En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Canicule : petite liste des aliments les plus risqués à la consommation quand le thermomètre monte

02.

Zemmour est « sous-humain » (c'est à dire un sous-homme) ! Et c’est un surhomme qui le dit…

03.

Vaccin contre la Covid-19 : pourquoi les pérégrinations de la recherche russe pourraient se révéler crédibles

04.

Et si l’Univers ne s’expliquait pas par un Big Bang originel mais par un Grand Rebondissement ?

05.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

06.

L’étrange pas de deux d’Emmanuel Macron avec le Hezbollah

07.

Masques et crise de la masculinité : les ingrédients du cocktail explosif de violences en série

01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

03.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

04.

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

05.

Canicule : petite liste des aliments les plus risqués à la consommation quand le thermomètre monte

06.

Le télétravail va-t-il provoquer la fin de l'invulnérabilité des cadres sur le marché mondial du travail ?

01.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

02.

La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment

03.

Zemmour est « sous-humain » (c'est à dire un sous-homme) ! Et c’est un surhomme qui le dit…

04.

Relocaliser l’alimentation : une vraie bonne idée ?

05.

Liban : Emmanuel Macron lance un appel à un "profond changement" auprès de la classe politique

06.

Beyrouth : le rêve éveillé de l'Elysée sur l'Orient

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Vice-présidente
Joe Biden choisit la sénatrice Kamala Harris comme colistière avant l’élection présidentielle face à Donald Trump
il y a 9 min 20 sec
décryptage > High-tech
Avenir

Comment empêcher la fuite des cerveaux français du numérique ?

il y a 3 heures 38 min
décryptage > Santé
Course contre la montre

Vaccin contre la Covid-19 : pourquoi les pérégrinations de la recherche russe pourraient se révéler crédibles

il y a 4 heures 6 min
décryptage > International
Idéologie

Communisme revisité : ces nouveaux penseurs dont s’inspire Xi Jinping pour diriger la Chine d’une main de fer

il y a 4 heures 24 min
décryptage > International
En même temps à risque

L’étrange pas de deux d’Emmanuel Macron avec le Hezbollah

il y a 4 heures 49 min
pépites > Santé
CORONAVIRUS
Les chiffres qui inquiètent en Ile-de-France
il y a 23 heures 41 min
pépites > Consommation
BILAN MITIGÉ
Soldes : un résultat décevant
il y a 1 jour 41 min
pépites > Faits divers
VAL-DE-MARNE
Vincennes : deux morts dans un incendie
il y a 1 jour 1 heure
light > Loisirs
MIEUX VAUT TARD QUE JAMAIS
Elle se fait tatouer à 103 ans
il y a 1 jour 3 heures
pépites > France
MOUVEMENT DE FOULE
Cannes : crise de panique après une rumeur de fusillade
il y a 1 jour 3 heures
pépite vidéo > International
Violence de la catastrophe
Les images de l’explosion à Beyrouth au ralenti
il y a 1 heure 26 sec
décryptage > Société
Tout nouveau tout beau

Vous avez aimé le # "privilège blanc" ? Vous adorerez le # "privilège juif"

il y a 3 heures 58 min
décryptage > Science
Espace

Et si l’Univers ne s’expliquait pas par un Big Bang originel mais par un Grand Rebondissement ?

il y a 4 heures 16 min
décryptage > Histoire
Atlantico Business

Les femmes qui ont changé le monde et le cours de l’Histoire. Aujourd’hui, Mata Hari : du mouvement Metoo au Bureau des Légendes

il y a 4 heures 36 min
décryptage > Société
Protection contre le virus

Masques et crise de la masculinité : les ingrédients du cocktail explosif de violences en série

il y a 4 heures 59 min
décryptage > Société
Des mots qui viennent d’ailleurs

Zemmour est « sous-humain » (c'est à dire un sous-homme) ! Et c’est un surhomme qui le dit…

il y a 1 jour 29 min
pépites > France
DÉJÀ !
Les vendanges débutent avec plusieurs semaines d'avance
il y a 1 jour 1 heure
light > France
AÏE
Méditerranée : un poisson mord les mollets des vacanciers
il y a 1 jour 2 heures
pépites > Santé
VRAIMENT ?
Selon Poutine, la Russie aurait développé le "premier vaccin" contre le coronavirus
il y a 1 jour 3 heures
pépites > France
ATTAQUE ARMÉE
Niger : qui étaient les victimes ?
il y a 1 jour 4 heures
Atlanti-Culture

Le coup de coeur de la semaine : "Cyrano de Bergerac" d’Edmond Rostand, du panache et du cœur

Publié le 21 octobre 2018
Respectueuse et créative, la version que Jean-Philippe Daguerre propose de Cyrano, le chef d'oeuvre d'Edmond Rostand, a tout pour plaire. Si vous pouvez y aller, vous ne bouderez pas votre plaisir...
Charles Chatelin pour Culture-Tops
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Charles Chatelin est chroniqueur pour le site Culture-Tops. Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Respectueuse et créative, la version que Jean-Philippe Daguerre propose de Cyrano, le chef d'oeuvre d'Edmond Rostand, a tout pour plaire. Si vous pouvez y aller, vous ne bouderez pas votre plaisir...

THEATRE

Cyrano de Bergerac
D’Edmond Rostand
Mise en scène : Jean-Philippe Daguerre
Avec : Stéphane Dauch, Charlotte Matzneff, Simon Larvaron, Edouard Rouland, Grégoire Bourbier ou Yves Roux, Antoine Guiraud ou Didier Lafaye, Geoffrey Callènes, Emilien Fabrizio ou Christophe Mie, Nicolas Le Guyader ou Xavier Lenczewski, Barbara Lamballais ou Mona Thanaël. Violon : Aramis Monroy ou Glen Rouxel.

INFOS & RESERVATION

Théâtre du Ranelagh
5, rue des Vignes
75016 Paris
Tél. : 01.42.88.64.44
http:// www.theatre-ranelagh.com
Du mercredi au samedi à 20h45 et le dimanche à 17h
Jusqu’au 13 janvier 

RECOMMANDATION 

EXCELLENT 

THEME

Que dire de Cyrano ? « Oh ! Dieu ! … bien des choses en somme… ». Agressif : “Une histoire de mousquetaire au sang chaud”. Amical : “Un héros sans peur, à la lame imparable”. Descriptif : “Doté d’un nez… eh bien… qui le rend susceptible !”. Curieux : “Si laid, croit-il, qu’il n’ose déclarer son amour à la séduisante Roxane”. Gracieux : “Au point qu’il lui adresse des poèmes sublimes, mais se cache sous le paraphe du jeune Christian qui la courtisait maladroitement et dont elle est éprise”. Truculent : “Tout cela pimenté de duels, bagarres, tirades épiques et bataille sous le feu des mousquets espagnols”. Prévenant : “Fidèle à leur pacte secret, il jette Christian dans les bras de Roxane, jurant à celle-ci qu’il le protègera de tout danger”. Tendre : “Saura-t-elle un jour que l’auteur des poèmes, c’est lui, Cyrano, l’âme de son amour quand Christian en était le corps ?”.

Le lecteur pardonnera cette misérable copie de la tirade du Nez, commise pour résumer le chef d’œuvre d’Edmond Rostand. A vrai dire, Cyrano de Bergerac est irrésumable : il faut le voir, l’écouter surtout ; ces vers-là s’enchainent comme rarement on l’a fait en littérature.

POINTS FORTS

Echaudé par la façon dont certains metteurs en scène traitent le répertoire classique – ne m’étant pas remis d’avoir vu, au Français, Capulet père traiter Juliette de “sale pute” –, j’étais, au lever de rideau, plutôt mal luné. Prévention vite dissipée : Jean-Philippe Daguerre nous offre une belle adaptation de l’œuvre, ébouriffante dès la première scène ; acteurs énergiques ; décor sobre, bien vu ; exploitation originale de l’architecture de la salle de théâtre par un jeu de scène parfois… hors de la scène (vous verrez, le Ranelagh s’y prête à merveille). Les duels à l’épée sont particulièrement bien ficelés : le héros embroche prestement ce fat de vicomte de Valvert ! 

Il faut saluer les comédiens du Grenier de Babouchka, troupe sympathique qui s’est fait une spécialité des classiques, plusieurs fois nominée aux Molières ces dernières années. En 2014, ce Cyrano avait remporté un succès mérité au festival d’Avignon ; Daguerre, qui est basque, l’avait pour la première fois monté à Arnaga, la villa (aujourd’hui musée) que Rostand s’était fait construire à Cambo-les-Bains dans les années 1900…

POINTS FAIBLES

Je n'en ai vu aucun. Que du bonheur !

EN DEUX MOTS

Stéphane Dauch campe Cyrano avec une énergie incroyable, plein de fougue contre les fâcheux, de timidité tendre face à Roxane et de lucidité sur le héros « qui fut tout et qui ne fut rien ». Il mâche avec un appétit vorace ce texte difficile. De même pour Charlotte Matzneff en Roxane, parfaite dans la graduation du caractère, de la précieuse énervante des débuts à la femme courageuse du siège d’Arras. Elle est émouvante dans scène finale : « Les lettres, c’était vous… ».

Daguerre a voulu donner un double à Cyrano, un violoniste qui le suit comme son ombre, soulignant de quelques notes tel ou tel moment de l’action. Ce n’est pas fantaisie de mise en scène mais l’adaptation, par le violoniste virtuose Petr Ruzicka, de partitions musicales inédites sur lesquelles avait travaillé Rostand pour Cyrano, retrouvées par chance dans la villa Arnaga. Le Chant des cadets de Gascogne qu’entonnent les comédiens vient aussi de là.

UN EXTRAIT

Cyrano, évoquant la “pointe”, tant de l’épée que de l’esprit :

« Et je voudrais mourir, un soir, sous un ciel rose,

En faisant un bon mot, pour une belle cause !

Oh ! frappé par la seule arme noble qui soit,

Et par un ennemi qu'on sait digne de soi,

Sur un gazon de gloire et loin d'un lit de fièvres,

Tomber la pointe au cœur en même temps qu'aux lèvres ! ».

L’AUTEUR

Donné pour la première fois à Paris en 1897, succès absolu, Cyrano de Bergerac a à peu près éclipsé le reste de l’œuvre de Rostand, il est vrai pas si prolifique – on connait encore, évidemment, l’Aiglon (1900) et Chanteclerc (1910). Le personnage-titre a aussitôt incarné dans l’opinion l’essence du héros français : intrépide, amoureux, excessif, altruiste, cultivé…  Il a, en un mot (le dernier, on le sait, de Cyrano), du panache !

Rostand a, malgré lui – il est patriote mais pas va-t-en-guerre –, un étonnant rendez-vous avec l’Histoire : la défaite de 1870 et la perte de l’Alsace-Lorraine, l’affaire Dreyfus, la conquête coloniale maintiennent la France dans un état d’effervescence patriotique. Face à la Prusse belliqueuse (l’Espagne dans la pièce, au XVIIe siècle), Cyrano est, pour beaucoup de jeunes officiers français, le modèle du courage et de l’honneur civilisés. A l’été 1914 ils seront héroïques, fauchés par milliers avec leurs cadets, surpris sous le feu mécanique de la guerre industrielle... Rostand, trop âgé pour monter au front mais qui se consacre aux soldats, mourra à 50 ans, en 1918, de la grippe espagnole. On commémore le centenaire de sa disparition le 2 décembre.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires