En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

02.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

03.

HATVP : Pénélope Komitès, adjointe d'Anne Hidalgo, aurait oublié de déclarer 250.000 euros et évoque une "erreur"

04.

Macron dans le piège du micro-management; Philippe face à une fenêtre politique étroite, Castaner à la vengeance de Castex, Aubry à de graves accusations d’irrégularités, la France à de mauvais choix de relocalisation; Amazon au secours du cinéma français

05.

Horizon 2022 : le sondage qui (re)douche les espoirs de la droite LR

06.

Les bonnes surprises (cachées) du déconfinement pourraient permettre une reprise plus rapide que prévue

07.

Wall Street se résout à voir arriver Joe Biden et anticipe (sans enthousiasme) ce qui peut se passer après Trump.

01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

03.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

04.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

05.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

06.

Souveraineté numérique : le choix inquiétant fait par la BPI pour l’hébergement des données sur les prêts des entreprises françaises affaiblies par le Covid-19

01.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

02.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

03.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

04.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

05.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

06.

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

ça vient d'être publié
pépites > France
Hommage
La gendarme tuée par un chauffard reçoit la légion d'honneur à titre posthume
il y a 3 heures 20 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Chained / Beloved" de Yaron Shani : un dyptique dramatique passionnant autour d’un couple en difficulté…

il y a 4 heures 11 min
pépites > Justice
À coeur ouvert
L'enquête au centre du don des corps s'ouvre pour "atteinte à l’intégrité du cadavre"
il y a 5 heures 14 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le Bureau des légendes" de Éric Rochant : Mille sabords, quelle série !

il y a 5 heures 39 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Nous avons les mains rouges" de Jean Meckert : un roman noir publié en 1947, réédité en 2020 : l'Épuration trop "pure et dure"...

il y a 6 heures 2 min
pépites > France
Constat radical
Un groupe de sénateurs pointe la propagation de l'islam politique
il y a 7 heures 31 min
rendez-vous > Politique
Revue de presse des hebdos
Macron dans le piège du micro-management; Philippe face à une fenêtre politique étroite, Castaner à la vengeance de Castex, Aubry à de graves accusations d’irrégularités, la France à de mauvais choix de relocalisation; Amazon au secours du cinéma français
il y a 8 heures 49 min
décryptage > France
Le retour du débat

Retraites : ce qu’il faut comprendre entre les lignes des déclarations sibyllines de Jean Castex

il y a 9 heures 28 min
décryptage > International
Bibi dans l'impasse

Pourquoi Israël va annexer la vallée du Jourdain

il y a 10 heures 2 min
décryptage > Style de vie
Bien Manger pour bien bouger

Que manger avant, pendant et après un entraînement ?

il y a 10 heures 29 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le flambeur de la Caspienne" de Jean-Christophe Rufin : une enquête captivante menée par un, désormais fameux, vice-consul décalé et fin limier

il y a 3 heures 57 min
light > Economie
Couple bio-bobo
Les Français ont rattrapé les Allemands en... consommation de produits bio
il y a 4 heures 45 min
pépites > France
Ça vole haut
Greenpeace déploie une banderole sur la grue de Notre-Dame pour alerter de l'inaction climatique du président
il y a 5 heures 29 min
pépites > Santé
Accord nocturne
Ségur de la santé : un projet d'accord trouvé dans la nuit
il y a 5 heures 51 min
pépite vidéo > International
Retour en arrière
À Melbourne, le confinement fait son grand retour
il y a 7 heures 16 min
décryptage > Justice
Reforme en marche forcée

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

il y a 8 heures 33 min
décryptage > France
Sécu d'État

Sécurité sociale : les tenants du tout-Etat gagnent du terrain

il y a 9 heures 7 min
décryptage > France
En cas de malheur

Coronavirus : et si une seconde vague arrive en France, serons-nous capables de la repérer et de réagir à temps ?

il y a 9 heures 52 min
décryptage > Culture
L'art scandale

Monde de l’art : les scandales aussi ont leurs maitres

il y a 10 heures 14 min
décryptage > International
Atlantico Business

Wall Street se résout à voir arriver Joe Biden et anticipe (sans enthousiasme) ce qui peut se passer après Trump.

il y a 11 heures 4 min
© FRANCOIS GUILLOT / AFP
© FRANCOIS GUILLOT / AFP
Traque

Terrorisme : pourquoi il n’y a pas que les commanditaires du 13 novembre que la France a fait éliminer

Publié le 07 novembre 2018
Mediapart a révélé l'information. Les sept principaux cadres de l'Etat Islamique responsables de l'attentat du 13 novembre à Paris ont été "traqués et tués, un par un, en Syrie". Une stratégie, officieuse, d'élimination qui pousse à s'interroger sur la politique de la France en la matière.
Eric Denécé
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Eric Denécé, docteur ès Science Politique, habilité à diriger des recherches, est directeur du Centre Français de Recherche sur le Renseignement (CF2R).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mediapart a révélé l'information. Les sept principaux cadres de l'Etat Islamique responsables de l'attentat du 13 novembre à Paris ont été "traqués et tués, un par un, en Syrie". Une stratégie, officieuse, d'élimination qui pousse à s'interroger sur la politique de la France en la matière.

Atlantico : Peut-on parler de politique d'assassinat ciblé de la part de l'Etat français ? Quelle forme prend-elle ?

Eric Denécé : Non, une telle doctrine n’est pas en vigueur dans notre pays. Il n’y a a rien de systématique en la matière. De telles pratiques dépendent à la fois du contexte – situation de guerre ou non -, de la nature des événements et du président en fonction. Mais c’est toutefois l’une des raisons pour lesquelles la DGSE dispose d’un « service Action » (SA), qui est le « bras armé clandestin » de la République. Sa fonction est d’intervenir préemptivement contre certaines menaces avant qu’elles ne se développent et ne nous nuisent ; ou, comme dans le cas présent, de faire passer des messages sans ambiguïté à ceux qui s’en sont pris à notre pays ou envisageraient de le faire.

La France doit montrer à ceux qui l’attaquent qu’elle n’a pas la mémoire court et qu’elle a le bras long et. Il ne s’agit pas de vengeance, mais de réponse, voire de prévention… d’actes ultérieurs qu’il convient d’empêcher en faisant mesurer à leurs auteurs potentiels tous les risques qu’ils prennent.
 
 

Si elle était avérée, cette politique rappellerait celle pratiquée par les Israéliens ou les Américains. Est-ce une évolution de la part de la France ?

 
Cela s’en rapproche en effet, même si le recours à de telles pratiques n’est pas aussi institutionnalisé et systématique en France qu’en Israël ou aux Etats-Unis. Si l’élimination de ces sept djihadistes est confirmé, on ne peut bien sûr s’empêcher de faire un parallèle avec l’opération Colère de Dieu, l’élimination par le Mossad et les forces spéciales de Tsahal des terroristes palestiniens auteurs de l’assassinat des athlètes israéliens lors des jeux olympiques de Munich en 1972.
 
Pour mémoire, au cours de la guerre d’Algérie, la France, via le SA du SDECE à l’époque procéda à l’élimination physique de trafiquants d’armes qui ravitaillaient la rebellion algérienne. Au cours de la seule année 1960, Constantin Melnik a estimé à 135 le nombre d’individus envoyés ad patres lors d’opération « homo » du service Action. Ces actions violentes répondaient cependant à des règles spécifiques. Le général de Gaulle avait édicté trois condtiions en la matière : 
- ce type d'action ne pouvait être mené qu'en temps de guerre et en dehors du territoire français. 
- les« objectifs » ne pouvaient, en aucun cas, être des nationaux français - règle qui ne fut pas, malgré les glapissements des «gaullistes », transgressée à l'égard de l'OAS. 
- toute opération devait être soumise à l'approbation du chef de l'Etat et du Premier ministre, responsable à l'époque des services spéciaux. 
 
Rappelons également que la France a éliminé les auteurs de l’attaque aérienne du 6 novembre 2004 contre le camp de Bouaké (Côte d’ivoire) - faisant neuf morts et 37 blessés parmi les soldats français - par des mercenaires biélorusses et sur ordre d’autorités ivoiriennes. De même, les terroristes somaliens responsables de l’enlèvement et de l’assassinat (2013) du cadre de la DGSE, Denis Allex, ne sont plus de ce monde pour témoigner de leur forfait.
L’impunité n’existe pas – et ne doit pas exister – pour ceux qui s’en prennent à notre pays et à nos concitoyens. Il est important qu’ils le sachent et que ce message circule dans les milieux hostiles. Cela peut servir à calmer les ardeurs de certains et les conduire à réfléchir d’envisager des actions violentes contre nous.
 
 

Comment peut-on mesurer l'efficacité d'une telle doctrine ? Est-elle dissuasive ?

 
C’est la question essentielle et la raison pour laquelle une politique de rétorsion ne peut être appliquée sans discernement. A trop vouloir riposter, certains Etats ne sont parvenus qu’à accroitre le nombre d’attaques contre eux et la détermination de leurs adversaires de recourir à la violence aveugle. On est alors entré dans une spirale sans fin.
 
C’est bien pour cette raison que la France, sans s’interdire ce type d’action, ne se lance pas dans une logique de vendetta systématique qui pourrait s’avérer contre-productive.
 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires