion sur les mouvements actuels et l'avenir de nos institutions.

UN EXTRAIT


P.80 : "Chacun de nous est probablement partial à sa façon, mais aussi longtemps que tous se réclamaient de l'éthique de l'Université libérale, presque tous se croyaient obligés de résister à la tentation de partialité. Le jour où les enseignants souscriront à la doctrine de la politisation, toute limite à la partialité s'effacera, et l'Université sera morte."

L'AUTEUR


Philosophe, sociologue, politologue, historien, Raymond Aron (1905-1983) fut, d'une certaine façon, l'honneur des intellectuels français en refusant, avec lucidité, les modes et les affiliations idéologiques de son époque.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
02.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
03.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
04.
Cet autre mea culpa que devrait envisager Emmanuel Macron pour préserver la fin de son quinquennat
05.
Montée du Brexit Party dans les sondages : Le Royaume-Uni en voie de s'enfoncer dans l'une des plus graves crises politique de son histoire
06.
Dear Melania : pourquoi les médias se trompent (aussi) sur la First Lady
07.
La Chine est désormais le premier partenaire commercial de l’Allemagne et voilà ce que ça change pour l’Europe
01.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
02.
Aveuglement ? Un dîner caritatif est organisé à Saint-Denis au profit d’un Centre de formation des Oulémas soupçonné d’entretenir de troubles liens avec les dhijadistes anti-occidentaux
03.
Pétition anti-Delon : l’erreur psychologique majeure commise par ceux qui croient que le bonheur serait garanti dans un monde 100% bon sentiment
04.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
05.
Le Monde a découvert une nouvelle et grave pathologie : la droitisation des ados !
06.
L'OPA du néo-sultan Erdogan sur la diaspora turque de France et d’Europe via les écoles et les mosquées
01.
“Droite Trocadéro” contre “droite mercato” : ce que cache la querelle entre LR et ex LR ralliés au macronisme
02.
Pétition anti-Delon : l’erreur psychologique majeure commise par ceux qui croient que le bonheur serait garanti dans un monde 100% bon sentiment
03.
Appel des personnes en situation de handicap ou familles concernées pour sauver Vincent Lambert d’une mort programmée
04.
Le glyphosate, le dernier débat hystérique de tous ceux qui se méfient de l’Europe et du progrès
05.
De l'art d'utiliser les morts : et Nathalie Loiseau enrôla Simone Veil dans sa campagne
06.
Emmanuel Macron, l’Europe, le RN et les Gilets jaunes : un cocktail détonnant de vérités et d’erreurs intellectuelles ou politiques majeures
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
hoche38
- 15/01/2019 - 17:32
"déclin du parti communiste"
Vous écrivez que "le déclin du parti communiste qui fut, selon Aron, le facteur essentiel de la stabilisation de la situation en 1968".

C'est inexact. En mai 1968, le Parti a délibérément cassé l'élan "infantile" des gauchistes. Son déclin date de plus tard et a très probablement d'autres causes.