En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Recep Tayyip Erdogan estime qu'Emmanuel Macron veut "régler ses comptes avec l'islam et les musulmans"

02.

Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"

03.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

04.

Il faut sauver les Karabaghiotes, pas le groupe de Minsk

05.

Et Idriss Sihamedi décida d’entrer en guerre contre Gérald Darmanin…

06.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

07.

Boualem Sansal alerte sur la guérilla islamiste qui nous menace, le recteur de la mosquée de Paris sur l’entrisme des radicaux; Bertrand cherche à s’attirer les bonnes grâces de Sarkozy, Bayrou ménage Le Maire; Le Drian organise les macronistes de gauche

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

05.

Islamisme : la République de la complaisance

06.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
light > Culture
Enchères
Une oeuvre de Banksy parodiant Monet a été vendue 8,5 millions d'euros chez Sotheby's à Londres
il y a 7 heures 32 min
pépites > Santé
46 millions de personnes concernées
Covid-19 : Jean Castex annonce l'instauration du couvre-feu pour 38 nouveaux départements et la Polynésie dès samedi
il y a 8 heures 34 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Man Ray et la mode" : quand un photographe surréaliste magnifie les femmes... Une exposition d'une suprême élégance

il y a 9 heures 33 min
pépites > International
Réformes attendues
Liban : Saad Hariri a été officiellement désigné Premier ministre
il y a 11 heures 5 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Boualem Sansal alerte sur la guérilla islamiste qui nous menace, le recteur de la mosquée de Paris sur l’entrisme des radicaux; Bertrand cherche à s’attirer les bonnes grâces de Sarkozy, Bayrou ménage Le Maire; Le Drian organise les macronistes de gauche
il y a 12 heures 29 min
décryptage > France
Séparatisme

Les impensés de l’attentat terroriste de Conflans

il y a 14 heures 27 min
décryptage > Santé
Coronavirus

Covid-19 : l’Allemagne investit massivement dans un plan de ventilation et la France serait bien inspirée de l’imiter

il y a 15 heures 2 min
pépite vidéo > France
"Réparer la France"
Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"
il y a 15 heures 51 min
décryptage > International
Conflit au Haut-Karabagh

Il faut sauver les Karabaghiotes, pas le groupe de Minsk

il y a 17 heures 11 min
décryptage > Société
Islam vaincra !

Et Idriss Sihamedi décida d’entrer en guerre contre Gérald Darmanin…

il y a 17 heures 35 min
pépites > Politique
Calendrier électoral
François Bayrou, haut-commissaire au Plan, est favorable à un report des élections régionales
il y a 7 heures 54 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Féministe pour Homme" de Noémie de Lattre : rira bien qui rira la dernière

il y a 9 heures 11 min
pépites > International
Tensions
Recep Tayyip Erdogan estime qu'Emmanuel Macron veut "régler ses comptes avec l'islam et les musulmans"
il y a 10 heures 36 min
pépite vidéo > Politique
Idéologie
Jean-Michel Blanquer : "Ce qu'on appelle l'islamo-gauchisme fait des ravages"
il y a 11 heures 53 min
décryptage > International
Campagne électorale

Election présidentielle en Côte d’Ivoire : ne pas rejouer les luttes du passé

il y a 14 heures 10 min
décryptage > Politique
A l’Ouest, rien de nouveau

Le terrorisme fait-il encore bouger les lignes chez les électeurs ?

il y a 14 heures 51 min
décryptage > High-tech
Menace incontrôlable en vue ?

Ces deepfakes de photos de (vraies) femmes nues que des bots génèrent à la chaîne

il y a 15 heures 11 min
décryptage > Société
Lutte contre le séparatisme

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

il y a 16 heures 34 min
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

Dissolution des organisations salafistes : le temps des actes

il y a 17 heures 30 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Syndicats et patronat main dans la main pour s’opposer au gouvernement

il y a 17 heures 39 min
© IAN LANGSDON / POOL / AFP
© IAN LANGSDON / POOL / AFP
Spectre des états généraux

Nouveau pacte social, cette grande concertation dont Emmanuel Macron ne mesure pas à quel point elle risque de lui échapper

Publié le 28 novembre 2018
Emmanuel Macron qui dit avoir entendu les colères, veut "transformer les colères en solutions"; comme il ne détient pas la recette pour accomplir cette transformation, il veut lancer une "grande concertation de terrain sur la transition écologique et sociale".
Anita Hausser
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Anita Hausser, journaliste, est éditorialiste à Atlantico, et offre à ses lecteurs un décryptage des coulisses de la politique française et internationale. Elle a notamment publié Sarkozy, itinéraire d'une ambition (Editions l'Archipel, 2003)....
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Emmanuel Macron qui dit avoir entendu les colères, veut "transformer les colères en solutions"; comme il ne détient pas la recette pour accomplir cette transformation, il veut lancer une "grande concertation de terrain sur la transition écologique et sociale".

Cette concertation qui réunirait  des représentants d'associations, les élus nationaux et locaux, et les corps intermédiaires (représentants socio-professionnels) dont on redécouvre l'utilité, durerait trois mois. Les comités seront chargés "d'établir des diagnostics locaux et de faire des propositions" pratiques pour faciliter la transition écologique. En lançant cette  initiative pour sortir de la crise des Gilets Jaunes, le Président de la République prend le risque d'enclencher une machine infernale, car dans le contexte actuel ces futurs comités  devraient surtout formuler des revendications salariales et fiscales.

Si dans un premier temps, le Chef de l'Etat a assoupli sa position sur les taxes sur le carburant pour tenter de calmer la colère des automobilistes solidaires du mouvement des Gilets Jaunes, il sait bien que cette concession n'est pas de nature à mettre un terme du jour au lendemain au mouvement. Les Gilets Jaunes  appellent à une nouvelle manifestation à Paris samedi et à poursuivre les blocages. Et ce ne sont pas les deux heures de discussion de deux de leurs représentants avec François de Rugy hier soir, qui auront permis de faire  évoluer la situation. A l'issue de la rencontre, ils ont  d'ailleurs appelé à poursuivre le mouvement tandis que, ponctuellement, d'autres appellent carrément à le durcir. (1) "Les Français n'attendent qu'une réponse, c'est  qu'au 1er janvier, les taxes sur les carburants n'augmentent pas", a déclaré le président du groupe LR à l'Assemblée Nationale après le discours du Chef de l'Etat. Et d'après un sondage Opinionway pour RTL-LCI-Le Figaro, trois Français sur quatre jugent la réponse d'Emmanuel Macron "insuffisante". C'est peut-être également  l'avis du grand " macronien" qu'est Richard Ferrand, le président de l'Assemblée Nationale. Ce dernier a, comme  la plupart des responsables parlementaires, boudé la cérémonie d'installation du Haut Conseil pour le Climat à l'Elysée. Il n'était pas question pour eux de se soustraire  à l'immuable rite de la Conférence des Présidents qui se tient tous les mardis matin à la Présidence de l'Assemblée afin de fixer l'ordre du jour des travaux. Les "représentants du peuple" ont vu (-une nouvelle fois) dans le choix de l'horaire, une manifestation du "mépris du Président de la République pour le Parlement". Les dirigeants du groupe majoritaire, eux, pas voulu s'attarder sur ce raté; les députés La REM  viennent en renfort du Chef de l'Etat:  ils "veulent accompagner cette "grande concertation" sur le terrain, et entendent "jouer un rôle crucial" dans cet exercice de démocratie participative. Pour mieux  le contenir et  l'encadrer ? C'est vraisemblable, car la conclusion de ces Etats-généraux Canada Dry est loin d'être écrite et la séquence est risquée  pour l'exécutif. 

Tout en voulant circonscrire  sa réponse à la crise à la transition écologique, Emmanuel Macron a bien intégré que la fronde des Gilets Jaunes ne se limite pas à la seule contestation de la hausse des prix du carburants et du fuel. Afin de faire passer la pilule de la transition écologique, il tente de l'adoucir avec un "accompagnement  social". Ce projet soulage les Marcheurs ,qui réclament des gestes en faveur des plus modestes, et  complait aux écologistes qui préconisent  un changement radical de notre mode de vie et de la société en général, dans le but d'atténuer les conséquences des effets de serre et  afin de "sauver la planète". Cette "transition sociale" qui irait de pair avec la transition énergétique, et qui serait acceptable pour le plus grand nombre, reste à inventer. Dans l'idéal d'Emmanuel Macron, ce sont ces "brain storming" à l'échelon décentralisé qui devraient aboutir à l'élaboration des propositions , livrées clefs en mains, pour un "nouveau contrat social". En fait de propositions ce sont avant tout des revendications multiples qui vont fuser et se multiplier dans les futures assemblées. En lançant cette concertation aujourd'hui l'exécutif  prend le risque d'être débordé par l'imagination foisonnante des différentes parties prenantes. Dans un climat social tendu, la surenchère est inévitable, l'emballement possible.  Face aux représentants des Gilets Jaunes qu'il faudra désigner, les syndicalistes ne voudront pas être en reste et inversement. ..Et les politiques ne seront pas les derniers à en rajouter. Car ce mouvement suscite des prises de conscience sociales inattendues, à l'instar  de celle du député La Rem du Rhône Bruno Bonnell : l'ancien entrepreneur lyonnais  veut "savoir ce que les plus riches ont fait de leur argent", c'est-à-dire  de celui qu'ils ont gagné grâce à la suppression de l'ISF par Emmanuel Macron. Pendant la campagne électorale de 2017, le futur président espérait que les riches, reconnaissants, réinvestiraient cette manne dans l'économie nationale. C'était la fameuse théorie du "ruissellement". Il espérait aussi que les exilés fiscaux en Belgique, Grande-Bretagne et Suisse, reviendraient rapidement  se réinstaller en France. Il n'en a rien été. Faux calcul. Mais véritables dégâts politiques. La pression politique et la crise économique avaient contraint Nicolas Sarkozy à revenir sur le bouclier fiscal inventé en 2007pour diminuer la pression fiscale sur les gros contribuables . Cette mesure lui avait collé aux baskets pendant tout le quinquennat avec, déjà, l'image de "président des riches". Les mêmes causes produisent les mêmes effets. En attendant le mouvement des Gilets Jaunes continue.

 

(1) Et ce matin le président de la région PACA a réitéré l'appel lancé par douze présidents de région, à instaurer un moratoire sur l'augmentation des carburants.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
TPV
- 28/11/2018 - 21:55
Cette gourde de Poire Brusson (Brune Poirson)
A gagné le cocotier, vraiment cette engeance Bobo est insupportable .
edac44
- 28/11/2018 - 10:27
L'ego de Macron 1er mène t-il la France à la guerre civile ???
Le monarque ne cédera pas aux revendications légitimes du peuple de France, quitte à en perdre la tête, ce qui pourrait d'ailleurs bien lui arriver.