En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

04.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

07.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

03.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

03.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Une galaxie naine est entrée en collision frontale avec la Voie lactée ; Osiris-Rex : la Nasa inquiète de perdre son précieux chargement prélevé sur l’astéroïde Bennu
il y a 2 heures 1 min
pépites > International
Tensions
Macron a rappelé à Paris l'ambassadeur de France en Turquie après l'insulte d'Erdogan
il y a 4 heures 4 min
décryptage > Economie
Les lignes bougent

Etats-Unis, Chine, Europe : quelle remondialisation ?

il y a 5 heures 39 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Hélène Cixous ou l’empire des nuances

il y a 5 heures 48 min
décryptage > Education
Signes de faiblesses et de lucidité

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

il y a 6 heures 10 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Intégration et inégalités : comment la pensée décoloniale s’est propagée au sein des banlieues

il y a 6 heures 27 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Survivre : la quête de l’espèce humaine face aux multiples menaces

il y a 6 heures 30 min
décryptage > Politique
LFI (La France Islamiste)

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

il y a 6 heures 31 min
décryptage > Société
Dangers du siècle

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

il y a 6 heures 35 min
light > Société
Une heure de couvre-feu en plus !
Tout ce qu'il faut savoir sur le changement d'heure (eh oui, c'est ce weekend !)
il y a 22 heures 13 min
pépites > Politique
Menace qui pèse sur la France
Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"
il y a 3 heures 49 min
décryptage > Politique
Non-débat

Pourquoi l’usage abusif de la honte comme argument politique est en train d’asphyxier notre démocratie

il y a 5 heures 24 min
décryptage > International
Coup diplomatique

Du blé contre la reconnaissance d’Israël par le Soudan

il y a 5 heures 44 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Climatisation à moindre impact : de nouvelles peintures pour bâtiments pourraient permettre de rafraîchir les immeubles
il y a 5 heures 55 min
décryptage > Histoire
Latrines

Des archéologues fouillent les restes de toilettes médiévales afin de mieux comprendre l'impact de notre régime alimentaire sur notre santé

il y a 6 heures 16 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Les surdoués demandent-ils l’impossible en amour ?

il y a 6 heures 29 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’absence de débouché politique face à la colère du peuple

il y a 6 heures 31 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Emmanuel Macron : de la réforme à la transformation

il y a 6 heures 31 min
décryptage > Société
Etat profond

QAnon contre Antifas : pour de plus en plus de gens, la vérité est ailleurs. Et le problème est qu’ils ont partiellement raison…

il y a 6 heures 35 min
pépite vidéo > Politique
Concours de punchlines
"Quelles sont vos propositions ?" Olivier Véran s'agace face aux députés
il y a 22 heures 33 min
Atlanti-Culture

"Le Choix de Gabrielle" de Danielle Mathieu-Bouillon : Quand l'amour apprivoise la mort

Publié le 17 décembre 2018
Jean Ruhlmann pour Culture Tops
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»

VU PAR JEAN RUHLMANN

 

THÉÂTRE

LE CHOIX DE GABRIELLE

De Danielle Mathieu-Bouillon

Mise en scène : Danielle Mathieu-Bouillon

 

Avec Bérengère Dautun (Laure) Sylvia Roux (Léa)

 

INFORMATIONS 

Studio Hebertot

78 bis Bd des Batignolles Paris 17°

 LES MERCREDIS, à 21 heures.

RÉSERVATIONS : 01 42 93 13 04 / www.studiohebertot.com

 

RECOMMANDATION 

EXCELLENT

 

THÈME

• Léa, jeune anthropologue spécialiste des rites funéraires, surprend Laure - veuve d’un médecin avec qui elle a vécu maritalement dans un bonheur parfait - en pleine conversation avec feu son mari devant la tombe de celui-ci, en plein cimetière de Bagnolet.

• Les deux femmes se lient vite d’amitié et en viennent à évoquer le cas de Gabrielle pour qui Laure, alors infirmière, s’est prise d’amitié, avant que Gabrielle ne décède d’un cancer du sein.

• Léa, orpheline de père et de mère, cherche alors à en savoir plus sur les circonstances du décès de Gabrielle, qui continuent de hanter sa nouvelle amie au soir de sa vie. Mais les dissimulations à ce sujet ne sont pas seulement imputables à Laure...

• Danielle Mathieu-Bouillon, qui a écrit cette pièce, collabore à Culture-tops, ce qui place évidemment l’auteur de cette chronique dans une situation potentiellement inconfortable… sauf à considérer qu’en toute circonstance il faille « appeler un chat un chat », ce à quoi l’on s’est employé dans les lignes qui vont suivre....

POINTS FORTS 

• Cette pièce évoque d’abord avec une grande finesse les différentes facettes de la mort - deuil de l’autre, acceptation du manque et de l’absence - jusque dans la manière dont Léa, rendue abandonnique par le décès de ses parents, multiplie les malentendus avec son amoureux lorsque ce dernier s’éloigne un tant soit peu d’elle.

• La première partie du Choix de Gabrielle évoque avec justesse le poids des morts sur les vivants, avec son lot de désarroi, de dépression, de vengeance et de pardon.

• Le thème central de la pièce est l’euthanasie, et la manière dont il s’affirme comme sagesse et choix d’une mort digne dans le fil d’une vie pareillement digne, en dehors de toute considération religieuse notamment.

• L’intrigue, circulaire, bien conçue et agencée, est servie par l’interprétation d’une extrême sensibilité et d’une grande mesure livrée par Bérengère Dautun, qui réussit à restituer - parfois simultanément - douleur et gaieté.

POINTS FAIBLES 

• La pièce est un vibrant plaidoyer pour changer le regard et les pratiques sur la fin de vie, et il est manifeste que l’auteure en parle en connaissance de cause. Cependant, était-il nécessaire, pour évoquer l’omniprésence de la mort, qu’il y ait une telle cascade de décès, récents ou non, au prix de concours de circonstances pas toujours heureux pour l’intrigue.

• On relève une orientation un peu plus didactique à partir du moment où l’intrigue se résout : ce qui était évoqué de manière subtile au début de la pièce vire parfois à la démonstration circonstanciée qui alourdit le plaidoyer.

• La mise en présence de Bérengère Dautun avec une comédienne plus jeune et moins chevronnée produit un certain contraste : si la fougue est bien au rendez-vous, le côté un peu “martial“ de l’interprétation nuit à la jeunesse et à la lumière revendiquées pour le rôle de Léa.

EN DEUX MOTS 

Le Choix de Gabrielle évoque, avec tact, sensibilité et intelligence, un sujet d’actualité par les douloureuses extrémités auxquelles l’amour de l’autre peut conduire.

UN EXTRAIT

«  Cette tombe est vide. Tu es partout maintenant ! » (Léa)

L’AUTEURE 

Danielle Mathieu-Bouillon a consacré sa vie au théâtre, aux côtés de son mari, le regretté Serge Bouillon. En effet, elle y a exercé la plupart des métiers, de celui d’éclairagiste dès l’âge de 17 ans et demie à l’administration des théâtres Antoine, puis Comédia, en passant par l’enseignement, sans oublier, encore aujourd'hui, la présidence du très recherché Prix du Brigadier.

Avant Le choix de Gabrielle, elle a écrit et mis en scène Avec deux ailes.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires