En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

02.

La Corée du nord craint que des nuages de sable venant de Chine ne soient porteurs du coronavirus

03.

Et le vilain petit secret des athlètes des épreuves d'ultra-endurance n'est pas de savoir mieux supporter la douleur

04.

La dette européenne s’arrache comme des petits pains. Mais il y a une très mauvaise nouvelle derrière la bonne

05.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

06.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

07.

Trump Biden : vers une élection beaucoup plus serrée qu’il n’y paraît ?

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

05.

Islamisme : la République de la complaisance

06.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Sublime royaume" de Yaa Gyasi : de la relation mère-fille entre science et spiritualité, un roman qui ne peut laisser indifférent

il y a 10 heures 12 min
pépites > Santé
IHU Mediterranée
Covid-19 : l’Agence du médicament refuse d’autoriser massivement l’hydroxychloroquine
il y a 11 heures 45 min
pépites > Politique
Nouvelles mesures
Jean Castex intensifie la lutte contre la haine en ligne avec le renforcement de la plateforme Pharos et de nouvelles sanctions
il y a 14 heures 2 min
décryptage > France
Liberté d'expression

Les islamistes tuent ? Qu’à cela ne tienne, les autorités s’en prennent aux libertés publiques

il y a 17 heures 53 min
pépites > Politique
Séculier
Des ministres considèrent que plutôt que la défendre, l'Observatoire de la laïcité se concentre sur la lutte contre l'islamophobie avec des alliés pas toujours fréquentables
il y a 18 heures 24 min
Sécurité
Île-de-France : hausse importante des cambriolages de pharmacies
il y a 19 heures 3 min
décryptage > Sport
N'ayez plus honte d'être des petites natures…

Et le vilain petit secret des athlètes des épreuves d'ultra-endurance n'est pas de savoir mieux supporter la douleur

il y a 19 heures 44 min
Pollution
La Corée du nord craint que des nuages de sable venant de Chine ne soient porteurs du coronavirus
il y a 20 heures 9 min
décryptage > Environnement
Effet bénéfique ?

Si vous pensez que la pollution des villes va décroître grâce au télétravail cet hiver, vous vous trompez

il y a 20 heures 43 min
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

La nouvelle bataille de France

il y a 20 heures 58 min
light > Politique
"Make America Great Again"
L'expert en sécurité Victor Gevers serait parvenu à se connecter au compte Twitter de Donald Trump en devinant son mot de passe
il y a 11 heures 10 min
pépites > Société
Extension
Congé paternité : l'Assemblée nationale vote le passage à 28 jours
il y a 12 heures 6 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand un gros œil surveille les minutes et quand le ricin tisse les bracelets : c’est l’actualité des montres
il y a 14 heures 58 min
décryptage > Santé
Mesures contre la Covid-19

Demi-confinement, demi-mesures et omnipotence de l’Etat : la soviétisation de la France

il y a 18 heures 16 min
pépite vidéo > Politique
Election américaine
Ultime débat : Joe Biden focalise ses attaques contre Donald Trump sur sa gestion du coronavirus
il y a 19 heures 2 min
pépites > Justice
Terrorisme
Des obstacles juridiques affaiblissent, voire paralysent, la lutte contre l’islamisme selon l’ancien secrétaire général du Conseil constitutionnel, Jean-Éric Schoettl
il y a 19 heures 18 min
décryptage > Santé
Stratégie contre la Covid-19

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

il y a 20 heures 2 min
décryptage > Santé
Inquiétudes face à la pandémie

Covid-19 : faut-il que les parents se testent lorsque leurs enfants ont (peut-être juste) un rhume ?

il y a 20 heures 22 min
pépites > Politique
Immigration
Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage
il y a 20 heures 45 min
décryptage > Politique
Un effort SVP

Monsieur le président, pourriez vous - de temps en temps au moins - dire "France" au lieu de "République" ?

il y a 21 heures 6 min
© Reuters
© Reuters
Disraeli Scanner

Comment le pape est devenu le porte-parole des élites néo-libérales sans s’en rendre compte

Publié le 24 décembre 2018
Ce que nous révèle le très mauvais film de Wim Wenders sur le pape François
Disraeli Scanner
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Benjamin Disraeli (1804-1881), fondateur du parti conservateur britannique moderne, a été Premier Ministre de Sa Majesté en 1868 puis entre 1874 et 1880.  Aussi avons-nous été quelque peu surpris de recevoir, depuis quelques semaines, des "lettres de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ce que nous révèle le très mauvais film de Wim Wenders sur le pape François

Hughenden, 

Le 23 décembre 2018

 

Mon cher ami, 

Je viens de regarder le film de Wim Wenders sur le pape François: A Man of His Word. A vrai dire, le titre en dit déjà beaucoup. C’est ne rien comprendre au christianisme qu’inventer un titre pareil. On ne devrait jamais imaginer que le pape puisse avoir une autre parole que celle du Christ. La question de savoir si le Pape tient parole est absurde: ce devrait être une évidence dans la mesure où il est fidèle à celui qui a dit: « Que votre oui soit oui, que votre non soit non! » (Evangile selon Matthieu, V, 37). Mais le titre choisi par Wenders est très significatif de la perception qu’ont la plupart des libéraux dans un Occident en grande partie déchristianisé: ils ne voient dans le christianisme qu’une pensée humanitaire parmi d’autres. Et le film de Wenders dégouline de bon sentiments sur l’environnement, sur la pauvreté, sur l’immigration sans que rarement, à part les moments d’entretien avec le Pape, on entende beaucoup citer l’Evangile. Les passages les plus grotesques du film sont, en noir et blanc, la mise en scène d’un François d’Assise transformé en hippie en route vers Katmandou (les cheveux en moins). Evangile selon Wenders: on comprend qu’en fait saint François d’Assise est l’auteur d’un nouvel Evangile, compatible avec le New Age, l’islam modéré, la Cop 21 et la politique d’Evo Morales. 

Il y a bien quelques moments à part dans le film. ce sont ceux où, interrogé par le réalisateur, le pape François est dans son rôle de prêtre et ancre ce qu’il dit et ce qu’il fait dans l’Evangile. Cet homme a en commun avec Jean-Paul II de savoir établir le contact avec un auditoire, d’être authentique quand il rencontre une foule, des malades, des prisonniers. Le meilleur passage est celui où, parlant dans une prison, il rappelle devant ses auditeurs détenus que « le premier saint canonisé fut un prisonnier », le Bon Larron, à qui le Christ en croix dit: « Aujourd’hui même, tu seras avec moi au paradis ». C’est le Pape lui-même qui explique à Wenders qu’il ne faut pas que l’Eglise se réduise à une ONG. 

Quand on ne comprend rien à l’économie mieux vaut ne pas en parler

Pourtant, écoutons bien la construction intellectuelle de François. Quand l’Eglise coure-t-elle le risque de se réduire à une simple ONG? Lorsqu’elle abandonne l’exigence de pauvreté radicale du Christ! Certes. Mais rapidement on a l’impression que la pauvreté que prêche le Pape se limite à la pauvreté matérielle. La pauvreté, comme l’humilité ou la chasteté, est une porte d’entrée dans l’Evangile tout entier, à condition de lenvisager dans toutes ses dimensions: non seulement matérielle mais aussi psychologique et spirituelle. Je comprendrais un pape qui mette la première des béatitudes prononcée par Jésus (« Heureux les pauvres (qui habitent) dans l’Esprit ») au coeur de son enseignement; mais ce n’est pas ce que fait François. Il se contente de parler de la pauvreté matérielle; il reste largement dans le domaine temporel. 

Le Pape développe un discours économique complètement statique, sur le partage des richesses à l’échelle mondiale; comme si la richesse générée par l’économie mondiale n’était pas en croissance permanente, ce qui n’empêche pas, au contraire, de poser la question du nombre de ses bénéficiaires. Par une formule qui n’est brillante qu’en apparence, François explique que la première des pauvres, c’est « la Terre », notre planète, qui a été dépouillée de ses ressources. L’image est intéressante par ce qu’elle révèle de la vision qu’a l’évêque de Rome du capitalisme, qui ne serait au fond qu’un système de prédation, de pillage institutionnalisé. On comprend bien comme toute la pensée de François découle d’une lecture de l’exigence évangélique de pauvreté qui réduise cette dernière à la misère matérielle. Effectivement, si ce qui se joue, c’est uniquement le pillage des uns par les autres; à partir du moment où l’on ne fait pas la distinction entre la prédation, la thésaurisation et l’usure de l’ancien monde, d’une part, et l’échange protégé par l’Etat de droit, l’épargne source d’investissement et le taux d’intérêt modéré qui rendent possible le capitalisme d’autre part, , on se condamne à une lecture simpliste du monde contemporain. Elle conduit à ne pas voir que le seul système capable de se réformer, d’apprendre de ses erreurs et d’enrichir le plus grand nombre est le capitalisme; elle amène à prôner un impératif d’accueil inconditionnel et pérenne de l’étranger qui franchit la frontière, même illégalement, sans se préoccuper des capacités de la société d’accueil ni de savoir si les immigrants sont porteurs de valeurs compatibles avec la vie en démocratie. Elle conduit, au nom de la préservation de l’environnement, à accepter, sans l’avouer ouvertement, le planning familial et, plus globalement, la séparation entre sexualité et procréation, que l’Eglise catholique avait pourtant toujours refusée depuis les premières tentations eugénistes de la fin du XIXè siècle. 

Un pontificat prisonnier de l’intelligentsia néolibérale

J’aurais aimé un film qui montrât les contradictions d’un pape qui révèle, sans doute à son corps défendant, les contradictions du progressisme. François a ostensiblement décidé de ne pas habiter les appartements pontificaux, sous prétexte qu’ils seraient luxueux - comme si la beauté du Vatican n’était pas d’abord un bien immatériel à entretenir soigneusement car il appartient à tous les catholiques et oriente les yeux de l’humanité vers la beauté. On le voit, dans le film, repartir du Congrès américain dans une toute petite voiture entourée de limousines; mais cela n’empêche pas le pape François de soutenir les sommets environnementaux mondiaux dont le planisme est digne de l’ancienne Union Soviétique et pour lesquels on brûle inutilement des millions de litres de kérosène - au lieu de faire confiance à la capacité de la science, de l’innovation et de l’entrepreneuriat à inventer les systèmes propres de distribution d’énergie. L’une des contradictions les plus évidentes de François, et qu’un Allemand comme Wenders aurait dû relever, est le fait de s’appuyer d’abord et avant tout sur l’Eglise d’Allemagne, la plus riche de la planète, pour réformer l’Eglise. Or s’il y a bien un endroit où l’on comprend le danger d’un christianisme vidé de sa substance spirituelle à force de se confondre avec le progressisme, c’est bien l’Allemagne. 

Nous sommes finalement devant le paradoxe d’un pape parti de l’exigence de pauvreté radicale formulée par le Christ et qui finit prisonnier de l’intelligentsia néolibérale. Le pape s’est mis entre les mains de la partie de l’épiscopat catholique la plus contestable: non seulement parce que l’Evangile n’est pas une pensée du monde ni un programme humanitaire; mais aussi parce que cet épiscopat a fait preuve de bien peu de discernement sur la crise de l’Eglise: aussi bien sur les symptômes (le scandale de la pédophilie) que sur les causes (le déclin théologique, philosophique et liturgique). Vous avez suivi comme moi les rebondissements des derniers mois. A force de s’appuyer sur des prélats progressistes, François a remis en selle des individus douteux, comme le Cardinal McCarrick, qui avait été écarté par Benoît XVI. Ce n’est pas faire un procès d’intention aux progressistes que de constater qu’ils ont été bien moins vigilants que les conservateurs dans le recrutement des séminaristes des années 1960 aux années 1980 et que l’Eglise l’a payé par un certain nombre de prêtres pédophiles et un manque de sévérité de plusieurs évêques devant des scandales à répétition. Ce n’est pas faire injure à François que de constater qu’il a été, derrière la fermeté de ses propos sur le sujet, dans les faits plus laxiste que Jean-Paul II et Benoît XVI pour combattre les scandales de moeurs dans le clergé. 

Il ne s’agit pas de personnaliser à outrance. François n’aurait jamais dû devenir pape: c’est la faiblesse de caractère de Benoît XVI, certainement magnifique théologien mais incapable de supporter la pression politique liée à la fonction qui est à l’origine de l’élection du pape argentin. Et lorsque j’entends des catholiques de la génération Jean-Paul II citer les formules empruntées à la théologie de la libération de l’encyclique sur l’environnement Laudato si, je me dis que l’Eglise est loin d’être composée de disciples du Christ adultes, qui sachent la différence entre la papolâtrie et le respect d’un pape garant de l’orthodoxie et de la continuité de la Tradition. 

L’Eglise  de 2018 a-t-elle un ou deux papes - et donc aucun? 

Il m’arrive de me demander si l’Eglise aujourd’hui a un pape ou deux - et donc aucun. Pourquoi Benoît XVI a-t-il gardé la soutane blanche? Qu’est-ce que la théorie absurde développée par celui qu’on décrit comme un grand théologien, lorsqu’il a expliqué, en 2013, qu’il n’était plus pape en exercice mais restait pape par élection? Le souverain pontificat n’est pas un ordre: il s’agit d’une fonction, d’un service envers les cardinaux et toute l’Eglise. Benoît XVI aurait dû, quittant ce service, remettre la soutane noire, épiscopale. L’image que les chrétiens du monde entier ont régulièrement sous les yeux est celle de deux papes ! Au Moyen-Age, l’Eglise se serait ouvertement divisée entre les partisans des deux. Et il aurait fallu, à la fin, les déposer tous les deux. 

Je m’arrrêterai là parce que je suis ni catholique ni théologien. Mais je constate simplement que les promesses du pontificat de François n’ont pas été tenues. Cet homme qui commença adulé par les médias et les progressistes du monde entier a été incapable de réformer l’Eglise comme il l’avait annoncé; et il semble de plus en plus empêtré dans la gestion désastreuse des scandales de pédophilie. Il garde une popularité réelle parmi les catholiques d’Asie et d’Afrique mais il est de plus en plus mal perçu en Europe et en Amérique. Je ne sais pas comment tout cela finira. Mais j’aurais aimé qu’un grand cinéaste contemporain nous offre un film critique au lieu d’une hagiographie progressiste. 

Je vous souhaite un joyeux Noël

Bien fidèlement 

 

Benjamin Disraëli

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
cloette
- 26/12/2018 - 09:09
non non Ganesha
St Paul était asexué, et c'était un athée converti de façon soudaine, ses lettres aux Galates, aux Corinthiens etc sont remplies de fougue, sans l'ombre de la vile sexualité que vous évoquez de façon fort triviale .
Ganesha
- 25/12/2018 - 20:45
Cloette
Je n'ai pas étudié cette question en détails, mais il me semble qu'il y a de grandes différences entre les homosexuels ''passifs'', du genre coiffeurs et grands couturiers, et les ''actifs''...
cloette
- 25/12/2018 - 18:18
@Ganesha : st paul
était misogyne, et un homosexuel n'est jamais misogyne. au contraire.