En direct
Best of
Best of du 12 au 18 janvier
En direct
© LUDOVIC MARIN / AFP
Bouc émissaire
Gilets jaunes : comment Bruno Le Maire oublie un peu vite les autres raisons de la baisse de la croissance française
Publié le 11 décembre 2018
Bruno Le Maire s'inquiète des sévères conséquences des Gilets jaunes sur l'économie française, mais oublie un peu vite que les révisions à la baisse des anticipations de croissance pour 2018 avaient déjà eu lieu avant la naissance du mouvement.
 Nicolas Goetzmann est journaliste économique senior chez Atlantico.Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage : 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
 Nicolas Goetzmann est journaliste économique senior chez Atlantico.Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage : 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Le Maire s'inquiète des sévères conséquences des Gilets jaunes sur l'économie française, mais oublie un peu vite que les révisions à la baisse des anticipations de croissance pour 2018 avaient déjà eu lieu avant la naissance du mouvement.

Atlantico : Suite au mouvement des Gilets jaunes, Bruno Le Maire estime que les perspectives de croissance s'amoindrissent pour la France, avec une baisse de 0.1 point pour le dernier trimestre en comparaison des prévisions antérieures. Comment analyser ce chiffrage ?

Nicolas Goetzmann : Lors du PLF 2018, les anticipations de croissance pour la France étaient de 1.7%, mais le gouvernement, jusqu'à la fin du mois de juin, envisageait la possibilité que celle-ci atteigne le chiffre de 2%. Puis, cet optimisme s'est estompé au fil des mois. A la sortie de l'été, Gerald Darmanin indiquait alors que la croissance annuelle serait révisée à la baisse mais ne serait pas inférieure à 1.8%. Pourtant, quelques semaines après, le gouvernement révisait ses estimations pour en revenir au chiffre initial de 1.7% du PLF.

Malheureusement, ce chiffre n'était déjà plus réaliste au lendemain de la publication de la croissance du 3e trimestre par l'INSEE (0.4%). Après 0.2% au 1er trimestre, 0.2% au 2e, et 0.4% au 3e, l'économie française aurait dû fortement accélérer pour atteindre un rythme de 0.8% au 4e trimestre pour voir le chiffre prévu par le gouvernement, 1.7%, se réaliser. C'est que ce l'on appeler un excès d'optimisme alors même que le contexte européen marquait un ralentissement en cours. La Banque de France sifflait la fin des fantaisies en prévoyant une croissance de 0.4% pour le T4, soit une croissance de 1.6% pour l'année 2018, inférieure aux prévisions du gouvernement, et largement inférieure à ses anticipations du mois de juin.

Maintenant, la nouveauté est que la Banque de France vient de publier une révision de son chiffre du T4, passant d'une prévision de 0.4% à 0.2%, ce qui aura pour effet de voir la croissance de l'année tomber au chiffre de 1.55%. Bruno Le Maire aura donc tout le loisir de dire que les Gilets jaunes ont tué la croissance du pays, mais la réalité montre autre chose. Entre le moment d'optimisme du gouvernement et sa croissance à 2% et le chiffre de 1.55% qui nous attend, les Gilets jaunes sont responsables de 0.05 point (soit 11%), tandis que les autres causes sont responsables d'une baisse de 0.40 point (soit 89%). Les Gilets jaunes jouent donc le rôle du coupable idéal.

Quelles sont ces autres causes du ralentissement de la croissance ?

La croissance ralentit dans l'ensemble de la zone euro, principalement en raison de l'annonce par la BCE de la fin du programme d'assouplissement quantitatif. Il s'agit de la cause principale qui s'accompagne également du frein au commerce mondial consécutif aux frictions sino-américaines. Les exportations allemandes à destination de la Chine sont en baisse par exemple. Si Bruno Le Maire a eu le loisir de pointer les difficultés rencontrées par l'économie française en raison de la guerre commerciale, rien n'a été dit concernant la cause principale, qu'est l'orientation macroéconomique de la BCE. Sans doute est-il plus aisé de taper les Gilets jaunes.

L'ironie pour le gouvernement est d'avoir vendu un agenda politique pro-croissance aux Français et de constater que le résultat est que nous sommes passés d'une croissance de 2.3% en 2017 à un chiffre probable de 1.55% pour 2018, soit une baisse de 30% pour la première année pleine du quinquennat. On peut entendre le gouvernement lorsqu'il annonce que "cela prendra du temps" mais cela n'explique pas la baisse constatée d'une année sur l'autre. L'explication est que c'est la macroéconomie européenne qui gouverne la croissance en premier lieu, et que celle-ci n'a jamais été questionnée par le gouvernement. Du moins, le fait majeur du changement d'orientation de la BCE, qui a été décisif pour les chiffres de 2018, n'a même jamais été commenté. Nous restons dans l'accessoire et dans l'aveuglement face au principal. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
L'étonnante proposition de Brigitte Macron à Valérie Trierweiler et Carla Bruni-Sarkozy
02.
Plus court mais mieux indemnisé : cette réforme de l’assurance chômage qui pourrait offrir une solution aux demandeurs d’emplois
03.
Connaissez vous Marie Kondo (la Japonaise qui a déclenché une folie du rangement dans le monde qui ne devrait pas tarder à atteindre la France) ?
04.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
05.
Changement climatique : Alexandria Ocasio-Cortez déclare que "le monde touchera à sa fin dans 12 ans"
06.
Ce biais statistique qui explique pourquoi la redistribution en France est loin d’être aussi efficace qu’on le croyait pour corriger les inégalités
07.
La tombe de Marc Antoine et Cléopâtre serait sur le point d'être découverte
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Plus court mais mieux indemnisé : cette réforme de l’assurance chômage qui pourrait offrir une solution aux demandeurs d’emplois
03.
Comment le Canard Enchaîné a envoyé François Fillon, Jacques Chaban-Delmas et Valéry Giscard d'Estaing au cimetière des éléphants de la politique
04.
Jacques Chirac, ce soudard amateur de bières et de belles femmes qui s'est avéré être un excellent chef des armées
05.
Connaissez vous Marie Kondo (la Japonaise qui a déclenché une folie du rangement dans le monde qui ne devrait pas tarder à atteindre la France) ?
06.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France ne vend pas l’Alsace à l’Allemagne mais les deux pays scellent la coupure entre les dirigeants et leurs peuples
07.
La tombe de Marc Antoine et Cléopâtre serait sur le point d'être découverte
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
03.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France ne vend pas l’Alsace à l’Allemagne mais les deux pays scellent la coupure entre les dirigeants et leurs peuples
04.
Les patrons américains préfèrent la France de Macron à l’Amérique de Donald Trump et l’idée du « grand débat » leur plait
05.
Aix-la-Chapelle ou la dernière illustration en date de l’intimidation morale qui asphyxie la démocratie française
06.
La tombe de Marc Antoine et Cléopâtre serait sur le point d'être découverte
01.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
02.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
03.
Gilets jaunes : l’inexplicable (et énorme) échec des Républicains
04.
Aix-la-Chapelle ou la dernière illustration en date de l’intimidation morale qui asphyxie la démocratie française
05.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
06.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
del1968
- 11/12/2018 - 14:35
L’Europe, sujet in - pensable ?
Très pertinent, mais jusqu’ici l’Europe, son fonctionnement - très juridique et pas très démocratique - et ses orientations économiques avec leurs conséquences sont des sujets tabous ... peut-être même, des sujets in pensables pour nos gouvernements et nos députés. L’Europe est nécessaire mais pas sous cette forme et pas avec des objectifs purement économiques.
cloette
- 11/12/2018 - 13:50
Bruno Le Maire oublie aussi
que Macron ne sait que taxer, mettre des impôts et des CSG, sans avoir du tout créé aucun emploi, aucune relance, susciter aucun investissement il n'a fait que courir la planète, aller ici et là, se montrer, et pour le pays, rien . Il a été élu, certes, eh bien il ne le sera plus, Y a-t-il en Français une nuance entre être légitime et légitimé ? Quant à son gouvernement, son assemblée "majoritaire", ! ....!!
zelectron
- 11/12/2018 - 13:35
statistiques
Les stats sont les instruments parfaits qui prouvent l'impéritie de nos gvts !