En direct
Best of
BEST OF DU 1 AU 7 DECEMBRE
En direct
© GUILLAUME SOUVANT / AFP
Virage manqué
LR en panne : cet élément sans lequel la droite ne redeviendra jamais audible
Publié le 07 décembre 2018
Incapable de faire évoluer leur logiciel économique, fébrile sur les questions de souveraineté, la droite française ne parle pas aux gilets jaunes. On peut d'ailleurs sérieusement s'interroger sur la visibilité d'un Laurent Wauquiez aujourd'hui.
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Edouard Husson
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Incapable de faire évoluer leur logiciel économique, fébrile sur les questions de souveraineté, la droite française ne parle pas aux gilets jaunes. On peut d'ailleurs sérieusement s'interroger sur la visibilité d'un Laurent Wauquiez aujourd'hui.

Atlantico : Comment expliquer l'incapacité des LR à exister sur le terrain politique dans le contexte actuel ? Comment expliquer notamment que le parti dirigé par Laurent Wauquiez apparaît encore moins crédible sur la question de l'immigration ? 

Edouard Husson : Nous assistons au retour du refoulé. Depuis 1992, la classe politique française est allée à rebours de l’histoire. De Gaulle l’avait annoncé: les nations boiraient le communisme comme le buvard boit l’encre. La libération du communisme a été une renaissance des démocraties nationales, jusqu’en Allemagne. Or les dirigeants français n’ont eu de cesse de vouloir projeter le pays dans le postnational. Ils ont placé les Français devant une injonction paradoxale: soyez une grande nation; mais ne soyez pas une nation. Alors que la nation est le creuset de la démocratie, on n’a plus eu le droit de défendre la nation qu’à la marge - en étant traité de « souverainiste », de « populiste », de passéiste. 

A droite, on s’est complu soit dans la mise à l’écart populiste soit dans le schéma postnational. Nicolas Sarkozy a bien réhabilité la nation, en partie, mais une fois au pouvoir, il a surtout eu pour méthode, celle de l’essuie-glace: un coup d’identité nationale, un coup de réconciliation avec la bien-pensance. Il y a perdu la possibilité d’être réélu. Mais personne ne s’est imposé pour le remplacer: Alain Juppé n’a pas changé, en quarante ans de vie politique, lui qui, déjà, faisait concurrence à Balladur à la fin des années 1970, pour savoir qui viderait le mieux les projets de discours de Jacques Chirac de leur substance gaulliste. François Fillon a totalement sous-estimé la détresse de la France périphérique, obsédé qu’il était par le retour à l’équilibre budgétaire. Et aujourd’hui Wauquiez nous fait du Wauquiez: - J’vous jure que j’ai jamais porté de gilet jaune - Ah! En fait, si ! J’vous jure que j’m’en souvenais pas. L’histoire frappe à sa porte au Puy en Velay mais il est introuvable. On entend souvent dire aujourd’hui qu’après tout il vaut mieux l’original, Marine Le Pen, que la copie, Wauquiez. Mais cela ne résoud en rien l’incapacité de la droite à exercer le pouvoir puisque le mirage de l’alliance droite-gauche des populismes, vieux rêve de Marine Le Pen,  est aussi enfermante pour l’électorat que les atermoiements d’un Wauquiez. 

Le cas de la politique d’immigration, que vous citez, est emblématique: ce devrait être un domaine de compétence des Républicains. Mais ils l’ont abandonné à l’affrontement des mots entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen. Résultat, il n’y a que 14% des Français à mettre en valeur les positions de LR sur l’immigration - contre 16% pour celles de Macron et 26% pour celles de Marine Le Pen. 

Alors que les droites anglo-saxonnes, au travers du Brexit et de l'élection de Donald Trump, ont opéré un virage social de leur approche économique, peut-considérer ce décalage avec la droite française comme une cause de cette situation ? 

Il est une première évidence: la droite a manqué, une première fois, la révolution économique qu’on attendait d’elle, en choisissant le change monétaire fixe avec le deutsche mark à la fin des années 1970 au lieu de suivre le pragmatisme anglo-américain des changes flottants. Une deuxième occasion s’est présentée au moment du débat sur Maastricht. Il se serait agi d’appeler à voter non, contre l’incompétence économique de François Mitterrand, qui ne comprenait pas que l’alignement des taux français sur les taux allemands très élevés, en pleine réunification, cassait la croissance française. Une troisième occasion s’est présentée lors du passage définitif à l’euro. Il aurait encore été possible de reculer mais Jacques Chirac n’avait utilisé le thème de la « fracture sociale » que pour être élu en 1995. Une quatrième occasion est venue avec la crise monétaire grecque de 2010-2012 mais Nicolas Sarkozy a préféré laisser le carcan autour du cou de la nation.

Au moment où le peuple français fait entendre une souffrance trop longtemps ignorée par ses dirigeants, on attendrait de la droite qu’elle saisisse sa chance, qu’elle réalise le vieux mot d’ordre de Benjamin Disraëli, le créateur du conservatisme moderne, la réconciliation des « deux nations » - nous dirons, dans un contexte français de 2018, la réconciliation des élites avec la France périphérique. Il faut que la droite renoue avec une vieille tradition conservatrice où l’on sait être à la fois élitiste et populiste; il faut, en économie, être à la fois protecteur et entrepreneurial. Bien entendu, le refus des « pays du nord » de transformer l’euro en une vraie monnaie, mise au service de la croissance et de l’emploi rend difficile le changement de politique économique. Est-ce une raison pour ne pas placer les partenaires européens devant leurs responsabilités? Ne s’agit-il pas de se préparer pour le cas où, la névrose monétariste l’emportant, le système de l’euro serait balayé par la prochaine crise: choc systémique créé par l’endettement de la Deutsche Bank, dette italienne, hard Brexit  ou toute autre cause? 

La droite française peut-elle parvenir à une telle évolution, au regard de ses cadres ? 

La droite des Républicains est face à une crise qu’elle ne comprend pas car elle n’a plus imaginé une autre politique économique depuis un quart de siècle. Quant au Rassemblement National, on y avait tellement attendu une révolte populaire qui ne venait pas qu’on y a complètement oublié de préparer la phase d’après: celle où il faut transformer la révolte en force de gouvernement. 

Ce qui se passe était prévisible dès l’adoption de l’euro. Il est passionnant de relire les argumentaires de ceux qui appelaient à voter non à Maastricht, à commencer par Philippe Séguin. Quelle prémonition ! Les « gilets jaunes », n’est-ce pas l’aboutissement de ce que le dernier grand tribun gaulliste avait appelé, désignant la monnaie unique européenne, un « Munich social »; la capitulation des dirigeants français devant une politique monétaire qui n’était pas adaptée aux intérêts de la nation? Effectivement, les actuels dirigeants LR sont dans un tel déni de réalité concernant les effets de l’euro, qu’il est difficile d’imaginer leur conversion rapide au pragmatisme économique. Le Rassemblement National n’est pas exempt non plus de déni de réalité: on s’y est jusqu’à maintenant bercé de l’illusion qu’il était facile de passer de la dénonciation de l’asservissement de la nation à une politique efficace de libération des énergies. 

Les « gilets jaunes » offrent à la droite populiste comme à la droite d’en haut l’occasion de se réconcilier rapidement avec le réel. Dans un de ces surgissements inattendus dont l’histoire de France a le secret, l’armée des humbles, des entreprenants, des lève-tôts gagne-misère, s’est dressée, résolue à réclamer sa dignité bafouée. Peut-être la vague emportera-t-elle le Premier Ministre et la majorité parlementaire. Eh bien! La droite saura-t-elle faire aboutir ce mouvement qui, d’un seul coup, contre tous les oukases de la bien-pensance, rétablit une équivalence entre le peuple, la nation et la démocratie mais réclame bien plus encore ? Il s’agit de formuler et de mettre en oeuvre une politique des réalités: elle consistera à renégocier toutes les politiques européennes avec nos partenaires, dans le sens des intérêts français. Beau programme pour une droite à la Disraëli, réconciliant «les deux nations ». Mais je vous concède que les droites françaises sous leur forme actuelle sont encore loin du compte. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
François Bayrou est-il en train d'annoncer un virage politique majeur sans que personne ne s'en rende vraiment compte ?
02.
La Nasa annonce que les glaciers de l’Antarctique de l’Est que l’on pensait stables fondent eux aussi rapidement
03.
Ce désastre sécuritaire national que révèle l’attentat de Strasbourg
04.
La France s’est réveillée. L’Union Européenne tremble sur ses bases
05.
Branko Milanovic : "Emmanuel Macron pensait pouvoir relancer la croissance française en utilisant des méthodes thatchériennes. Mais le monde a profondément changé depuis 1980"
06.
Gilets jaunes : comment Bruno Le Maire oublie un peu vite les autres raisons de la baisse de la croissance française
07.
Méditation : ça ne peut pas faire de mal… eh bien si, et voilà comment
01.
Gilets jaunes : ce qui se cache derrière le silence assourdissant de Nicolas Sarkozy
02.
Emmanuel Macron, chronique d'une mort (politique) annoncée
03.
Laura Smet se marie sous escorte policière; Laeticia Hallyday aurait caché des maisons; Demi Moore : après les jeunots, une femme; Vexée par sa défaite à DALS, Iris Mittenaere retombe dans les bras de Kev Adams; Ces stars qui revêtent leurs gilets jaunes
04.
2019, les prévisions choc de Saxo Bank
05.
Toulouse : un Gilet jaune entre la vie et la mort après un tir de flash-ball en pleine tête
06.
Où l'on apprend que Macron ne sait pas nager !
07.
La France s’est réveillée. L’Union Européenne tremble sur ses bases
01.
Emmanuel Macron, chronique d'une mort (politique) annoncée
02.
Gilets jaunes : ce qui se cache derrière le silence assourdissant de Nicolas Sarkozy
03.
La France s’est réveillée. L’Union Européenne tremble sur ses bases
04.
Vers le clash final ? Emmanuel Macron ou trois ans de stratégie du “moi ou le chaos”
05.
Comment l’extrême-gauche est en train de noyauter le volet revendication des Gilets jaunes
06.
L’existence de l’euro, cause première des "gilets jaunes"
01.
Jours de colère : qui du gouvernement ou des Gilets jaunes a marqué le plus de points ce samedi ?
02.
Emmanuel Macron, chronique d'une mort (politique) annoncée
03.
Ce double effet de blast sans lequel Emmanuel Macron ne pourra pas apaiser la France
04.
Ce désastre sécuritaire national que révèle l’attentat de Strasbourg
05.
Vers le clash final ? Emmanuel Macron ou trois ans de stratégie du “moi ou le chaos”
06.
Branko Milanovic : "Emmanuel Macron pensait pouvoir relancer la croissance française en utilisant des méthodes thatchériennes. Mais le monde a profondément changé depuis 1980"
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Liberte5
- 07/12/2018 - 22:55
LR un parti en convalescence qui part de loin.
Comment devenir un parti Conservateur et libéral, alors qu'on traîne un passif de socialiste de droite? Ce n'est pas simple. Comment comprendre le peuple quand on s'en est coupé depuis 40 ans?Il va falloir apprendre mais rien n'est moins sûr. Pour L. Wauquiez , lui si diplômé,le manque de charisme l'empêche de faire passer ses messages, ses prises de position souvent bonnes mais qui apparaissent plates. Et pourtant la situation exceptionnelle que connait la France devrait permettre à LR de présenter des solutions qui nous sortent du conformisme qui règne depuis 40 ans dans la classe politique. Pour le moment ce n'est pas le cas.
zen-gzr-28
- 07/12/2018 - 19:46
Wauquiez devrait peut-être travailler ses interventions...
Elles sont monocordes, sans modulations ne suscitant pas une envie folle de tendre l'oreille. La gestuelle mériterait d'être revue également. La teneur des propos de chacune de ses interventions est pourtant très intéressante. Il faut épater les journalistes, les interlocuteurs politiques quitte à les "malmener gentiment".
ajm
- 07/12/2018 - 16:35
Illetrisme et Wauquiez.
"Daniel74000". Reprocher à Wauquiez son illetrisme est curieux. Comme Pompidou, Wauquiez est tout de même Normalien, agrégé de l'université ( reçu premier à l'agrégation d'histoire). Sans doute, il a commmis le crime suprême , au vue de beaucoup de commentaires ici, avoir fait l'Ena, en en sortant major en plus.