En direct
Best of
Best of du 30 novembre au 6 décembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

L'Insoumis (Jean-Luc Mélenchon) veut se pacser avec l'Insoumise (Marine Le Pen). Et l'Humanité s'étrangle d'indignation

03.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

04.

COP25 : Greta Thunberg a été exfiltrée de la marche à Madrid pour des raisons de sécurité

05.

Grèves : les "blacks blocs" blancs, ça ne serait pas un peu du blackface ?

06.

Jeanne Balibar critique violemment la politique d’Emmanuel Macron, qui avait été "bouleversé" par "Les Misérables" de Ladj Ly

07.

Derrière la crispation sur les retraites, la génération la plus immature de l’histoire

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

03.

L'hydrogène, combustible parfait pour remplacer le pétrole ? Pourquoi ce n'est pas si simple...

04.

Vous ne devinerez jamais pourquoi le dernier shooting photo de Selena Gomez fait polémique

05.

L‘industrie automobile française face à la plus grande crise de son histoire

06.

PISA : l’école primaire, cette machine à fabriquer de l’échec

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Réchauffement climatique : respect des engagements ou pas, les températures pourraient grimper de 3°C d'ici la fin du siècle

03.

Abus de droit ? Le CSA de plus en plus contestable

04.

Retraites : mais que se passera(it)-t-il sans réforme ?

05.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

06.

Retraites : le gouvernement prêt à tenir mais sur quelle réforme ?

ça vient d'être publié
décryptage > Politique
Perdus

Après le ratage des Gilets jaunes, la droite impuissante sur la réforme des retraites

il y a 2 heures 8 min
décryptage > International
Election présidentielle américiane

Joe Biden, fantôme poids plume d'Obama ?

il y a 3 heures 28 min
décryptage > France
Et pendant ce temps-là...

Les infos importantes que la crise des retraites vous a probablement fait zapper

il y a 3 heures 45 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Le jour où de Gaulle est tombé sous le charme de Jackie Kennedy

il y a 5 heures 10 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Le débat public peut-il se passer des Libéraux ?

il y a 5 heures 10 min
décryptage > France
Il n'est pas trop tard

Contre la pensée bourgeoise – celle du politiquement correct – osons être révolutionnaires !

il y a 5 heures 11 min
pépites > Justice
MoDem
François Bayrou a été mis en examen pour complicité de détournement de fonds publics
il y a 13 heures 52 min
Madrid
COP25 : Greta Thunberg a été exfiltrée de la marche à Madrid pour des raisons de sécurité
il y a 15 heures 22 min
light > Culture
The White House Plumbers
HBO prépare une série télévisée sur le scandale du Watergate
il y a 18 heures 55 min
pépite vidéo > International
Incendies
Les images impressionnantes du ciel orange à Sydney
il y a 20 heures 8 min
décryptage > Politique
Vrai combat

Fini de rire, la République s'attaque à la Haine

il y a 3 heures 9 min
décryptage > Politique
Pour une nuit, pour la vie ?

L'Insoumis (Jean-Luc Mélenchon) veut se pacser avec l'Insoumise (Marine Le Pen). Et l'Humanité s'étrangle d'indignation

il y a 3 heures 39 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
La guerre Filipetti /Piketty repart; Gad Elmaleh retrouve l’amour avec Léna (4 ans de plus que son fils), Cyril Hanouna reperd Emilie; Brigitte Macron a peur pour sa famille; Louane enceinte jusqu’aux dents; Jenifer Aniston passe Thanksgiving avec son ex
il y a 4 heures 13 min
décryptage > Sport
Bonnes feuilles

Le sportif, ce nouveau héros de temps de paix

il y a 5 heures 10 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

Elections 2020 : les enjeux du combat face à Donald Trump

il y a 5 heures 11 min
décryptage > Economie
Paroxysme

Services publics paralysés et pression fiscale record : tous les symptômes d’une faillite programmée du système français

il y a 5 heures 11 min
light > Culture
Classe politique
Jeanne Balibar critique violemment la politique d’Emmanuel Macron, qui avait été "bouleversé" par "Les Misérables" de Ladj Ly
il y a 14 heures 15 min
décryptage > Media
L’art de la punchline

Un 5 décembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 16 heures 39 sec
pépite vidéo > Europe
Auschwitz
Angela Merkel déclare que la mémoire des crimes nazis est "inséparable" de l'identité allemande
il y a 19 heures 24 min
pépites > France
Pédagogie
Retraites : Edouard Philippe présentera "l'intégralité du projet du gouvernement" mercredi prochain
il y a 20 heures 32 min
© JOHN MOORE / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
© JOHN MOORE / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
Tout ce qui est à toi est à moi... pour l’inverse on ne sait pas

Tous aux abris ? Quand le vice-chancelier allemand saisit la balle du partage du siège de la France à l’ONU au bond

Publié le 30 novembre 2018
Mercredi 28 novembre, à l'occasion d'un discours sur l'avenir de l'Europe tenu à Berlin, le ministre des finances et vice-chancelier allemand Olaf Scholz a exprimé son souhait que le siège permanent de la France au Conseil de sécurité de l'ONU devienne un siège européen.
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Edouard Husson
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mercredi 28 novembre, à l'occasion d'un discours sur l'avenir de l'Europe tenu à Berlin, le ministre des finances et vice-chancelier allemand Olaf Scholz a exprimé son souhait que le siège permanent de la France au Conseil de sécurité de l'ONU devienne un siège européen.

Atlantico: Le ministre des finances et vice-chancelier allemand Olaf Scholz a déclaré "Si nous prenons l'Union européenne au sérieux, l'UE devrait également parler d'une seule voix au sein du Conseil de sécurité des Nations unies (...) À moyen terme, le siège de la France pourrait être transformé en siège de l'UE". Comment expliquer ce positionnement allemand et que révèle-t-il des ambitions du pays ? 

Edouard Husson: Il y a quelques semaines, c’était l’ambassadeur allemand à l’ONU qui réclamait la mise à disposition par la France de son son siège au Conseil de Sécurité. A présent c’est le vice-chancelier du gouvernement allemand. L’Allemagne fait monter la pression pour obtenir quelque chose qu’elle n’obtiendra plus jamais si elle ne l’obtient pas maintenant. A vrai dire, il y a très peu de chances qu’elle l’obtienne car la Charte des Nations-Unies ne reconnaît que les Etats; or l’UE n’est pas un Etat au sens plein du terme; il faudrait réécrire les textes onusiens.  Il est d’autant plus intéressant de se demander pourquoi Berlin essaie de forcer le destin de la sorte.

Héritière du pays qui a plongé le monde dans la plus atroce guerre de l’histoire, l’Allemagne Fédérale a d’abord dû rendre son honneur au nom allemand: elle s’est affirmée comme l’élève modèle de la classe transatlantique; elle a vu dans la réconciliation allemande le chemin d’un retour à l’égalité parmi les nations. L’Allemagne Fédérale (Allemagne de l’Ouest jusqu’en 1989) a eu l’attitude inverse de la République de Weimar: elle a reconnu sa défaite et fait des efforts pour être réintégrée parmi les nations. Néanmoins, le pays n’est jamais, dans les domaines de la défense et de la diplomatie, entré dans ce club par définition fermé qu’est le groupe des puissances victorieuses des deux guerres mondiales, les pays qui ont un siège permanent au Conseil de Sécurité. L’Allemagne n’est pas non plus, à l’issue du traité de réunification de 1990, autorisée à posséder l’arme nucléaire. Comme les dirigeants allemands ne sont pas menacés par le complexe de Poulidor (se contenter de la deuxième place), ils essaient d’obtenir autrement ce qui leur est jusqu’ici inaccessible: la capacité à parler d’égal à égal avec les Etats-Unis.

D’où cette offensive soudaine: jamais depuis longtemps un président français n’avait à ce point réaffirmé l’importance du partenariat franco-allemand et de l’Europe; or on ne veut pas lui donner ce qu’il demande, un budget et un gouvernement économique de la zone euro; donc on lui propose d’aller sur le terrain de la diplomatie et de la défense. Et on retourne la position française de façon magistrale. Au fond, il y a une perception aiguë de la vulnérabilité d’un président français largement inexpérimenté en matière de politique étrangère et dont l’engagement européen est de l’ordre de la croyance, sans aucune prudence politique. Le grand tort des Français c’est de sous-estimer les capacités manoeuvrières des Allemands sous prétexte qu’ils sont directs. Pourtant, depuis Bismarck, nous devrions être vaccinés. 


Que révèle-t-il de la perception allemande de la position politique actuelle de la France ? En quoi une telle demande pourrait révéler une perception de faiblesse de la part de Paris ?

Il y a toujours eu chez les dirigeants allemands, depuis 1945/49, l’idée d’inverser, cette fois-ci par la diplomatie et non plus par la guerre, le désastre causé par l’emballement mimétique à la suite d’Hitler. Cela s’accompagne d’une grande persévérance. Rappelons-nous comme Helmut Kohl, aussi européen fût-il, a imposé en quelques mois la réunification; rappelons-nous comment ce Rhénan en apparence débonnaire a couvert la destruction de la Yougoslavie et l’humiliation de la Serbie, ce petit pays qui avait eu l’impudence de tenir tête par deux fois aux empires allemands. Regardez comme la Russie est tenue à l’écart de l’Europe par la politique d’Angela Merkel; avec quelle persévérance on a fait en sorte de maintenir la Grande-Bretagne dans le marché unique. J’admire ce patriotisme allemand, tourné vers l’action et les résultats - bien loin des envolées lyriques de nos gouvernants successifs! Il n’y a que les dirigeants français, Emmanuel Macron en tête, pour croire que le plaidoyer en faveur d’une Europe postnationale, fréquent en Allemagne, signifie, pour l’Allemagne l’opposition de la souveraineté allemande à la souveraineté européenne et l’abandon de la première au profit de la seconde.  Le “postnational” n’a jamais été autre chose pour les dirigeants de la RFA qu’un moyen de continuer la politique nationale par d’autres chemins. Comme disait Bismarck, que nos politiques ne lisent pas assez: “Je n’ai jamais entendu le mot Europe que dans la bouche des dirigeants qui n’osent pas avancer leurs intérêts nationaux directement”; précisément, la RFA, héritière du désastreux Reich hitlérien a toujours fait attention à ne pas faire peur à ses voisins. 

Mettons-nous à la place de nos amis allemands: Emmanuel Macron demande la transformation de la zone euro; il ne l’obtient pas; mais, pour autant, il continue à demander; au lieu de battre froid la Chancelière et son gouvernement. Imaginons que nos dirigeants aient le même sens aigu des intérêts du pays que les Allemands; n’auraient-ils pas envie d’exploiter un sentimentalisme du partenaire qui confine à la naïveté? A vrai dire, la proposition de Scholz sonne comme une forme d’indiscrétion sur des discussions franco-allemandes déjà en cours; et où ce sont les Français qui font des propositions aussi absurdes que de réserver à notre pays le poste de représentant de l’UE auprès de l’ONU. Ce serait évidemment oublié dès la deuxième nomination puisque les autres membres de l’Union refuseraient que la France ait un tel monopole! 

Je ne demande pas que l’on saute comme un cabri sur sa chaise en répétant “De Gaulle! De Gaulle!”. Mais qu’on négocie, tout simplement. En quoi Emmanuel Macron a-t-il fait sentir à ses interlocuteurs allemands qu’ils perdaient beaucoup en n’acceptant pas son plan pour la réforme de la zone euro? A-t-il constitué une nouvelle coalition des forces, favorable à la politique française, parmi les membres de l’UE? A-t-il tendu la main à la Grande-Bretagne pour montrer aux Allemands qu’il y avait un partenariat économique et diplomatique alternatif si Berlin (et Francfort) s’obstinent dans une absence de politique active de taux de change? A-t-il demandé au gouvernement allemand de rendre des comptes pour le non-contrôle des terroristes arrivés par l’Allemagne en septembre/octobre 2015 pour ensuite frapper le territoire français? S’est-il rapproché des Etats-Unis et de la Russie? A-t-il bloqué des nominations d’Allemands à des postes de responsabilité au sein des institutions de l’UE?  Ce sont quelques exemples dans un éventail de mesures possibles qui auraient permis de se faire respecter. Et d’obtenir une réforme de l’Europe. Au lieu de cela on laisse les Allemands refuser tout compromis et même faire monter les enchères (siège permanent à l’ONU; accès allemand à l’arme atomique française) 

Ne peut-on pas également y voir une demande paradoxale dans le sens où Angela Merkel est politiquement affaiblie dans son pays ?

Cela va plus loin que le simple affaiblissement de la Chancelière. C’est tout le système de pouvoir allemand qui est en train de se morceler. Comme aime à la dire Christian Lindner, président du FDP, le prochain chancelier n’aura pas d’autre choix que d’être un chef de gouvernement respectant les règles de la collégialité. Angela Merkel aura été la dernière à pouvoir bénéficier d’un tel pouvoir à la tête d’une Allemagne à ce point unifiée. Mais sa politique (sortie du nucléaire civil, encouragement d’une immigration massive) a profondément divisé le pays: est contre ouest; nord contre sud. Jamais les partis politiques n’ont été à ce point nombreux (Gauche, elle-même en train de se scinder avec l’apparition d’Aufstehen; Verts qui font jeu égal avec le SPD; CDU-CSU, Libéraux, AfD pour occuper le champ à droite). Il y aurait un paradoxe à partager avec l’Allemagne ou l’UE notre siège au Conseil de sécurité au moment où jamais l’Allemagne n’a été au fond, plus dénuée de vision diplomatique globale. Mais il est vrai que cette politique allemande protéiforme compense par le placement de ses ressortissants dans les institutions européennes ce qu’elle perd en morcellement interne. Et l’on peut bien imaginer des voix multiples réclamant, qui depuis la Commission, qui depuis le Parlement Européen, qui depuis le Conseil, une mutualisation du siège permanent de la France au Conseil de sécurité.

