En direct
Best of
Best of du 21 au 27 mars
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

02.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

03.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

04.

Regardez bien cette caricature : elle est abjecte !

05.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

06.

Coronavirus : ces cadavres dans le placard qui gênent la Chine dans son offensive de charme

07.

Coronavirus : 26% des Français pensent qu’il s’agit d’un complot !

01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

05.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

06.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

01.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

02.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

03.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

04.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

05.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

06.

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

ça vient d'être publié
décryptage > International
Campagne électorale

Les élections américaines face à l’émergence d’un nouveau candidat : le coronavirus

il y a 15 min 4 sec
décryptage > International
Il paraît que c’est de l’humour

Regardez bien cette caricature : elle est abjecte !

il y a 52 min 2 sec
décryptage > Consommation
Mesures barrières... contre les kilos

Déjeuner chez soi par temps de confinement : attention surpoids

il y a 1 heure 16 min
décryptage > Santé
Drame de la désindustrialisation

Vaccins contre le Covid-19 : mais qui sera capable de produire les dizaines de millions de doses nécessaires ?

il y a 1 heure 56 min
décryptage > Environnement
Alimentation

Confinement J15 : tensions en vue sur la distribution et (une partie de) l’alimentaire

il y a 2 heures 36 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un long moment de silence" de Paul Colize : les destins croisés d’un homme d’aujourd’hui qui enquête sur la mort mystérieuse de son père, lors de l’attentat du Caire en 1954

il y a 14 heures 30 min
light > Insolite
Pouvoir de l'amitié
Aventoft : l'amitié ne connaît pas de frontières pour Inga Rasmussen et Karsten Tüchsen Hansen, malgré le confinement
il y a 15 heures 22 min
pépites > Justice
Charlie Hebdo et Hyper Cacher
Le procès des attentats de janvier 2015 va se dérouler du 2 septembre au 10 novembre 2020
il y a 17 heures 27 min
pépites > Economie
ISF ?
Gérald Darmanin lance "un appel à la solidarité nationale" pour aider les entreprises
il y a 18 heures 23 min
light > Media
Disparition
Mort du journaliste Pierre Bénichou à l'âge de 82 ans
il y a 20 heures 25 min
décryptage > Société
Contagion

Petites prévisions sur l’impact du Coronavirus sur les inégalités

il y a 35 min 15 sec
décryptage > Santé
Crise silencieuse

Coronavirus : le défi des corps (contagieux) des malades décédés

il y a 1 heure 5 min
décryptage > Politique
Stratégie offensive

"La France unie" : Emmanuel Macron lance un slogan bien moins rassembleur qu’il n’y paraît

il y a 1 heure 33 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

il y a 2 heures 9 min
light > Sport
Vive émotion
Coronavirus : mort de Pape Diouf, l'ancien président de l'OM, à l'âge de 68 ans
il y a 11 heures 36 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Terra Incognita : une histoire de l’ignorance" de Alain Corbin : récit des incroyables erreurs sur les secrets de notre planète bleue, stimulant !

il y a 14 heures 52 min
light > Media
Pédagogie et mobilisation
Edouard Philippe va participer à une émission spéciale sur le coronavirus dans la soirée du jeudi 2 avril sur TF1 et LCI
il y a 16 heures 21 min
pépites > Politique
Suivi de la crise du Covid-19
Mission d’information parlementaire : Edouard Philippe sera auditionné mercredi
il y a 18 heures 15 sec
pépites > France
Alimentation
25% des marchés alimentaires vont pouvoir rouvrir en France
il y a 19 heures 18 min
pépites > Politique
"Souveraineté nationale et européenne"
Coronavirus : Emmanuel Macron annonce la production de millions de masques et promet une "indépendance pleine et entière" de la France
il y a 20 heures 58 min
© PHILIPPE MERLE / AFP
© PHILIPPE MERLE / AFP
Utile

Pourquoi nous gagnerions tous à ce que les jeunes Français connaissent mieux l’entreprise en sortant du lycée

Publié le 18 novembre 2018
Croissance Plus et la Fondation Croissance Responsable invitent les 16-20 ans à se rapprocher de l'entreprise en organisant un après-midi d'échanges avec 600 jeunes à la Sorbonne, ce lundi 19 novembre.
Jean-Baptiste Danet est Président de CroissancePlus. En 2001, il crée Interbrand France. Apres 10 ans, dont 5 en tant que Président d'Interbrand Europe, Jean-Baptiste Danet rejoint Dragon Rouge en 2011 comme directeur général du Groupe et associé...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Baptiste Danet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Baptiste Danet est Président de CroissancePlus. En 2001, il crée Interbrand France. Apres 10 ans, dont 5 en tant que Président d'Interbrand Europe, Jean-Baptiste Danet rejoint Dragon Rouge en 2011 comme directeur général du Groupe et associé...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Croissance Plus et la Fondation Croissance Responsable invitent les 16-20 ans à se rapprocher de l'entreprise en organisant un après-midi d'échanges avec 600 jeunes à la Sorbonne, ce lundi 19 novembre.

Atlantico : Croissance Plus organise ce 19 novembre une journée qui s'appelle "Raconte-moi l’entreprise" dans le cadre de laquelle vous invitez des lycéens à venir à la rencontre du monde de l’entreprise et à la découvertes d’acteurs de l’entreprise ou d’entrepreneurs, à quelles fins?

Jean-Baptiste Danet : Avant tout, parce qu’il semble que ce n’est notre rôle, notre devoir, à nous entrepreneurs de croissance -donc Croissance Plus- de partir à la rencontre de ces jeunes qui ont entre 16 et 20 ans et qui sont en première et en terminal dans tous les lycées de la région parisienne et de leur expliquer que l’entreprise a des valeurs, qu’elle les attend et de leur montrer toute la palette vertueuse de ce qu’ils peuvent apprendre en travaillant en entreprise.

C’est donc un peu de culture générale de l’entreprise que l’on offre à ces jeunes. Des jeunes qui jusqu’alors n’ont connu que l’Education nationale.

Selon vous, même si ces jeunes sont parfois entourés de parents et de proches qui travaillent au sein d’entreprises,  il n’y a pas de culture générale de l’entreprise ?

Nous avions fait un sondage l’année passée avec l’Institut Viavoice dans le cadre duquel nous avions interrogés mille jeunes à travers la France entière : deux paradoxes en étaient ressortis. Tout d’abord, 70% d’entre eux avaient déclaré souhaiter créer leur propre entreprise parce qu’ils avaient vu travailler leur père ou leur mère entrepreneur. En revanche, ils disaient également n’avoir jamais appris ce qu’était concrètement une entreprise à l’école et donc être mal informé sur leur fonctionnement. Enfin, un sentiment assez fort ressortait de ce sondage : ces jeunes déclaraient vouloir fonder leur entreprise pour être autonomes et donc ne pas souhaiter travailler sous l’autorité d’un patron, sous peine de perdre leur liberté.

Ces trois points mêlés font office de rappel à l'ordre pour nous. Nous nous sentons le devoir de rappeler que l’entreprise est un lieu de rencontre, d’échange et d’apprentissage et qu’une entreprise n’est rien sans ses collaborateurs. C’est pour ces raisons que partir à la rencontre de ces jeunes nous paraît très important afin qu’ils n’associent pas entreprise et exploitation. D'autant plus que c’est l’inverse : on peut choisir son entreprise, choisir son métier et trouver au sein de l’entreprise tous les éléments qui font que l’on devient partie prenante de la société.

Justement, pensez-vous que la fibre entrepreneuriale est vive en France ou que l’envie d’être libre et d’être son propre patron l’emporte ?

Je suis persuadé que la fibre entrepreneuriale existe vraiment en France, et d’ailleurs on le voit dans les chiffres de création d’entreprises sur les trois ou quatre dernière années.

Cette envie de créer une entreprise on la voit apparaître à partir de 24 ou 25 ans et on la retrouve chez des cadres plus âgés qui décident de quitter leur entreprise pour en créer une. Cette envie de créer existe donc au sein de différentes générations.

Ce que l’on essaye de pousser au travers de ces journées, c’est de dire à des plus jeunes, “attention l'entreprise c’est une opportunité, un milieu mais c’est également des valeurs”.

L’un des but de ces journées, c’est de leur expliquer que rentrer dans une entreprise n’est pas bien ou moins bien que de créer sa propre entreprise. En somme, que créer sa propre entreprise c’est aussi se retrouver dans la position de patron. Patron, qu’ils ont quitté pour développer leur propre projet.

Je pense qu’il est très important de leur mettre sous les yeux un panel de personnalités variées qui viennent du monde de l’entreprise ou qui en ont créé une. Cela permet de faire  tomber les clichés sur le monde de la banque par exemple, de leur faire prendre conscience de l’importance des langues dans l’enseignement scolaire… Tout ça afin qu’ils aient une vision précise de ce qu’est l’entreprise. Qu’ils voient que l’on a besoin d’eux et que ces informations, en leur apportant un peu de culture générale, peuvent faciliter leur parcours.

Est-ce que les jeunes ne sont pas imprégnés de ce que la société française, dans son ensemble, ressent de l’univers de l’entreprise ?

Premièrement, il est important de souligner à l’Education nationale qu’il n’y a pas un temps de l’école et ensuite un temps de l’entreprise. Non, il doit y avoir le temps de l’école mais l’entreprise doit en être partie prenante. Ces jeunes-là ont besoin de savoir dès leur plus jeunes âge qu’il y a un savoir être et que ce savoir être se répercute dans le monde de l’entreprise. En quelques mots : il n’y pas deux mondes distincts mais deux mondes qui doivent se mélanger à partir d’un certain moment, par exemple au moment des stages de troisième.

Ensuite, je pense que du point de vue des parents cette journée est également importante, elle leur permet de s’informer, d’aller à la rencontre du monde de l’entreprise. Elle offre ainsi la possibilité d’avoir une discussion sur sujet avec leurs enfants. Ce n’est peut-être qu’un petit grain de sable, mais c’est la deuxième année que nous le faisons et nous continuons d’y croire. 

De plus, il y a ces derniers temps, partout dans le monde, une réflexion autour du rôle sociétale que doit avoir l’entreprise. Or, chez Croissanceplus nous en sommes tout à fait conscient, mais cela ne doit pas nous empêcher d’être réalistes et de faire des constats difficiles. Cela nous engage à faire ce type d’actions mais cela nous engage aussi, en terme de comportement, dans nos propres entreprises.

On est quand même dans un pays où orchestrer systématiquement le dos à dos entre l'entreprise, le collaborateur de l'entreprise et les autres monde est un sport nationale. Or, il faut faire très attention à cela, d’où cette journée qui est en quelque sorte une journée de réconciliation entre des populations qui n’avaient pas forcément vocation à se rencontrer à ce moment précis.

Chez Croissance Plus il en va de notre devoir d’aller au devant de ces jeunes et de leur dire “écoutez vous pouvez avoir une idée de l'entreprise, une idée qui n’est pas forcément fausse, mais on va peut-être vous en parler différemment”.

Je crois que le rôle sociétale de l’entreprise devient absolument crucial. J’estime que l'entreprise reste le seul endroit réel où l’on peut avoir trois choses : la rencontre de milieux sociaux différents, le fait de pouvoir gagner sa vie et de pouvoir nourrir sa famille et troisièmement le  fait de pouvoir apprendre un métier et de pouvoir ensuit, de pouvoir l’apprendre à son tour aux autres. La disparitions de ces trois éléments mènerait à de  véritables drames sociaux. Notre rôle est donc d’aider et d’éduquer et de donner envie à ces jeunes.

A quoi attribuez vous le fait que l’Education nationale ne semble pas croire à ces trois rôle de l’entreprise ?

La deuxième édition de “Raconte-moi l’entreprise” a été bien plus complexe à mettre sur pieds que la première. On  voit bien que l’Education nationale cherche à maîtriser l’intégralité des discours, qu’elle cherche en quelque sorte à nous expliquer ce que l’on peut dire et ne pas dire, ce qui n’est pas bon signe.

Cependant, on a le sentiment que l’Education nationale est bien au courant de ce problème et qu'elle essaye d’y remédier, par exemple, en soutenant une initiative comme la nôtre. Dans une interview que nous diffuserons lundi, Jean-Michel Blanquer explique, qu'il est nécessaire d’être à l’écoute de l’entreprise.

C’est un premier pas mais il faudrait aller encore plus loin. Dans le cadre de notre fondation -“la Fondation pour la croissance responsable” qui a pour mission de réconcilier la société civile avec le monde de l'entreprise- nous avons créé il y 8 ou 9 ans  “profs en entreprises”. Une initiative qui vise à pousser les professeurs à venir passer quelques jours au sein de nos entreprises afin de comprendre leur fonctionnement.

A ce jour, nous avons reçu environ 850 professeurs, un chiffre qui pour moi est bien trop faible. Trop faible, parce que trop peu de professeurs acceptent d’aller visiter des entreprises. C’est pour ces raisons, qu’il nous paraît important de d’organiser de telles manifestations afin d'arriver on espère, à une réconciliation entre l'école et l’entreprise.

Avez-vous l’impression qu’il est plus difficile d’intégrer les jeunes qui arrivent sur le marché du travail aujourd’hui ? Pensez-vous qu’il y a un problème de culture, d’acceptation de la hiérarchie.. ?

Dans les 5 dernières années il y a eu une modification assez importante dans le comprenant, et dans l’acceptation de l’autorité et des règles à accepter. On voit bien que cette génération qui arrive sur le marché du travail cherche avant tout une certaine liberté dans ses rapports avec l’entreprises et avec ses supérieurs.

Il faut donc que l’on s’adapte, on peut vouloir être plus libre et vouloir changer d'entreprise plus souvent, mais cela n’empêche ni le savoir être ni le savoir vivre.

Et enfin, que penseriez-vous du fait d'amener des hommes politiques en entreprise ?

Depuis l’élection d’Emmanuel Macron et l’arrivée de nouveaux députés, on observe un réel changement dans nos rapports avec la sphère politique. Un certain nombre d’entre eux viennent de l’entreprise, notre manière d’échanger à donc radicalement changé. Je ne suis pas en train de vous dire que les réformes font suffisamment loin, mais dans les rapports il y a un réel changement, plus de respect.

Ensuite, si les politiques veulent venir visiter les entreprise -ce qui se fait de plus en plus- ils sont les bienvenus. Enfin, bien que cela n’est jamais marché par le passé on a aujourd’hui plusieurs ministres qui viennent du monde de l’entreprise. Il y a encore deux monde bien séparés, mais les choses semblent évoluer.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

02.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

03.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

04.

Regardez bien cette caricature : elle est abjecte !

05.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

06.

Coronavirus : ces cadavres dans le placard qui gênent la Chine dans son offensive de charme

07.

Coronavirus : 26% des Français pensent qu’il s’agit d’un complot !

01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

05.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

06.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

01.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

02.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

03.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

04.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

05.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

06.

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires