En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

04.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

07.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

03.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

03.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Grand nettoyage
Islamisme : Yannick Jadot demande la fin de "toutes les complaisances" dans les mairies et au gouvernement
il y a 2 heures 43 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Une galaxie naine est entrée en collision frontale avec la Voie lactée ; Osiris-Rex : la Nasa inquiète de perdre son précieux chargement prélevé sur l’astéroïde Bennu
il y a 5 heures 14 min
pépites > International
Tensions
Macron a rappelé à Paris l'ambassadeur de France en Turquie après l'insulte d'Erdogan
il y a 7 heures 16 min
décryptage > Economie
Les lignes bougent

Etats-Unis, Chine, Europe : quelle remondialisation ?

il y a 8 heures 52 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Hélène Cixous ou l’empire des nuances

il y a 9 heures 1 min
décryptage > Education
Signes de faiblesses et de lucidité

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

il y a 9 heures 22 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Intégration et inégalités : comment la pensée décoloniale s’est propagée au sein des banlieues

il y a 9 heures 39 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Survivre : la quête de l’espèce humaine face aux multiples menaces

il y a 9 heures 42 min
décryptage > Politique
LFI (La France Islamiste)

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

il y a 9 heures 43 min
décryptage > Société
Dangers du siècle

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

il y a 9 heures 47 min
pépites > Société
Les affaires ont repris
Paris : la délinquance a explosé depuis le déconfinement
il y a 3 heures 10 min
pépites > Politique
Menace qui pèse sur la France
Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"
il y a 7 heures 1 min
décryptage > Politique
Non-débat

Pourquoi l’usage abusif de la honte comme argument politique est en train d’asphyxier notre démocratie

il y a 8 heures 36 min
décryptage > International
Coup diplomatique

Du blé contre la reconnaissance d’Israël par le Soudan

il y a 8 heures 56 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Climatisation à moindre impact : de nouvelles peintures pour bâtiments pourraient permettre de rafraîchir les immeubles
il y a 9 heures 8 min
décryptage > Histoire
Latrines

Des archéologues fouillent les restes de toilettes médiévales afin de mieux comprendre l'impact de notre régime alimentaire sur notre santé

il y a 9 heures 28 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Les surdoués demandent-ils l’impossible en amour ?

il y a 9 heures 41 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’absence de débouché politique face à la colère du peuple

il y a 9 heures 43 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Emmanuel Macron : de la réforme à la transformation

il y a 9 heures 43 min
décryptage > Société
Etat profond

QAnon contre Antifas : pour de plus en plus de gens, la vérité est ailleurs. Et le problème est qu’ils ont partiellement raison…

il y a 9 heures 47 min
© BEHROUZ MEHRI / AFP
© BEHROUZ MEHRI / AFP
Déterminisme

Si vous pensiez que vos décisions de vote sont parfaitement rationnelles, cet article risque de vous ébouriffer

Publié le 08 novembre 2018
Il est difficile de saisir rationnellement toutes les raisons d'un vote, comme le suggère une étude américaine qui explique que l'état émotionnel a pu avoir une influence sur le vote américain ces dix dernières années. Déterminismes sociaux, état émotionnel, humeur...Le mécanisme du vote est complexe et fait parfois appel à des données irrationnelles.
Bruno Jérôme
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Jérôme est économiste, maître de conférences à Paris II Panthéon-Assas.Il est le co-fondateur du site de prévisions et d'analyses politico-économiques Electionscope.Son dernier ouvrage, La victoire électorale ne se décrète pas!, est paru en...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Il est difficile de saisir rationnellement toutes les raisons d'un vote, comme le suggère une étude américaine qui explique que l'état émotionnel a pu avoir une influence sur le vote américain ces dix dernières années. Déterminismes sociaux, état émotionnel, humeur...Le mécanisme du vote est complexe et fait parfois appel à des données irrationnelles.

Atlantico: Selon vous, le vote ne peut s'expliquer uniquement par un choix rationnel et serait sujet à des influences imprévisibles telles que l'humeur, l'état émotionnel... Comment réagit notre cerveau dans de tels cas, à quoi est-il sensible et qu'est-ce qui le détermine ?

Bruno Jerome: La plupart des modèles explicatifs du vote reposent en effet sur des facteurs structurants (géographie, socio-démographie, économie, affiliation partisane), des comportements (électeurs utilitaristes - consuméristes ou évaluateurs de la situation économique globale, électeurs juges du bilan du sortant), autant d’éléments que l’on essaie de quantifier pour expliquer et/ou prévoir. 

Mais chaque modèle essayant de tester les hypothèses précédentes à l’aune des données empiriques est assorti d’un facteur d’erreur (d’un résidu) captant tous les éléments explicatifs non pris en compte dans l’équation. Ce facteur d’erreur comprend entre autres, des facteurs psychologiques tels que les émotions (dont la colère), le besoin de protection, la perception de l’image ou de la communication d’un candidat, etc. A ce titre, l’humeur (mood) peut jouer un rôle important sinon déterminant dans une élection. On le perçoit par exemple dans la forte corrélation qui existe entre les anticipations subjectives d’évolution du niveau de vie et la popularité ou le vote. 

Mais au-delà, toujours dans un contexte électoral, les facteurs psychologiques tels que la crainte, la peur, peuvent alerter notre cerveau reptilien et déclencher des réflexesd’instinct de survie, ce qui dans certains cas conduit à un vote que l’on qualifiera d’irrationnel parce qu’éruptif, fondé sur le rejet de quelque chose ou tout simplement symptomatique d’un « appel au secours ».

Quand les électeurs hésitent entre deux candidats, ceux qui se sentent de meilleure humeur voteraient pour le candidat le plus "risqué" et ceux qui se sentent moins bien auraient tendance à voter pour le candidat de la "protection" (les Républicains représentant l'aversion au risque). Comment se traduit cette conclusion en des termes plus politiques ? Quels en sont les exemples dans l'histoire politique récente ?

Dans ce registre, récemment, une étude publiée dans American PoliticsResearch par des chercheurs du Darmouthcollege (New Hampshire) et de l’Australian National University, tend à montrer que les républicains ont un avantage en voix sur les démocrates lorsqu’une frange des électeurs (1% des électeurs en âge de voter) anticipent que les conditions climatiques vont se dégrader. Ceci serait particulièrement vrai dans les Etats du sud-est où ils sont souvent confrontés aux tornades et aux ouragans. Que se passe-t-il alors ? Alors qu’ils étaient prêts à voter démocrate par temps clément, ces électeurs s’inquiètent en apprenant la dégradation du climat, puis lorsque la pluie arrive, ils changent leur vote. En réalité, ils sont riscophobes (risk averse), et votent en vertu d’un mécanisme de croyances pour les conservateurs (Républicains), synonyme selon eux d’une plus grande protection. La modification du comportement de vote par la psychologie en somme.

Le lien entre conditions météorologiques, humeur et élections n’est d’ailleurs pas nouveau. On cherche depuis longtemps à expliquer le lien entre participation électorale et beau temps par exemple. Avec des conclusions mitigées. Je peux aller voter car il fait beau ce qui me donne le moral et foi en la démocratie élective mais je peux très bien décider d’en profiter pour aller à la pêche…

Par ailleurs, la météo peut avoir des conséquences rétrospectives fâcheuses pour l’image et les élections à venir. On se souviendra de Lionel Jospin, premier ministre cohabitant, en ciré et en bottes, en équilibre sur des planches, conspué par les habitants sinistrés des inondations dans le sud-ouest, alors qu’il n’y était pour rien. N’a-t-on pas également affublé François Hollande du sobriquet de « Rain Man » ? Le mauvais climat dégrade le sentiment de bien être jusqu’à la mauvaise humeur, ce qui se retourne parfois contre le politiqueet si en plus il passe pour un « porte-guigne » …

L’approche de Darmouth-ANU est cependant différente puisqu’elle porte sur la modification du vote, ce qui peut être déterminant et changer la donne d’un scrutin qui s’avère serré.

Un bémol toutefois : la procédure de vote anticipé aux Etats-Unis déconnecte quelque peu le vote de la météo. 

Existe-t-il aussi des corrélations entre géographie, état d'esprit et vote ? 

Oui, cela peut-être le cas, notamment lorsque l’on descend au niveau local. On sait par exemple que le climat favorable (nombre de jours d’ensoleillement, faible pluviométrie, ciel bleu) est un élément fondamental du sentiment (mais pas que) de bien-être. Ce facteur est d’ailleurs souvent repris dans les baromètres du type « les villes où il bon vivre ».

Or, dans certains de nos travaux préparatoires réalisés dans la perspective des municipales 2020, une corrélation assez forte semble apparaitre entre la qualité et clémence du climat et le taux de reconduction des édiles locaux. Corrélation n’est certes pas causalité, et il faut encore creuser. Mais si cela s’avérait empiriquement solide, nous aurions là l’existence d’un vote dit « hédonique ». En un mot, lorsque que je me sens bien là où je vis, je suis heureux, de bonne humeur et j’en attribue (en partie) psychologiquement la responsabilité à mon maire et je le reconduits… même s’il est aussi rationnellement comptable de la situation économique et financière de ma commune qui, elle, va ou non, maximiser ma satisfaction et mon revenu en tant que citoyen-contribuable-électeur…

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires