En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
Atlanti-Culture

"La seule histoire" de Julian Barnes : c'est agréable, un grand auteur en pleine forme !

Publié le 23 octobre 2018
Le dernier roman, très mélancolique, de Julian Barnes est exceptionnel d'intelligence, d'élégance, de pudeur et d'ironie. Et vous apprendrez encore quelque chose sur l'amour...
Marie De Benoist est chroniqueuse pour Culture-Tops. Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).  
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Marie De Benoist pour Culture Tops
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Marie De Benoist est chroniqueuse pour Culture-Tops. Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le dernier roman, très mélancolique, de Julian Barnes est exceptionnel d'intelligence, d'élégance, de pudeur et d'ironie. Et vous apprendrez encore quelque chose sur l'amour...
LIVRE
La seule histoire
de Julian Barnes
Ed.  Mercure de France  
272 p.
 
 
RECOMMANDATION 
 
          EXCELLENT
 
 
THEME 
 
Le narrateur décide de raconter « la seule histoire », cinquante ans après l’avoir vécue. Paul, dix-neuf ans, en vacances chez ses parents dans une petite ville à une vingtaine de  kilomètres au sud de Londres, rencontre au club de tennis Susan, quarante-huit ans, plus du tout proche du mari brutal, avec lequel elle a eu deux filles. Très vite une complicité s’établit entre ces deux partenaires de double mixte, il la reconduit plusieurs fois chez elle. Puis il tombe « raide amoureux » de cette femme mûre, si douce, si pudique, si rayonnante, avec laquelle il rit beaucoup. Ils vivent un amour évident, simple, intense sans se soucier le moins du monde de l’indignation de leurs proches. Convaincus de la force de leur sentiment, ils vont s’installer à Londres. Et là petit à petit tout change. Les fragilités de Susan apparaissent : elle commence à mentir, elle n’arrive pas à rompre avec son passé impossible à effacer et surtout elle se réfugie dans l’alcool, ce qui plonge Paul dans un profond désarroi. Il se sent blessé et trahi, d’autant plus qu’il ne parviendra pas à la sauver.
 
 
POINTS FORTS 
 
• Le titre revient à plusieurs reprises : la première histoire d’amour est la seule, d’après l’auteur, elle détermine toutes les autres qu’elle soit heureuse ou malheureuse.
 
• La construction du livre : trois parties, trois points de vue. D’abord, la première personne, pour raconter les commencements si prometteurs de leur rencontre, puis il s’adresse à lui-même pour prendre de la distance : que s’est-il passé pour en arriver à une destruction mutuelle ? Et enfin, dans la troisième partie qui éclaire les deux premières, il déroule le film de sa vie, en dressant une sorte de bilan sous la forme d’une conversation avec le lecteur.
 
• L’objectif répété du narrateur est de dire la vérité sur cet amour ; il refuse de reconstruire le passé, même si la mémoire lui joue des tours : des détails futiles lui reviennent, alors que des aspects essentiels sont oubliés.
 
• La clé pour comprendre sa démarche est donnée par la première phrase du livre : « Préféreriez-vous aimer davantage et souffrir davantage, ou aimer moins et moins souffrir ? »
 
• Une analyse toute en finesse de l’amour, dont il cherche indéfiniment la définition et les variations. Comment un bonheur partagé peut-il devenir un désastre, dans lequel se conjuguent pitié, colère et dégoût de soi ?
 
• Un portrait magnifique des deux protagonistes à travers une sorte d’inversion des rôles : du côté de Paul, l’audace et l’assurance de la jeunesse, et du côté de Susan, la timidité et la naïveté, malgré son âge.
 
 
 
POINTS FAIBLES 
 
Je n’en vois pas.
 
 
EN DEUX MOTS 
 
 On retrouve avec bonheur la plume élégante de Julian Barnes, qui nous propose ici une réflexion profonde sur la vérité de l’amour, sur la quête du bonheur, sur le temps qui passe. Un roman d’une grande beauté mélancolique au ton très anglais, fait de pudeur, de distance, d’ironie.
 
 
UN EXTRAIT
 
Ou plutôt deux:
 
- « la vie avec Susan – l’intensité du présent, le frisson de l’avenir inconnu, le rejet de toutes les misérables préoccupations du passé. » p. 106
 
- « En amour, tout est vrai, tout est faux : et c’est la seule chose sur laquelle on ne puisse dire une absurdité. » Phrase de Chamfort citée deux fois p. 209 et 227.
 
 
L’AUTEUR :
 
Né en 1946, Julian Barnes est un écrivain anglais très célèbre, dont les œuvres sont traduites en quarante langues. Récompensé par le David Cohen Prize pour l’ensemble de son œuvre, il est l’auteur de nombreux romans et essais, dont Le Perroquet de Flaubert (Prix Médicis 1986) et Une fille qui danse (2013).
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

02.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

03.

Pourquoi l’euro pourrait bien être le prochain dommage collatéral de la guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis

04.

L'arrivée du Pape François et la fin d'une Eglise dogmatique

05.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

06.

Qui a dit « j’ai une intolérance aux homards, je n’aime pas le caviar, le champagne me donne mal à la tête » ?

07.

Yémen, la situation évolue discrètement cet été à l'abri des regards des vacanciers

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

03.

Pour comprendre l’après Carlos Ghosn, l’affaire qui a terrassé l’année 2019 dans le monde des entreprises

04.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

05.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

06.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

01.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

02.

M. Blanquer, pourquoi cachez-vous à nos enfants que les philosophes des Lumières étaient de sombres racistes ?

03.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

04.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

05.

Réorganisation de la droite : cette impasse idéologique et politique qui consiste à s'appuyer uniquement sur les élus locaux

06.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires