En direct
Best of
Best of du 28 mars au 3 avril
En direct
ça vient d'être publié
light > High-tech
Générosité en cette période difficile
Jack Dorsey, le fondateur de Twitter, donne 1 milliard de dollars pour lutter contre le coronavirus
il y a 1 heure 11 min
light > Culture
Tristesse pour les fans
Coronavirus : l'édition 2020 du festival Hellfest de musique metal, organisé à Clisson, est annulée
il y a 2 heures 19 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un automne de Flaubert" d'Alexandre Postel : Flaubert se libère du démon de la mélancolie. Un roman captivant

il y a 3 heures 29 min
pépites > France
Joies du confinement en province
Selon l’Insee, un Parisien sur dix a quitté Paris depuis le début du confinement
il y a 4 heures 20 min
pépites > Economie
Nouveau record
Coronavirus : 6,3 millions de salariés sont au chômage partiel en France
il y a 6 heures 57 min
light > Science
Quasar
Event Horizon Telescope : des scientifiques capturent l'image d'un trou noir émettant des jets à haute énergie
il y a 9 heures 4 min
pépites > France
Soulager les services de réanimation
Le Conseil scientifique se prononce pour la prolongation du confinement
il y a 10 heures 54 min
décryptage > Santé
Le mal français

Ces raisons qui empêchent le secteur public français de gérer son argent efficacement

il y a 12 heures 5 min
décryptage > Economie
Production relocalisée

Ces faillites qui détermineront bien plus le monde de demain que tous les Grenelle sur un nouvel avenir...

il y a 13 heures 9 min
décryptage > Environnement
Quel cinéma

Parlementaires à la dérive : leur film s’appelle "Le jour d’après" et c’est un navet !

il y a 13 heures 47 min
light > Justice
Star des 12 Coups de midi
Christian Quesada a été condamné à trois ans de prison ferme pour pédopornographie
il y a 1 heure 38 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Oldyssey, un tour du monde de la vieillesse" de Julia Mourri et Clément Boxebeld : pour déconstruire beaucoup d'idées reçues sur "les vieux" !

il y a 3 heures 4 min
pépites > Politique
Président de la République
Coronavirus : l’Elysée annonce que le confinement sera "prolongé" au-delà du 15 avril
il y a 3 heures 49 min
pépites > International
Boulevard pour Joe Biden ?
Démocrates : Bernie Sanders arrête sa campagne et renonce à la course pour la présidentielle américaine
il y a 6 heures 32 min
pépites > Terrorisme
Enquête en cours
Attaque au couteau à Romans-sur-Isère : l’assaillant a été mis en examen pour "assassinats en relation avec une entreprise terroriste"
il y a 7 heures 22 min
pépites > Europe
Action entravée
Covid-19 : Mauro Ferrari, le président du Conseil européen de la recherche (CER), démissionne
il y a 10 heures 45 sec
pépite vidéo > Santé
Mental d'acier
Les conseils de l’aventurier Mike Horn pour surmonter le confinement
il y a 11 heures 28 min
décryptage > Santé
Comparaisons

Le système de santé allemand, privé et concurrentiel, fait beaucoup mieux que les systèmes publics français et anglais

il y a 12 heures 28 min
décryptage > Santé
La bêtise aussi est pandémique

"Le coronavirus est une maladie de Blancs" ! On a entendu ça à Marseille, Dakar et Abidjan…

il y a 13 heures 22 min
décryptage > Société
Petite réflexion de confinement

Comment l’éducation de nos parents détermine lourdement notre capacité à devenir leader ou non

il y a 14 heures 42 min
© Sam YEH / AFP
© Sam YEH / AFP
Obsession Coréenne

Pourquoi regarder des gens s’empiffrer suffit à mettre sur le chemin de l’obésité

Publié le 08 janvier 2019
Une nouvelle tendance a émergé en Corée du Sud : le mukbang. Elle consiste à simplement regarder des vidéos de gens en train de manger. Une manière comme une autre d'échapper à la pression sociale du quotidien ?
Après son doctorat en Sciences de l’Information et de la Communication à l’Université de Grenoble 3 en 1995, Seok-Kyeong Hong a travaillé dans KBC (Korean Broadcasting Commission), institution de régulation audiovisuelle sud-coréenne. Devenue maitre de...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Seok-Kyeong Hong
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Après son doctorat en Sciences de l’Information et de la Communication à l’Université de Grenoble 3 en 1995, Seok-Kyeong Hong a travaillé dans KBC (Korean Broadcasting Commission), institution de régulation audiovisuelle sud-coréenne. Devenue maitre de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Une nouvelle tendance a émergé en Corée du Sud : le mukbang. Elle consiste à simplement regarder des vidéos de gens en train de manger. Une manière comme une autre d'échapper à la pression sociale du quotidien ?

Atlantico : Pouvez-vous rappeler ce qu'est le mukbang? Comment expliquer son succès en Corée du Sud?

Seok-Kyeong Hong : On appelle mukbang tout contenu audiovisuel focalisé sur l'art de manger. Son succès s'explique notamment par plusieurs raisons sociales et économiques en Corée du sud. Il y a une dizaine d'années, le type de foyer le plus répandu dans le pays comprenait en moyenne quatre personnes, avec une famille nucléaire. Aujourd'hui, les foyers d'une personne sont majoritaires: ensuite viennent ceux à deux personnes, puis trois personnes, puis quatre personnes... Cela est dû à plusieurs raisons: premièrement; les gens se marient et s'installent ensemble de plus en plus tard; deuxièmement, de plus en plus de jeunes gens vivent seuls, pour se rapprocher du lieu de leurs études ou de leur emploi. Donc dans une société comme la Corée du Sud, ou le collectif est très important, une majorité de gens vivent seuls. Et un moment rituel [collectif] très important dans cette société - un petit peu comme en France - c'est le moment du repas, auquel beaucoup de gens se retrouvent seuls. Le mukbang s'est donc développé assez vite et possède une triple fonction. Premièrement: ne pas avoir le sentiment de manger seul; les jeunes gens mangent devant ces vidéos, ils se sentent moins solitaires. Deuxièmement, beaucoup de jeunes gens vivent dans une précarité durable et dans une forme de pauvreté; ils ne peuvent donc pas manger ce qu'ils veulent, et les réseaux sociaux sont plein de bonnes [et chères] choses à manger, donc regarder ces vidéos apporte une sorte de satisfaction de substitution.

Pourquoi le gouvernement coréen souhaite-t-il s'attaquer au mukbang? Selon vous, présente-t-il un vrai danger en ce qui concerne l'obésité ou d'autres troubles alimentaires?

En l'espace de dix ans, l'obésité a beaucoup augmenté en Corée, surtout chez les jeunes hommes: 26% des adolescents sont touchés, ce qui est supérieur à la moyenne des pays de l'OCDE, alors que la nourriture coréenne est généralement considérée comme peu grasse. Il est logique que le ministère de la santé s'inquiète de cela. Les mesures annoncées ne concernent pas que les mukbang, le gouvernement souhaite par exemple un affichage spécifique pour les aliments les plus riches. En ce qui concerne le mukbang, il prévoit des messages informatifs, afin d'informer les jeunes qui regardent que les quantités de nourriture ingurgitées durant ces vidéos sont déraisonnables. En somme, il s'agit de protéger les plus jeunes, de faire de la prévention comme pour le tabac. Il est vrai que dans ces vidéos, les gens ingurgites de grandes quantités de nourriture, et il est avéré que les regarder donne envie de manger plus. Mais je ne crois pas qu'une telle mesure, [qui est raisonnable] va faire baisser l'obésité, qui est surtout liée à des facteurs sociaux et économiques.

Le mukbang a-t-il du succès en dehors de la Corée du Sud, en France et en Europe par exemple? Faut-il s'en inquiéter?

Le mukbang a du succès dans d'autres pays asiatiques comme le Japon [qui connaît des problèmes socio économiques similaires] c'est devenu un phénomène social important. Par ailleurs mukbang désigne un certain type de vidéos sur internet, mais à la télévision, on retrouve beaucoup de programmes dont le contenu principal est la nourriture. Ailleurs dans le monde, ce type de contenu existe depuis longtemps a toujours existé, comme aux Etats-Unis avec les concours du plus gros mangeur de hot-dogs, par exemple. Ce qui est particulier en Corée c'est qu'avec ces vidéos il y a un contact direct entre le vidéaste et son public, [grâce à internet]. Par ailleurs, la culture coréenne a du succès à l'international, les non-Coréens ont accès aux vidéos de mukbang via Youtube. A l'étranger, les gens regardent ça différemment, avec une certaine curiosité: ils veulent savoir quels plats on mange en Corée, par exemple. [Mais pour résumer, je pense qu'il n'est pas absurde de mettre des avertissements sur ces vidéos, pour les plus jeunes, mais qu'elles ne jouent pas un rôle important dans le problème de l'obésité].

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
simon.lemerle@gmail.com
- 08/01/2019 - 15:20
Faut arrêter avec ces pseudos
Faut arrêter avec ces pseudos raisons qui rendraient des personnes obèses , ou mieux de faire passer cela pour une maladie "si je suis gros c'est pas de ma faute , je suis malade" ! tu parle de maladie qui permettent de se déculpabiliser et surtout de ne faire aucun effort pour s’améliorer , en arrêtant de faire tout et n'importe quoi , car dorénavant les régimes pour beaucoup ne sont plus à l'ordre du jour , non ils se disent qu'une opération va le faire pour eux , alors que non seulement c'est loin d’être une fin en soit mais de plus quelques régles d’hygiènes de vies simples et très efficaces montrent de bien meilleur résultats , sans pour autant suivre de régimes coûteux ou d'avoir à prendre de traitement encore plus onéreux , j'ai par le passé suivis quelques règles très simples et en seulement 6 mois j'ai réussi à perdre plus de 40kg que je n'ai jamais repris depuis , mais bien sur pour réussir il ne faut pas que compter sur les autres ou attendre qu'on le fasse pour vous il faut le vouloir et la volonté et indispensable ...