Cependant, vous mesurez l’absence de vision allemande véritable - et donc l’impardonnable dilettantisme français - au fait que nos partenaires n’osent pas demander au reste du monde la création pour eux ou pour l’UE d’un siège permanent supplémentaire; ils veulent priver la France de ce qu’elle a déjà et non obtenir plus du reste du monde. L’Allemagne est, globalement, une grande puissance européenne, non une puissance d’envergure mondiale comme la France et la Grande-Bretagne le sont encore militairement, politiquement, économiquement, géographiquement - à condition de le vouloir. Olaf Scholz essaie d’obtenir pour son pays un strapontin permanent au Conseil de sécurité. C’est malin; mais cela va contre les intérêts de la France et, profondément, de l’Europe.  La France devrait ne pas vouloir plus brader son siège permanent que l’Allemagne ne veut abandonner son modèle monétaire. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

L'Insoumis (Jean-Luc Mélenchon) veut se pacser avec l'Insoumise (Marine Le Pen). Et l'Humanité s'étrangle d'indignation

03.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

04.

COP25 : Greta Thunberg a été exfiltrée de la marche à Madrid pour des raisons de sécurité

05.

Grèves : les "blacks blocs" blancs, ça ne serait pas un peu du blackface ?

06.

Jeanne Balibar critique violemment la politique d’Emmanuel Macron, qui avait été "bouleversé" par "Les Misérables" de Ladj Ly

07.

Derrière la crispation sur les retraites, la génération la plus immature de l’histoire

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

03.

L'hydrogène, combustible parfait pour remplacer le pétrole ? Pourquoi ce n'est pas si simple...

04.

Vous ne devinerez jamais pourquoi le dernier shooting photo de Selena Gomez fait polémique

05.

L‘industrie automobile française face à la plus grande crise de son histoire

06.

PISA : l’école primaire, cette machine à fabriquer de l’échec

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Réchauffement climatique : respect des engagements ou pas, les températures pourraient grimper de 3°C d'ici la fin du siècle

03.

Abus de droit ? Le CSA de plus en plus contestable

04.

Retraites : mais que se passera(it)-t-il sans réforme ?

05.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

06.

Retraites : le gouvernement prêt à tenir mais sur quelle réforme ?

Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Marie-E
- 30/11/2018 - 17:22
evidemment la France doit garder
son siege au Conseil de securite ... mais le probleme c'est qu'aujourd'hui la France n'est plus credible car il y a eu trop de betises, d'errements, de compromissions, de meconnaissances de l'Histoire par la Presidence et le Ministere des Affaires Etrangeres qui ont trop ecoute le Quai d'Orsay.
La France si elle le veut peut jouer un role de puissance internationale rien qu'avec son armee par rapport a l'Allemagne and co : par exemple en ce moment dans le bassin est mediterraneen il y a des navires de guerre europeens (France, Grande Bretagne et Italie sur 27) dont le Dupuy de Lôme, le bâtiment fleuron de la Marine française dans le domaine de la collecte d’informations militaires, particulièrement en matière de lutte électronique, considere par les media israeliens comme l'un des meilleurs outils de Renseignement au niveau mondial .... mais en meme temps la France veut vendre de l'armement au Liban dont l'armee a du mal a etre independante du Hezbollah.
Quant a Le Drian entre Erdogan et MBS, no comment.
Au fait si l'Europe recuperait le siege de l France, quelle serait la politique suivie, celle de Mogherini, celle des Europeens de l'Est ou peut etre l'unanimite ?
ajm
- 30/11/2018 - 12:23
Trahison.
Partager notre siège au conseil de sécurité de l'ONU ou donner un droit de regard sur notre force de dissuasion à d'autres pays constitueraient un acte de haute trahison.
Mario
- 30/11/2018 - 10:33
Philippe De Villiers
Philippe De Villiers Président!!!!!!!!!!