En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

03.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

04.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

05.

Nintendo Switch : l'UFC-Que choisir dénonce "l'obsolescence programmée" des manettes

06.

Capucine Anav & Alain-Fabien victimes de la santé d'Alain Delon, les hebdos people très inquiets pour celle de Catherine Deneuve. Et pour la sécurité du bébé de Nabilla (aux mains d'UN baby sitter sorti de prison); Kate & Meghan s'ignorent ouvertement

07.

Ce discret courant souterrain qui fragilise puissamment nos démocraties

01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

05.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

06.

Cette nouvelle ère politique que vient s’ouvrir avec la marche contre l’islamophobie

ça vient d'être publié
pépites > International
Dictature
Ouïghours : Xi Jinping a donné l'ordre d'être "sans pitié"
il y a 9 heures 54 min
light > Culture
Discrimination
L'actrice Mo'Nique accuse Netflix de la sous-payer car elle est une femme noire
il y a 10 heures 43 min
pépite vidéo > Culture
Pour les fans de la famille royale
The Crown : la saison 3 est disponible sur Netflix
il y a 11 heures 29 min
pépites > France
Noyau dur
Acte 53 des Gilets jaunes : 28.000 manifestants selon la police, 40.000 selon les organisateurs
il y a 12 heures 56 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
L'Inde veut aller explorer Vénus en 2023 ; Mars : les fluctuations de l’oxygène décontenancent la Nasa
il y a 13 heures 15 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Dérèglement climatique : ce que la technologie pourrait apporter pour contenir les incendies géants
il y a 16 heures 39 min
décryptage > France
Un an déjà

Acte 53 des Gilets jaunes : statu quo en attendant décembre

il y a 17 heures 18 min
décryptage > International
Moderne... mais féroce

En Arabie Saoudite, « réforme » rime avec « répression »

il y a 17 heures 41 min
décryptage > France
Agriculture

Revenus désastreux des agriculteurs : et si les banques étaient juridiquement en partie responsables ?

il y a 17 heures 42 min
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

Comment la momie de Ramsès II a bénéficié d'une "seconde jeunesse" grâce à une exposition organisée à Paris en 1976

il y a 17 heures 43 min
pépites > Europe
Désastre
Venise : un milliard d'euros de dégâts ; une troisième montée des eaux attendue
il y a 10 heures 18 min
pépites > Santé
Drame
Deux tiers des Français ont déjà renoncé à se faire soigner
il y a 11 heures 6 min
pépite vidéo > France
Casseurs
Acte 53 des Gilets jaunes : d'importants dégâts sur la place d'Italie à Paris
il y a 12 heures 21 min
pépites > Politique
Baisse
Popularité : Emmanuel Macron perd un point en novembre
il y a 13 heures 8 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

SOS Europe en détresse ?

il y a 16 heures 21 min
décryptage > Santé
Danger

Les super bactéries font encore plus de morts qu’on le croyait

il y a 17 heures 7 min
décryptage > Politique
Sectarisme à tous les étages

Ce discret courant souterrain qui fragilise puissamment nos démocraties

il y a 17 heures 24 min
décryptage > Economie
Un but bien défini

La politique économique de Trump, une politique parfaitement prévisible

il y a 17 heures 41 min
décryptage > International
Automne chinois

Hong Kong ou l’illustration que la Révolution de velours tchèque ne serait plus possible 30 ans après ?

il y a 17 heures 42 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

il y a 17 heures 43 min
Atlanti-culture

"Anna Karénine" par Laetitia Gonzalbes : texte, mise en scène, interprétation, on est embarqué. Subjuguant

Publié le 28 novembre 2018
Louis-Bertrand Raffour est chroniqueur pour Culture-Tops.Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Louis-Bertrand Raffour pour Culture-Tops
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Louis-Bertrand Raffour est chroniqueur pour Culture-Tops.Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»

 

THEATRE 

Anna Karénine

Adaptation libre de Laetitia Gonzalbes d’après le roman de Léon Tolstoï, et  Bel-Ami  et Enragée  de Guy de Maupassant,

Réalisateur/Metteur en Scène : Laetitia Gonzalbes

Interprètes : Lise Laffont, Maroussia Henrich, David Olivier Fischer, Samuel Debure

 

INFORMATIONS

Théâtre de la Contrescarpe

5, rue Blainville 75005 PARIS
Jusqu’au 6 Janvier 

Les dimanches à 20h30, les lundis et mardis à 19h30.
Relâches les 24 et 25 décembre 2018 + 1 janvier 2019

Durée : 1h30

Réservations:  01 42 01 81 88

 

RECOMMANDATION

            EXCELLENT

 

THEME

Deux doigts de Tolstoï, deux de Maupassant, le talent de Lætitia Gonzalbes, le tout emballé en une succession de séquences enlevées, chaudes ou froides, passionnées ou déprimées, voilà Anna Karénine 2018 !

Une femme, fragile, sensible, peu à peu détruite par les égoïsmes qui l’encerclent, celui d’un mari cynique qui la traite en objet, celui d’une maîtresse qui n’aura de cesse de la faire plonger pour en jouir sans véritable amour ni réciprocité.

Parce qu’à un moment elle a, à ses yeux, fauté, Anna se charge de tous les maux et vices d’un mari et d’une maîtresse qui lui refusent toute existence propre.  Elle se voit comme la pécheresse responsable de sa souffrance.

Mari et maitresse poursuivent leur œuvre parallèle de destruction totale. Pour la garder, sa maîtresse tenter de la couper du monde et du réel en l’emmurant, le mari lui n’hésite pas à la faire passer pour morte aux yeux de son propre fils, lui arrachant sa condition de mère. Anna résiste, un souffle de liberté souffle en elle. Elle espère en cette liberté.

 

POINTS FORTS 

La trame et le texte. Que reste-t-il de Tolstoï ? Où sont les traces de Maupassant ? Peu importe, car on se sent porté par la force d’une pièce qui traite de sujets universels : de la liberté d’un être confronté aux égoïsmes qui l’entourent ; d’une société qui exclut, qui détruit  mais qui se protège par l’injonction permanente au péché et à la honte. Le texte de Lætitia Gonzalbes est simple, juste et puissant. Il replace dans notre société avec une belle efficacité les dénonciations de Tolstoï et de Maupassant. Et puis convertir mille pages en 1h30,  c’est déjà un exploit !

Les acteurs.  Lise Laffont, en Anna Karénine, nous livre une interprétation envoutante. La transformation d’Anna Karénine / Lise Laffont  de jeune femme fragile et soumise à son mari du début, en une âme et un corps déchirés, plaie béante hurlant de douleur et d’impuissance  est exceptionnelle. Elle est bien servi par ses prédateurs : David Olivier Fischer en Alexis Karénine, prisonnier de son ‘monde’ et de ses pulsions et Maroussia Henrich, qui incarne, puissamment, Varinka, la maîtresse maudite du bal saphique. Samuel Debure, derrière son masque d’oiseau/reptile cadavérique, est  un narrateur inquiétant, un observateur distant, mi  traître, mi- confident.

La mise en scène. La scène est toute petite, le décor muet et pourtant il se passe là aussi quelque chose d’étonnant. Le rythme rappelle celui des meilleures séries américaines. Les scènes se suivent à un rythme effréné, les quatre comédiens passant d’une face sombre à une face plus lumineuse donnent l’impression de se multiplier. Le spectateur est pris, il est embarqué par ce tournoiement, la salle de spectacle servant  en permanence de coulisses, il n’y a plus de distances, on est soi même plongé dans le péché puis dans le rêve d’une douce liberté.

 

POINTS  FAIBLES

Les personnages secondaires. Alexis Karenine – le mari – et Varinka – la maîtresse n’ont pas la même épaisseur qu’Anna Karénine. On a parfois le sentiment qu’ils ne sont là que pour nourrir l’image d’Anna. C’est probablement un déséquilibre voulu. On le regrette par moment. Parce qu’au  fond,  leur égoïsme, leur appétit de jouissance sont aussi le fruit d’une construction complexe, d’une quête de liberté trop rapidement refoulée. On aurait pu avoir trois voix, on en a qu’une.

 

EN DEUX MOTS  

Madame Karénine et Monsieur Bel-Ami se croisent aujourd’hui. Ils rêvent d’amour et de liberté. Les temps n’ont pas changé… ça va mal finir.

 

UN EXTRAIT

« Pour pardonner, il faut avoir beaucoup souffert… je ne vous le souhaite pas ». Anna à son mari.

 

L'AUTEUR

Ou, plutôt ici, le metteur en scène, Lætitia Gonzalbes : Artiste pluridisciplinaire, à l'origine des créations de la Compagnie Kabuki depuis 2012.

Après des études en langues et commerce, Laetitia suit les enseignements de l’équipe pédagogique de Rick Odums, Kim Massee, Scott Williams et Marilyne Guitton.

Laetitia exerce un temps les métiers de danseuse et comédienne, puis se consacre à partir de 2014 exclusivement à la mise en scène.

Formée à la danse, au chant, au théâtre et au cinéma, elle se plaît à mêler ces différentes formes d'expression artistique dans ses mises en scène et n'hésite pas à varier les genres : spectacle musical jeune public (Kuwa na kichwa), adaptation d'un roman (Anna Karénine), pièce biographique (Péguy - Le visionnaire). 

Mais c'est d'abord par le choix des sujets abordés dans ses créations que Laetitia se distingue : l'écologie, l'égalité, la politique, l'homosexualité, la République. Ayant à cœur de maintenir un rapport nécessaire entre théâtre et société.

Elle travaille actuellement pour la Compagnie Kabuki.

Elle a écrit et mis en scène Kuwa na kichwa, un conte musical jeune public sur l’écologie joué au Vingtième théâtre. Ce premier spectacle a été repris pour la création d’un opéra pour enfants en collaboration avec le Conservatoire à Rayonnement Régional de Paris.

Laetitia a mis en scène Péguy – Le visionnaire de Samuel Bartholin, actuellement au Théâtre de la Contrescarpe avec, seul en scène, Bertrand Constant interprétant une quinzaine de personnages.

Anna Karénine est sa troisième création. Une première version de cette adaptation a été présentée au Festival Off d’Avignon 2017, au Théâtre du Roi René, et a rencontré un franc succès également.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Mots-clés :
Anna Karénine, théâtre
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

03.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

04.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

05.

Nintendo Switch : l'UFC-Que choisir dénonce "l'obsolescence programmée" des manettes

06.

Capucine Anav & Alain-Fabien victimes de la santé d'Alain Delon, les hebdos people très inquiets pour celle de Catherine Deneuve. Et pour la sécurité du bébé de Nabilla (aux mains d'UN baby sitter sorti de prison); Kate & Meghan s'ignorent ouvertement

07.

Ce discret courant souterrain qui fragilise puissamment nos démocraties

01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

05.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

06.

Cette nouvelle ère politique que vient s’ouvrir avec la marche contre l’islamophobie

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires