En direct
Best of
Best of du 28 mars au 3 avril
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ces fonctionnaires non élus qui imposent leur volonté face à la crise du Coronavirus

02.

Tout changer dans le monde d’après ? Le scénario noir que cela pourrait bien déclencher

03.

Coronavirus : tout ce qu’il faut savoir sur les risques posés par vos courses et autres poignées de portes

04.

Acrosyndromes : les dermatologues alertent sur des symptômes cutanés potentiellement liés au coronavirus

05.

Luc Rouban: "Cette crise sanitaire marque la fin du macronisme et le retour du clivage gauche droite"

06.

Disparition de Maeve Kennedy McKean : le corps de la petite-nièce de John Fitzgerald Kennedy a été retrouvé

07.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

04.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

05.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

06.

Fléau de crise : 6 mesures pour contrer les petits chefs qui aggravent la situation sanitaire et économique

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

03.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

04.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

05.

Covid-19 : les patients en réanimation n’ont "pas respecté le confinement" ? Didier Lallement s’excuse

06.

Attaque à Romans-sur-Isère : mais que faisait Abdallah A. O. en France ?

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Unorthodox" de Maria Shraeder, une série originale Netflix : ode à la Liberté

il y a 7 heures 1 min
pépites > Santé
SNDV
Acrosyndromes : les dermatologues alertent sur des symptômes cutanés potentiellement liés au coronavirus
il y a 7 heures 49 min
pépites > Religion
Ancien numéro 3 du Vatican
Pédophilie dans l'Eglise : le cardinal George Pell a été acquitté en Australie
il y a 9 heures 19 min
pépites > Santé
Vive émotion
François Hollande rend hommage aux personnels des Ehpad après la mort de son père
il y a 10 heures 36 min
pépites > France
Hypothèses
Coronavirus : l'Académie de médecine préconise un déconfinement par région
il y a 12 heures 57 min
light > Culture
Influence majeure
Mort de Jean-Laurent Cochet, une figure majeure du théâtre français, des suites du Covid-19
il y a 15 heures 6 min
pépite vidéo > Santé
Objectifs
Confinement, tests dans les Ehpad : les explications d’Olivier Véran au micro de Jean-Jacques Bourdin
il y a 16 heures 3 min
décryptage > Europe
Stabilité

Une politique de voisinage intelligente de l’UE

il y a 17 heures 5 min
décryptage > Politique
Bilan

Coronavirus : 14 questions auxquelles le gouvernement nous devra une réponse après la crise

il y a 17 heures 28 min
décryptage > Santé
Surfaces, hygiène et Covid-19

Coronavirus : tout ce qu’il faut savoir sur les risques posés par vos courses et autres poignées de portes

il y a 18 heures 29 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Deux ans, huit mois et vingt-huit nuits" de Salman Rushdie : une œuvre littéraire forte, courageuse, exigeante pour le lecteur, à ne pas manquer

il y a 7 heures 25 min
Nouvelle tragédie
Disparition de Maeve Kennedy McKean : le corps de la petite-nièce de John Fitzgerald Kennedy a été retrouvé
il y a 8 heures 35 min
pépites > International
Moment "historique"
Covid-19 : après plus de deux mois de confinement, le bouclage est enfin levé dans la ville chinoise de Wuhan
il y a 9 heures 55 min
light > Culture
Féerie et évasion pour les petits et les grands
Disney + est enfin disponible et accessible en France dès ce mardi 7 avril
il y a 12 heures 20 min
pépites > Europe
Solidarité européenne et internationale
Forte inquiétude au Royaume-Uni sur l’état de santé de Boris Johnson, placé en soins intensifs
il y a 14 heures 32 min
pépites > Sport
Restrictions
Confinement : les activités sportives sont désormais interdites à Paris entre 10h et 19h
il y a 15 heures 37 min
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Ces fonctionnaires non élus qui imposent leur volonté face à la crise du Coronavirus

il y a 16 heures 38 min
décryptage > International
Symbole

Coronavirus, Tchernobyl et le modèle chinois

il y a 17 heures 18 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Retrouvailles américano-russes grâce au coronavirus ?

il y a 17 heures 49 min
décryptage > Europe
Eurogroup

L’Europe tente de dépasser le chacun pour soi initial

il y a 19 heures 10 min
© LUCAS BARIOULET / AFP
© LUCAS BARIOULET / AFP
Horizontalité

Pourquoi le mouvement des Gilets jaunes échappe totalement au monde politique

Publié le 01 décembre 2018
Le mouvement des Gilets jaunes, complètement « horizontal », s’inscrit dans un paysage politique où toutes les institutions qui auraient pu jouer l’intermédiaire, canaliser, modérer, et donner un débouché politique, sont à terre.
Chloé Morin est ex-conseillère Opinion du Premier ministre de 2012 à 2017, et Experte-associée à la Fondation Jean Jaurès.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Chloé Morin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Chloé Morin est ex-conseillère Opinion du Premier ministre de 2012 à 2017, et Experte-associée à la Fondation Jean Jaurès.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le mouvement des Gilets jaunes, complètement « horizontal », s’inscrit dans un paysage politique où toutes les institutions qui auraient pu jouer l’intermédiaire, canaliser, modérer, et donner un débouché politique, sont à terre.

Atlantico : Alors que le mouvement des gilets jaunes poursuit sur sa lancée, les Français jugent qu'aucune personnalité d'opposition ne serait en capacité de "faire mieux" qu'Emmanuel Macron (IFOP du 22 novembre), le meilleur score étant attribué à Marine Le Pen, mais avec un faible chiffre de 26% de Français qui la considèrent en capacité de faire mieux. Comment expliquer cette impasse actuelle ? 

Chloé Morin : Le mouvement des Gilets jaunes est exceptionnel à bien des égards - mouvement « horizontal », aussi radical dans ses revendication que diffus, dont la popularité augmente en dépit de modes d’action parfois contestables… - mais il est un élément qui fait de la situation actuelle une situation tout à fait inédite : il s’inscrit dans un paysage politique où toutes les institutions qui auraient pu jouer l’intermédiaire, canaliser, modérer, et donner un débouché politique, sont à terre.

Elles ne sont pas à terre simplement à cause de l’habileté tactique d’un Emmanuel Macron, mais en raison d’une faiblesse structurelle : la défiance abyssale que nous mesurons depuis de nombreuses années (par exemple dans Fractures Françaises : 12% de confiance dans les partis politiques, 69% pensent que la plupart des hommes politiques sont corrompus, 83% qui pensent que les hommes et femmes politiques agissent avant tout en fonction de leurs intérêts personnels, 76% qui pensent que le système démocratique fonctionne plutôt mal et que leurs idées sont mal représentées…). Or, cette défiance frappe également tous les partis, tous les intermédiaires, toutes les institutions.. Le mouvement des gilets jaunes est en réalité le premier mouvement politique de l’ère de la défiance absolue. Il est sans doute d’autant plus violent que les espoirs placés en Emmanuel Macron sur le front économiques étaient grands. Mais nous en arrivons à un point où il n’y a pas de corde de rappel ou de « sauveur » ou de « médiateur » crédible, un stade où le principe même de la représentation, qui est à la base de notre fonctionnement démocratique, est délégitimé. 

Jusqu’ici, la défiance était grande, mais vaille que vaille, les français se voyaient plus ou moins contraints de composer avec l’offre politique et les cadres existants. Or, Emmanuel Macron a fait exploser les cadres, semblé accréditer l’idée qu’aller chercher un sauveur « hors système » pourrait être une issue. Dès lors, plus aucune réponse ne paraît naturelle ou logique, le cadre de la délibération collective, avec la médiation des corps intermédiaires, n’est plus la voie de recours par défaut. 

Lorsqu’on écoute les gilets jaunes, deux choses paraissent tout à fait frappantes :
- leurs paroles sont fortement imprégnées d’un désir de justice sociale - donc leur débouché naturel, dans un paysage politique « pré-2017 », aurait dû se situer à la gauche de l’échiquier politique. Ce n’est à ce jour, comme vous le soulignez, pas le cas.
- leur discours est presque autant « anti-politique », à travers leur critique du Président et leur défiance vis à vis des élites en général, qu’économique (pouvoir d’achat, angoisse concernant l’avenir, etc.). 

Ne peut-on pas constater une problématique transversale aux partis, ceux-ci étant soient restés cantonnés dans l'idée que le fond de la politique menée ne nécessite pas de profonde remise en cause, soit dans une attitude de contestation radicale mais perçus comme peu crédibles dans leur façon de gouverner ? 

Pourquoi aucun leader politique ne parvient il à agréger autour de lui, à capter l’humeur du pays et à la transformer en dynamique politique? La réponse est dans la nature même du mouvement, comme je viens de l’évoquer. Elle est aussi, en partie, liée au fait que la gauche - parti qui devrait naturellement répondre à la demande d’horizontalité, de proximité, de protection, et de justice sociale - est atomisée ou bien décrédibilisée par son exercice du pouvoir. Il faut ajouter que depuis 2 ans, nous constatons l’extrême difficulté de notre système politique à faire émerger de nouvelles figures politiques. Or, dans d’autres pays comme les états Unis, l’effet de la défiance, qui est le consumérisme politique (on élit, puis on dégage), est en partie compensé par la capacité du système à faire émerger très vite de nouvelles figures. Ici, Macron est l’exception et non la règle. Aucune figure présidentiable nouvelle n’a émergé depuis 4 ans. 

Je note en outre que dans ce paysage, même ceux qui tentent sincèrement de porter des solutions sont jetés par les Français dans le même sac que ceux qui instrumentalisent la crise à des fins électorales et politiciennes. Toutes les solutions se valent, et les paroles sincères sont mises sur le même plan que les plans de communication les plus « cyniques". 

Mais plus fondamentalement, si aucune figure neuve - de gauche comme de droite, populiste comme « modérée » - ne parvient à capter les espoirs des gilets jaunes, il me semble que c’est parce que, comme vous le dites, elles ne paraissent pas offrir de véritable choix alternatif. Les stratégies déployées par les uns et des autres paraissent à ce stade inadaptées.

- Il y a ceux qui empilent les mesures techniques, alors que le mouvement des gilets jaunes provient d’une panne d’avenir et de sens. C'est le cri de catégories qui nous disent qu’elles ne veulent pas mourrir, et voir disparaître leurs valeurs et leur mode de vie. On ne peut pas leur répondre seulement à travers quelques mesures - pour preuve, la plupart des mesures annoncées par le gouvernement depuis 15 jours sont très populaires… mais elles n’ont en rien atténué la colère. Et la méthode, sans doute nécessaire, n’est plus suffisante lorsqu’on atteint un tel niveau de colère. 

- Une autre erreur assez courante est de confondre la demande de solutions radicales - c’est à dire allant à la racine des problèmes, quitte à sortir des cadres normatifs et institutionnels, pour remettre les choses à plat et renouer avec les valeurs fondamentales de notre pacte social telles que l’égalité, la justice…. - et solutions extrêmes. 

- Il y a aussi les responsables qui semblent penser que ces citoyens attendent des politiques qu’ils soient simplement le miroir de leur malaise, et adoptent donc leurs mots, miment leurs émotions. On retrouve dans leurs discours les mots exacts que nous entendons sur les ronds points de France. Mais il faut toujours garder à l’esprit que les mêmes Français qui demandent la justice sociale souhaitent « en même temps » préserver la planète pour leurs enfants. On ne peut plus se contenter de dire « l’environnement, ça commence à bien faire! », comme d’aucuns en leur temps... 

Beaucoup de Français ne demandent pas que les politiques soient le miroir de leurs angoisses, mais qu’ils offrent les solutions capables de résoudre leurs tensions internes, en particulier le besoin de justice sociale et de mieux vivre au quotidien, et le souci de l’environnement. Les fins de mois et la fin du monde, comme dit Hulot...

Concernant plus particulièrement le PS et les LR, ne peut-on pas également constater une difficulté de clarifier les positions, entre un PS qui cherche à contester la mondialisation dans ses excès tout s’accommodant du libéralisme culturel, alors que les LR contestent ce libéralisme culturel mais sans remettre en cause la ligne économique du gouvernement dans son essence ?

Il est vrai que le cadre institutionnel et l’assurance d’une alternance gauche-droite quasi automatique a sans doute conduit les deux principaux partis de gouvernement d’hier à ne pas rénover leur logiciel idéologique fonction des évolutions du monde. Les ajustements de leurs plateformes programmatiques ont été davantage tactiques - un peu plus de social ici, un peu plus de crédibilité là, pour gagner telle ou telle élection, rattraper tel ou tel segment électoral - que dictés par une véritable vision de long terme et cohérente. Au fil des années, nous en sommes arrivés à des positions qui, en effet, paraissent être davantage le fruit de la sédimentation des stratégies électorales successives, que de plateformes idéologiques solides et claires. Il est évident que des partis - ou des leaders - sans passé, sans attaches territoriales, sans contraintes idéologiques, peuvent beaucoup plus facilement construire une cohérence, que des partis qui doivent assumer leur passé tout en se projetant dans l’avenir. 

Au delà de ces incohérences idéologiques qu’ils peinent à résoudre, LR et le PS ont depuis des années semblé, aux yeux de beaucoup de Français, s’accommoder des contraintes réglementaires, économiques, institutionnelles existantes. Depuis plusieurs années, la combinaison de leur absence de résultats perçus et de politiques qui n’ont pas semblé radicalement différentes - un peu plus ou un peu moins d’impôts, un peu plus ou un peu moins de déficits, de policiers, de professeurs etc. - a sans doute imposé l’idée qu’ils ne voulaient (« les politiques se soucient avant tout d’eux mêmes… ») ou ne pouvaient rien résoudre, et qu’il fallait donc s’émanciper des cadres idéologiques, économiques, et institutionnels existants. 

J’ajoute un élément important, dans le contexte actuel : pendant longtemps, avoir exercé le pouvoir était gage de crédibilité. Cela rassurait, et assurait au PS et à LR un quasi monopole sur la figure d’alternance potentielle au pouvoir en place. Désormais, avoir exercé un jour le pouvoir est un boulet. D’ailleurs, dans nos études, seulement 15% des Français jugent qu’il vaut mieux porter au pouvoir des partis qui ont déjà exercé le pouvoir, et 33% jugent risqué de voter pour des partis ayant des idées radicales. Notre rapport au risque politique a radicalement changé, et favorise désormais les nouveaux entrants, sans passé ni bilan. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ces fonctionnaires non élus qui imposent leur volonté face à la crise du Coronavirus

02.

Tout changer dans le monde d’après ? Le scénario noir que cela pourrait bien déclencher

03.

Coronavirus : tout ce qu’il faut savoir sur les risques posés par vos courses et autres poignées de portes

04.

Acrosyndromes : les dermatologues alertent sur des symptômes cutanés potentiellement liés au coronavirus

05.

Luc Rouban: "Cette crise sanitaire marque la fin du macronisme et le retour du clivage gauche droite"

06.

Disparition de Maeve Kennedy McKean : le corps de la petite-nièce de John Fitzgerald Kennedy a été retrouvé

07.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

04.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

05.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

06.

Fléau de crise : 6 mesures pour contrer les petits chefs qui aggravent la situation sanitaire et économique

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

03.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

04.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

05.

Covid-19 : les patients en réanimation n’ont "pas respecté le confinement" ? Didier Lallement s’excuse

06.

Attaque à Romans-sur-Isère : mais que faisait Abdallah A. O. en France ?

Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
jurgio
- 01/12/2018 - 20:38
Un parti a besoin d'un autre parti pour triompher
L'avantage justement des gilets jaunes est de ne pas avoir (encore) de tête précise à cibler. Ce qui a perdu les Gaulois, mis ensuite tous en esclavage, est le moment fatidique où leur chef Vercingétorix s'est rendu seul devant César. Il nous faut un monstre à plusieurs têtes, en quelque sorte, ce mythe effroyable de l'Antiquité.
cloette
- 01/12/2018 - 18:39
@ajm
Macron se fera réélire ? Certainement pas , c'est impossible.
ajm
- 01/12/2018 - 17:42
Pas de projet alternatif Absence de vision alternative.
Il ne se passera pas grand chose en 2019, à part un parlement Européen qui sera chaotique , avec une forte représentation des partis souverainistes qui ne sont pas d'accord sur grand chose, notamment sur la politique économique , entre par exemple un RN Français très socio-étatiste et des Autrichiens , Flamands et Allemands très attachés aux équilibres budgétaires etc..En 2022, Macron se fera réélire si MLP est présente au deuxième tour ( avec une abstention record ) et gouvernera avec ce qui restera de son parti et aussi les LR et centristes opportunistes . Une forte majorité de Français ne veut pas de la vision eurobobo de Macron mais cette majorité est traversée par une multitude de courants divergents et est structurellement incapable de s'unir sur un programme minimum , même sommaire et démagogique