En direct
Best of
Best of du 20 au 26 juin
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Présidentielle 2022 : pourquoi le duel tant annoncé n’aura pas lieu

02.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

03.

Consommation de drogue : ces effets secondaires jamais vus auparavant provoqués par la crise du Coronavirus

04.

Nouvel espoir dans le traitement du cancer : un nouveau traitement stoppe le développement des tumeurs

05.

Houria Bouteldja assassina la "gauche blanche"…

06.

Nouvelle explosion des cas de Coronavirus : mais que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

07.

2020, fin de l’hégémonie occidentale et première victoire de la Chine dans la nouvelle guerre froide ?

01.

Les Vikings nous ont envahis et colonisés au IXe siècle ! Nous exigeons donc que le Danemark, la Norvège, la Suède et l’Islande se repentent

02.

"Tuez Sarkozy !". On ignore encore qui a donné l’ordre mais le Parquet National Financier s’est chargé de son exécution

03.

Pas de démocratie sans droit à offenser : ce capitalisme qui prend le risque de précipiter la guerre civile à trop vouloir montrer patte progressiste

04.

L'éolien peut-il être une alternative verte crédible au nucléaire ?

05.

Pire que le coup d’Etat permanent, la campagne électorale permanente ? Emmanuel Macron, le président cynique

06.

Cet espoir dans la lutte contre la Covid-19 qui se cache dans des études soviétiques vieilles de plusieurs décennies

01.

Municipales : mais que cache donc l’étonnante schizophrénie des Français entre élections locales et nationales ?

02.

"Tuez Sarkozy !". On ignore encore qui a donné l’ordre mais le Parquet National Financier s’est chargé de son exécution

03.

Arsène Lupin était noir ! La preuve : il va être joué par Omar Sy

04.

Désordres publics : la lourde facture des dérives de la lutte contre le racisme et les violences dans la police

05.

Affaire Fillon : François Fillon est condamné à 5 ans de prison, dont 3 avec sursis, et Penelope Fillon à 3 ans de prison avec sursis

06.

Les Vikings nous ont envahis et colonisés au IXe siècle ! Nous exigeons donc que le Danemark, la Norvège, la Suède et l’Islande se repentent

ça vient d'être publié
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand la lumière anime les heures et quand le bleu se veut marine : c’est l’actualité estivale des montres
il y a 1 heure 14 min
décryptage > Science
Sondage

93% des Français gardent leur confiance pour les scientifiques après le Coronavirus

il y a 3 heures 6 min
décryptage > Environnement
Macron veut un référendum sur le climat

La question sera sans doute : "Voulez-vous qu’on mette les villes à la campagne car l’air y est plus pur ?"

il y a 4 heures 24 min
décryptage > Société
épanouissement

Une nouvelle étude montre que si, l'argent fait bien le bonheur...(et de plus en plus)

il y a 5 heures 6 min
décryptage > Société
Névrose de la culpabilité

Villes vertes : mais que se passe-t-il dans la tête de ces cadres qui votent contre leurs propres modes de vie ?

il y a 6 heures 17 min
décryptage > Politique
Remaniement

Emmanuel Macron : il faut que tout change pour que rien ne change (sauf le Premier ministre ?)

il y a 7 heures 7 min
décryptage > Environnement
Misanthropes et libertophobes

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

il y a 7 heures 24 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Histoire du Consulat et de l’Empire" de Adolphe Thiers : le Consulat, le meilleur de Bonaparte ?

il y a 22 heures 54 min
light > Justice
Espoir pour les victimes
Affaire Jeffrey Epstein : Ghislaine Maxwell, sa complice présumée, a été enfin arrêtée par le FBI
il y a 23 heures 31 min
pépites > Media
Critiques
Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam
il y a 1 jour 44 min
décryptage > Environnement
"Vague verte"

Tous écolos… ou soumis à lavage de cerveau intensif ?

il y a 2 heures 27 min
pépites > Politique
"Monsieur déconfinement"
Remaniement : Jean Castex est le nouveau Premier ministre et remplace Edouard Philippe à Matignon
il y a 3 heures 29 min
décryptage > Société
Addicts

Consommation de drogue : ces effets secondaires jamais vus auparavant provoqués par la crise du Coronavirus

il y a 4 heures 45 min
décryptage > Santé
Berzosertib

Nouvel espoir dans le traitement du cancer : un nouveau traitement stoppe le développement des tumeurs

il y a 5 heures 59 min
pépites > Politique
Nouvelle étape
Remaniement : le gouvernement d'Edouard Philippe démissionne
il y a 6 heures 41 min
décryptage > International
Président à vie ?

Ce que s'est vraiment offert Vladimir Poutine avec son référendum et ses 16 années de pouvoir supplémentaires

il y a 7 heures 16 min
pépites > Politique
"Ouvrir un nouveau chemin"
Emmanuel Macron se confie à la presse quotidienne régionale avant le remaniement et dévoile ses priorités pour la fin du quinquennat
il y a 17 heures 28 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le Cafard" de Ian McEwan : une fable mordante sur les politiciens britanniques et le Brexit, par un des maîtres du roman anglo-saxon contemporain

il y a 23 heures 9 min
pépites > Politique
Retrait stratégique
Municipales à Marseille : Martine Vassal se retire, Les Républicains vont présenter le député Guy Teissier pour la mairie
il y a 23 heures 56 min
pépites > Santé
Lourdes accusations
Covid-19 : le Conseil scientifique et la Haute autorité de santé dénoncent des propos "infamants" de Didier Raoult devant les députés
il y a 1 jour 1 heure
© PHILIPPE HUGUEN / AFP
© PHILIPPE HUGUEN / AFP
Nouvelle hausse

Léger rebond du chômage : pourquoi le gouvernement pourrait en payer le prix alors même qu’il n’a pris aucun engagement sur le sujet

Publié le 26 octobre 2018
Le chômage a augmenté de 0,3% au troisième trimestre 2018. La plus forte augmentation est celle du chômage de longue durée, +1,1% sur le trimestre, et +6,4% sur un an.
Philippe Crevel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Crevel est économiste, directeur du Cercle de l’Épargne et directeur associé de Lorello Ecodata, société d'études et de conseils en stratégies économiques.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le chômage a augmenté de 0,3% au troisième trimestre 2018. La plus forte augmentation est celle du chômage de longue durée, +1,1% sur le trimestre, et +6,4% sur un an.

Atlantico : La réforme de la formation professionnelle lancée par Emmanuel Macron ainsi que la réforme du droit du travail qui est en vigueur depuis le premier janvier 2018 vous semblent-elles suffisantes pour lutter contre cette évolution inquiétante du chômage de longue durée ?

 
Philippe Crevel : La France est loin de connaître une situation de plein emploi comme en Allemagne, en République tchèque ou aux Etats-Unis. En effet, au 3e trimestre, le nombre de demandeurs d’emploi s’est accru en France en phase avec le ralentissement des créations d’emploi. Cette année, l’INSEE ne prévoit que 129 000 créations nettes contre 342 000 en 2017. La faible croissance du 1er et 2e trimestre semble avoir enrayer le processus de baisse des demandeurs d’emploi. Le 3e trimestre est le 2e consécutif marqué par une progression. 
 
En France métropolitaine, le nombre de demandeurs d’emploi en catégorie A a, au cours du 3e trimestre augmenté de 0,5 % (+16 300) et s’élève à 3 456 800 Sur un an, une baisse est toujours constatée, -1,2 %. En prenant en compte les catégories A, b et C, le nombre de demandeurs d’emploi atteint 5 649 600.
 
En incluant les départements-régions d’outre-mer, hors Mayotte, le nombre de demandeurs d’emploi de catégorie A s’élève à 3 718 500 en progression de 0,4 %sur le trimestre et en recul de 1,0 %sur un an. Pour les catégories A, B, C, ce nombre s’établit à 5 963 500 en augmentation de 0,4 % sur le 3e trimestre et de 0,7 % sur un an.
 
 
La France a un problème avec l’emploi et cela dure depuis des décennies. Notre pays paie son mauvais positionnement économique qui a conduit à un fort processus de désindustrialisation. Il suffit de remonter la vallée de la Seine pour constater l’importance des friches industrielles. Trop centré sur la gamme moyenne, pas suffisamment axé sur le haut de gamme, notre économie  a perdu des parts de marché à l’exportation. La question de la qualification du personnel joue évidemment un rôle dans ce processus. La baisse du niveau scolaire, la faiblesse de l’apprentissage et de la formation continue expliquent en partie nos problèmes d’emploi. A cela, il faut ajouter que le chômage est en France  est une source d’exclusion, que le marché du travail comporte des marches très hautes. Il est difficile de passer de demandeur d’emploi à actif occupé, de détenteur d’un CDD à un titulaire d’u CDI. Cette polarisation, cette segmentation du marché du travail crée de la ségrégation. Le coût du travail qui n’est guère différent en France de celui des pays d’Europe du Nord ou d’Allemagne est un problématique car nous produisons des produits concurrencés par ceux des pays émergents. L’Allemagne peut supporter des coûts élevés grâce à la compétitivité de l’industrie. Par ailleurs, en France, les salaires sont calés sur le SMIC et ne tiennent que partiellement compte des différences de productivité des secteurs, ce qui peut être un frein aux créations d’emploi. 
 
Le chômage de longue durée est la conséquence d’une économie fonctionnant sur l’exclusion. Il ne faut pas tomber de l’arbre car les branches sont trop hautes pour espérer pouvoir y remonter. Par ailleurs, la digitalisation de l’économie exclue certains actifs qui ne sont pas familiarisé avec les nouveaux outils de travail. Exclusion sociale, exclusion technologique, exclusion également géographique, les emplois ne se trouvant pas à proximité des lieux de résidence, la communauté du travail se délite. 
 
 

Plus largement, 18 mois après son accession au pouvoir, ce genre de mauvais résultats peuvent-ils laisser pressentir que la méthode adoptée par Emmanuel Macron n'est pas la bonne ? 

 
Le chômage français est de nature structurelle. Évidemment les inflexions de la conjoncture influe sur son orientation. Mais, le taux de chômage difficilement incompressible se situe autour de 8 %. Pour modifier la donne, il faut du temps. Il faut agir sur l’investissement, sur la formation, sur l’apprentissage. Il faut également réfléchir sur les modalités d’indemnisation en étant certainement non pas plus autoritaire mais plus juste et plus regardant. Un demandeur d’emploi de plus de 6 mois devrait être contraint de suivre une formation adaptée à ses besoins. Il devrait bénéficier d’un suivi personnalisé. Le chômage est un drame. C’est une source d’exclusion, d’isolement, de dépression. Il y a certes des professionnels de l’indemnisation. Ils sont minoritaires. Ils doivent être débusqués et sanctionnés. De même, il faudra un jour traiter la question des intermitemps du spectacle. Leur régime permet à certains employeurs de réduire leurs coûts et à certains actifs de faire supporter le coût de leurs congés par l’assurance chôamge. 
 
 

La tranche d'âge la plus concernée, celle des plus de 50 ans, connaît une hausse du chômage de 0,6% sur le 3e trimestre et de 0,3% sur la dernière année. Avec la hausse de la CSG qui touche particulièrement les plus âgés, le gouvernement ne risque-t-il pas de provoquer une vraie colère chez les plus de 50 ans qui ont cependant fortement voté pour Emmanuel Macron en 2017 ?

 
Le nombre de demandeurs d’emploi augmente, au 3e trimestre, pour toutes les catégories d’âge. Celui des moins de 25 ans augmente de 0,3 % soit deux fois vite que celui des plus de 50 ans (0,6 %). Les nombre de demandeurs d’emploi chez les 25 / 50 ans de 0,5 %. Sur un an, le nombre de demandeurs d’emploi diminue de 1 % chez les jeunes, de 1,9 % chez les 25 / 50 ans mais augmente de 0,2 % chez les seniors.
 
 
Un senior mis au chômage retrouve difficilement un emploi. Certaines entreprises jouent sur la durée d’indemnisation pour gérer leurs effectifs. En effet, l’indemnisation chômage est alors utilisée en attente de la perception de la retraite. A 59 ans, le salarié consent à être licencié sachant que dans trois ans il pourra s’il respecte les conditions toucher sa pension. Néanmoins, il faut préciser que le taux de chômage des plus de 50 ans reste inférieur à celui des jeunes de moins de 25 ou de 30 ans. Mais l’évolution est inquiétante. Les entreprises souhaitent rajeunir les cadres dans le cadre de la digitalisation de leurs activités. En outre, le licenciement des seniors permet de réduire les coûts salariaux étant donné que les salaires progressent avec l’âge. De manière assurantielle, il serait possible d’imaginer que le coût du travail soit décoléré de l’âge afin de limiter cette tentation. Les entreprises seront compte tenu du vieillissement de la population active de mieux intégrer les plus de 50 ans dans leur organisation et d’adapter les conditions de travail. Ce défi ne sera pas le plus simple à réussir dans les prochaines années. 
 
 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires