En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Arrestations massives sur le DarkWeb à travers la planète : coup d’arrêt... ou d’épée dans l’eau ?

02.

Et si la nouvelle la plus importante pour l’avenir du climat de la planète venait de passer quasi inaperçue

03.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

04.

Covid : les épargnants devront payer la facture; Bayrou trouble la coordination gouvernementale; Les bonnes affaires d’Édouard Philippe : payé 50 000€ pour se former au numérique...; La fraude sociale sert (aussi) à financer le terrorisme islamiste

05.

Sauver la Seine-Saint-Denis, mission impossible ? Non... mais l’Etat n’est pas le "héros" qu’il pense être

06.

La France, paradis des squatteurs et qui entend bien le rester

07.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

01.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

02.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

03.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

04.

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

05.

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

06.

Non, les adhérents de LREM ne méritent pas Macron ! Il est trop grand, trop beau, trop génial pour eux.

01.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

02.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

03.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

04.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

05.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

06.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

ça vient d'être publié
Environnement
Pendant le confinement les oiseaux ont chanté de manière différente
il y a 1 heure 40 min
pépites > Politique
Justice
Le Rassemblement National face à un ex-salarié devant le tribunal de Nanterre
il y a 3 heures 6 min
décryptage > Société
Impact pour les entreprises

Un congé paternité à côté de la plaque ?

il y a 3 heures 52 min
décryptage > Politique
Mesures concrètes ?

Sauver la Seine-Saint-Denis, mission impossible ? Non... mais l’Etat n’est pas le "héros" qu’il pense être

il y a 4 heures 16 min
décryptage > High-tech
Plaque tournante des trafics

Arrestations massives sur le DarkWeb à travers la planète : coup d’arrêt... ou d’épée dans l’eau ?

il y a 4 heures 39 min
décryptage > Justice
Succession de Ruth Bader Ginsburg

Cour suprême : ce que la démocratie et l’état de droit américains doivent aussi aux juges conservateurs

il y a 5 heures 46 sec
décryptage > Economie
Crise sanitaire

COVID-19 : et maintenant, quel impact économique ?

il y a 6 heures 8 min
light > Santé
Des propos "à l'emporte-pièce"
Olivier Véran répond à Nicolas Bedos suite à son appel sur l'arrêt du port du masque et des gestes barrières
il y a 20 heures 26 min
pépites > Santé
Désengorger les SERVICES
Covid-19 : les Hôpitaux de Paris vont reporter 20% des opérations chirurgicales dès ce week-end
il y a 22 heures 30 min
pépites > Santé
Health Data Hub
Santé : l’Assurance maladie met son avis en suspens sur le mégafichier de données individuelles
il y a 23 heures 27 min
pépites > France
Onzième arrondissement
Paris : attaque à l'arme blanche près des anciens locaux de Charlie Hebdo
il y a 1 heure 45 min
pépites > Santé
Politique
Le Premier ministre n'a pas téléchargé l'application «StopCovid» comme la quasi totalité des Français
il y a 3 heures 34 min
light > Economie
Economie
La Chine va lancer la version numérique de sa monnaie officielle le yuan
il y a 4 heures 7 min
décryptage > France
Faut voir

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

il y a 4 heures 27 min
pépites > Société
Politique
Louis Aliot maire RN de Perpignan protégé par trois gardes du corps
il y a 4 heures 43 min
décryptage > Société
Angoisse face au Covid-19

Petits conseils pour rester un parent serein quand la pandémie fait flamber votre stress

il y a 5 heures 21 min
light > Santé
Sport
Pas plus de 1.000 spectateurs par jour pour le tournoi de Roland Garros
il y a 6 heures 23 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Comédies françaises" de Eric Reinhardt : un magnifique roman d’initiation, itinéraire d’un millénial gâté

il y a 21 heures 13 min
light > Culture
Ministère de la Culture
Gabriel Matzneff est définitivement privé d'aide publique
il y a 23 heures 2 min
pépites > Europe
Vers de nouvelles sanctions de l'UE ?
Biélorussie : l'Union européenne refuse de reconnaître Alexandre Loukachenko comme président malgré sa "prestation de serment"
il y a 1 jour 48 min
© DR
© DR
Atlanti-culture

« Les exilés meurent aussi d’amour » : l'exil oserait-il être heureux? Une réponse élégante et foisonnante

Publié le 29 octobre 2018
Serge Bressan pour Culture-Tops
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Serge Bressan est chroniqueur pour Culture-Tops.Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»

LIVRE

« Les exilés meurent aussi d’amour »

d’Abnousse Shalmani

Ed. Grasset

400 pages

22 €.

RECOMMANDATION

          EXCELLENT

THEME

              Shirin arrive en France à 9 ans, avec ses parents; ils ont fui pour échapper à la Révolution islamique en Iran. La famille arrive à Paris, s’installe dans l’immeuble où vivent déjà les sœurs de la mère. Elles sont furieusement communistes, définitivement rêveuses du Grand Soir, passablement archaïques. 

La petite fille, elle, se donne à corps perdu dans l’apprentissage de la langue française. Elle va aussi découvrir que son grand-père est un homme violent, ses tantes des monstresses de sang-froid, son père un « loser » même pas magnifique et sa mère, enceinte, une vraie magicienne ! 

Adolescente, Shirin va prendre ses distances avec ce cercle familial, ses comportements, ses débordements, son idéologie; et découvrir une autre culture, avec Omid, un Juif iranien qu’une des tantes a éconduit mais dans les bras et les livres duquel elle apprendra la vie … 

Il y a aussi Hannah, qui a survécu à la Shoah. Et puis le petit frère: enfant surdoué, il a décidé de venger leur mère des humiliations que lui inflige la famille. Alors, il monte un plan diabolique et il va intoxiquer les membres de cette famille l’un après l’autre…

POINTS FORTS

         -Un premier roman parfaitement maîtrisé, pour « une fiction teintée de magie », selon les mots de l’auteure.

         -Un livre de l’exil. Avec une pointe d’humour, des couleurs, de l’amour…

         -Un texte sur le drame des migrants qui est vite transformé en une tragi-comédie des exilés.

         -A toutes les pages des « Exilés meurent aussi d’amour », transpirent « la gueule de l’exil et le cœur du pays natal ».

POINTS FAIBLES

A certains passages, un réalisme et une Zazie persane un peu trop appuyés, ce qui affaiblit le propos et la plongée dans une communauté pour le moins fantasque.

EN DEUX MOTS

      Un premier roman qui met de côté les passions nostalgiques, et qui pose élégamment la question : l’exil oserait-il être heureux ? C’est grandement réussi, foisonnant à souhait !

UN EXTRAIT

Ou plutôt deux:

- « Ma mère était une créature féerique qui possédait le don de rendre beau le laid. Par la grâce de la langue française, je l’avais métamorphosée en alchimiste. C’était à ça que servaient les mots dans l’exil : combattre le réel et sauver ce qui restait de l’enchantement de l’enfance ».

- « Comme tous les exilés, j'apprenais le français avec acharnement. Je cherchais les mots dans le dictionnaire, je fouillais les phrases à la recherche d'une familiarité et rien ne me faisait davantage plaisir que de reconnaître au moins un mot dans une obscure définition. C'est la raison pour laquelle la majorité des exilés parlent un français anachronique. (…) Ils se rendent compte beaucoup plus tard que leur français impeccable, leurs mots justes, leur grammaire précise, ne sont qu'un signe supplémentaire de leur exil. Les exilés vivent à contretemps : la langue qu'ils parlent est une langue apprise, une langue domptée, une langue morte. Ils ne parlent pas le français d'aujourd'hui mais celui d'avant-hier ».

L'AUTEURE

Née le 1er avril 1977 à Téhéran (Iran), Abnousse Shalmani est une journaliste, réalisatrice et écrivaine française. Elle est arrivée en France en 1985 avec ses parents qui ont fui le régime iranien. A Paris, elle étudie l’Histoire, se lance dans le journalisme et réalise des courts-métrages. Elle se fait remarquer lors d’émissions télé et de débats sur la condition de la femme en Iran et le port du voile en France. En 2014, elle connait un beau succès de librairie avec « Khomeyni, Sade et moi », un texte dans lequel elle raconte son enfance en Iran sous le contrôle permanent de celles qu’elle surnomme les « femmes-corbeaux » (les gardiennes de la morale, toutes de noir vêtues) du « chef en noir et blanc » comme elle définit l’ayatollah Khomeini. Dans le même livre, elle fait part également de sa colère en découvrant en France des femmes « enfoulardées », des femmes qui portent dans l’Hexagone ce voile islamique contre lequel elle se battait dans son pays qu’elle a dû fuir avec ses parents. En 2017, dans un article publié dans l’hebdomadaire « Marianne », elle signe « Pourquoi je ne suis plus féministe », y opposant aux « féministes islamistes » les grandes figures du « féminisme historique » (parmi lesquelles Olympe de Gouges ou encore Coco Chanel). Le 22 aout 2018, elle a publié son premier roman, « Les exilés meurent aussi d’amour ».

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires