En direct
Best of
Best of du 12 au 18 janvier
En direct
© Sebastien Bozon / POOL / AFP
Gilets jaunes + Manif pour tous = Trop plein
Report de la loi bioéthique : le début de reculades, la fin du quinquennat utile ?
Publié le 18 novembre 2018
Le gouvernement vient d'annoncer un recul du projet de loi bioéthique. La réforme constitutionnelle avait elle aussi été repoussée, tout comme celle du compte personnel de formation. Le réformisme d'Emmanuel Macron semble avoir du plomb dans l'aile...
Maxime Tandonnet est un haut fonctionnaire français, qui a été conseiller de Nicolas Sarkozy sur les questions relatives à l'immigration, l'intégration des populations d'origine étrangère, ainsi que les sujets relatifs au ministère de l'...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Maxime Tandonnet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Maxime Tandonnet est un haut fonctionnaire français, qui a été conseiller de Nicolas Sarkozy sur les questions relatives à l'immigration, l'intégration des populations d'origine étrangère, ainsi que les sujets relatifs au ministère de l'...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le gouvernement vient d'annoncer un recul du projet de loi bioéthique. La réforme constitutionnelle avait elle aussi été repoussée, tout comme celle du compte personnel de formation. Le réformisme d'Emmanuel Macron semble avoir du plomb dans l'aile...

Atlantico : Le gouvernement vient d'annoncer un recul du projet de loi bioéthique (qui porte notamment sur le sujet épineux de la PMA). La réforme constitutionnelle avait elle aussi été repoussée, tout comme celle du compte personnel de formation. Ce vendredi, le Haut-Commissaire à la réforme des retraites annonce vouloir prendre son temps. Ces reports successifs de réformes ont-ils un lien avec la colère sociale de ces derniers mois ? Est-ce à dire que la frénésie réformatrice promise par Emmanuel Macron a du plomb dans l'aile ?

Maxime Tandonnet : Le sujet dépasse me semble-t-il la seule colère sociale. Il y a un climat général en France, surtout depuis cet été, qui ne se prête pas à la réforme. L'effondrement de la cote présidentielle et de celle du gouvernement en est le symptôme le plus évident. Le pouvoir politique est aujourd'hui confronté à une grave crise de confiance. Tous les fondements idéologiques du macronisme sont en berne: "le nouveau monde" plus personne ou presque n'y croit depuis une succession de polémiques et de scandales, en particulier l'affaire Benalla. "La transformation de la France?" En un an et demi, les problèmes sont toujours là: augmentation des dépenses publiques et des impôts, hausse de la dette publique, chômage de masse, pauvreté. Pour réussir une réforme difficile, une dynamique de confiance est indispensable. Les autorités de l'Etat doivent pouvoir s'appuyer au moins sur une frange de l'opinion. Aujourd'hui, ce n'est plus le cas. Le risque de réaction violente du corps social et de blocage du pays est considérable face à des réformes qui touchent à la vie quotidienne d'une partie des Français. L'ampleur prise par le mouvement des gilets jaunes, avec 282 000 manifestants dans toute la France ce 17 novembre se présente comme un avertissement solennel... Quand le pouvoir politique se sent soutenu par l'opinion publique, il peut se permettre d'affronter la rue. Mais quand il se sent isolé et coupé de la nation, privé de soutien et d'appuis dans la société civile, il se garde de prendre le risque de provoquer une colère pouvant lui être fatale. Oui, la frénésie de réformes a du plomb dans l'aile... 

Cela donne-t-il corps à l'idée qu'il faut mener les réformes les plus essentielles dans les 100 premiers jours d'un mandat présidentiel ? S'agit-il seulement d'une question de légitimité qui s'étiolerait à mesure que l'on s'éloigne de l'élection du nouveau chef d'État ?

Non, je ne crois pas du tout au mythe des "100 premiers jours". La réforme est un processus de longue haleine qui prend du temps et se réalise progressivement. Gouverner un pays comme la France, accompagner ou favoriser son adaptation au monde contemporain, ne peut pas s'effectuer en trois mois. Il faut des années pour accomplir une tâche titanesque. La question du calendrier n'est pas la plus essentielle. Le fond du problème est celui de la crise du régime politique à laquelle nous sommes confrontés. C'est tout un mode de conception du pouvoir qui, de mon point de vue, est en cause, au-delà même de la question des institutions. Nous avons des dirigeants politiques qui ont perdu le sens de l'intérêt général. Ils conçoivent leur accession au plus haut niveau de l'Etat essentiellement comme l'accomplissement d'un destin personnel. Nous sommes en plein dans la logique de l'ère du vide, dénoncée par Gilles Lipovetsky. Le narcissisme comme valeur dominante en politique se traduit par une extrême personnalisation du pouvoir. Mais il suscite une violente réaction de rejet de la population qui a le sentiment que les dirigeants du pays sont motivés par leur intérêt personnel, matériel ou de vanité, au détriment du bien commun. Ce phénomène est à l'origine d'une profonde fracture démocratique et de la perte de légitimité des gouvernants qui paralyse la réforme du pays.  

Quelles autres réformes importantes doit encore mener l'exécutif ? Lesquelles sont susceptibles d'être reportées, voire annulées ?

Il faut bien constater qu'il n'y a pas eu de transformation de la France. Les réformes de la première année du quinquennat, sur le droit social ou statut des cheminots étaient emblématiques mais nul n'a la moindre idée de leur utilité profonde par rapport aux grands enjeux du pays. Elles n'ont rien changé aux problèmes de la SNCF et ses déficits, n'ont pas transformé l'environnement des entreprises, n'ont eu aucune conséquences sur le niveau de la dette publique, des prélèvements obligatoires, du chômage massif qui se maintient alors qu'il diminue fortement en Allemagne... Le projet de réforme constitutionnelle, tel qu'il est prévu, n'a aucun intérêt sur l'équilibre des institutions, sinon d'humilier un peu plus le Parlement. Celui de service national universel ressemble à une usine à gaz extrêmement coûteuse, et une contrainte sans le moindre intérêt pour les jeunes. Travailler dans l'intérêt du pays doit consister, non pas en des réformes plus ou moins démagogiques destinées à donner l'illusion du changement, mais à agir clairement dans le seul bien public: baisse massive des dépenses publiques et des prélèvements obligatoires, réduction massive des impôts et des charges sociales qui empêchent les entreprises de recruter, restauration de l'autorité de l'Etat sur tout le territoire national pour assurer la sécurité des biens et des personnes, politique d'égalité des chances entre tous les établissements scolaires, entre les universités et les "grandes écoles". Réformer efficacement le pays, c'est agir en profondeur sur la réalité plutôt que de proclamer des transformations spectaculaires qui ne se font pas. 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Comment le Canard Enchaîné a envoyé François Fillon, Jacques Chaban-Delmas et Valéry Giscard d'Estaing au cimetière des éléphants de la politique
03.
Gilets jaunes : l’inexplicable (et énorme) échec des Républicains
04.
L'ancien garde du corps de Lady Di s'inquiète pour la sécurité de Meghan Markle
05.
Grand Débat à Souillac : le Président qui mouillait sa chemise (jusqu’à risquer de la perdre ?)
06.
"Il entend, mais il n'écoute personne" : les conseillers de Macron sont au bout du rouleau
07.
10% des oeuvres d'art de l'Etat portées disparues
01.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
02.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
03.
Patrick Bruel aime une nouvelle femme de (bien) moins de 50 ans; Vincent Cassel : entre sa (très) jeune épouse & sa fille aînée, c’est tendu; Sophie Marceau s’occupe de son fils, René-Charles Angélil-Dion de ses frères, Anouchka Delon de toute la famille
04.
Wauquiez pousse une colère contre la direction de LR, et Thierry Mariani contre Wauquiez ; L'Obs s'inquiète de la crise financière qui vient ; François-Xavier Bellamy en guerre contre le progressisme ; Ces députés LREM attaqués
05.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
06.
Et la raison pour laquelle les Allemands commencent sérieusement à s’inquiéter d’un Brexit sans deal est…
07.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
01.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
02.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
03.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
04.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
05.
Ce à quoi se condamnent lentement mais sûrement les Gilets jaunes
06.
Sévère répression des gilets jaunes : la justice française est-elle en train de préfèrer l’ordre à la justice ?
01.
Grand débat national : l’équation impossible d’Emmanuel Macron
02.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
03.
Pourquoi Macron, les populistes et les gilets jaunes sont tous le produit de la même vague (et pourquoi ils seraient bien inspirés de le comprendre réciproquement)
04.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
05.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
06.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
corbon1943
- 19/11/2018 - 10:38
le chaos c'est maintenant !
les gilets jaunes contre l'augmentation NON JUSTIFIEE des taxes "" pétrole " ; avec raison , sanf-froid et patriotisme ;
pourquoi les médias n'évoquent-ils pas les taxes ELECTRICITE et GAZ ?
AZKA
- 18/11/2018 - 17:40
@j'accuse
Un général ?
J'accuse
- 18/11/2018 - 11:32
Apocalypse now
J'approuve entièrement ce diagnostic, mais il est encore bien plus grave que décrit: les opposants ne sont pas plus crédibles que les dirigeants actuels. Ces derniers viennent d'ailleurs des partis ayant conduit le pays précédemment, avec les "succès" que l'on connait.
Combien s'imaginent que les Le Pen, Mélenchon, Wauquiez ou Dupont-Aignan sont en capacité de faire mieux ? On sait bien qu'ils ne veulent qu'être calife à la place du calife, sans aptitude, sans courage, sans vrai leadership, et même sans réelle volonté de réformer au service du peuple.
Qui peut être optimiste dans ce contexte ?