En direct
Best of
Best of du 16 au 23 mars 2019
En direct
© LUDOVIC MARIN / AFP
Bouc émissaire
Gilets jaunes : comment Bruno Le Maire oublie un peu vite les autres raisons de la baisse de la croissance française
Publié le 11 décembre 2018
Bruno Le Maire s'inquiète des sévères conséquences des Gilets jaunes sur l'économie française, mais oublie un peu vite que les révisions à la baisse des anticipations de croissance pour 2018 avaient déjà eu lieu avant la naissance du mouvement.
 Nicolas Goetzmann est journaliste économique senior chez Atlantico.Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage : 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
 Nicolas Goetzmann est journaliste économique senior chez Atlantico.Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage : 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Le Maire s'inquiète des sévères conséquences des Gilets jaunes sur l'économie française, mais oublie un peu vite que les révisions à la baisse des anticipations de croissance pour 2018 avaient déjà eu lieu avant la naissance du mouvement.

Atlantico : Suite au mouvement des Gilets jaunes, Bruno Le Maire estime que les perspectives de croissance s'amoindrissent pour la France, avec une baisse de 0.1 point pour le dernier trimestre en comparaison des prévisions antérieures. Comment analyser ce chiffrage ?

Nicolas Goetzmann : Lors du PLF 2018, les anticipations de croissance pour la France étaient de 1.7%, mais le gouvernement, jusqu'à la fin du mois de juin, envisageait la possibilité que celle-ci atteigne le chiffre de 2%. Puis, cet optimisme s'est estompé au fil des mois. A la sortie de l'été, Gerald Darmanin indiquait alors que la croissance annuelle serait révisée à la baisse mais ne serait pas inférieure à 1.8%. Pourtant, quelques semaines après, le gouvernement révisait ses estimations pour en revenir au chiffre initial de 1.7% du PLF.

Malheureusement, ce chiffre n'était déjà plus réaliste au lendemain de la publication de la croissance du 3e trimestre par l'INSEE (0.4%). Après 0.2% au 1er trimestre, 0.2% au 2e, et 0.4% au 3e, l'économie française aurait dû fortement accélérer pour atteindre un rythme de 0.8% au 4e trimestre pour voir le chiffre prévu par le gouvernement, 1.7%, se réaliser. C'est que ce l'on appeler un excès d'optimisme alors même que le contexte européen marquait un ralentissement en cours. La Banque de France sifflait la fin des fantaisies en prévoyant une croissance de 0.4% pour le T4, soit une croissance de 1.6% pour l'année 2018, inférieure aux prévisions du gouvernement, et largement inférieure à ses anticipations du mois de juin.

Maintenant, la nouveauté est que la Banque de France vient de publier une révision de son chiffre du T4, passant d'une prévision de 0.4% à 0.2%, ce qui aura pour effet de voir la croissance de l'année tomber au chiffre de 1.55%. Bruno Le Maire aura donc tout le loisir de dire que les Gilets jaunes ont tué la croissance du pays, mais la réalité montre autre chose. Entre le moment d'optimisme du gouvernement et sa croissance à 2% et le chiffre de 1.55% qui nous attend, les Gilets jaunes sont responsables de 0.05 point (soit 11%), tandis que les autres causes sont responsables d'une baisse de 0.40 point (soit 89%). Les Gilets jaunes jouent donc le rôle du coupable idéal.

Quelles sont ces autres causes du ralentissement de la croissance ?

La croissance ralentit dans l'ensemble de la zone euro, principalement en raison de l'annonce par la BCE de la fin du programme d'assouplissement quantitatif. Il s'agit de la cause principale qui s'accompagne également du frein au commerce mondial consécutif aux frictions sino-américaines. Les exportations allemandes à destination de la Chine sont en baisse par exemple. Si Bruno Le Maire a eu le loisir de pointer les difficultés rencontrées par l'économie française en raison de la guerre commerciale, rien n'a été dit concernant la cause principale, qu'est l'orientation macroéconomique de la BCE. Sans doute est-il plus aisé de taper les Gilets jaunes.

L'ironie pour le gouvernement est d'avoir vendu un agenda politique pro-croissance aux Français et de constater que le résultat est que nous sommes passés d'une croissance de 2.3% en 2017 à un chiffre probable de 1.55% pour 2018, soit une baisse de 30% pour la première année pleine du quinquennat. On peut entendre le gouvernement lorsqu'il annonce que "cela prendra du temps" mais cela n'explique pas la baisse constatée d'une année sur l'autre. L'explication est que c'est la macroéconomie européenne qui gouverne la croissance en premier lieu, et que celle-ci n'a jamais été questionnée par le gouvernement. Du moins, le fait majeur du changement d'orientation de la BCE, qui a été décisif pour les chiffres de 2018, n'a même jamais été commenté. Nous restons dans l'accessoire et dans l'aveuglement face au principal. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Castaner : l'inconnue n'en était pas une (et peut-être pas la seule); Foresti rit au soleil, Laeticia Hallyday & Paris Jackson dépriment à L.A; Meghan engage un coach "gestion de bébé"; Public voit un enfant pour Jenifer et une joueuse du PSG pour MBappé
02.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
03.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
04.
Profondément convaincus ou en réaction épidermique à Emmanuel Macron ? L’enquête exclusive qui révèle que les Français se disent nettement plus nationalistes et favorables au protectionnisme que les autres Européens ?
05.
“La révolte du public” : interview exclusive avec Martin Gurri, l'analyste de la CIA qui annonçait la crise des Gilets jaunes dès 2014
06.
Mont Everest : la fonte des glaces fait apparaître de nombreux corps d'alpinistes
07.
Fumer du cannabis à forte concentration de THC augmenterait les risques de développer une grave maladie mentale
01.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
02.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
03.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
04.
Grand débat en péril ? Les trois erreurs politiques que semble s'apprêter à commettre Emmanuel Macron
05.
Révolution silencieuse ? Un groupe de physiciens armés d’ordinateurs quantiques a réussi (en quelque sorte) à remonter dans le temps
06.
MBS, le prince héritier saoudien dépossédé d’une partie de ses pouvoirs par le Roi Salman
01.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
02.
Révolution, le retour : le scénario d’un vrai dérapage insurrectionnel est-il en train de devenir possible en France ?
03.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
04.
Recours à l’armée face aux Gilets jaunes : la dangereuse fuite en avant du gouvernement
05.
Violence inexcusable MAIS aspiration à la justice sociale : la double nature de la contestation des Gilets jaunes dont aucun parti ne parvient à tirer une synthèse convaincante
06.
Christchurch : de la théorie du Grand Remplacement à ses travaux pratiques
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
del1968
- 11/12/2018 - 14:35
L’Europe, sujet in - pensable ?
Très pertinent, mais jusqu’ici l’Europe, son fonctionnement - très juridique et pas très démocratique - et ses orientations économiques avec leurs conséquences sont des sujets tabous ... peut-être même, des sujets in pensables pour nos gouvernements et nos députés. L’Europe est nécessaire mais pas sous cette forme et pas avec des objectifs purement économiques.
cloette
- 11/12/2018 - 13:50
Bruno Le Maire oublie aussi
que Macron ne sait que taxer, mettre des impôts et des CSG, sans avoir du tout créé aucun emploi, aucune relance, susciter aucun investissement il n'a fait que courir la planète, aller ici et là, se montrer, et pour le pays, rien . Il a été élu, certes, eh bien il ne le sera plus, Y a-t-il en Français une nuance entre être légitime et légitimé ? Quant à son gouvernement, son assemblée "majoritaire", ! ....!!
zelectron
- 11/12/2018 - 13:35
statistiques
Les stats sont les instruments parfaits qui prouvent l'impéritie de nos gvts !