En direct
Best of
Best Of
En direct
© SPENCER PLATT / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
Alerte récession
Pourquoi les grandes bourses mondiales dévissent
Publié le 07 décembre 2018
Le mois de décembre, généralement synonyme de calme sur les places boursières, prend depuis quelques jours une tournure peu rassurante.
Michel Garibal , journaliste, a fait une grande partie de sa carrière à la radio, sur France Inter, et dans la presse écrite, aux Échos et au Figaro Magazine.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Garibal
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Garibal , journaliste, a fait une grande partie de sa carrière à la radio, sur France Inter, et dans la presse écrite, aux Échos et au Figaro Magazine.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le mois de décembre, généralement synonyme de calme sur les places boursières, prend depuis quelques jours une tournure peu rassurante.

Traditionnellement, le mois de décembre est une bonne période pour les places financières qui manifestent par une hausse des cours leur confiance dans l’avenir. Rien de tel cette année, où la nervosité est à son comble parce que le doute s’est insinué dans les esprits à la lumière d’un paysage économique qui a radicalement changé. Car l’alignement harmonieux des planètes a été bouleversé en quelques mois : la croissance solide, les taux d’intérêt bas, le pétrole bon marché, le soutien des banques centrales encore en vigueur l’an dernier paraissent aujourd’hui manquer à l’appel. Partout, le ralentissement de l’expansion est à l’ordre du jour, le loyer de l’argent a commencé à remonter, le pétrole a repris de la hauteur et le soutien des banques centrales approche de son terme. Mais surtout les foyers de risques se multiplient. La confrontation entre les Etats-Unis et la Chine se poursuit de plus belle et l’arrestation au Canada à la demande de Washington de la numéro deux chinoise du complexe des télécommunications Huawei vient de raviver la tension entre les deux grands leaders de l’économie mondiale, alors que le déficit commercial américain atteint de nouveaux records, malgré les mesures de Donald Trump pour tenter de freiner les importations. 

Mais l’Europe est aujourd’hui source de difficultés qui n’augurent rien de bon : la Grande-Bretagne est à la merci d’un brexit « hard », le budget italien subit les foudres de Bruxelles car le gouvernement de Rome n’arrive pas à contenir le déficit.  La fin de l’ère Merkel en Allemagne ne se déroule pas dans la sérénité, en raison d’une sérieuse baisse de régime de la conjoncture. Quant à la France, elle est depuis quelques jours l’objet de toutes les attentions en raison de l’explosion du climat social face aux réformes que le gouvernement avait tenté d’instaurer. Les fractures se multiplient ainsi en Europe, où les liens ont tendance à se distendre, tandis que les sorties de capitaux, qui avaient pris l’an dernier, le chemin des Etats-Unis, se multiplient.

Les places boursières accusent le coup. Francfort est la plus touchée où le Dax a perdu vingt pour cent depuis le début de l’année. A Paris le repli atteint quinze pour cent et pourrait se creuser encore si l’agitation sociale continue. Mais le phénomène touche aussi les Etats-Unis où le Dow Jones a annulé tous ses gains de l’année pour se trouver même en légère perte. Car le sentiment prévaut désormais que le cycle de croissance le plus long de l’histoire américaine touche à sa fin en raison des signes nouvellement apparus qui font prévoir un retournement de la conjoncture : partout le ralentissement est à l’œuvre, la demande fléchit et même les prix du pétrole reculent brutalement, les pays producteurs cherchant à conserver leurs clients par une baisse des tarifs.

Désormais, la hantise des marchés est le danger d’une récession, qui ne ferait qu’aggraver la situation politique et renforcer les inégalités. Les grandes victimes seraient les classes moyennes qui s’étaient fortement développées dans les pays émergents et connaissaient une prospérité comparable à celle qu’avait connue l’Europe dans la période 1960-70. Alors que le déclin a commencé de se manifester dans la partie occidentale du vieux continent, où le sentiment d’un déclassement est apparu, expliquant ainsi la montée des populismes. L’évolution des marchés financiers constitue à cet égard un signal d’alarme : il serait urgent d’amorcer un contre feu au climat dépressif qui se fait jour si l’on  veut éviter de plonger la planète dans des difficultés bien plus grandes génératrices d’une atteinte générale au niveau de vie.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Mots-clés :
Bourse, pétrole, Brexit, Francfort
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
02.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
03.
MBS, le prince héritier saoudien dépossédé d’une partie de ses pouvoirs par le Roi Salman
04.
La France va devenir la première puissance mondiale en moins de 5 ans
05.
Révolution, le retour : le scénario d’un vrai dérapage insurrectionnel est-il en train de devenir possible en France ?
06.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
07.
Les dessous de la superpuissance américaine : les États-Unis, ce pays si familier que nous connaissons pourtant mal
01.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
02.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
03.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
04.
Et Marine Le Pen éclata de rire…
05.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
06.
Le voile est-il vraiment un accoutrement souhaitable pour vendre des petites culottes ?
01.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
02.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
03.
Christchurch : de la théorie du Grand Remplacement à ses travaux pratiques
04.
Révolution, le retour : le scénario d’un vrai dérapage insurrectionnel est-il en train de devenir possible en France ?
05.
Grève mondiale des élèves pour le climat : 5 éléments pour déterminer s’il faut s’en réjouir ou... s’en inquiéter sérieusement
06.
Quand Nathalie Loiseau teste les nouveaux "éléments de langage" du progressisme face à Marine Le Pen sans grand succès
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
aristide41
- 07/12/2018 - 11:38
C'etait soit
disant Clinton la va-l'en guerre...Cela faisait longtemps que certains d'entre nous disaient que "Donald", avec toute sa morgue, était une catastrophe industrielle qui, après avoir planté nombre de ses sociétés, allait planter le monde entier. Mais bien sûr on passait pour des "Bobos islamo-gauchistes" ( le comble pour une femme conservatrice de droite comme moi.) Here we are! Malheureusement pour nous. Alors toujours tentés par Le Pen ou Mélanchon , les bonimenteurs du Grand Soir?