En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Vers un reconfinement national : en quoi sera-t-il différent du précédent ?

03.

Et l'attaché parlementaire d'Aurélien Taché dénonça les "exhibisionistes"...

04.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

05.

Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"

06.

Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter

07.

Face aux rumeurs de reconfinement, les ventes de certains produits alimentaires ont déjà augmenté depuis quelques jours confirme Michel-Edouard Leclerc

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

04.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
light > France
Festivités annulées
Lyon : la Fête des Lumières 2020 n'aura pas lieu
il y a 10 min 50 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Impossible" de Erri de Luca : huis-clos entre un accusé et son juge. Un roman puissant lu par deux comédiens talentueux

il y a 1 heure 29 min
pépites > France
Séparatisme
Gérald Darmanin annonce la dissolution de l'association BarakaCity
il y a 2 heures 51 min
décryptage > Politique
Menace contre notre modèle de vie

Islamisme : la France face au défi du siècle

il y a 3 heures 58 min
décryptage > Economie
Adaptation face à la pandémie

Economie Covid-19 : et le pays qui bénéficie le plus du télétravail est…

il y a 4 heures 25 min
pépite vidéo > Politique
"La vie doit continuer"
Renaud Muselier plaide pour un confinement aménagé et différent de la période de mars dernier
il y a 5 heures 5 min
décryptage > France
Combat contre le séparatisme

Islamisation de la France : déni, lâcheté ou compromission ?

il y a 5 heures 35 min
décryptage > France
Tout change

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

il y a 6 heures 12 min
pépites > Politique
Coronavirus
L'exécutif pris entre deux feux : médecins d'un côté, chefs d'entreprises de l'autre
il y a 6 heures 28 min
décryptage > Santé
Lutte contre la pandémie

Covid-19 hors de contrôle : les nouveaux tests feront-ils (enfin) la différence ?

il y a 7 heures 28 min
light > Culture
Amoureux des mots
Mort d'Alain Rey à l'âge de 92 ans
il y a 37 min 14 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"ADN" : Maïwenn en quête de ses racines algériennes dans une autofiction comique et volcanique...

il y a 1 heure 50 min
pépites > Consommation
Angoisse
Face aux rumeurs de reconfinement, les ventes de certains produits alimentaires ont déjà augmenté depuis quelques jours confirme Michel-Edouard Leclerc
il y a 3 heures 48 min
décryptage > International
Or noir

Israéliens et Arabes, unis même dans le pétrole

il y a 4 heures 12 min
light > Science
Gratte-ciel
Un récif plus haut que l'Empire State Building dans la Grande Barrière de corail en Australie
il y a 4 heures 44 min
pépites > Media
Contrarié
Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter
il y a 5 heures 15 min
décryptage > France
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine

Liberté, j’écris ton nom

il y a 5 heures 52 min
décryptage > Santé
Lieux ciblés

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

il y a 6 heures 22 min
décryptage > International
Résistance face à la pandémie

Samfundssind : les Danois ont choisi leur mot de l’année 2020 et il est la clé de leur résilience face au Coronavirus

il y a 6 heures 29 min
décryptage > Politique
Chasse aux sorcières

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

il y a 7 heures 39 min
© JOSEPH EID / AFP
© JOSEPH EID / AFP
Fraude In Vitro

Fraudes à la fertilité : les personnes conçues par erreur lors de procédures de fécondation in vitro attaquent en justice

Publié le 29 novembre 2018
Aux Etats-Unis, de nombreuses personnes considérées comme conçues par erreur lors de fécondations in vitro s'en prennent aux docteurs et autres responsables.
Aude Mirkovic
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Aude Mirkovic est maître de conférences en droit privé, porte-parole de l'association Juristes pour l'enfance et auteur de PMA, GPA, quel respect pour les droits de l’enfant ?, ed. Téqui, 2016. Son dernier livre "En rouge et noir" est paru aux éditions...
Voir la bio
Ludovine de La Rochère
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ludovine de La Rochère est présidente du collectif "Manif pour tous".
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Aux Etats-Unis, de nombreuses personnes considérées comme conçues par erreur lors de fécondations in vitro s'en prennent aux docteurs et autres responsables.

Atlantico : Aux Etats-Unis, de nombreuses personnes considérées comme conçues par erreur s'en prennent aux docteurs et autres responsables. En quoi ces situations sont des casses-tête d'un point de vue judiciaire ?

Précision : Ce qui est appelée ici "erreur" relève soit de la fraude, lorsque la FIV est opérée volontairement avec le sperme de la mauvaise personne (celui du Dr Cline dans le procès en question aux USA, qui a inséminé une cinquantaine de femmes avec son propre sperme), soit de l'erreur industrielle. Source (Washington Post)

Aude Mirkovic : Il s’agit de personnes nées par PMA et qui découvrent un beau jour qu’elles sont issues d’une erreur commise au cours du processus de PMA : soit une erreur « volontaire », lorsque le médecin a utilisé son propre sperme, soit une erreur involontaire lorsque les éprouvettes de sperme ont été confondues et que la femme a été inséminée par un autre homme que son conjoint ou concubin. 

Il faudrait pouvoir préciser la législation de chacun des Etats américains concernés pour évaluer chaque cas. Au regard de la loi française, de telles situations sont sans doute de véritables drames humains mais, d’un point de vue juridique, il y a une réponse. S’agissant d’une PMA voulue à l’origine sans donneur, la filiation des enfants est établie selon le droit commun : présomption de paternité dans le mariage, reconnaissance de paternité hors mariage ou même action en recherche de paternité si le père néglige de reconnaitre l’enfant. La filiation peut alors être contestée également selon le droit commun si elle est mensongère, c’est-à-dire si elle ne correspond pas à la réalité biologique. La seule condition pour exercer une telle action en contestation est la prescription. Ensuite, un test de paternité suffira à prouver que la paternité du mari ou du concubin de la mère ne correspond pas à la réalité. Notons qu’une telle contestation n’est pas une obligation : si les intéressés se satisfont de la situation et que nul ne conteste la filiation établie, elle demeurera. 
Se pose ensuite la question d’une éventuelle paternité du médecin lorsqu’il a utilisé son propre sperme, ou de l’homme dont proviennent les gamètes en cas d’erreur d’éprouvette. En principe, la loi prévoit qu’aucun lien de filiation ne peut être établi entre l’enfant et le donneur. Mais il ne s’agit pas à proprement parler ici d’un donneur, puisque le médecin comme l’homme dont viennent les gamètes n’ont pas fourni leur semence dans le cadre de la procédure du don. Il s’agit d’un apport artisanal, illégal, du médecin, ou d’un don involontaire et lui aussi illégal d’un homme donneur malgré lui : il est fort douteux que de tels apports soient concernés par l’anonymat et l’interdiction de filiation entre l’enfant et le géniteur qui découlent du don proprement dit, encadré par la loi. 

En France, lorsque se sont produites des erreurs d’utilisation des gamètes ou même d’attribution des embryons, il y a eu des procès : les couples concernés ont engagé la responsabilité de l’hôpital et demandé réparation en justice pour leur préjudice. Mais aucun litige n’a concerné à ma connaissance la filiation des enfants car il semble que, dans la totalité des cas, les couples préfèrent avorter. La question de la filiation ne s’est donc pas posée. 

Ludovine de la Rochère : Plusieurs affaires ont en effet éclaté aux Etats-Unis, des personnes nées de fécondation in vitro (FIV) ayant découvert, souvent par hasard, qu’ils n’étaient pas l’enfant biologique de celui qu’ils avaient toujours considérés comme leur père. Cela peut être par exemple à l’occasion d’un problème de santé dont l’origine génétique est connue et dont la survenue conduit à faire des tests.

C’est très compliqué d’un point de vue judiciaire parce qu’il n’est pas toujours possible d’identifier l’origine de « l’erreur » - c’est-à-dire les circonstances et l’origine réelle des gamètes -, mais aussi parce que la loi, aux Etats-Unis, n’a pas prévu « l’erreur » volontaire en la matière, c’est-à-dire le cas d’un médecin qui, sciemment, utilise ses propres gamètes, ou d’autres, à la place de ceux de l’homme du couple poursuivant un processus de FIV. Ce type de drame est pourtant récurrent depuis les débuts de la FIV, que ce soit aux Etats-Unis ou ailleurs.

En France, la première loi de bioéthique, qui date de 1994, a été votée plusieurs années après les débuts de la pratique de la FIV et l’ouverture des premiers Centre d’étude et de conservation des œufs et du sperme humain (CECOS) en 1973. Du coup, pendant plusieurs années, les règles en la matière dépendaient un peu de chaque centre d’assistance médicale à la procréation : modalités de recrutement de donneurs, conditions requises pour donner, nombre de naissances possibles à partir des gamètes d’un même donneur, etc. Il semblerait, en conséquence, que des hommes aient largement fourni leur sperme pendant des années. Cependant, ce n’était sans doute pas avec l’idée de s’imposer dans les filiations sans le consentement des couples comme c’est le cas dans les affaires américaines que nous évoquions.

D’un point de vue anthropologique, de telles affaires sont éminemment délicates puisque, évidemment, on ne peut pas « regretter » la naissance des enfants concernés. Néanmoins, eux-mêmes comme leurs parents considèrent qu’ils ont été trompés et lésés et ils veulent que la justice le reconnaisse. 

En outre, la crainte d’une remise en cause de l’insémination avec donneur – qui d’ailleurs n’est pas autorisée dans tous les pays, même en Europe - suscite beaucoup d’inquiétude autour de telles affaires, d’où une tendance à éviter au maximum le « buzz » autour de ces cas. Ce sont par conséquent de longues batailles judiciaires pour les victimes de tels actes. 

 

Les questions prennent aussi un tournant éthique important. Quelles garanties donne aujourd'hui l'Etat sur ces questions ? Sont-elles suffisantes ?

Aude Mirkovic : La loi française évince la question de la place du donneur, de son statut, de façon péremptoire : déjà, l’anonymat du don camoufle le donneur et, de toute façon, aucun lien de filiation ne peut être établi entre lui et l’enfant, quand bien même l’enfant le retrouverait (ce qui s’est déjà produit et devrait se généraliser dans l’avenir).  
Pour autant, ces « garanties » sont tout à fait insuffisantes. Le recours du don de gamètes prive délibérément et légalement l’enfant de la dimension biologique de sa filiation, ce qui est contraire à ses droits tels que garantis par les conventions internationales. 

De toute façon, l’injustice qui résulte du don de gamètes pour l’enfant est aisée à identifier : si, en cas d’erreur d’éprouvette dans le processus de PMA, le fait d’attendre un enfant qui n’est pas issu d’eux caractérise pour les couples un préjudice tel qu’ils demandent réparation en justice et préfèrent avorter s’ils le peuvent encore, n’est-il pas quelque peu léger de décréter de façon péremptoire que, pour les enfants, il serait indifférent d’avoir comme parent leurs géniteurs ou quelqu’un d’autre ? Le don de gamètes, comme les erreurs et fraudes dans l’utilisation des gamètes, posent une question très simple : est-il important, ou pas, d’être issu de quelqu’un ? Si c’est important (et juridiquement réparable) pour les uns, comment déclarer que cela devrait être sans intérêt pour les autres, les enfants ? La loi est la même pour tous, c’est donc l’égalité devant la loi qui est en jeu. 

Ludovine de la Rochère : La ministre des Solidarités et de la Santé ne donne aucune garantie en la matière : comme Emmanuel Macron, elle semble très ignorante des enjeux. Tout juste semble-t-elle avoir découvert, tout récemment, que la PMA pour les femmes seules et les couples de femmes impliquerait l’effacement de l’existence même du père.

Il faut rappeler que le CCNE s’est prononcé en faveur de l’extension de la PMA à la condition expresse et incontournable de ne pas ouvrir la marchandisation de l’humain. La ministre n’y a jamais fait allusion : elle ne sait manifestement pas – ou elle ne veut pas savoir – que cette condition n’est pas tenable. 

En France, est-ce que l'extension de la PMA qui engendrera mécaniquement une libéralisation du marché du sperme pourrait faire planer la même menace d'abus ? A-t-on déjà eu des cas similaires en France ?

Ludovine de la Rochère : Il y a déjà eu des affaires en France, en particulier d’échanges d’embryons, involontairement a priori, qui ont conduit à des poursuites judiciaires et à des dédommagements. Cela montre combien la filiation biologique – ou charnelle pour employer un terme plus parlant - est très importante, contrairement à ce que prétendent ceux qui pensent que la filiation doit être fondée sur la seule volonté des adultes et qui expliquent à longueur d’émissions radio et tv que la dimension biologique de la filiation n’est rien.

Le risque d’erreurs existe donc déjà, mais je pense que si on ouvre la PMA aux couples de femmes et aux femmes seules, cela revient à un tel mépris de la réalité de la filiation que les risques seront d’autant plus grands. Cette pratique revient en effet à considérer qu’effacer la filiation paternelle serait anodin, qu’avoir deux mères serait une filiation possible, etc. 

En outre – et c’est un autre des problèmes posés par l’extension de la PMA – le manque de gamètes masculins conduira inéluctablement à leur commercialisation. De fait, tous les Etats qui ont ouvert la PMA aux femmes seules et aux couples de femmes se sont mis à rémunérer les hommes ou, quand ils ne l’ont pas fait, se sont mis à acheter les échantillons de sperme dont ils ont besoin aux pays qui rémunèrent les hommes.
On sait aussi qu’à côté des centres publics de conservation des gamètes prolifèrent des centres privés, comme la plateforme internet Cryos international, dont l’objectif est bien sûr le business. L’Office parlementaire des choix scientifiques et technologiques (OPECST), dans son avis rendu le 25 octobre dernier sur la future loi de bioéthique, se déclare d’ailleurs non opposé à l’idée d’autoriser la création de centres privés de conservation des gamètes en France !

Ouvrons les yeux : légaliser la marchandisation de l’humain, faciliter ce business, pratiquer le commerce international des gamètes serait un tel abandon éthique qu’il serait infiniment plus difficile de faire respecter un encadrement très strict, lequel est pourtant essentiel dans une matière aussi lourde d’implications humaines. 

Au fond, comment l’Etat pourrait-il prétendre faire respecter des règles éthiques si lui-même transgresse l’éthique la plus élémentaire ? 

 

Une des problématiques les plus importantes semble être "l'approvisionnement" en sperme, qui pousse à beaucoup de dérives. L'adoption de la PMA prévue par le gouvernement ne risque-t-elle pas d’aggraver ce problème ?

Aude Mirkovic : En effet, il est de notoriété publique que les dons actuels de sperme ne suffisent pas actuellement à réaliser les PMA demandées au sein des couples homme/femme infertiles. L’insémination de femmes célibataires ou en couple de femmes aggraverait cette "pénurie" car la PMA pour les femmes est toujours une PMA avec donneur. Le moyen d’augmenter le nombre des apports serait de les rémunérer, autrement dit de passer du don à la vente.

La rémunération n’est pas une option mais apparaît comme inévitable : tous les États qui ont ouvert la PMA en dehors des indications thérapeutiques n’ont eu d’autre choix que de rémunérer les apports de gamètes. La Belgique a certes ouvert la PMA sans rémunérer les donneurs, mais elle se retrouve contrainte à acheter 90% de ses apports de sperme au Danemark ! Il en va de même du Canada qui a maintenu la gratuité et achète 90% de ses apports aux États Unis.

Rémunérer les apports de gamète, c’est renoncer au principe cardinal de la gratuité des éléments et produits du corps humain. Le Conseil d’Etat, le Comité d’éthique sont formels : il ne faut surtout pas remettre en cause la gratuité ! En effet, rien ne justifierait alors de limiter la rémunération aux gamètes. Il est également de notoriété publique qu’il n’y a pas assez d’organes disponibles pour tous les patients en attente de greffe, et cette pénurie pourrait elle aussi justifier la vente des organes et la marchandisation généralisée du corps qui s’ensuivrait, d’autant plus que la vie des patients en attente d’organes est souvent engagée. 
Si l’on veut préserver la gratuité, le seul moyen est d’abandonner toute extension de la PMA : la PMA non thérapeutique conduit à la marchandisation du corps, devenu source de profit pour les uns, matériau utilisable par les autres. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
jurgio
- 30/11/2018 - 17:03
Une grave question se pose
Emmanuel Macron a-t-il épousé sa mère ?
Jeffouille91
- 29/11/2018 - 13:01
Quand la fiction est rattrapée par la réalité
Il va falloir réécrire Frankenstien
Jeffouille91
- 29/11/2018 - 13:01
Quand la fiction est rattrapée par la réalité
Il va falloir réécrire Frankenstien