En direct
Best of
Best of du 8 au 14 juin
En direct
© Mohd RASFAN / AFP
Diable en carton
L’huile de palme figure de l’abomination écologique : l’exemple type des caricatures politiques sans mesures
Publié le 23 novembre 2018
Un peu de mesure en matière d'écologie ne ferait pas de mal au gouvernement français. Et l'huile de palme, en la matière, est un exemple caricatural de ce qu'il ne faut pas faire.
Bruno Alomar, économiste, ancien haut fonctionnaire à la Commission européenne, auteur de Grandes Questions Européennes (Armand Colin, 4em Edition) ou bien encore La réforme ou l'insignifiance : 10 ans pour sauver l'Union européenne (2018,...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Alomar
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Alomar, économiste, ancien haut fonctionnaire à la Commission européenne, auteur de Grandes Questions Européennes (Armand Colin, 4em Edition) ou bien encore La réforme ou l'insignifiance : 10 ans pour sauver l'Union européenne (2018,...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Un peu de mesure en matière d'écologie ne ferait pas de mal au gouvernement français. Et l'huile de palme, en la matière, est un exemple caricatural de ce qu'il ne faut pas faire.

Les Pouvoirs publics français ont fait de la lutte contre l’huile de palme une priorité, au nom de la protection de la forêt, parfois jusqu’à la caricature. Mercredi dernier en effet, le Gouvernement présentait sa stratégie nationale visant à lutter contre la déforestation importée – stratégie non contraignante visant à influencer l’Union européenne dans le cadre de la révision de la directive sur les énergies renouvelables. Or, l’Assemblée Nationale, en plein débat sur le Projet de Loi de Finances, adoptait deux jours plus tard un amendement visant à bannir l’huile palme comme source des biocarburants…contre l’avis du Gouvernement ! Ce faisant, se trouve ravivé un feu qui couvait sous la cendre, tenant aux contradictions du discours d’Emmanuelle Wargon, récemment nommée Secrétaire d’Etat à la transition écologique. Au nom de la cohérence gouvernementale, elle s’était en effet vue contrainte de dénoncer une huile de palme dont elle soulignait pourtant les mérites lorsqu’elle travaillait pour le groupe Danone, rien moins qu’en matière d’alimentation infantile.

Disons-le tout net : au-delà de ces péripéties et de cet amateurisme, il n’y a rien d’étonnant à ce que l’on s’aperçoive qu’au-delà des invectives et des jugements à l’emporte-pièce, la réalité est plus nuancée. Ainsi, au grand dam de ceux qui ne jurent que par les voitures électriques, le bilan environnemental global de tels véhicules, en l’état des techniques, est loin d’être aussi favorable que souhaité (gestion des batteries, terres rares etc.). En ce qui concerne l’huile de palme, contre laquelle certains luttent au nom d’objectifs environnementaux que l’on peut comprendre, une analyse plus serrée amènerait sans doute à tempérer certains excès. Ainsi, l’on s’apercevrait que toutes les méthodes de production ne se valent pas, que certains pays s’efforcent de la produire d’une manière plus respectueuse de l’environnement que d’autres etc.

Plus largement, cette polémique mérite que l’on s’y arrête afin de tenter d’en discerner quelques enseignements. 

Premier enseignement : la question du fonctionnement de nos démocraties et le rapport au réel des gouvernants. Le mot de Jean Claude Juncker est bien connu : « nous savons ce qu’il faut faire, mais une fois en responsabilité, nous ne savons pas comment le faire et cependant nous faire réélire ». Une telle situation est à l’évidence une perversion démocratique. Il n’est pas acceptable, ne serait-ce que pour la crédibilité de l’action publique, si écornée dans nos pays, que le discours change à ce point selon que l’on est dans la société civile ou en responsabilité ministérielle.

Deuxième enseignement : le gouvernement des hommes, pour reprendre la distinction bien connue de Max Weber, est une éthique de responsabilité, et, disons-le, d’efficacité. Par éthique de responsabilité, il faut entendre l’obligation, qui est le fait du gouvernant responsable, de prendre les sujets dans leur globalité. A cet égard, c’est à bon droit qu’en matière d’importation d’huile de palme, les gouvernants remettent cette question en perspective. Il n’est nullement choquant, contrairement aux cris d’orfraie de certains, qu’au moment de prendre des décisions importantes en la matière, les pouvoirs publics les replacent dans le cadre plus large des relations avec des pays tels que l’Indonésie ou la Malaisie, voire que soit pris en compte les intérêts d’un groupe comme Total. Ceci n’est pas aisé. Et c’est bien la conciliation d’objectifs souvent contradictoires (économiques, politiques, environnementaux, sociaux etc.) qui fait le sel des affaires publiques, et du gouvernement un art et non une technique. Concrètement, côté français, la décision prise vendredi soir par quelques députés pourrait avoir, si l’on prend en compte le contexte mondial dans lequel elle s’inscrit, des répercussions commerciales et diplomatiques. Coté pays exportateur, elle pourrait avoir des effets négatifs affectant la position de la France auprès de certains de ses partenaires en Asie. C’est, dire, pour paraphraser F.Bastiat, qu’il faut bien prendre garde, en fait de mesures drastiques dans le champ économique, à « ce que l'on voit et ce que l'on ne voit pas ». 

Dans un tel contexte, il faut prendre garde à ne pas tout mélanger et à perdre la vision d’ensemble.

La protection de la forêt est légitime. Elle n’est pas l’alpha et l’Omega de politiques publiques, souvent moins regardantes quand il s’agit, comme le comportement d’un pays qui se veut « vert » comme l’Allemagne l’atteste, de protéger l’industrie automobile en faisant pression sur les institutions européennes ou en sortant brusquement du nucléaire pour privilégier le charbon pourtant plus grand émetteur de C02. Elle ne se réduit pas non plus à un seul type d’action, mais au contraire à une analyse d’ensemble qui fasse intervenir d’autres acteurs. A cet égard, il n’est pas inutile d’ailleurs de rappeler que les grandes institutions mondiales -FAO, la Banque mondiale, International Food Policy Research Institute et le Cirad - rappellent régulièrement que la production d’huile de palme utilise notablement moins de terre, moins de pesticides et moins d’engrais que toute autre culture. En la matière, il faut aussi se souvenir que le mieux est l’ennemi du bien, et prendre la peine, comme pour la voiture électrique, de faire le bilan complet des coûts et avantages d’une production ou d’une autre. 

En définitive, si l’on veut prendre les Pouvoirs publics au mot dans leur souhait de combattre le populisme, ils doivent aussi faire l’effort de ne pas tomber dans les simplifications faciles. La façon dont le sujet huile de palme est traitée montre qu’il reste, hélas, bien du chemin à faire.

>>> Lire aussi : Écologie : moins d’idéologie et de bons sentiments, plus de science et de réalisme, la recette pour espérer convaincre des Français en pleine révolte ? <<<

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Mariage de Karine Ferri : Nikos n'est pas venu, les autres stars non plus; Laeticia Hallyday se rabiboche avec son père, Meghan Markle aurait fait fuir sa mère, Rihanna renoue avec son milliardaire;  Kate Middleton snobe Rose, Britney Spears s'arrondit
02.
Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène
03.
Laura Smet a épousé Raphaël Lancrey-Javal au Cap Ferret
04.
Le sondage qui montre que les sympathisants de LREM se situent de plus en plus à droite
05.
Stars ET milliardaires : quand la puissance de la célébrité transforme Jay Z ou Rihanna en magnats des affaires
06.
Vous pensiez qu’un verre de lait et un jus d’orange étaient le petit-déjeuner parfait ? Voilà pourquoi vous avez tort
07.
Mais pourquoi s’abstenir de faire des enfants pour sauver la planète alors que le pic démographique est passé ? Petits arguments chiffrés
01.
Mariage de Karine Ferri : Nikos n'est pas venu, les autres stars non plus; Laeticia Hallyday se rabiboche avec son père, Meghan Markle aurait fait fuir sa mère, Rihanna renoue avec son milliardaire;  Kate Middleton snobe Rose, Britney Spears s'arrondit
02.
Cette nouvelle technique du dépistage du cancer de la prostate qui pourrait sauver de nombreuses vies
03.
Justification des violences contre les femmes : les étonnants propos de l’imam de l’université la plus prestigieuse du monde sunnite
04.
Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène
05.
Hausse des prix de l’électricité : merci qui ?
06.
Révolution sur canapé : une enquête montre que 92% des activistes berlinois d’extrême-gauche vivent chez papa-maman
01.
PMA : la droite est-elle menacée de commettre la même erreur qu’avec le progressisme des années 60 qu’elle a accepté en bloc au nom de l’évolution de la société ?
02.
“Droite moderne”, “LREM pragmatique pour le bien du pays” : mais au fait, qu’est ce que cela veut vraiment dire ?
03.
Justification des violences contre les femmes : les étonnants propos de l’imam de l’université la plus prestigieuse du monde sunnite
04.
Mais pourquoi s’abstenir de faire des enfants pour sauver la planète alors que le pic démographique est passé ? Petits arguments chiffrés
05.
Réforme des retraites : pourquoi les salariés du privé ont toutes les raisons de s’inquiéter
06.
De Benalla à Loiseau en passant par Castaner : ces déceptions personnelles d'Emmanuel Macron qui montrent son incapacité à bien s'entourer
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
J'accuse
- 23/11/2018 - 19:39
L'homme ou la bête, il faut choisir
En Europe, nous avons détruit les 3/4 de nos forêts au cours des précédents siècles: il fallait bien mettre en culture, pratiquer l'élevage, construire des villes, des usines, des routes, etc.
Nous voulons aujourd'hui l'interdire aux autres pays, au nom de la supposée préservation de la planète, comme si leurs habitants n'avaient pas le droit de développer leur agriculture et leur industrie, pas plus que de vivre dans le même confort que nous.
On leur somme de garder leurs forêts et leur biodiversité (et leur maladies), alors que nous avons déraciné nos arbres et tué nos animaux sauvages. Ils peuvent toujours crever de faim et vivre comme au Moyen-âge, du moment que nous vivons comme nous l'entendons.
Notre blé, oui, mais leurs palmiers, non ! Et pourtant, l'huile de palme est excellente pour la santé, et bien moins chère que le colza comme biocarburant.
On ne peut pas vivre sur Terre si on ne détruit pas une grande partie des forêts primaires (rassurez-vous, on pourra respirer quand même !), et en éliminant beaucoup d'animaux sauvages. C'est eux ou c'est nous, parce qu'il n'y a pas de place pour tout le monde.
tubixray
- 23/11/2018 - 08:57
Biocarburant ... vert ???
Le bilan écologique de l'utilisation de bio carburants reste à établir ... Que ce soit du colza européens ou de l'huile de palme de l'autre coté de la terre il est permis d'en douter .... Une analogie avec l'intoxication intellectuelle des véhicules "propres" ou "zéro émission" dont le bilan écologique depuis la fabrication des composants jusqu'au recyclage est peu reluisant par rapport à un véhicule à moteur thermique ..... Rappel, un véhicule électrique utilisant de l’électricité produite par une centrale utilisant de la lignite est un véhicule à charbon !!!... Autre arnaque intellectuel : les biocarburants semblent classés parmi les énergies renouvelables !...Délirant.