En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

03.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

04.

Alerte aux finances : le RN, un parti à la dérive

05.

Mais quelle température faisait-il vraiment pendant le dernier âge glaciaire ? Nous connaissons désormais la réponse

06.

Révoltant ? Bridgestone, la dissolution du macronisme et les dangers du volontarisme politique mal ciblé

07.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

01.

L’inquiétant système chinois de notation sociale qui menace le monde

02.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

03.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

04.

Droit des arbres : ce danger insidieux qui nous guette quand l'humain n'est plus qu'un vivant parmi d'autres

05.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

06.

L’intelligence artificielle avait abîmé la beauté des échecs, voilà comment elle pourrait la renouveler

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

L’étude qui montre que la plus grande peur agitée pour 2022 n’est pas celle de l’insécurité

03.

Mort d'un cousin d'Adama Traoré : la famille envisage de porter plainte

04.

L'Europe gruyère d'Ursula von der Leyen

05.

55% des Français favorables au rétablissement de la peine de mort : il est terrible ce sondage mais à qui la faute ?

06.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

ça vient d'être publié
rendez-vous > People
Revue de presse people
Sophie Davant joliment au top (mais plus topless), Cyril Hanouna méchamment tapé (par la concurrence); Mylène Farmer achète plus grand, Laeticia Hallyday vend pour payer ses dettes; Lio a renoncé au sexe, Johnny Depp y reprend goût avec une jeunette
il y a 28 min 58 sec
décryptage > Société
La vérité est ailleurs

Et non Monsieur Macron: le secret des Amishs pour rester en forme en vieillissant... n'a pas tout à voir avec leur refus de la modernité technologique

il y a 1 heure 9 min
décryptage > Economie
Dépenses à crédit

Jusqu’à quand pourrons-nous financer nos dépenses de santé par la dette ?

il y a 1 heure 35 min
décryptage > Science
Bonnes feuilles

Comment les chiffres transforment les algorithmes en véritables menaces

il y a 1 heure 48 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’islamisme, cette lèpre qu'Emmanuel Macron ignore

il y a 1 heure 48 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Turner – Peintures et Aquarelles- Collection de la Tate : la fascinante exposition d’un “Voyageur de Lumière”

il y a 10 heures 17 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Où vont les vents sauvages ?" de Nick Hunt : un voyage qui marie intelligemment nature et culture… belle approche des lieux mais médiocre jugement sur les habitants

il y a 10 heures 38 min
light > Culture
Star du doublage et comédien inoubliable
L'acteur Roger Carel est mort à l'âge de 93 ans
il y a 18 heures 5 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le cocorico trahit le coq gaulois et quand le pilote démêle ses fuseaux : c’est l’actualité des montres
il y a 20 heures 45 min
light > Science
Moby Dick
Protéger les baleines d'un risque de collision en écoutant leurs chants
il y a 23 heures 8 min
décryptage > France
Gouverner, c'est prévoir

Les leçons de notre impréparation face au Covid ont-elles été tirées face aux autres risques majeurs identifiés par les livres blancs ?

il y a 48 min 10 sec
décryptage > International
Rival systémique

Marxiste dedans, ultralibérale dehors, la Chine fait perdre ses moyens à l'Europe

il y a 1 heure 25 min
décryptage > Politique
Le pelé, le galeux c’est lui

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

il y a 1 heure 44 min
décryptage > Défense
Bonnes feuilles

Les 100 mots de la guerre : de la guerre nucléaire à la paix en passant par la peur

il y a 1 heure 48 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’ère des victimes : le règne de la tyrannie des minorités et de la privatisation de la censure

il y a 1 heure 48 min
décryptage > Culture
Iegor Gran

"Les services compétents" de Iegor Gran : Tartuffe au pays des Soviets, une histoire vraie et un excellent récit romanesque

il y a 10 heures 29 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La légende de Bruno et Adèle" de Amir Gutfreund : un auteur de choix pour s'initier à la littérature israélienne contemporaine

il y a 10 heures 57 min
pépites > Justice
Affaire des "écoutes"
Parquet national financier : Eric Dupond-Moretti cible trois magistrats et demande une enquête administrative
il y a 18 heures 31 min
décryptage > Politique
Nominations

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

il y a 22 heures 56 min
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan
il y a 23 heures 9 min
© YOAN VALAT / POOL / AFP
© YOAN VALAT / POOL / AFP
Pétrole, pétrole

MBS, le nouveau Saddam Hussein ?

Publié le 08 novembre 2018
Après la disparition de Jamal Khashoggi le 2 octobre au consulat saoudien d’Istanbul, le monde entier commençait à interroger sérieusement la responsabilité du Prince héritier Mohammed Ben Salmane dans le meurtre du journaliste. Mais aucune attaque ou soupçon n’a été porté frontalement contre lui.
Ardavan Amir-Aslani
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ardavan Amir-Aslani est avocat et essayiste, spécialiste du Moyen-Orient. Il tient par ailleurs un blog www.amir-aslani.com, et alimente régulièrement son compte Twitter: @a_amir_aslani.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Après la disparition de Jamal Khashoggi le 2 octobre au consulat saoudien d’Istanbul, le monde entier commençait à interroger sérieusement la responsabilité du Prince héritier Mohammed Ben Salmane dans le meurtre du journaliste. Mais aucune attaque ou soupçon n’a été porté frontalement contre lui.

Après la disparition de Jamal Khashoggi le 2 octobre au consulat saoudien d’Istanbul, on se souvient de l’embarras croissant de l’Arabie Saoudite et des déclarations contradictoires des officiels saoudiens qui s’en sont suivies. Alors que le monde entier commençait à interroger sérieusement la responsabilité du Prince héritier Mohammed Ben Salmane dans le meurtre du journaliste, Donald Trump tenta bien maladroitement de le disculper, évoquant de possibles « tueurs isolés ». A mesure que la Turquie distilla, au compte-gouttes et avec méthode, des détails aussi scabreux que compromettants pour les autorités saoudiennes, les Etats-Unis ont bien été forcés d’admettre, a minima, que leur vieil allié pouvait bien avoir commis « une bavure » de trop... Mais aucune attaque ou soupçon n’a été porté frontalement contre Mohammed Ben Salmane. 

Pourquoi une telle complaisance des Etats-Unis envers le royaume wahhabite ? Plusieurs raisons s’imposent de façon évidente. 

Depuis 1945 et le « pacte de Quincy », l’Arabie Saoudite et les Etats-Unis sont liés par un accord échangeant « pétrole » contre « protection ». Rien n’a encore réussi à entamer cette alliance. Même après les attaques du 11 Septembre, où 15 des 19 terroristes étaient de nationalité saoudienne, même après la déclassification du rapport de 28 pages tentant d’établir l’implication du royaume dans l’organisation de ces attentats, les Etats-Unis ont maintenu leur accord avec les Saoudiens. Les réserves d’or noir, majoritairement exploitées par des entreprises américaines depuis les années 1930, sont évidemment un critère poussant à la « tolérance », voire à la cécité. Plus important encore est le rôle stratégique de pilier que l’Arabie Saoudite représente pour la diplomatie américaine au Moyen-Orient, à la fois porte d’entrée dans la région pour des troupes militaires, mais aussi force à opposer à l’Iran, obsession américaine depuis 1979. 

Pour mener à bien sa stratégie de diabolisation et d’isolement de l’Iran, Donald Trump a besoin de l’Arabie Saoudite, et de disculper le plus haut niveau de l’Etat saoudien. Le problème qui s’impose à lui est double : cet objectif sera difficile voire intenable, tant les preuves s’accumulent contre le Prince héritier, au point que les grands princes saoudiens eux-mêmes songent à le déposer.

En outre, cet effort de protection aveugle d’un dirigeant arabe dans le seul but d’affaiblir ou de détruire l’Iran rappelle aisément un fâcheux précédent de la diplomatie américaine au Moyen-Orient : Saddam Hussein. 

Étrangement, entre les deux dirigeants se trouvent quelques traits communs. Comme Saddam Hussein, le Prince héritier a mis rapidement en place, dès son accession au pouvoir en 2015, une confiscation systématique de tous les pouvoirs à son seul profit, cumulant toutes les fonctions exécutives d’importance, au point d’être surnommé « Mister Everything ». 

Comme Saddam Hussein, il n’hésite pas à avoir recours à la force pour éliminer les potentiels rivaux: contre les princes de sa propre famille, évinçant d’abord son cousin, Mohammed Ben Nayef, de la succession, puis excluant tous les grands princes du Majlis, le conseil consultatif qui régissait jusqu’à présent toutes les prises de décision importantes du royaume. Contre les plus riches hommes d’affaires du royaume, n’hésitant pas à en faire arrêter et séquestrer près de 400 et les obligeant à racheter leur liberté. Contre le Premier ministre libanais, qu’il a fait enlever. Contre un journaliste en exil donc, membre d’une opposition pourtant mesurée, dont il a sans doute validé l’assassinat. 

Et déjà, dans les années 80, Saddam Hussein et l’Irak jouaient le rôle stratégique que les Etats-Unis donnent aujourd’hui à l’Arabie Saoudite face à l’Iran. Des documents déclassifiés en 2013 ont révélé que durant la guerre Iran-Irak (1980-1988), les Américains ont fourni aux Irakiens des informations sur les positions des troupes iraniennes et étaient parfaitement au courant dès 1983 que le régime de Bagdad avait recours aux armes chimiques, gaz moutarde et gaz sarin, diffusés en amont des assauts des troupes. En 1988, alors que la guerre touchait à sa fin et qu’une victoire iranienne « était inenvisageable » pour les Etats-Unis, ceux-ci ont fermé sciemment les yeux sur les attaques chimiques de Saddam Hussein, qui atteignirent une intensité inégalée. En mars 1988, le dictateur en profita pour gazer au passage sa propre population, dans le village kurde d’Halabja. Exsangue, l’Iran fut forcé de cesser le combat et de s’asseoir à la table des négociations. 

Les exactions de Saddam Hussein se sont poursuivies dès 1991 avec l’invasion injustifiée du Koweït, devant le regard indifférent des Etats-Unis qui poussèrent le cynisme jusqu’à dire, par la voix de l’ambassadrice américaine de l’époque, April Glaspie, que les conflits frontaliers entre l’Irak et ses voisins arabes ne les concernaient pas. 

Opération « Tempête décisive » lancée en 2015, et sans réelle justification, contre le Yémen et les Houthis par Mohammed Ben Salmane; opération militaire d’ailleurs soutenue logistiquement par les Américains, qui n’a eu d’autres résultats que la mort de 30 000 civils yéménites et la famine pour des millions d’autres, en faisant la « pire crise humanitaire au monde »  d’après l’ONU; blocus arbitraire contre le Qatar, pays frontalier, qui n’a pas abouti et l’a rapproché de l’Iran, tout comme le Yémen... Les points communs ne sont-ils pas troublants? 

Mais l’ami d’hier peut aussi rapidement devenir l’ennemi d’aujourd’hui. Lorsque Saddam Hussein a menacé les intérêts américains au Moyen-Orient, il a été éliminé, entraînant la région dans une surenchère d’instabilité et de violence qui a permis à des monstres tels que Daech d’émerger. 

La haine de l'Iran aveugle les Etats-Unis dans leurs relations avec l'Arabie Saoudite, comme elle les a aveuglés avec l’Irak. Car dans son désir d’absolutisme et ses prises de décisions aussi hasardeuses qu’inconséquentes, MBS peut s’avérer aussi dangereux que Saddam Hussein pour la stabilité de la région. Le jour où les Américains décideront de se passer d’un allié aussi peu fiable et encombrant, les jours de Mohammed Ben Salmane à la tête du royaume seront petitement comptés. 

 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires