En direct
Best of
Best of du 5 au 11 janvier
En direct
© BENOIT TESSIER / POOL / AFP
Relance de l'économie
Pourquoi Emmanuel Macron pourrait utilement appeler les Français à se jeter sur les soldes
Publié le 06 janvier 2019
« Le moral est dans les chaussettes », mais « les bas de laine » sont pleins ! Les ménages sont sur-liquides, comme disent les économistes, mais cette liquidité paraît aujourd’hui bien gelée.
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
« Le moral est dans les chaussettes », mais « les bas de laine » sont pleins ! Les ménages sont sur-liquides, comme disent les économistes, mais cette liquidité paraît aujourd’hui bien gelée.

C’est le problème, et c’est la solution : déclencher la dépense, donc trouver le « déclencheur » (politique) qui donnera confiance. Ce ne peut être qu’Emmanuel Macron, s’il veut continuer ses réformes et donner suite à son mandat. Cette crise politique et sociale vient en effet, en large part, de l’organisation même de ses réformes : fin de l’ISF sur les actifs financiers, lois et ordonnances sur l’assouplissement du travail, prélèvement fiscal sur les retraites jugées élevées, limitation des vitesses et hausse du diesel. On pourra les trouver mal expliquées et calibrées, portant trop sur les plus fragiles et les plus isolés, ce qui est vrai. Elles ont été aussi mal positionnées dans le temps (ratant la reprise de fin 2017) et prenant plus de temps que prévu pour faire sentir leurs effets. Les euros prélevés sont toujours plus négatifs sur le moral et la demande que les euros accordés. Les premiers sont un vol, les seconds une tardive réparation : prélever sur les retraites ne compense pas le transfert sur les bas salaires. Et plus on bouge d’euros, dans un sens ou dans un autre, avec les seuils d’impôts plus le prélèvement à la source, plus les gens sont perplexes et inquiets (au mieux).

Maintenant, et pour le bien de tous, il faut sauver 2019. L’enquête Markit publiée le 2 janvier n’est pas gaie. « La conjoncture s’est détériorée pour la première fois depuis septembre 2016 dans le secteur manufacturier français, les données de l’enquête mettant en évidence un nouveau repli de la production après la brève stabilisation enregistrée le mois dernier ainsi qu’une accélération de la baisse des nouvelles commandes en décembre. L’emploi et les nouvelles commandes à l’export ont également continué de reculer à la fin du quatrième trimestre 2018, les exportations enregistrant par ailleurs leur plus fort taux de contraction depuis avril 2016. »

Bien sûr, broyer du noir n’est pas une spécificité française. La zone euro connaît aussi un « nouveau ralentissement », avec l’Allemagne. La Chine signale une « légère détérioration » de son activité, la première depuis 18 mois. L’activité américaine « faiblit un peu ». L’économie mondiale ralentit et se demande comment gérer ce processus, ayant profité de la baisse des taux pour (beaucoup) s’endetter, notamment en dollar. La question est donc, comme toujours, de savoir si le système bancaire et financier sera assez résistant pour amortir le choc, autrement dit pour ne surtout pas l’amplifier, comme en 2008.

Une bonne nouvelle d’abord : empêcher la crise financière globale en zone euro est à portée. Les banques sont plus solides qu’il y a dix ans. En France, renverser la vapeur est tout à fait possible, mais les jours qui viennent seront décisifs, si l’on veut soulager les inquiétudes. Les gilets jaunes ont pesé sur le commerce, plus encore sur le moral. Les entrepreneurs se demandent si les réformes vont ralentir, s’arrêter, ou pire rebrousser chemin. Au-delà des hausses de salaires ou du Référendum d’Initiative Populaire, ils s’inquiètent d’un retour de l’ISF, et surtout d’une annulation des ordonnances et des lois visant à assouplir l’emploi. De leur côté, les gilets jaunes parlent de ce qu’ils vivent, peu d’écologie et d’équilibre des retraites, peu du chômage (notamment de longue durée), pas de Chine. Ils s’intéressent à leur situation, ce qui est normal, mais sans trop la relier à celles des autres, ailleurs et demain. C’est un problème, mais pour la suite. 

Un excès à réduire ensuite : continuer à analyser les sources du mouvement gilets jaunes (en passant de l’histoire à la psychanalyse), répéter que c’est la faute au pouvoir ou à des groupes violents, organisés et manipulés, et ainsi de suite. Exercice vain : celui qui est responsable, c’est celui qui exerce les responsabilités. A lui de corriger, s’il veut (le) rester. Donc il s’agit de nous guider, pas de parler du contexte mondial et du futur. La croissance et l’emploi en 2019 se joueront au premier trimestre. Tout se passera dans les têtes, des consommateurs, des décideurs et des patrons, donc des décideurs politiques – Emmanuel Macron en… tête. 

L’amélioration (ne parlons pas de guérison) va commencer avec les soldes. On verra comment les ménages profitent des baisses de prix qu’on annonce, en utilisant les hausses de salaires pour les salariés payés au SMIC et aux environs et plus encore en puisant dans leurs dépôts bancaires, qui n’ont jamais été aussi importants : 450 milliards d’euros. Pour commencer à réussir 2019, il faut dégeler les comportements et pousser à consommer : moins de « moral dans les chaussettes » avec moins de « bas de laine » ! 

Voilà donc ce que devrait dire Macron : « Par conséquent, ô ménagères patriotiques, sortez dès demain matin dans les rues, et dirigez-vous vers ces ventes réclames miraculeuses qui se trouvent annoncées à tous les coins. Vous vous ferez du bien à vous-mêmes car jamais les choses ne furent aussi bon marché, meilleur marché qu'en rêve. Faites provision de linge, de blanc, de draps et de couvertures pour satisfaire tous vos besoins. Et réjouissez-vous par surcroît à la pensée que vous favorisez la main-d'œuvre, que vous enrichissez le pays, car vous redonnez de la vie à de grands centres, d'activités et l'espoir… » Où donc ? 

Dans le Nord, dans les banlieues, dans les petites villes et PME ? Oui aujourd’hui, mais plutôt : « au Lancashire, au Yorkshire et à Belfast » à l’époque, car c’est Keynes qui parlait à la radio en 1931. Macron doit s’en inspirer ! Faire des affaires et sauver des emplois « en même temps » : c’est le moment d’être keynésien - si l’on veut, ou d’éviter le pire - si l’on préfère.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Wauquiez pousse une colère contre la direction de LR, et Thierry Mariani contre Wauquiez ; L'Obs s'inquiète de la crise financière qui vient ; François-Xavier Bellamy en guerre contre le progressisme ; Ces députés LREM attaqués
02.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
03.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
04.
Sévère répression des gilets jaunes : la justice française est-elle en train de préfèrer l’ordre à la justice ?
05.
Elections européennes : La République en Marche détrône le Rassemblement national selon un nouveau sondage
06.
Oui, il y a “des gens en situation de pauvreté qui déconnent”. Mais voilà pourquoi la question et la solution sont largement ailleurs
07.
Attentat de Strasbourg : la vérité émerge sur la cas de Cherif Chekatt
01.
Patrick Bruel aime une nouvelle femme de (bien) moins de 50 ans; Vincent Cassel : entre sa (très) jeune épouse & sa fille aînée, c’est tendu; Sophie Marceau s’occupe de son fils, René-Charles Angélil-Dion de ses frères, Anouchka Delon de toute la famille
02.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
03.
Le Royaume-Uni se prépare à un Brexit sans accord et ne voit plus comment arrêter cette chronique d’un chaos annoncé
04.
Alerte Rouge : après la Chine, Donald Trump entend s’attaquer à l’Europe et voilà pourquoi la France serait bien inspirée de réagir au plus vite
05.
Littéralement explosif : le sondage exclusif qui montre que la condamnation de la violence par les Français... baisse (et que le nombre de ceux qui disent la comprendre augmente)
06.
Inégalités : la France est allée au maximum de ce que la redistribution fiscale permettait. Voilà ce qui pourrait être fait désormais
07.
Robots payeurs : mais que s’est-il vraiment passé sur la cagnotte de soutien aux policiers ?
01.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
02.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
03.
Patrick Bruel aime une nouvelle femme de (bien) moins de 50 ans; Vincent Cassel : entre sa (très) jeune épouse & sa fille aînée, c’est tendu; Sophie Marceau s’occupe de son fils, René-Charles Angélil-Dion de ses frères, Anouchka Delon de toute la famille
04.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
05.
Alerte Rouge : après la Chine, Donald Trump entend s’attaquer à l’Europe et voilà pourquoi la France serait bien inspirée de réagir au plus vite
06.
Ce à quoi se condamnent lentement mais sûrement les Gilets jaunes
01.
Grand débat national : l’équation impossible d’Emmanuel Macron
02.
Pourquoi Macron, les populistes et les gilets jaunes sont tous le produit de la même vague (et pourquoi ils seraient bien inspirés de le comprendre réciproquement)
03.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
04.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
05.
Marine Le Pen : vent en poupe mais… tigre de papier ?
06.
Oui, il y a “des gens en situation de pauvreté qui déconnent”. Mais voilà pourquoi la question et la solution sont largement ailleurs
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
spiritucorsu
- 06/01/2019 - 18:43
Excellente analyse
Excellent analyse J'accuse.On pourrait rajouter que pour consommer davantage,il faut en avoir les moyens,mr Betbeze ne fait certainement pas partie des smicards ou des petits retraités à 800 E par mois qu i ne demandent qu'à consommer plus ,mais qui en attendant n'arrivent même plus à survivre;on à la donc un raisonnement de nanti qui ne comprend pas grand chose aux difficultés de l'immense majorité des Français.Le même ADN que Macron.
J'accuse
- 06/01/2019 - 17:12
Leçon d'économie élémentaire au gouvernement
Si on suit cette logique, qui se tient, il ne faut pas seulement demander aux Français d'acheter, mais surtout exiger de Macron qu'il réduise les impôts pour que les Français achètent encore plus. Ce sont donc les Gilets jaunes qui indiquent la bonne voie à suivre au gouvernement, et il faut lui faire peur pour qu'il accepte de revoir -un peu- sa copie.
Bien entendu, cela nécessite de réduire les dépenses publiques pour ne pas creuser les dettes. Ce qu'il est incapable de faire, puisque les concessions sur les taxes ne se font que par l'accroissement des déficits.
En résumé, le peuple est meilleur économiste que les énarques, et si la situation économique est mauvaise, c'est uniquement à cause de ces derniers. Le Maire doit céder sa place à Drouet...