En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© TOBIAS SCHWARZ / AFP
Deutsche Qualität

Pourquoi la volonté de Trump de taxer l'automobile allemande pourrait bien dégénérer en guerre commerciale

Publié le 24 décembre 2018
L'administration américaine pourrait décider, dans le courant du mois de janvier, de qualifier le secteur automobile européenne comme menace à la sécurité nationale, ce qui pourrait entraîner la mise en place de tarifs douaniers de l'ordre de 25%.
Michel Fouquin est conseiller au Centre d'Etudes Prospectives et d'Informations Internationales (CEPII) et professeur d'économie du développement à la faculté de sciences sociales et économiques (FASSE).
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Fouquin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Fouquin est conseiller au Centre d'Etudes Prospectives et d'Informations Internationales (CEPII) et professeur d'économie du développement à la faculté de sciences sociales et économiques (FASSE).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'administration américaine pourrait décider, dans le courant du mois de janvier, de qualifier le secteur automobile européenne comme menace à la sécurité nationale, ce qui pourrait entraîner la mise en place de tarifs douaniers de l'ordre de 25%.

Atlantico: Comment évaluer l'impact d'une telle décision pour l'Allemagne, et pour l'Europe plus largement ? 

Michel Fouquin : Depuis janvier 2017 le Président Trump menace régulièrement de taxer fortement les importations de véhicules allemands, initialement de monter les tarifs à 35 % puis plus récemment à 25%, au nom dit-il de la sécurité nationale, le même argument qui a servi à monter au  premier juin 2018 les droits sur les importations venues d’Europe  à 25% sur l’acier et  à 10% sur l’aluminium. Cette menace protectionniste porte en réalité sur l’ensemble des relations entre les États-Unis et l’Union Européenne et sur la volonté de réduire le déficit bilatéral entre ces deux zones. L’automobile allemande apparaît, avec un excédent de 24 milliards de dollars en 2016, comme la principale source de déséquilibre. Ce sont surtout les automobiles allemandes de haut de gamme qui sont en cause car elles représentent 90% de ce segment de marché aux États-Unis.

Fin 2018 les trois constructeurs allemands se sont rendus à Washington pour rencontrer les responsables de la politique commerciale américaine pour faire valoir leur cause. BMW et Daimler insistants notamment sur l’importance de leur production de véhicules SUV localisée aux États-Unis, plus de huit cent mille véhicules y sont produits dont plus de la moitié est exportée, et ils envisagent d’accroitre leurs capacités de production; VW, en retard dans ce domaine, en proposant pour sa part d’y développer la production de véhicules électriques. Par ailleurs BMW insiste sur l’importance de ces exportations vers la Chine à partir de sa production américaine (70%) soulignant les risques que lui font courir la guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis, remettant en question ces investissements.

Cette initiative n’est pas du gout de la Commission européen seule habilitée à négocier sur le commerce avec les États-Unis. Fin aout 2018 La commissaire européenne au Commerce, Cecilia Malmström, a affirmé que l'UE était prête à inclure l'automobile dans un éventuel accord commercial avec les États-Unis, afin de mettre un terme au conflit en cours avec Washington. «Nous sommes prêts à réduire à zéro nos droits de douane même sur les automobiles…si les États-Unis font de même ». Pour rappel, l'Europe taxe actuellement les voitures américaines à hauteur de 10%. Les Américains, eux, taxent les voitures européennes à 2,5% (25% pour les camionnettes et pick-ups).

Ainsi pour l’instant on continue de négocier. Quelle est la probabilité d’aboutir à un accord, cela reste très incertain d’autant que les États-Unis veulent inclure l’agriculture dans les négociations ce que refuse à tout prix la Commission, à la demande de la France en particulier.

 

Alors que les exportations automobiles à destination de la Chine ont également connu une baisse lors du T3 2018, entraînant une baisse du PIB allemand lors de ce même trimestre, comment évaluer les perspectives plus générales des exportations automobiles allemandes ? 

Pour l’industrie allemande un tarif américain de 25% se traduirait par une perte de 5 milliards de dollars de chiffre d’affaires, mais, surtout, cette décision s’accompagnerait d’une guerre commerciale généralisée avec répliques de la part de l’Europe, amorçant une escalade tarifaire sans fin. Un tel scénario catastrophe pourrait déboucher sur des taux extraordinairement élevés de l’ordre de 60%. Ce n’est pas encore le scénario plus probable. Mais cette menace intervient à un moment où les perspectives s’assombrissent dans le monde entier : ralentissement de la croissance américaine, chinoise et allemande même après des années de vaches grasses. A ce cycle conjoncturel se combine une triple révolution de l’industrie.

Il s’agit d’une véritable révolution qui touche  l’industrie manufacturière dans son ensemble. L’industrie automobile et les services qui lui sont liés sont au cœur de cette révolution. Cette révolution remet en cause à la fois le processus de production avec l’émergence de l’industrie du futur, le produit avec la voiture électrique, la voiture autonome et connectée, et enfin l’usage du produit avec les nouvelles mobilités et le véhicule partagé que nous n’aborderons pas ici. L’urgence de cette mutation se fait de plus en plus sentir avec la multiplication des réglementations dans le monde entier visant à imposer dans des délais qui semblent très courts des voitures « propres ». Si l’Allemagne est en avance dans la robotique elle semble en retard sur la voiture électrique et autonome.

Qu'est ce que ce changement de contexte pour ce secteur devrait avoir comme effet sur la stratégie industrielle allemande ?

La voie japonaise est-elle jouable pour contrer cette menace ? 75% des voitures japonaises vendues aux États-Unis y sont fabriquées, c’est en large partie l’effet des mesures protectionnistes prises par l’administration américaine de Reagan au début des années quatre-vingts. Celle-ci imposât un sévère quota à l’importation de véhicules japonais, bien plus décisif que des droits de douane de 20%. Pour l’Allemagne cela signifierait fermer des usines installées au Mexique pour l’exportation vers les États-Unis et de les réinstaller au nord du Rio Grande. Le haut de gamme restant localisé en Allemagne, ce sont les véhicules plus ordinaires qui y seraient produits.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

02.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

03.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

04.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

05.

Quand Isabelle (Saporta) trompe Yannick (Jadot) avec Gaspard (Gantzer) et que le vrai cocu s'appelle David (Belliard)

06.

La fin des Bisounours : les experts en marketing découvrent que plus d’un Français sur deux avoue une attirance pour « les méchants »

07.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

03.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

04.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

Greta Thunberg : un voyage à New-York en bateau... mais six vols en avion pour l'organiser

01.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

02.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

03.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

04.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

05.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

06.

Italie : quelles leçons pour la droite française ?

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
edac44
- 24/12/2018 - 09:57
USA contre reste du monde, c'est pour bientôt !...
Les américains (mais pas que ...) aiment les belles voitures et elles sont allemandes. Donald Trump peut-il obliger ces concitoyens à acheter les "grosses merdes" US qui consomment 40 litres au cent à l'heure des économies d'énergie ???