En direct
Best of
Best Of
En direct
© Stefan Rousseau / AFP
Disraeli Scanner
Brexit : et si Theresa May était un génie méconnu
Publié le 09 novembre 2018
Lettre de Londres mise en forme par Edouard Husson. Nous recevons régulièrement des textes rédigés par un certain Benjamin Disraëli, homonyme du grand homme politique britannique du XIXe siècle.
Benjamin Disraeli (1804-1881), fondateur du parti conservateur britannique moderne, a été Premier Ministre de Sa Majesté en 1868 puis entre 1874 et 1880.  Aussi avons-nous été quelque peu surpris de recevoir, depuis quelques semaines, des "lettres de...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Disraeli Scanner
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Benjamin Disraeli (1804-1881), fondateur du parti conservateur britannique moderne, a été Premier Ministre de Sa Majesté en 1868 puis entre 1874 et 1880.  Aussi avons-nous été quelque peu surpris de recevoir, depuis quelques semaines, des "lettres de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lettre de Londres mise en forme par Edouard Husson. Nous recevons régulièrement des textes rédigés par un certain Benjamin Disraëli, homonyme du grand homme politique britannique du XIXe siècle.

Londres, 

Le 8 novembre 2018

Mon cher ami, 

Quel désaveu pour les libéraux de toute origine! Un siècle après la fin de la Seconde Guerre mondiale, c’est le patriotisme des dirigeants qui explique largement où en sont nos nations. Comme la tendance à l’individualisme est universelle, c’est le patriotisme qui fait la différence. 

Macron, un président de plus en plus symbolique

Je n’aurai pas la cruauté d’insister sur la manière dont votre président, le dernier des mondialistes, découvre à son corps défendant, qu’il ne va pas de soi, quand on a passé son temps à faire l’éloge de l’Europe fédérale et de la mondialisation néolibérale, de trouver les mots qui conviennent pour parler du pays que l’on gouverne, de son passé et pour parler à la « France d’en bas ». En fait, Emmanuel Macron est de plus en plus symbolique. C’est de moins en moins sa personne qui doit nous intéresser que ce qu’il représente: le pari perdu des élites françaises, qui ont abandonné la nation pour l’Europe et qui ont de moins en moins de prise sur le pays. Votre héroïque pays a porté l’essentiel de l’effort militaire des Alliés durant la Première Guerre mondiale. Eh bien! Par manque de patriotisme, vos dirigeants dilapident cet héritage. Ils l’avaient déjà fait une première fois, par aboulie face à la montée du nazisme; mais l’Histoire est généreuse et elle vous a donné le Général de Gaulle. Loin de la remercier de ce cadeau, les héritiers de l’esprit vichyssois (de gauche comme de droite) ont recommencé à vouloir vendre le pays par appartement. Votre société est toujours héroïque par bien des aspects, elle subit avec stoïcisme les décisions ineptes que, par veulerie ou par arrogance, vos présidents successifs empilent les unes sur les autres depuis le milieu des années 1970. 

Les décideurs allemands compensent leur myopie par leur persévérance

Et regardez le contraste: on pourrait croire que c’est l’Allemagne qui a gagné la Première Guerre mondiale. Je ne serais pas anglais si je ne soulignais pas que le courage, en histoire, compte souvent plus que l’intelligence. Vous autres Français avez certainement les dirigeants les plus intelligents de la terre - je dirais même de la galaxie! - mais vous ne vous rendez pas compte que personne ne vous envie pour cela. L’histoire de l’Allemagne au XXè siècle est une suite de décisions à courte vue: déclenchement de la guerre en 1914, guerre sous-marine à outrance, poignard planté dans le dos de la République naissante en 1918, hyperinflation, installation d’Hitler au pouvoir, enthousiasme des militaires pour la guerre contre l’URSS en 1940-41, refus de la réunification proposée par Staline en 1952, cette même réunification menée en dépit du bon sens en 1990, refus d’accompagner le Général de Gaulle dans la création d’une « Europe européenne » etc.... Eh bien! Malgré cette accumulation de myopies, de Gaulle parlait du « grand peuple allemand », capable d’imposer, à force de persévérance et de patriotisme renouvelé, la prépondérance économique allemande sur l’Europe. Et lorsqu’Emmanuel Macron indique, par sa manière de commémorer la Première Guerre mondiale, qu’il s’entend en fait bien mieux avec l’Allemagne qu’avec les pays qui ont aidé la France à gagner la Première Guerre mondiale (Grande-Bretagne, Russie, Etats-Unis), il confond les apparences (les professions de foi internationalistes de Berlin) et la réalité (le patriotisme, qui n’est pas seulement économique) de la société d’outre-Rhin. 

Theresa May, un génie secret ? 

Je crois aussi que les dirigeants britanniques sont devenus trop cérébraux, aux dépens du caractère. C’est finalement ce que la soi-disant construction européenne nous aura apporté de plus néfaste. Theresa May n’en finit pas de multiplier les subtilités et de rendre illisible sa stratégie de négociation du Brexit. Le New York Times se demande si elle est un « génie secret ». Ah oui! Mais très secret, alors! Plus sérieusement, je regarde le contraste entre ces centaines de représentants de nos élites qui se lamentent sur le Brexit, qui réclament un second referendum au mépris de toute démocratie, qui prêtent aux négociateurs de l’Union Euopéenne toute sorte de vertus. C’est le propre des gens intelligents: ils créent volontiers des sociétés d’encensement mutuel. Et plus ils sont intelligents, plus ces sociétés sont larges et fortes. Souvent mes amis au sein du parti conservateur m’agacent avec leur obstination à défendre un Brexit hyper libre-échangiste. Ils ne se rendent pas compte comme ils sont loin des souffrances infligées par le néolibéralisme à la société britannique. Mais, au moins, ils ont le courage de défier l’establishment européen: ils votent comme le peuple britannique. On laissera d’ailleurs aux parlementaires conservateurs dans leur ensemble d’avoir jusqu’à maintenant respecté le vote populaire, d’avoir préféré, malgré bien des contorsions, le courage à l’intelligence. 

C’est le courage et l’amour du pays, non le QI, qui font la différence entre les dirigeants

Mon cher ami, je me réjouis que nous nous voyions cette fin de semaine puisque vous passez par Londres. Nous pourrons être mal-pensants comme nous aimons. Et si nous regardons ensemble les commémorations du 11 novembre, je vous promets que j’irai contre toutes les règles de la bien-pensance de mon pays en vous proposant un panégyrique de Vladimir Poutine et un plaidoyer en faveur de l’alliance anglo-russe! J’y mets une condition toutefois: que vous arriviez avec une ode à Donald Trump rédigée en alexandrins. En tout cas, ces deux-là aussi nous aideront à compléter l’éloge du courage en politique. Bien évidemment, le président russe est un stratège; mais la stratégie ne lui aurait été d’aucun secours s’il avait manqué de courage au moment de l’appliquer; et s’il avait manqué de soutiens dans les milieux dirigeants. On peut dire la même chose de Trump: en se dressant seul contre l’establishment libéral, il rend le courage, progressivement aux caciques du parti républicain. Mais ne npus y trompons pas: dirigeants américains comme russes, allemands comme, au bout du compte, britanniques, tous sont habités par un réel patriotisme. L’histoire nous enseigne - et la Première Guerre mondiale plus que tout autre événement - que le bon sens et les qualités d’anticipation sont la chose la moins répandue dans les élites, et en particulier dans la classe politique. Ce sont le courage et le patriotisme qui permettent de surmonter les erreurs que l’on fait, comme décideur et comme classe dirigeante. Je souhaite pour ma part de tout coeur que votre pays aussi retrouve des dirigeants couageux et qui aiment leur pays. 

Bien fidèlement à vous 

Benjamin Disraëli

 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
02.
La France va devenir la première puissance mondiale en moins de 5 ans
03.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
04.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
05.
Emmanuel Macron, pourquoi n’allez-vous pas en boîte comme Christophe Castaner plutôt que de faire du ski ?
06.
Acte XVIII des Gilets jaunes : retour prévu de la violence, réponse difficile à prévoir du gouvernement
07.
Recep Tayyip Erdogan critiqué pour avoir diffusé des images de l'attentat de Christchurch
01.
Clash à Bayonne : Alliot-Marie responsable ?
01.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
02.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
03.
Et Marine Le Pen éclata de rire…
04.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
05.
Le voile est-il vraiment un accoutrement souhaitable pour vendre des petites culottes ?
06.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
01.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
02.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
03.
Grève mondiale des élèves pour le climat : 5 éléments pour déterminer s’il faut s’en réjouir ou... s’en inquiéter sérieusement
04.
Quand Nathalie Loiseau teste les nouveaux "éléments de langage" du progressisme face à Marine Le Pen sans grand succès
05.
Christchurch : de la théorie du Grand Remplacement à ses travaux pratiques
06.
Samedi de violences : l’Etat manque-t-il des moyens pour maintenir l’ordre ou ce gouvernement enchaîne-t-il les erreurs de stratégie ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires