En direct
Best of
Best of du samedi 2 au vendredi 8 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

02.

Accusé d'être une association islamiste, le CCIF affirme que cela n'a jamais été prouvé. Vraiment ?

03.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

04.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

05.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

06.

Elle donne naissance à son bébé en boîte de nuit, les responsables offrent une "entrée gratuite à vie" à l'enfant

07.

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

04.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

05.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

06.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

ça vient d'être publié
pépites > France
Hommage
Un jardin du souvenir pour les victimes des attentats du 13 novembre 2015 sera bientôt ouvert à Paris
il y a 2 heures 20 min
pépites > International
Impeachment
Destitution de Donald Trump : ouverture d'auditions publiques historiques au Congrès
il y a 5 heures 1 min
light > Sport
Légende du cyclisme
Mort de Raymond Poulidor, "l'éternel second" du Tour de France, à l'âge de 83 ans
il y a 7 heures 9 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Vous n'aurez pas le dernier mot" de Diane Ducret : que diable allait-il faire dans cette galère ?

il y a 8 heures 3 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Body and soul" : la chorégraphe Crystal Pite envoûte les danseurs et le public

il y a 8 heures 28 min
pépite vidéo > Europe
Inondations
Les images impressionnantes de "l'acqua alta" historique à Venise
il y a 9 heures 27 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 12 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 10 heures 23 min
décryptage > Science
Fusion nucléaire

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

il y a 11 heures 37 min
décryptage > France
Ayatollahs de la décroissance

Nous devons repenser la croissance. Pas y renoncer

il y a 12 heures 9 min
décryptage > Santé
Données personnelles

Ce que nous réserve l’offensive des GAFAM sur le secteur de la santé

il y a 12 heures 42 min
pépite vidéo > Terrorisme
Lutte contre le terrorisme
13 Novembre : selon Laurent Nuñez, l'état de la menace terroriste reste "toujours aussi élevé"
il y a 4 heures 41 min
pépites > International
Révolte
Liban : une déclaration du président Michel Aoun provoque la colère des manifestants
il y a 5 heures 47 min
light > Culture
Emotion des fans
Friends : la bande d'amis la plus célèbre de la télévision sera bientôt de retour pour une réunion spéciale sur HBO Max
il y a 7 heures 35 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"J'Accuse" de Roman Polanski : l'un des films les plus magistraux du réalisateur de Chinatown…

il y a 8 heures 18 min
Expédition
Greta Thunberg débute sa seconde traversée de l'Atlantique en catamaran pour revenir en Europe et participer à la COP25
il y a 8 heures 41 min
pépites > Justice
Ultime recours
Patrick Balkany va déposer une nouvelle demande de mise en liberté
il y a 9 heures 52 min
décryptage > Consommation
Consommation

Des crédits d’impôt pour acheter d’occasion : l’écologie version gadget

il y a 11 heures 17 min
décryptage > Education
Malaise et colère

Précarité des étudiants : vrai sujet, mauvaises pistes de solutions

il y a 12 heures 8 min
décryptage > Société
Dépendance

Pourrions-nous encore survivre sans GPS ? (Et non, on ne vous parle pas que de facilité d’orientation)

il y a 12 heures 28 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Ces 3 grandes réformes du capitalisme libéral auxquelles Emmanuel Macron ne s’est toujours pas attaqué

il y a 13 heures 15 min
© LUCAS BARIOULET / AFP
© LUCAS BARIOULET / AFP
Atlantico business

Gilets Jaunes : le monde des affaires et les syndicats engagent leurs propres manoeuvres pour conjurer le risque insurrectionnel

Publié le 03 décembre 2018
Alors que les organisations syndicales et patronales se tiennent officiellement à l’écart du mouvement de révolte, la plupart attendent quand même que le pouvoir fasse le nécessaire pour ramener le calme.
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que les organisations syndicales et patronales se tiennent officiellement à l’écart du mouvement de révolte, la plupart attendent quand même que le pouvoir fasse le nécessaire pour ramener le calme.

Le monde des affaires reste officiellement muet. Les chefs syndicaux sont très discrets. Les uns comme les autres fuient les plateaux de télé et ne veulent rien faire qui pourrait être accroitre les tensions sur la nature du mouvement de révolte et surtout sur les solutions qui pourraient être prises.

Cela dit, en coulisses, tous les responsables sont quand même à la manoeuvre. D’abord, parce que dans le monde du business, la situation devient critique. Pour beaucoup de commerçants et d’acteurs du tourisme, la période de fin d’année est hypothéquée. Le gros des clients, qui font le chiffre d’affaires à Paris comme dans les grandes métropoles, annulent leurs voyages et leurs projets, considérant que les conditions de sécurité ne sont pas garanties. Ils se détournent sur Londres, Genève ou Berlin. Quant aux investisseurs qui regardent les images en boucle, ils considèrent que la France, qui bénéficiait d’une confiance retrouvée, entre sur un terrain risqué dont le premier effet va être de majorer les taux d’intérêt et les polices d’assurance.

De leur côté, les chefs syndicaux restent également à l’écart de ce débat qu’ils n‘ont pas vu venir mais se tiennent prêts à intervenir, sachant qu‘ils ont l’expérience, et que leurs organisations ou structures sont encore opérationnelles.

Cela étant, les grands patrons et les chefs syndicaux ont fait passer les mêmes messages. Ça passe par les grands patrons que le président interroge, ça passe par les ambassades étrangères qui rapatrient l’information, ça passe par le réseau des hauts fonctionnaires en lien avec les managers du privé, ça passe par le réseau des Francs-maçons qui sont eux aussi à la manœuvre (et très présents dans l’entourage de Emmanuel Macron), ça passe par les services de renseignement qui connaissent bien les réseaux de casseurs et d’extrémistes logés en banlieue. Et tous rappellent au gouvernement qu’il va sans doute falloir faire tout ce qu’il faut pour ramener le calme.

Beaucoup se souviennent que Georges Pompidou avait réglé le problème de mai 1968 en faisant tout ce qu’il fallait faire. Et cela avec l’appui du patronat et des syndicats, dont la CGT. Les institutions ont à ce moment-là repris la main, ce qui a débranché tous les éléments incontrôlés et les extrémistes qui alimentaient la violence.

Alors aujourdhui, tout faire signifie pour la plupart : ladoption de l’état d’urgence pour garantir lordre public et le moratoire sur tous les projets fiscaux, avec louverture dune discussion sur le smic ou le pouvoir dachat en général.

Cela dit, le problème est très difficile à résoudre. Si le président de la République a refusé de répondre aux revendications des Gilets jaunes, c’est aussi qu’il s’est refusé à retomber dans un modèle français qui consiste à acheter la paix sociale et à remettre à plus tard les problèmes qui se posent à la France. Et qui nous a conduit à la situation bloquée où on est aujourd’hui. Il avait sans doute raison dans son diagnostic et dans sa détermination.

On est obligé d’admettre qu’Emmanuel Macron n’a pas une grande habileté pour expliquer son projet. Jusqu'alors, tout changement de cap lui était impossible d’abord parce qu’il a été élu avec ce programme et ensuite, parce qu’il est convaincu que s’il répond aux demandes, il trahit l’avenir qu’il a promis.

Maintenant, s’il faut calmer le jeu et revenir sur le terrain de la réalité politique, il va bien falloir gérer la réalité économique, autrement. Parce qu’il y a évidemment des solutions. La question est de savoir qui en paiera le prix.

1er point : le programme dEmmanuel Macron, parfaitement conscient des difficultés françaises accumulées depuis plus de 25 ans, a consisté à proposer den sortir en restaurant la compétitivité des entreprises françaises, pour créer des richesses, pour créer des emplois, trouver des recettes fiscales et sociales afin de protéger le modèle social dont la France est si fière.

Sur ce diagnostic, Emmanuel Macron avait le soutien du monde du business, et n’avait pas contre lui l’hostilité des syndicats qui savaient bien que le modèle français était malade.

Contrairement à ce que l’opposition politique lui a reproché, Macron n’a pas fait une politique pour les riches. Les riches n‘ont pas besoin du système de santé français pour se faire soigner, ils connaissent les bonnes adresses à New-York. Ils n’ont pas besoin de l’Education nationale et de l’école publique pour leurs enfants, ils peuvent accéder à tous les collèges les plus performants en France et à l’étranger. Ajoutons à cela que les riches n'ont pas besoin du TGV ou d’Air France, ni même de plein emploi. Or, si on veut que la santé, l‘école, les transports publics et le marché de l’emploi fonctionnent, si on veut que le modèle social tienne la route, ça n’est pas pour les riches. C’est au bénéfice du plus grand nombre, de la classe moyenne déclassée depuis 20 ans.

Les riches ont besoin d’un écosystème stable et prospère.

Le dernier chef de gouvernement a avoir compris les difficultés d’une génération aura été George Pompidou, qui trouva la clef pour arrêter les évènements de mai 1968. Il a distribué massivement du pouvoir d’achat. La France pouvait se le permettre. Elle avait une industrie florissante et des marchés.

Mais depuis les années 1980, tous les chefs d’Etat ont bénéficié du modèle mis en place par Pompidou. Les enfants de mai 68 en ont abondamment profité au point de refuser d’adapter le modèle aux mutations du monde. La crise pétrolière, la révolution digitale, la chute du mur de Berlin et l’arrivée des émergents dans le concert des grandes nations marchandes ont bouleversé toutes les conditions de fonctionnement. La France de François Mitterrand, de Jacques Chirac et de François Hollande n‘ont rien voulu voir et savoir. Nicolas Sarkozy avait le projet d’ouvrir les chantiers de rénovation mais il a été fauché en plein travail par la crise de 2008-09. L’urgence a été de préserver l’équilibre et le calme.

François Hollande aurait pu recouvrir le chantier mais il a attendu trop longtemps pour admettre que ce pays avait perdu sa compétitivité, enfoncé qu’il était dans ses vieilles habitudes sociales.

François Hollande s’est donc fait bousculer par un jeune inconnu qui avait grandi dans sa famille. Emmanuel Macron a été élu président de la République sur un programme résolument pro business, où les petites combinaisons politiciennes n’ont pas de place. Du coup, tous les anciens ont dégagé. La France s’est offert un mai 68 sur le terrain politique. Le dégagisme des anciens et l'émergence des nouveaux.

Si le message est bien passé, si Emmanuel Macron a été compris au départ, lapplication de ses réformes a été plus difficile et laborieuse. Les résultats ont tardé.

Les réformes Macron sont d’ordre structurel et visent à créer un éco système propre à l’initiative individuelle.

Pas facile de convaincre une opinion nourrie pendant 40 ans au lait de la protection sociale et de la booster par une logique de la demande, d’autant plus efficace qu’il y avait une soif de consommer. Pas facile de la convaincre que désormais, la création de richesses dépend plus de leur initiative individuelle que de l’Etat. Pas facile d’adhérer à une logique d’offre, pas facile d’affronter la concurrence multiple même si cette concurrence participe au progrès et à l’avenir.

2e point, La révolte des Gilets jaunes a marqué très nettement les limites socio-politiques de cette logique-là. Si le pouvoir en place se retrouve obligé de répondre à cette révolte pour ramener le calme et il va sans doute être obligé, de modifier le logiciel. Il n’a pas beaucoup de solutions.

Comme Pompidou en 1968, il va donc devoir répondre aux demandes exprimées plus ou moins claires. Souhaitables, mais ces demandes ne sont pas gérables dans le cadre actuel de la politique budgétaire et fiscale.

Donc en franchissant cette ligne – jaune - il a deux scénarios à vendre à l’opinion pour rester pragmatique.

Le premier scénario viserait à augmenter le pouvoir dachat des populations sensibles et à baisser le niveau des impôts ... donc il accroit son déficit budgétaire et il alourdit la dette publique. C’est le scénario italien de Salvini. Ce scénario-là hypothèque les ambitions européennes, nous contraint à demander à Bruxelles des facilités de paiement et nous met dans les mains des banques, c’est à dire des marchés, c’est à dire des épargnants mondiaux et d’abord français. Le pari de ceux qui soutiennent ce scénario est que la France peut très bien sasseoir sur ses dettes et ne pas les rembourser. Le pari des plus extrémistes est de prôner la sortie de l’euro. L’opinion publique ne peut accepter ni la ruine des retraités, ni la sortie de l’euro.

Le deuxième scénario reviendrait à augmenter le pouvoir dachat, de baisser les impôts, mais de diminuer dautant les dépenses publiques ; dans ce cas-là, la France préserve ses marges de compétitivité et son rang dans la compétition mondiale. Elle gagne des emplois et les Français peuvent s’enrichir à titre personnel. Mais revers de la médaille, on change le modèle social pour se caler sur le modèle britannique.

En bref, cette première révolution digitale accoucherait d’une révolution libérale. Parce que, comment réduire les dépenses de l’Etat, sinon en privatisant une grande partie des activités et surtout en rendant aux salariés et aux retraités, la responsabilité d’assumer leur couverture sociale ?

Les pays dans le monde où le taux de prélèvements obligatoires est beaucoup plus faible qu’en France sont aussi les pays où la couverture sociale est à l‘initiative des individus. Les salariés gagnent plus, mais ils doivent dépenser sur leur revenu propre une grande partie en assurance sociale qu’ils choisissent et achètent eux-mêmes.

C’est un modèle de société complètement différent du modèle français. Cest le modèle défendu par les pays anglo-saxons, la Grande Bretagne notamment. Les partisans du Brexit, soutenus par les plus pauvres, se battaient pour un modèle social encore plus libéral que ce quil est actuellement. En sortant de l’Europe, ils pensaient s’affranchir des contraintes et des normes sociales imposées par l'Union européenne.

L’opinion publique française peut-elle accepter l'abandon (ou le changement) du modèle social à la française ? Il y a fort à parier que dans ce cas-là, le corps des fonctionnaires et les syndicats co gérants du système actuel ne l’accepteraient pas.

Le monde des affaires et les syndicats ne sont pas loin de préférer le modèle libéral, ouvert sur l'Union européenne à un modèle qui nous enfermerait dans l’Hexagone. Parce qu’il est plus créateur de richesse et donnent aux syndicats l’opportunité de renforcer leur rôle des contre-pouvoirs.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

02.

Accusé d'être une association islamiste, le CCIF affirme que cela n'a jamais été prouvé. Vraiment ?

03.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

04.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

05.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

06.

Elle donne naissance à son bébé en boîte de nuit, les responsables offrent une "entrée gratuite à vie" à l'enfant

07.

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

04.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

05.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

06.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
cloette
- 04/12/2018 - 12:49
Le transport des travailleurs
Il est évidemment essentiel de ne pas mettre une fiscalité dessus, via les taxes , d'autant que le pétrole a baissé, et que ses réserves sont en fait, grandes pour plusieurs siècles . D'autre part, la France c'est surtout les villes moyennes, petites, les villages , pas seulement sinon pas du tout Paris ou Marseille ....
AZKA
- 03/12/2018 - 22:55
@Dorine
Excellent.
C.Guilluy à tout expliqué et les commentateurs parisiens et de quelques métropoles persistent en autistes de cité à ne pas comprendre que la majorité des Français vivent dans villes moyennes petites ou des villages.
Comment leur faire comprendre, en
langue des signes, anglais, allemand, XML, sql, ou tout simplement en brûlant des bagnoles essences ou électriques, ou des terrasse à bobos.
Papy Geon
- 03/12/2018 - 21:15
Diminuer les dépenses publiques…
Bien évidemment, mais en agissant en priorité parmi le fonctionnariat d’Etat et celui des collectivités locales. Car voyez-vous, tout le bazar fonctionne en boucle ouverte, sans régulation digne de ce nom. La masse salariale des fonctionnaires « occupés », par exemple à taxer à Bercy, ou occupés à attendre des "subventions" dans les communautés, augmente à tout va, pour des résultats contestables. Celle de leurs pensions de retraite suit le même chemin, sans que les montants individuels, dont certains sont indécents, comparativement à ceux du privé ou ceux des artisans, ne soient véritablement réduits par rapport à leurs émoluments d’activité. Les deux premières conséquences sont l’augmentation de la dette, et l’augmentation des inégalités sociales. Et cette dette se reporte sur les générations futures. C’est sans aucune honte, par exemple, que des personnes ayant vivoté dans des bureaux parmi les « hautes catégories de fonctionnaires », se retrouvent en retraite avec des revenus du même ordre de grandeur que ceux d’ « activité ». Que font-ils de cet argent, pris dans la poche « des autres ». Et comble du cynisme, certains vont vivre ailleurs, pour ne pas payer l’IRPP en France.