En direct
Best of
Best of du 6 au 12 avril 2019
En direct
© CHARLY TRIBALLEAU / AFP
De Flamanville à Hinkley Point
Transition énergétique : l’EPR ou l’illustration du saccage de l’excellence de la filière nucléaire française
Publié le 28 novembre 2018
La France, forte de ses 19 centrales et de ses 58 réacteurs, faisait figure de modèle du nucléaire dans le monde. Puis l'EPR est apparu.
Loïk Le Floch-Prigent est ancien dirigeant de Elf Aquitaine et Gaz de France, et spécialiste des questions d'énergie.Ingénieur à l'Institut polytechnique de Grenoble, puis directeur de cabinet du ministre de l'Industrie Pierre Dreyfus (1981...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Loïk Le Floch-Prigent
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Loïk Le Floch-Prigent est ancien dirigeant de Elf Aquitaine et Gaz de France, et spécialiste des questions d'énergie.Ingénieur à l'Institut polytechnique de Grenoble, puis directeur de cabinet du ministre de l'Industrie Pierre Dreyfus (1981...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La France, forte de ses 19 centrales et de ses 58 réacteurs, faisait figure de modèle du nucléaire dans le monde. Puis l'EPR est apparu.

Atlantico: Comment décrire la chute du secteur nucléaire français au travers de l'exemple emblématique des EPR de Hinlkey point et de Flamanville ? 

Loïk Le Floch-Prigent: Après le programme conduisant à la construction des 58 réacteurs, il fallait maintenir les compétences scientifiques, techniques et industrielles en poursuivant l’installation de nouvelles centrales à l’étranger. Le seul grand succès a été la coopération avec la Chine mais il aurait fallu lors des transferts de technologie conserver notre avance. Deux obstacles politiques l’ont empêché, le rêve d’un « Airbus » du nucléaire avec les Allemands, et les coups de butoir des anti-nucléaires se baptisant « écologistes ». Le manque de soutien du sommet de l’Etat a fragilisé la filière nucléaire française, abandon du surgénérateur SuperPhénix (Jospin 1997), et programme du candidat Hollande en 2012 annonçant des fermetures de centrales nucléaires avec en même temps une rupture de la coopération industrielle franco-allemande après l’accident de Fukushima et le recul allemand sur le nucléaire. Pendant que Chinois, Russes et Coréens poursuivaient la mise en place d’outils performants à tous les étages, la France s’étiolait dans des combats internes et n’arrivait même pas à observer sa perte de souveraineté sur des morceaux importants de son patrimoine, la cerise sur le gâteau ayant été la vente d’Alstom à General Electric avec la perte d’un de nos bijoux le turbo-alternateur Arabelle qui équipe 50% des centrales mondiales.

Dans ce contexte la construction de l’EPR de Flamanville, initiée lors de la lune de miel avec les Allemands a été un calvaire. Refaire le design alors que la construction avait déjà commencé et le faire seuls avec l’hostilité d’anti-nucléaires ayant investi jusqu’au sommet  l’appareil d’Etat était comme une mission impossible que les ingénieurs ont néanmoins voulu effectuer. Délais et surcouts se sont multipliés et on a alors dû constater l’affaiblissement réel  de certains pans de notre tissu industriel.  Comme les politiciens ne sont jamais à une contradiction près ils ont poussé à engager le programme de deux autres réacteurs en Grande -Bretagne en demandant à EDF de prendre les risques tout seuls !

La filière est en train de se réorganiser, on arrête de se mentir, Framatome et Orano se remettent en état de marche, EDF a engagé une coopération pluriannuelle avec Dassault Systèmes et Cap-Gemini pour effectuer toutes les simulations indispensables et réduire les couts, les filières de formation sont en reconstruction, tout était à refaire et les chantiers sont en cours.

Il n’en reste pas moins que le passé hésitant de l’usine du Creusot est lourd, que les autres abandons de composants essentiels vont devoir être corrigés, que Hinkley Point comporte des risques énormes ignorés par des décideurs irresponsables et que ce programme national a encore une chance de réussir s’il bénéficie du soutien réel du pays et de ses représentants.

 

Comment en est-on arrivé à une situation d'un tel surcoût, en arrivant à une conclusion ou il semblerait que les constructeurs doivent eux-mêmes payer la facture de l'ouvrage ? 

En ce qui concerne Flamanville on a changé les règles du jeu trois fois au cours de la construction, c’est beaucoup ! En ce qui concerne Hinkley Point il n’y a eu aucune continuité dans l’attitude des Pouvoirs Publics Français à l’égard de leurs homologues Britanniques. Nous avons souffert de la légèreté des hommes et des femmes politiques. Hinkley Point est le programme d’infrastructure le plus ambitieux au niveau européen depuis des dizaines d’années, tout s’est joué sur des postures . Maintenant on n’a plus le choix, il faut réussir, mais ceux qui ont pris le décision devraient avoir du mal à dormir ! Ce n’est pas le cas et on laisse les  Ministres de la République, et non des moindres , dénigrer le programme nucléaire national . Si on y croit, on y va, si on n’y croit pas, on n’y va pas ! Tout le monde sait que je n’étais pas un soutien, loin s’en faut, du projet Britannique, mais maintenant que la décision est prise, il faut réussir en étant conscients des écueils …et des couts éventuels pour nos entreprises si cela dérape. Mais je ne voudrais pas que les responsables de ce pari se lavent les mains dès aujourd’hui, qu’ils assument !

 

Quelles sont les espoirs que nous pouvons encore entretenir sur ces projets ? Quelles sont les sources d'optimisme ? 

Je viens de passer pas mal de temps avec des ingénieurs et techniciens à la fois morts de trouille et résolus à réussir. C’est notre seule chance de maintenir un secteur essentiel pour notre avenir national. Nous sommes encore une référence internationale, nous avons des hommes et des femmes d’expérience qui peuvent effectuer la transmission des savoir-faire, nous avons quelques patrons d’envergure qui sont prêts à relever le défi. Mais il faut arrêter de raconter partout que le solaire et l’éolien vont être suffisants pour assurer au monde une électricité abondante décarbonée dans les années qui viennent. Nous allons avoir besoin du nucléaire et il serait bon que les Français soient au rendez-vous

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Ils reconnaissent l'une des écoles de leur village dans un film porno
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Un pognon de dingue pour Notre-Dame de Paris ? Oui, car l'Homme ne vit pas que de pain
04.
Les puissants relais de l'Algérie en France ; Ces amis de Ghosn que tout le monde craignait chez Renault; L'avertissement de Philippe à Castaner; Technip: et un mégagâchis industriel de plus; Notre-Dame partout dans les hebdos, le catholicisme plus rare
05.
Trêve ou flottement au sommet ? Quoiqu’il en soit, voilà les 9 questions de fond auxquelles Emmanuel Macron devra absolument répondre s’il veut reprendre la main
06.
Près d'un milliard d'euros de dons pour Notre-Dame : une occasion en or pour repenser le lien entre sens de la dépense publique et consentement à l'impôt
07.
Hausse des salaires : Jeff Bezos peut-il révolutionner le capitalisme américain ?
01.
Notre-Dame de Paris : des dirigeants de l’Unef se moquent de l'incendie
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Ce que pèse vraiment le vote musulman dans la balance démocratique française
04.
L’insoutenable légèreté de la majorité LREM ?
05.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
06.
Cardinal Robert Sarah : “Ceux qui veulent m’opposer au Pape perdent leur temps et leurs propos ne sont que le paravent qui masque leur propre opposition au Saint-Père”
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Incendie de Notre-Dame : et notre mémoire ancestrale fit irruption dans la post-modernité
05.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
06.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Jardinier
- 29/11/2018 - 06:50
J'aimerai bien savoir
Quels sont les risques du projet britannique qui rend les ingénieurs "morts de trouille".
zen-gzr-28
- 28/11/2018 - 09:42
Stop aux lubies de certains verts et autres...
Sauvegarder le nucléaire au détriment des éoliennes qui dénaturent les magnifiques paysages nationaux. La rentabilité de ces dernières est faible, cela est certain. STOP aux marottes du moment. EDF me rappelle que la consommation d'électricité de mon foyer augmentent...Bien sûr et DE LEUR FAIT. Les heures creuses auparavant étaient comptées de 14 H à 17 H et de 2 Hà 5 H du matin. De 14 h à 17 h, comme beaucoup de foyers, les lessives, repassage, cuissons longues au four ou sur plaques électriques etc... été réalisées pendant ce créneau horaire. Les heures creuses actuellement sont de 21 H 30 à 6 h 30. L'explication donnée lors de l'annonce des nouveaux horaires des heures creuses est de MIEUX NOUS SERVIR. Si cela n'est pas non plus du foutage de gueule ! De plus, EDF se permet de faire payer un acheminement. Nous sommes pressés comme des citrons en voulant nous faire croire que c'est pour notre bien....!
tubixray
- 28/11/2018 - 08:44
Merci les "verts"
Ou plutôt devrait on écrire les "vers dans la pomme" ?...
Une filière d'excellence démolie par la gauche écolo bobo et une certaine Anne Lauvergeon qui a provoqué la fission d'Areva par son incompétence ... L'ex "sherpa" du fossoyeur de la France (Mitterrand NDLR) coule des jours heureux sans être inquiétée du désastre dont elle est coupable .....
Il nous reste à commander des éoliennes à nos voisins européens, soit, mais aussi des panneaux solaires et des piles à une dictature communiste.... Joli programme de transition écologique.