En direct
Best of
Best of 15 au 21 juin
En direct
© GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP
Démagogie
Pourquoi Didier Guillaume prendrait une décision anti-démocratique en confirmant l’interdiction des lobbies au ministère de l’agriculture
Publié le 24 octobre 2018
Le ministre de l'agriculture a tenu une position ferme contre les lobbies ce mardi sur les ondes de RMC. Ces paroles seront-elles suivies d'actes concrets ou ne s'agit-il que d'une déclaration politique ?
Marjolaine Koch est journaliste indépendante. Elle collabore fréquemment avec Radio France.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Marjolaine Koch
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Marjolaine Koch est journaliste indépendante. Elle collabore fréquemment avec Radio France.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le ministre de l'agriculture a tenu une position ferme contre les lobbies ce mardi sur les ondes de RMC. Ces paroles seront-elles suivies d'actes concrets ou ne s'agit-il que d'une déclaration politique ?

Atlantico : Le ministre de l'agriculture, Didier Guillaume a déclaré, sur RMC ce mardi 23 octobre, que tant qu'il sera ministre "aucun lobby n'aura accès au ministère de l'agriculture". Comment interpréter cette déclaration?

 
Marjolaine Koch : Il y a un vrai côté populiste à cette déclaration. Cette déclaration s'inscrit dans le sillage de l'affaire du glyphosate et de l'UIPP. Comme Travert a été visé sur ces questions il veut couper court à toute accusation pour éviter qu'elles lui collent à la peau comme à son prédécesseur.
 
On a beau dire que les lobbies peuvent déraper et s'immiscer dans des projets de lois, ils sont quand même utiles. La preuve en est qu'il y a des parlementaires qui sont contre les lobbies mais les reçoivent quand même en faisant des agendas ouverts comme Matthieu Orphelin car ils savent qu'ils ne peuvent pas tout connaître et qu'il faut savoir entendre l'avis des différentes parties.
 
Après il s'agit de savoir identifier les intérêts derrière chacun mais les bannir n'a aucun sens, cela semble même impossible à réaliser.
 
Et de toute façon, les lobbyistes ne vont pas voir le ministre directement. Ils ont plutôt tendance à aller taper à la porte des parlementaires, comme l'UIPP (Union des Industries de la Protection des Plantes) le fait. Ces derniers ont un vrai vivier de parlementaires qui sont ciblés, favorables à la cause et qui sont prêts à écouter les lobbyistes. Cette déclaration est un vœux pieux qui est évidemment intenable dans les faits.  S'il se coupe des lobbyistes il se coupe d'une source d'information. Il vaut mieux faire de la pédagogie que se braquer sur une position populiste.
 
 Le ministère de l'agriculture est un des rare ministère où, au niveau du cabinet, il n'y a aucun ancien lobbyiste. Son prédécesseur, Stéphane Travert était également l'un des plus propre sur cette question.
 

D'autant plus que les acteurs du lobbying sont multiples ?

 
Il y a évidemment plusieurs catégories de lobbyistes. Le bon lobbyiste est celui qui travaille ses dossiers sur le fond. Il va, pour appuyer ses arguments, chercher des rapports, montrer des études et démontrer à quel point une décision peut être néfaste et sur quel plan.
 
Il est vrai aussi qu'il y a des lobbyistes qui entretiennent des relations malsaines avec des parlementaires et qui vont attendre des "retours sur investissements". Ils vont offrir des petits cadeaux, inviter les parlementaires à des soirées de prestige, payer des restaurants… Et là on ne discute plus sur le fond et soulève d'autres questions.
 
 
Au-delà de ces derniers, il y a un vrai intérêt pour les parlementaires et les ministres à être en contact avec des lobbyistes. Il en va de connaître au mieux les arguments de chacun pour soupeser une décision avant de la prendre. Évidemment cela doit se faire en sachant qui est l'interlocuteur et au nom de quel intérêt il s'exprime.
 
Un exemple. Il y avait un projet de loi qui prévoyait d'obliger les pêcheurs à garder sur leurs bateaux les rejets pour pouvoir montrer que leurs filets avaient la bonne taille. Les pêcheurs sont allés voir APCO pour les défendre et prouver aux parlementaires que ce projet n'était pas faisable et mettait les professionnels en danger.
 
Ils ont fait monter les parlementaires, la plupart écologistes, sur un bateau de pêche pour une sortie durant laquelle ils allaient garder les déchets sur le pont. Le bateau s'est évidemment retrouvé déséquilibré et il y avait un risque réel de chavirage. Les parlementaires sont ressortis (blêmes) et ont compris que la loi n'est pas bonne et qu'il fallait retoucher ce projet de loi. C'est un exemple simple qui permet de montrer que le lobbying peut être utile.
 

Au final la déclaration de Guillaume n'est-elle pas juste une déclaration politique qui est antidémocratique d'une certaine manière.

 
Il y a ce côté antidémocratique car on ne va pas entendre tous les partis en présence. Ou alors cela veut dire qu'il va les choisir lui-même. A partir de là, cela soulève plusieurs questions. Comment va-t-il faire ? Va-t-il s'interdire de voir quelqu'un sous prétexte qu'il a une étiquette de lobbyiste même si cette personne aurait des choses à apporter ? Va-t-il considérer les ONG comme tel ou vont-elles avoir une voix plus importante ?
 
Au final on voit bien qu'il est très compliqué de s'affranchir des lobbyistes. Il vaut mieux afficher un agenda transparent et dire qui on rencontre et pourquoi afin que tout le monde derrière puisse se défendre à la même hauteur.
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Vol MH370 : "le pilote se serait envolé à 12 000 mètres pour tuer l'équipage dans la cabine dépressurisée ", selon un nouveau rapport
02.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
03.
Amazon : 11,2 milliards de profit, 0 dollars d’impôts payés… : mais dans quel état erre un certain capitalisme ?
04.
Semaine de canicule : ces erreurs qui vous feront encore plus ressentir la chaleur alors que vous cherchiez l’inverse
05.
Amin Maalouf et Boualem Sansal, deux lanceurs d'alerte que personne n'écoute. Est-ce parce qu'ils sont arabes ?
06.
L’économie française, bouée de sauvetage de la zone euro ?
07.
« L'homme-arbre » demande à être amputé
01.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
02.
Pourquoi les Francs-maçons ne sont certainement pas les héritiers des constructeurs de cathédrale qu’ils disent être
03.
Vol MH370 : "le pilote se serait envolé à 12 000 mètres pour tuer l'équipage dans la cabine dépressurisée ", selon un nouveau rapport
04.
L'homme qui combat la bien-pensance pour sauver le monde agricole
05.
Dents de la mer : les grands requins blancs remontent vers le Nord aux Etats-Unis, faut il redouter la même chose en Europe ?
06.
Meghan & Harry : all is not well in paradise; Mariage sous couvre-feu pour Laura Smet; Laeticia Hallyday, délaissée ou entourée par ses amis ? Voici & Closer ne sont pas d’accord; Taylor Swift & Katy Perry se câlinent vêtues d’un burger frites de la paix
01.
Amin Maalouf et Boualem Sansal, deux lanceurs d'alerte que personne n'écoute. Est-ce parce qu'ils sont arabes ?
02.
L'Ordre des médecins autorise Jérôme Cahuzac à exercer la médecine générale en Corse
03.
Ce piège dans lequel tombe le gouvernement en introduisant le concept d’islamophobie dans le proposition de loi Avia sur la lutte contre les contenus haineux
04.
Et la banque centrale américaine publia une bombe sur les "méfaits" du capitalisme financier
05.
Indignez-vous… en permanence ! Stéphane Hessel et Twitter ont-il étranglé la démocratie ?
06.
Acte II : mais comment définir la ligne suivie par le gouvernement en matière de politique économique ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires