En direct
Best of
Best of du 12 au 18 janvier
En direct
© UPI / AFP
L'histoire se répète toujours deux fois
2019 est-elle bien partie pour être un nouveau 1929 ?
Publié le 13 décembre 2018
Les tensions chinoises, italiennes, britanniques ou encore française pourraient menacer la hausse sans faille du marché américain depuis désormais 10 ans.
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les tensions chinoises, italiennes, britanniques ou encore française pourraient menacer la hausse sans faille du marché américain depuis désormais 10 ans.

Atlantico : Alors que le marché boursier américain est orienté à la hausse depuis bientôt 10 ans, dans un contexte de tensions sur la situation chinoise, mais également concernant l'Italie, le Brexit, ou encore des problématiques de resserrement des politiques monétaires mondiales, quels sont les risque de voir l'année 2019 ressembler à celle de 1929 ? 

Jean-Paul Betbeze : Il est toujours bon de penser à 1929, comme à une épée de Damoclès qui pèse en permanence sur les marchés boursiers. C’est surtout bon quand on rêve que la croissance est là pour toujours, que les cycles ont disparu ou que les politiques de soutien à la croissance, fiscales, budgétaires, douanières vont en permanence soutenir l’activité.

Voilà effectivement dix ans que le Dow Jones monte, plus précisément qu’il connaît un passage assez régulier de 10 000 début 2010 à 24 700 maintenant. Mais voilà quand même des mois qu’il titube, depuis un plus haut de 26 000 en octobre. Les explications s’ajoutent pour rendre compte de ce changement : tensions des États-Unis avec la Chine, affaiblissement des effets de la politique fiscale américaine, craintes sur le libre-échange et la globalisation, montée des tensions régionales (mer de Chine, Iran, zone euro…) et mondiales (réchauffement climatique).

Dans ce contexte, les politiques monétaires qui ont partout fait baisser les taux longs et courts, soutenant l’activité et les bourses, sont en question. La réponse est que toutes vont jouer les prolongations de la souplesse. Le Japon est le grand gagnant, avec des taux courts à -0,1% et à 10 ans à 0,6% pour obtenir une croissance de -0,6% sur un an dernier trimestre ! Vient la zone euro qui ne changera rien, avec une croissance de 0,2% et des taux courts qui vont rester à 0% et des taux longs à 0,3% pour l’Allemagne (et une inflation à 2,3% !). Tout dépend donc, en termes de mouvement, des États-Unis en croissance à 3,5%, avec une inflation à 2,2% et des taux courts à 2,2% et longs à2,9%. Est-ce que la semaine prochaine, Jerome Powell, le Président de la Banque centrale américaine, va augmenter ses taux une quatrième fois cette année et annoncer pour 2019 trois hausses, comme il l’avait dit il y a quelques mois, ou deux, ou une, ou zéro ?

Une hausse des taux américains le 19 décembre et 3 ensuite : les marchés ne vont pas aimer du tout. Ils attendent bien moins : une hausse ou aucune et surtout des explications pour le guidage qui vient. Leur nervosité vient du ralentissement en cours, des effets imprévisibles des politiques de Donald Trump et des pressions qu’il exerce sur la Fed, lui demandant de freiner, sinon d’arrêter, ses hausses.
Les marchés font ainsi la liste des raisons pour un nouveau 29 : importance de la dette privée américaine, la dette des entreprises monte toujours (46% du PIB) et les profits ne suivent plus (2,9 fois l’EBITDA) plus celle des étudiants, plus Chine, Italie, Brexit, normalisations des politiques monétaires et tensions sur les entreprises et pays émergents endettés… en ajoutant la politisation des politiques monétaires : Chine bien sûr, Japon, Inde et aussi États-Unis. 

Tout le monde va chercher la normalisation lente, avec des taux courts américains qui monteraient peu et des taux longs en hausse légère, bref une courbe aussi plate que possible, et en zone euro une prolongation du statu quo, même après le départ de Mario Draghi. 

Mais cette apesanteur monétaire qui vient du jeu des forces adverses ne pourra durer : les États-Unis vont ralentir et la zone euro souffrir, même sans catastrophe. 

Quelles sont les zones économiques les plus vulnérables dans le contexte actuel ? 

Les pays émergents avec entreprises endettées en dollars (Argentine, Brésil, Turquie) seront regardés par les agences de rating. Si l’on s’intéresse aux pays très aidés (par l’Arabie saoudite), il faut regarder le Liban, en net ralentissement, surendetté, où les dépôts bancaires sont largement dollarisés, ce qui n’en exclut pas les tensions : le taux de rémunération des dépôts bancaires en monnaie locale est de 7,74% en octobre 2018 et de 4,63% pour les dépôts en dollars. Et l’Arabie a beau avoir du pétrole, et beaucoup, elle est en déficit budgétaire récurrent. Mentionnons la zone euro : il n’est pas sûr que les marchés restent patients avec l’Italie ou comprennent la stratégie d’Emmanuel Macron qui n’a pas fondamentalement remis en cause sa stratégie de l’offre (ordonnances et lois sur les entreprises, ISF et flat tax…). Le point problématique est la Chine, en ralentissement et aux banques opaques, mais on n’imagine pas une crise mondiale qui en viendrait. Regardons comme toujours les pays ou la dette est importante, les États-Unis, et fragiles (Turquie, Liban…). 

Quels sont les moyens dont nous disposons pour anticiper et se préparer à d'éventuels chocs de cette nature ? 

Se renforcer soi-même, plus avec ses amis et alliés. On ne parle pas en France de déficit extérieur, alors que c’est la preuve manifeste de notre faiblesse. Certes, la réduction de la dette publique vient de celle du déficit, en attendant l’excédent, qui ne pourra venir que de l’excédent commercial. Et comme il paraît irréaliste de l’évoquer, on soutient la demande interne en augmentant le Smic, grâce à plus de déficit et de dette publique ! Nous n’y sommes donc pas ! Tenir un discours de vérité est  impossible : il faut donc garder le cap sur la rentabilité des entreprises, pousser l’épargne vers leur financement, ne pas augmenter le Livret A et former, par l’apprentissage et l’alternance. Enfin, sauf si on désire que la zone euro explose, il faut bien se dire que le rendement moyen si faible des obligations allemandes (0,3%) explique la modestie du nôtre (0,7%) par rapport au 3% italien. Donc, continuer à renforcer notre compétitivité et notre productivité, il n’y a pas mieux, même si nous venons de prendre du retard sur le planning, faute d’explications et de proximité.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Comment le Canard Enchaîné a envoyé François Fillon, Jacques Chaban-Delmas et Valéry Giscard d'Estaing au cimetière des éléphants de la politique
03.
Gilets jaunes : l’inexplicable (et énorme) échec des Républicains
04.
L'ancien garde du corps de Lady Di s'inquiète pour la sécurité de Meghan Markle
05.
Grand Débat à Souillac : le Président qui mouillait sa chemise (jusqu’à risquer de la perdre ?)
06.
"Il entend, mais il n'écoute personne" : les conseillers de Macron sont au bout du rouleau
07.
10% des oeuvres d'art de l'Etat portées disparues
01.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
02.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
03.
Patrick Bruel aime une nouvelle femme de (bien) moins de 50 ans; Vincent Cassel : entre sa (très) jeune épouse & sa fille aînée, c’est tendu; Sophie Marceau s’occupe de son fils, René-Charles Angélil-Dion de ses frères, Anouchka Delon de toute la famille
04.
Wauquiez pousse une colère contre la direction de LR, et Thierry Mariani contre Wauquiez ; L'Obs s'inquiète de la crise financière qui vient ; François-Xavier Bellamy en guerre contre le progressisme ; Ces députés LREM attaqués
05.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
06.
Et la raison pour laquelle les Allemands commencent sérieusement à s’inquiéter d’un Brexit sans deal est…
07.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
01.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
02.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
03.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
04.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
05.
Ce à quoi se condamnent lentement mais sûrement les Gilets jaunes
06.
Sévère répression des gilets jaunes : la justice française est-elle en train de préfèrer l’ordre à la justice ?
01.
Grand débat national : l’équation impossible d’Emmanuel Macron
02.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
03.
Pourquoi Macron, les populistes et les gilets jaunes sont tous le produit de la même vague (et pourquoi ils seraient bien inspirés de le comprendre réciproquement)
04.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
05.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
06.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pharamond
- 14/12/2018 - 21:01
Pas folle la guêpe!
Donald Trump est un business-man;il a ,entre-autres un gros portefeuille d'actifs dont des actions. Il ne va pas se mettre sur la paille . Il décidera quand arrêter les bisbilles avec la Chine, première cause de l'instabilité économique mondiale. Cela semble être déjà en route. Pas folle la guêpe.
Ganesha
- 14/12/2018 - 12:40
Bouddha
En tant que Bouddhiste, je brûle permanence des bâtonnets d'encens, je fais des offrandes, et je récite des mantras devant l'image de notre Maître Vénéré, dans l'espoir que cet événement libérateur survienne le plus rapidement possible !
jerome69
- 13/12/2018 - 14:54
ET la France
Je vois mal la France résister a un nouveau crack économique type 2008/2009, elle a beaucoup moins profiter des embellis économiques de ces dernières années à cause du boulet fiscal qui ralenti son économie, dernière de la classe dans tous les domaines sauf ds celui des prélèvements et taux d'imposition/ PIB, là on est champion du monde. ce nouveau crack mettrait en péril notre si cher système social et annoncerait sa faillite.