En direct
Best of
Best of du 6 au 12 avril 2019
En direct
© Reuters
Travailler, c’est pas la santé
Cette pollution intérieure cachée qui empoisonne beaucoup de bureaux
Publié le 22 octobre 2018
Une étude américaine de l'Agence pour la protection de l'environnement alerte sur la pollution intérieure, qui peut s'avérer deux à cent fois pire que celle de l'air extérieur.
Jessica Queron est ingénieure à la Direction des risques chroniques de l’Ineris.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jessica Queron
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jessica Queron est ingénieure à la Direction des risques chroniques de l’Ineris.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Une étude américaine de l'Agence pour la protection de l'environnement alerte sur la pollution intérieure, qui peut s'avérer deux à cent fois pire que celle de l'air extérieur.

Atlantico : Comment est la qualité de l'air que l'on respire à l'intérieur ?

Jessica Queron : L'environnement intérieur est parfois plus pollué que l'intérieur. Des polluants extérieurs peuvent y pénétrer. Mais il existe aussi des sources d'émission spécifiques à l'air intérieur qui s'y retrouvent. Notamment des produits de construction, de décoration, des produits ménagers, qui ont un impact réel sur l'air intérieur. On peut aussi citer la cuisine, le tabac, l'utilisation d'encens, ou simplement des travaux... Tout cela apporte des polluants supplémentaires. Il faut aussi dire qu'il s'agit de pièces dont le volume est restreint, le renouvellement d'air est donc limité. Cela augmente les niveaux de concentration. En outre, les bâtiments sont de plus en plus confinés, isolés, pour des enjeux énergétiques. Résultat: ces petits espaces ont tendance à augmenter les niveaux de concentration dans l'air. Une autre explication est aussi valable: on aère de moins en moins, on ne pense pas toujours à ouvrir les fenêtres. Dans l'environnement professionnel par exemple, il y a de plus en plus d'open space: où l'on ne peut pas ouvrir les fenêtres pour aérer.

Est-ce que la population a conscience de cette pollution ?

On peut considérer que les gens n'ont pas forcément conscience de ces données. Nous avons un exemple, tiré d'une étude que nous avons menée : on a fait appel à une société pour réaliser un sondage sur les usages d'encens. Résultat: plus de 20 % des Français brûlent de l'encens dans les habitations. 58% d'entre eux déclarent que cela améliore ou n'a pas d'effet sur la qualité de l'air intérieur. Cela veut dire que 58 % de ces personnes qui brûlent de l'encens n'ont pas conscience que cela peut affecter la qualité de l'air intérieur. Pire, 27 % brûlent de l'encens pour assainir leur air à l'intérieur !

Comment peut-on se protéger de cette pollution ?

Il y a des bonnes pratiques à suivre. Aérer au minimum dix minutes chaque jour, été comme hiver. Il est toujours recommandé d'aérer, étant donné que l'on passe 90 % du temps à l'intérieur. Certes,  s'il y a une source très proche de pollution – notamment des travaux dans la rue – mieux vaut éviter d'ouvrir pour ne pas faire rentrer des particules.  On peut aussi limiter les produits de décoration, de construction. Il faut privilégier lors de l'achat les produits étiquetés A +, qui garantissent une émission plus faible que les autres produits. Et pourquoi ne pas limiter l'utilisation de produits ménagers ? Fumer à l'intérieur augmente aussi le niveau de concentration de polluants. Il faut aussi noter que le mobilier en bois peut émettre des composés polluants. Pour résumer tout cela, nous avons établi un guide pratique pour améliorer la qualité de l'air intérieur. Il est applicable pour tout environnement. Il comporte des grilles qui permettent d'identifier quelles sont les sources potentielles polluantes chez soi. La proximité d'un parking, d'usines industrielles, etc. S'il n'a pas été conçu pour les bureaux, ce guide permet quand même de transposer certaines pratiques. Quant aux purificateurs dont on parle beaucoup, leur efficacité  n'a pas encore été bien prouvée. Nous n'avons pas réalisé d'études à ce jour. Pour l'instant nous nous basons sur le rapport de l'Anses réalisé en 2017*. On sait toutefois qu'il y a un potentiel de création de polluants secondaires qui n'est parfois pas mieux que les primaires. Même s'il y a certainement des vendeurs qui réalisent des tests.

*Une attention particulière doit aussi être portée aux personnes asthmatiques, du fait d’une possible aggravation de leur pathologie lors de la mise en œuvre de tels dispositifs, en particulier les sprays « assainissants » ou les appareils pouvant générer de l'ozone. (Rapport de l'Anses, publié en 2017)

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
02.
Les puissants relais de l'Algérie en France ; Ces amis de Ghosn que tout le monde craignait chez Renault; L'avertissement de Philippe à Castaner; Technip: et un mégagâchis industriel de plus; Notre-Dame partout dans les hebdos, le catholicisme plus rare
03.
Notre Dame brûla et obligea la France à se souvenir qu'elle fut catholique…
04.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
05.
Notre-Dame de Paris : des dirigeants de l’Unef se moquent de l'incendie
06.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
07.
Le blues des gendarmes de Matignon ne faiblit pas
01.
Notre-Dame de Paris : des dirigeants de l’Unef se moquent de l'incendie
02.
Ce que pèse vraiment le vote musulman dans la balance démocratique française
03.
L’insoutenable légèreté de la majorité LREM ?
04.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
05.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
06.
Cardinal Robert Sarah : “Ceux qui veulent m’opposer au Pape perdent leur temps et leurs propos ne sont que le paravent qui masque leur propre opposition au Saint-Père”
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
03.
Incendie de Notre-Dame : et notre mémoire ancestrale fit irruption dans la post-modernité
04.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
05.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
06.
Cardinal Robert Sarah : “Ceux qui veulent m’opposer au Pape perdent leur temps et leurs propos ne sont que le paravent qui masque leur propre opposition au Saint-Père”
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires