En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

03.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

04.

Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter

05.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

06.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

07.

Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

04.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
pépites > Europe
UE
L’eurodéputé Pierre Larrouturou débute une grève de la faim pour réclamer une taxe sur la spéculation financière
il y a 7 heures 42 min
pépites > Politique
"Tester, alerter, protéger"
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce l’instauration d’un reconfinement national dès vendredi
il y a 8 heures 41 min
light > France
Festivités annulées
Lyon : la Fête des Lumières 2020 n'aura pas lieu
il y a 13 heures 31 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Impossible" de Erri de Luca : huis-clos entre un accusé et son juge. Un roman puissant lu par deux comédiens talentueux

il y a 14 heures 50 min
pépites > France
Séparatisme
Gérald Darmanin annonce la dissolution de l'association BarakaCity
il y a 16 heures 12 min
décryptage > Politique
Menace contre notre modèle de vie

Islamisme : la France face au défi du siècle

il y a 17 heures 20 min
décryptage > Economie
Adaptation face à la pandémie

Economie Covid-19 : et le pays qui bénéficie le plus du télétravail est…

il y a 17 heures 46 min
pépite vidéo > Politique
"La vie doit continuer"
Renaud Muselier plaide pour un confinement aménagé et différent de la période de mars dernier
il y a 18 heures 26 min
décryptage > France
Combat contre le séparatisme

Islamisation de la France : déni, lâcheté ou compromission ?

il y a 18 heures 57 min
décryptage > France
Tout change

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

il y a 19 heures 33 min
pépite vidéo > France
Pays confiné jusqu’au 1er décembre
Reconfinement et nouvelles mesures : retrouvez l’intégralité de l’intervention d’Emmanuel Macron
il y a 7 heures 54 min
pépites > Economie
Impact de la crise
Celio va fermer 102 magasins en France, 383 emplois sont menacés
il y a 11 heures 57 min
light > Culture
Amoureux des mots
Mort d'Alain Rey à l'âge de 92 ans
il y a 13 heures 58 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"ADN" : Maïwenn en quête de ses racines algériennes dans une autofiction comique et volcanique...

il y a 15 heures 11 min
pépites > Consommation
Angoisse
Face aux rumeurs de reconfinement, les ventes de certains produits alimentaires ont déjà augmenté depuis quelques jours confirme Michel-Edouard Leclerc
il y a 17 heures 9 min
décryptage > International
Or noir

Israéliens et Arabes, unis même dans le pétrole

il y a 17 heures 33 min
light > Science
Gratte-ciel
Un récif plus haut que l'Empire State Building dans la Grande Barrière de corail en Australie
il y a 18 heures 5 min
pépites > Media
Contrarié
Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter
il y a 18 heures 36 min
décryptage > France
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine

Liberté, j’écris ton nom

il y a 19 heures 13 min
décryptage > Santé
Lieux ciblés

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

il y a 19 heures 43 min
© CHARLY TRIBALLEAU / AFP
© CHARLY TRIBALLEAU / AFP
Intimidation (im)morale

Au nom de quoi LREM met-il "une dernière fois" en garde sa député osant évoquer un lobby LGBT ?

Publié le 10 novembre 2018
La République en marche a mis en garde jeudi la députée Agnès Thill "contre les excès" de ses "prises de position publiques", après qu'elle a évoqué "un puissant lobby LGBT à l'Assemblée nationale".
Bertrand Vergely
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bertrand Vergely est philosophe et théologien.Il est l'auteur de plusieurs livres dont La Mort interdite (J.-C. Lattès, 2001) ou Une vie pour se mettre au monde (Carnet Nord, 2010), La tentation de l'Homme-Dieu (Le Passeur Editeur, 2015).  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La République en marche a mis en garde jeudi la députée Agnès Thill "contre les excès" de ses "prises de position publiques", après qu'elle a évoqué "un puissant lobby LGBT à l'Assemblée nationale".

Atlantico : La République en marche a mis en garde jeudi la députée Agnès Thill "contre les excès" de ses "prises de position publiques", après qu'elle a évoqué "un puissant lobby LGBT à l'Assemblée nationale". Or, est-il délirant de constater le poids d'un groupe de pression, à la fois politique et médiatique (comme a pu le montrer la campagne de communication de Fogiel sur la GPA) ?

Bertrand Vergely. Un groupe de pression est traité de groupe de pression. Quand cela se produit, il y a deux réactions possibles. La première, courante, consiste pour le groupe de pression à être furieux, la seconde, à se frotter les mains.

S’agissant de la première réaction, à savoir la colère, si  les groupes de pression aiment pouvoir faire pression et ainsi avoir du pouvoir, ils détestent que cela se sache. Et, notamment, ils détestent être reconnus en tant que groupes de pression et désignés comme tels. Quand cela se sait, furieux, ils se ruent pour clamer haut et fort qu’ils ne sont nullement un groupe de pression en traitant d’affabulateurs et de complotistes ceux qui ne font que dire la vérité. Réaction qui se comprend.

Quand quelqu’un nous aborde, si nous sommes prévenus qu’il appartient à un lobby, nous allons nous méfier. Nous allons avoir peur d’être manipulés par lui. Et, tout au long de l’entretien que nous allons avoir, nous allons guetter les moments où nous allons avoir l’impression qu’il se sert de nous, nous instrumentalise, nous dérobe quelque chose à notre insu, nous amène là où il a l’intention de nous mener afin d’obtenir de nous ce qu’il veut. C’est la raison pour laquelle un groupe de pression n’aime pas la lumière mais l’ombre. En pleine lumière, il est inefficace. Son pouvoir vole en miettes. Dans l’ombre, il peut agir. Baudelaire l’a parfaitement compris dans un petit poème en prose intitulé Un joueur généreux : l’arme favorite du diable est de faire croire qu’il n’existe pas. Les escrocs sont toujours charmeurs et charmants. On leur donnerait le bon Dieu sans confession

Agnès Thill, députée de la LREM, a récemment dénoncé l’existence d’un lobby LGBT parmi les députés à l’Assemblée Nationale. Le fait qu’elle ait été accusée de délirer  est parfaitement normal. Ne soyons pas naïfs. Agnès Thill n’est pas folle. Si elle a éprouvé le besoin de twitter comme elle l’a fait sur le groupe de pression pro-LGBT à l’Assemblée Nationale, c’est qu’elle a certainement de bonnes raisons de le faire. Quand un groupe de pression existe, il se défend toujours en expliquant qu’il n’existe pas et qu’il est victime d’une diffamation. On imagine mal qu’il dise : « Oui. C’est vrai. Nous sommes un groupe de pression et nous avons l’intention de le rester et même d’accroître nos activités de lobbying ».

Deuxième réaction : celle qui consiste à se frotter les mains. Quand on est un groupe de pression, il peut être fructueux de se faire traiter de groupe de pression. Au lieu d’être en colère, on peut se déclarer victime d’un complot de la part d’un groupe de pression adverse. Ce qui est finement joué. Accusant ceux qui l’accusent d’être un groupe de pression, ce groupe de pression fait oublier qu’il est un groupe de pression. Menant alors une croisade contre les groupes de pression, il peut en toute quiétude se développer comme groupe de pression. Il peut surtout, en apparaissant comme victime, exiger des réparations et parvenir à les obtenir. Actuellement, c’est manifestement ce qui est passé. Le groupe de pression à l’Assemblée Nationale pointé par Agnès Thill a très habilement non seulement manifesté sa colère mais retourne l’accusation dont il faisait l’objet en expliquant qu’il était victime d’un complot d’extrême droite l’accusant d’être un groupe de pression. Exigeant des réparations, il les a obtenues, Agnès Thill étant obligée de s’excuser publiquement. 

Depuis quelques années déjà, chez des minorités de tout bord, c’est un phénomène que l’on peut constater. De nombreuses minorités font du lobbying en tissant des réseaux dans l’ombre. Quand elles sont dévoilées et traitées de lobbies, elles se mettent à hurler au complot. Que disent-elles alors ? « Le lobby c’est vous, ce n’est pas nous. Vous mentez. Vous délirez.  Vous êtes des nazis ». Tout en criant au complot, ces minorités font du lobbying et complotent. Ceux qui complotent se présentent toujours comme victimes d’un complot. Aussi se frottent-ils les mains quand ils sont accusés d’être un lobby et de faire du lobbying.

En quoi est-il homophobe de dire qu'il existe un lobby LGBT ? Les partisans de la PMA se privent-ils de condamner comme réactionnaire toute position autre que la leur ou de parler de lobby de LMPT ?

Le mouvement LGBT est apparu dans les années 60 avant de commencer à prendre de l’essor dans les années 80 à la suite de la « révolution sexuelle » pour devenir aujourd’hui un lobby mondial. Particulièrement puissant aux Etats-Unis, il est  organisé en grande communauté internationale appelée La Communauté il a un drapeau, le drapeau arc-en-ciel. À Paris, la Communauté a investi un quartier, le Marais, où les passages piétons sont décorés aux couleurs arc-en-ciel. Dans les grandes entreprises comme dans les universités, on trouve des antennes LGBT. Chaque année des journées mondiales contre l’homophobie et la transphobie sont organisées. Si cela ne s’appelle pas être un lobby, qu’est-ce ? « Des gens qui aiment bien discuter », comme l’a dit une responsable politique à propos du groupe de pression à l’Assemblée Nationale  pointé du doigt par la députée LREM Agnès Thill ?

Aujourd’hui, c’est vrai, lorsque ceux qui commencent à s’inquiéter du poids pris par la LGBT dans la société et dans le monde, parlent de celle-ci, ils utilisent les expressions « lobby gay » ou bien encore « lobby LGBT » afin de rappeler que l’on n’a pas affaire là à une simple association culturelle mais à un groupe de pression qui a des vues politiques très précises. Est-ce de l’homophobie ? C’est ce que dit la LGBT. Ce qui, de sa part,  est normal. Dans un rapport de forces on utilise toujours tous les arguments possibles et notamment celui consistant à dire : « Si vous êtes contre nous c’est que vous nous haïssez. Vous êtes racistes et homophobes. Vous êtes d’extrême droite et nazis ».

Quand on dénonce un groupe de pression, alors que l’on est un citoyen responsable soucieux du bien commun mis à mal par ce groupe de pression qui n’en a cure,   on est toujours traité de malade haineux par ce groupe. Il faut beaucoup de courage pour le faire. Plus ce groupe de pression prend de l’essor, moins il supporte la critique, plus il se comporte comme un dictateur. Plus un puisant a de la puissance, moins il supporte qu’on lui résiste. Pour cela les mots et les appellations sont essentiels, le puissant mesurant sa puissance à la façon dont on parle de lui, aux mots que l’on emprunte pour le qualifier. Dans cette course au langage pur, l’interdit suprême est de dire la vérité en appelant les choses par leur nom.

Alors que la LGBT ne supporte pas qu’on l’appelle « lobby », celle-ci traite ses adversaires de réactionnaire homophobe. Il y a une dissymétrie dans cette confrontation langagière. Lobby, c’est précis, c’est politique. Réactionnaire, homophobe, c’est moral, c’est intimidant. Le but est d’intimider, d’empêcher de dire et de penser. Y aura-t-il un jour des poursuites pénales quand on appellera la LGBT du nom de lobby ? Sera-ce un délit ? Telles que les choses sont engagées, on est bien parti pour.

De quoi ce type de pression est-elle le symptôme en matière d'étouffement du débat démocratique ? 

Nous assistons aujourd’hui au deuxième temps de la démocratie. Premier temps : naissance de la démocratie, découverte de la liberté d’expression ainsi que des droits individuels. Moment d’ivresse. Étonné d’être libre, on s’écoute être libre. On se regarde être libre. On met en scène sa propre liberté. Deuxième temps de la démocratie : passage à un imprévu : la dérive victimaire. On parle toujours de minorité opprimée, jamais de majorité opprimée. Quand on est une minorité, faisons en sorte d’apparaître comme une minorité opprimée. On se met à jouir soudain d’un pouvoir énorme. La démocratie ayant comme sens le respect de la liberté d’expression et des droits individuels,  disons à la démocratie que l’on est une minorité dont la liberté d’expression et les droits ne sont pas respectés, que se passe-t-il ? Gênée, culpabilisée, elle met  immédiatement tout en œuvre pour venir au secours de la minorité opprimée afin que celle-ci puise avoir liberté, droits et pouvoir. Résultat : la minorité  prend le contrôle de la démocratie. Un enfant pour avoir ce qu’il veut fait une crise. Il se roule par terre. Pour le faire taire, ses parents cèdent.  On est dans ce cas.  De quoi nous parlent les medias tous les jours ? De minorités ethniques,  religieuses et culturelles qui clament à l’injustice et qui parviennent peu à peu à prendre le contrôle de la société.

La démocratie est victime de ce qui fait sa substance à savoir le triomphe de l’individu doté de droits formels.   Hegel disait à propos de la culture moderne qu’il voyait s’esquisser devant lui : attention à l’universel abstrait. Attention à la liberté formelle. La démocratie appelle homme l’individu, c’est-à-dire l’individu  abstrait et démocratie la démocratie abstraite c’est-à-dire  le fait de reconnaître des droits à cet individu, L’individu et la démocratie  n’ayant aucun contenu, que se passe-t-il ? L’individu n’a pas de mal à faire passer n’importe quel contenu au nom de la démocratie. Il peut notamment se servir de la démocratie contre la démocratie. Aujourd’hui, des minorités ethniques, religieuses et culturelles l’ont parfaitement compris. En se présentant comme victimes, au nom de l’individu, du droit et de la démocratie, elles parviennent à prendre aisément le pouvoir idéologique sur la société.

Il y a un remède à cela : la vérité, le travail de la vérité, le combat pour la vérité, le courage de dire la vérité en appelant  les choses par leur nom. À l’heure des « fake news », de la disparition du réel, de la fiction généralisée, de la confusion organisée, jamais il n’a été aussi important, vital et vivant de dire et de penser. Afin d’aller dans la « vraie vie », un combat idéologique fondamental a commencé et n’est pas prêt de se terminer.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires