En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
Atlanti-culture
Le coup de coeur de la semaine - "Le Meurtre du Commandeur" : confirmation, Murakami est au-dessus du lot
Publié le 16 décembre 2018
Son nom ne vous dit peut-être rien même si on parle de lui pour le Nobel depuis un certain temps. Mais franchement, lisez ses deux derniers livres. Vous nous remercierez.
Charles-Édouard Aubry est chroniqueur pour Culture-Tops.Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Charles-Édouard Aubry pour Culture-Tops
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Charles-Édouard Aubry est chroniqueur pour Culture-Tops.Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Son nom ne vous dit peut-être rien même si on parle de lui pour le Nobel depuis un certain temps. Mais franchement, lisez ses deux derniers livres. Vous nous remercierez.

LIVRES

Le Meurtre du Commandeur, livres 1 et 2
D’Harki Murakami
Traduit du japonais par Hélène Morita
Ed. Belfond
Livre 1 : 456 pages, livre 2 : 476 pages
23,90 € chaque livre

RECOMMANDATION

EN PRIORITE

THEME

Le narrateur est un peintre que sa femme vient de quitter. Il trouve refuge dans une maison isolée dans la montagne, qui a appartenu à un peintre célèbre. Dans le grenier il trouve une toile emballée, le Meurtre du Commandeur.

Parallèlement, des événements étranges surviennent : il entend des bruits de clochette la nuit, il rencontre un mystérieux voisin qui lui demande de faire son portrait ... 

Un jour, le Commandeur du tableau lui apparaît. Il mesure 60 centimètres et c’est le début d’un parcours initiatique, étrange et inquiétant, qui va confronter le héros aux obsessions de Murakami : l’art, la solitude, la transmission, la fragilité.

POINTS FORTS

Murakami trace son sillon en produisant des romans sans cesse plus ambitieux, qui s’inscrivent dans la continuité de son oeuvre. Chaque livre est le fruit d’une inspiration qui, loin de se tarir, semble s’enrichir et se renouveler constamment. A près de 70 ans, là où un Philip Roth a connu une fin de carrière pénible faite de petits opus mineurs, Murakami continue à surprendre avec des romans foisonnants, au souffle épique.

On retrouve le même voyage symbolique et initiatique que dans « La course du mouton sauvage », le premier de ses livres qui connut le succès en France mais aussi, l’initiation magique et hypnotique de « Kafka sur le rivage ». A chaque nouveau livre, on retrouve l’univers et les personnages de Murakami, personnel et obsessionnel, qui nous aspire comme dans 1Q84. Ici, des hommes et des femmes, à différentes étapes de leur vie, sont confrontés à des événements inattendus qui vont les marquer à jamais. Ce mille-feuille d’histoires superposées qui communiquent entre elles compose les épisodes d’une vie.

L’écrivain est passionné par les arts (en octobre est également paru un livre sur ses échanges avec le chef d’orchestre Seiji Ozawa), son héros est un peintre qui entretient un rapport très personnel avec son art et ses modèles. Murakami parle magnifiquement de la peinture et de la création artistique, du rapport à la réalité et sa retranscription, de l’expertise technique et, plus généralement, du rapport à son sujet, ce qui pousse l’artiste à le peindre et son sentiment face à l’achèvement d’une toile.

POINTS FAIBLES

A mon avis -et je ne suis pas le seul...- Murakami n’a pas de point faible. Mais il se peut qu’il soit mal compris, comme par les autorités de Hong-Kong, par exemple, qui ont fait interdire son roman aux moins de 18 ans pour « indécence », ce qui est totalement absurde et dépassé.

EN DEUX MOTS

"Le Meurtre du Commandeur", c’est la nécessité de tuer le père, de s’affranchir des contraintes qu’on s’est construites, de sortir du cadre imposé et gagner sa liberté, qu’elle soit créatrice, affective ou familiale. Chaque personnage est confronté à un choix, qui est  de franchir ce pas, ou non, et de se réaliser. Pour chaque d’eux, il y a un avant et un après "Le Meurtre du Commandeur."

UN EXTRAIT

Livre 2, page 359:

« Quoi qu’il en soit, il fallait absolument que je vois Marié dans ce monde réel et que nous discutions longuement en tête à tête. Il fallait que nous échangions des informations sur les événements auxquels l’un et l’autre nous étions confrontés durant ces quelques jours. Si c’était possible.

Mais ici, était-ce vraiment le monde réel ? » 

(…) Pourtant, ce que je prenais pour le monde réel ne l’était peut-être pas vraiment. Peut-être était-ce seulement ce que je croyais".

L'AUTEUR

Haruki Murakami est né à Kyoto en 1949. Son œuvre est traversée par ses années « de formation » : études de théâtre et de cinéma, patron d’un club de jazz.

Il est aujourd’hui l’un des écrivains les plus importants, tant sa lecture de la société nous aide à mieux la comprendre.

Les rapports qu’entretiennent les gens dans ses livres sont marqués par une difficulté grandissante à communiquer; ils trouvent refuge dans des univers parallèles, fantastiques et surréalistes, à la recherche d’un ailleurs.

Plusieurs fois favori pour le Nobel (qui a préféré se déshonorer en n’attribuant pas son prix en 2018), l’originalité, la cohérence et la puissance de son  œuvre, construite sur quatre décennies, font d' Haruki Murakami  un écrivain qu’on gagne vraiment à lire.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Mots-clés :
culture
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Travaux à Paris : « Je creuse donc je suis ! »
02.
Une série d’erreurs serait à l'origine de l’incendie de Notre-Dame de Paris
03.
Les médecins de Britney Spears dévoilent la vérité sur son hospitalisation
04.
Les princes William et Harry n’auraient jamais dû s’appeler ainsi
05.
Pourquoi la France est malade de son immobilier
06.
De #GaspardGlanz au passé de Nathalie Loiseau, ces clashs qui soulignent la mentalité de guerre civile qui gagne les esprits français
07.
Ces risques malheureusement ultra prévisibles liés au retour de l’encadrement des loyers à Paris
01.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
02.
Manon Aubry découvrira-t-elle que la FI est une secte stalinienne avant ou après les élections ?
03.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
04.
De #GaspardGlanz au passé de Nathalie Loiseau, ces clashs qui soulignent la mentalité de guerre civile qui gagne les esprits français
05.
Tous végétariens ou vegans ? Quand l’OMS met le hola sur les régimes universels écologiques
06.
Trêve ou flottement au sommet ? Quoiqu’il en soit, voilà les 5 questions de fond auxquelles Emmanuel Macron devra absolument répondre s’il veut reprendre la main
01.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
02.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
03.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
04.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
05.
Pourquoi les erreurs européennes dans le traitement de la crise financière de 2008 sont les racines de la guerre commerciale entre les Etats-Unis et l’UE
06.
Névroses nationales : et la France de demain, vous la voulez à l’identique ou conscientisée ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires