En direct
Best of
Best of du 21 au 27 mars
En direct
ça vient d'être publié
décryptage > International
Résolution ?

Fin de crise en Israël

il y a 5 heures 5 min
pépites > International
Israel
Coronavirus: Benjamin Netanyahu placé en quarantaine
il y a 10 heures 52 min
décryptage > International
LES ENTREPRENEURS PARLENT AUX FRANÇAIS

Les Virus, l’économie, les politiques et la mort. Premières leçons de la gestion de la pandémie

il y a 11 heures 42 min
décryptage > Culture
ATLANTI-CULTURE

Contes de la rue Broca

il y a 12 heures 26 min
pépites > France
Un transfert pas comme les autres
Coronavirus: le transfert de patients s'accélère, l'épidémie aussi
il y a 12 heures 54 min
pépite vidéo > Insolite
"Pour Corona"
Les hymnes du confinement
il y a 13 heures 46 min
décryptage > France
En finir avec les pythies de mauvaises aventures

Étatisation et protectionnisme : les deux maux qui nous menacent probablement plus qu’une répétition de 1929

il y a 14 heures 19 min
décryptage > Economie
En espérant en tiré des leçons

COVID-19 : la pandémie sanitaire et financière en 5 tableaux

il y a 15 heures 3 min
décryptage > International
Alternative

La santé ou l’économie ? Petites réflexions philosophiques sur un vrai dilemme

il y a 15 heures 46 min
décryptage > Santé
Coronavirus

Covid-19... et les autres : pourquoi le nombre de maladies infectieuses est reparti à la hausse au 21e siècle

il y a 16 heures 41 min
pépites > France
Un boost pas comme les autres
Le confinement dynamise les révisions du Code de la route
il y a 10 heures 8 min
Les marques sont elles aussi solidaires
Coca-Cola et d'autres marques créent des logos de «distance sociale»
il y a 11 heures 4 min
décryptage > Culture
ATLANTI-CULTURE

Le cauchemar

il y a 12 heures 19 min
pépites > Santé
Une nouvelle pénurie à cause du Covid-19
Vers une pénurie mondiale de préservatifs ?
il y a 12 heures 37 min
light > Insolite
Une perte musicale
Alan Merrill, auteur-compositeur " I Love Rock 'N' Roll '', décède du coronavirus à 69 ans
il y a 13 heures 25 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Les applications qui peuvent vous aider à supporter le confinement
il y a 14 heures 15 min
décryptage > France
Coronavirus

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

il y a 14 heures 32 min
décryptage > Economie
Contre-intuitif

Coronavirus : pourquoi la mondialisation est le meilleur remède pour nous sortir de la crise

il y a 15 heures 38 min
décryptage > International
Choix cornélien

Sauver l’économie ou sauver des vies ? Pourquoi les citoyens occidentaux ne sont pas plus au clair que leurs gouvernements

il y a 16 heures 9 min
décryptage > International
Superpuissance en construction

Coronavirus : ces cadavres dans le placard qui gênent la Chine dans son offensive de charme

il y a 17 heures 5 min
© JEAN-LOUP GAUTREAU / AFP
© JEAN-LOUP GAUTREAU / AFP
Bonne nouvelle

Mais d'où vient la forte chute du taux de suicide au niveau mondial ?

Publié le 24 novembre 2018
L'hebdomadaire britannique "The Economist" a choisi de consacrer sa couverture à la baisse mondiale du taux de suicide. Elle s'est opérée principalement dans des pays comme la Chine, l'Inde ou, dans une moindre mesure, la Russie.
Michel Debout est professeur émérite de Médecine légale et de droit de la santé, et psychiatre, au CHU de Saint Étienne. Il est membre associé du CESE et membre de l'Observatoire national du suicide, spécialiste de la prévention du suicide et des...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Debout
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Debout est professeur émérite de Médecine légale et de droit de la santé, et psychiatre, au CHU de Saint Étienne. Il est membre associé du CESE et membre de l'Observatoire national du suicide, spécialiste de la prévention du suicide et des...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'hebdomadaire britannique "The Economist" a choisi de consacrer sa couverture à la baisse mondiale du taux de suicide. Elle s'est opérée principalement dans des pays comme la Chine, l'Inde ou, dans une moindre mesure, la Russie.

Atlantico : L'hebdomadaire britannique "The Economist" a choisi de consacrer sa couverture à la baisse mondiale du taux de suicide. Alors que certains pays connaissent une hausse, et d'autres une baisse substantielle, comment analyser les facteurs de cette baisse au niveau mondial ?

Michel Debout : Il faut déjà souligner le fait que cela est une bonne nouvelle parce que le suicide est la première cause de mort violente dans le monde, plus que l'ensemble des guerres. Et cela est une notion que l'on n'a pas toujours présente à l'esprit parce que les ravages des multiples guerres qui ont lieu à travers le monde effacent la réalité de cet autre chiffre. Il s'agit donc bien d'un fléau mondial, et il est bien qu'un journal économique s'intéresse à ce phénomène, et notamment à ses éléments de compréhension, et donc aux politiques nécessaires pour améliorer sa prévention.

Cette baisse s'est opérée principalement dans des pays comme la Chine, l'Inde ou, dans une moindre mesure, la Russie. On comprend bien la baisse du taux de suicide en Chine ou en Inde, étant donné le poids démographique de ces pays dans la population mondiale, a un effet sur le taux mondial. Cela est lié notamment à la baisse du suicide féminin alors que la Chine est le seul pays au monde ou la mort par suicide chez les femmes est plus importante que chez les hommes. Cette baisse indique une nouvelle place de la femme chinoise dans la société, alors que cette position était très dévalorisée et dévalorisante (il faut rappeler les cas d'infanticide des filles). On peut donc y voir une prise de conscience qui peut aussi être la conséquence du déséquilibre hommes-femmes qui peut exister dans le pays, et du célibat de nombreux hommes. On voit bien au travers de cet exemple que le suicide dépend beaucoup des réalités sociales et sociétales, ce que l'on savait déjà depuis les travaux Émile Durkheim qui montraient que le lien social, c’est-à-dire une société qui est unie et dont les membres ne se sentent pas rejetés, permet la baisse du taux de suicide. Cette évolution de la place de la femme en Chine permet ainsi de constater ce recul. Il faut également souligner le facteur lié à l'expansion économique du pays, et notamment l'urbanisation de la société chinoise, qui est le reflet d'un changement que l'on pourrait presque qualifier de culturel. Le passage d'une société rurale à cette phase d'urbanisation a permis aux femmes de conquérir plus de libertés.

A l'inverse, les Etats-Unis affichent une hausse du taux de suicide ces dernières années, et qui frappe essentiellement les hommes blancs d'âge moyen touchés par la crise économique et le chômage. C'est d'ailleurs cette population qui a constitué l'électorat de Donald Trump. Cette marque de la crise a donc non seulement été politique et économique mais elle également été humaine, sociale et sanitaire. L'autre facteur pour les Etats-Unis est l'usage des armes à feu, avec une corrélation tout à fait claire entre les ventes d'armes et le taux de suicide.

Comment se place la France dans ce schéma, alors que le pays est "réputé" pour avoir un niveau de suicide élevé par rapport à ses pairs européens ?

Au cours de ces dernières années, la France a connu une baisse significative du nombre de morts, mais cela est moins le cas concernant le nombre de tentatives. Le suicide a notamment baissé chez les jeunes, les adolescents.  Alors que nous avions environ 1000 morts par an il y a un peu plus de 10 ans, nous sommes passés sous la barre des 500. C'est aussi le cas pour les personnes âgées, mais dans une proportion moindre, avec une baisse de 15 à 20%. Par contre, la tranche d'âge ou cette baisse est la moins significative concerne les personnes en âge de travailler et c'est cela qui doit continuer à nous préoccuper au niveau des politiques de prévention qu'il nous faut poursuivre.

Au regard des causes principales du suicide, quelles sont encore les actions à entreprendre pour permettre une poursuite de cette tendance baissière ?

Comme le fait justement l'article de the Economist, il existe un lien au niveau mondial entre le chômage, la précarité, et le risque suicidaire. J'avais eu l'occasion de traiter ce sujet au cours de mon livre sur le traumatisme du chômage. Je crois qu'il devrait y avoir une priorité de santé publique concernant la santé des chômeurs, soit 5 millions de personnes dont on sait qu'ils sont plus à risque de mourir de suicide que le reste de la population.

L'autre réflexion concerne le risque suicidaire dans un certain nombre de professions qui sont plus en risque de burn-out, c’est-à-dire les soignants, les policiers, les enseignants. Ce sont des professions qui sont difficiles sur le plan de la relation humaine, ou les émotions sont très mobilisées, et qui souffrent d'une surcharge de travail et d'un manque d'accompagnement dans des situations difficiles. De plus, ces professions sont moins valorisées qu'elles ne l'étaient, elles sont mêmes parfois dévalorisées. On peut également constater que l'usage des pesticides au niveau mondial a également un effet sur le mal-être psychique comme facteur du risque suicidaire.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires