En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Vers un reconfinement national : en quoi sera-t-il différent du précédent ?

03.

Et l'attaché parlementaire d'Aurélien Taché dénonça les "exhibisionistes"...

04.

Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"

05.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

06.

Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter

07.

Face aux rumeurs de reconfinement, les ventes de certains produits alimentaires ont déjà augmenté depuis quelques jours confirme Michel-Edouard Leclerc

01.

L'iPhone, nouveau coach sportif ?

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

04.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Impossible" de Erri de Luca : huis-clos entre un accusé et son juge. Un roman puissant lu par deux comédiens talentueux

il y a 49 min 44 sec
pépites > France
Séparatisme
Gérald Darmanin annonce la dissolution de l'association BarakaCity
il y a 2 heures 12 min
décryptage > Politique
Menace contre notre modèle de vie

Islamisme : la France face au défi du siècle

il y a 3 heures 19 min
décryptage > Economie
Adaptation face à la pandémie

Economie Covid-19 : et le pays qui bénéficie le plus du télétravail est…

il y a 3 heures 45 min
pépite vidéo > Politique
"La vie doit continuer"
Renaud Muselier plaide pour un confinement aménagé et différent de la période de mars dernier
il y a 4 heures 25 min
décryptage > France
Combat contre le séparatisme

Islamisation de la France : déni, lâcheté ou compromission ?

il y a 4 heures 56 min
décryptage > France
Tout change

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

il y a 5 heures 33 min
pépites > Politique
Coronavirus
L'exécutif pris entre deux feux : médecins d'un côté, chefs d'entreprises de l'autre
il y a 5 heures 48 min
décryptage > Santé
Lutte contre la pandémie

Covid-19 hors de contrôle : les nouveaux tests feront-ils (enfin) la différence ?

il y a 6 heures 48 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Mais quand va-t-on s’apercevoir que le débat entre la santé et l’économie est un faux débat ?

il y a 7 heures 21 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"ADN" : Maïwenn en quête de ses racines algériennes dans une autofiction comique et volcanique...

il y a 1 heure 11 min
pépites > Consommation
Angoisse
Face aux rumeurs de reconfinement, les ventes de certains produits alimentaires ont déjà augmenté depuis quelques jours confirme Michel-Edouard Leclerc
il y a 3 heures 8 min
décryptage > International
Or noir

Israéliens et Arabes, unis même dans le pétrole

il y a 3 heures 33 min
light > Science
Gratte-ciel
Un récif plus haut que l'Empire State Building dans la Grande Barrière de corail en Australie
il y a 4 heures 5 min
pépites > Media
Contrarié
Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter
il y a 4 heures 35 min
décryptage > France
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine

Liberté, j’écris ton nom

il y a 5 heures 13 min
décryptage > Santé
Lieux ciblés

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

il y a 5 heures 42 min
décryptage > International
Résistance face à la pandémie

Samfundssind : les Danois ont choisi leur mot de l’année 2020 et il est la clé de leur résilience face au Coronavirus

il y a 5 heures 50 min
décryptage > Politique
Chasse aux sorcières

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

il y a 6 heures 59 min
pépites > Politique
Coronavirus
Vers un reconfinement national : en quoi sera-t-il différent du précédent ?
il y a 7 heures 46 min
© JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP
© JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP
Girouette

Glyphosate et questions environnementales : le seul domaine où le gouvernement change de cap (mais comment espérer gagner la bataille de l’opinion sans l’assumer) ?

Publié le 20 octobre 2018
Le nouveau ministre de l'Agriculture Didier Guillaume entretient le flou sur le calendrier concernant l'interdiction du glyphosate d'ici à 2020. Il avait tout d'abord évoqué un possible report de l'échéance avant de se rétracter.
Marcel Kuntz
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Marcel Kuntz est biologiste, directeur de recherche au CNRS dans le laboratoire de Physiologie Cellulaire Végétale. Il est Médaille d'Or 2017 de l'Académie d'Agriculture de France ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le nouveau ministre de l'Agriculture Didier Guillaume entretient le flou sur le calendrier concernant l'interdiction du glyphosate d'ici à 2020. Il avait tout d'abord évoqué un possible report de l'échéance avant de se rétracter.
  1. Atlantico : Le nouveau ministre de l'Agriculture Didier Guillaume entretient le flou sur le calendrier concernant l'interdiction du glyphosate d'ici à 2020. Il avait tout d'abord évoqué un possible report de l'échéance avant de se rétracter. En quoi cette décision marque-t-elle un vrai changement de cap de la part du gouvernement ?

    Marcel Kuntz : Revenons en arrière : l’environnementalisme a eu le mérite d’alerter sur les impacts des activités humaines sur l’environnement. Mais le mouvement est rapidement devenu idéologique, avec ses tabous (historiquement les pesticides de synthèse, le nucléaire civil, etc.).  Malgré ses dérives dogmatiques, le mouvement a su s’imposer depuis une vingtaine d’années comme incontournable pour toute question environnementale. Le « nouveau monde » macronien ne fait pas exception : le ministre de l’environnement (quelle que soit son appellation) doitadhérer à l’écologie d’idéologie. Il est tentant pour les politiques de s’illusionner sur les bénéfices électoraux que procurerait une telle nomination. Pour conserver cet« écologiste » au gouvernement, il faut pratiquer un numéro d’équilibriste : ne pas tout lui céder, car des pans entiers de l’économie s’écroulerait (et la France n’a pas besoin de cela…), mais lui faire quelques concessions jugées mineures (citons l’abandon de l’aéroport de Notre-Dame des Landes et …  du glyphosate !). S’étant engagé dans cette voie anti-glyphosate, il faudrait au gouvernement un contexte de confiance (ce qui n’est pas le cas) pour sortir de cette posture politicienne.Le nouveau ministre de l'Agriculture Didier Guillaume, comme son prédécesseur, doit donc aussi être équilibriste.

    La dangerosité du glyphosate fait-elle consensus au sein de la sphère scientifique ? 

    Le consensus scientifique est clair : le glyphosate est faiblement toxique, n’est pas un perturbateur endocrinien et n’est pas cancérigène. Ayant dit cela, il convient de définir un consensus scientifique comme une analyse, basée sur un examen rationnel des données scientifiques, largement partagée par les spécialistes d’un sujet donné.  Ce qui suppose d’examiner la pertinence et les limites de chaque étude disponible. Toutes les études ne se valent pas : il faut donc les hiérarchiser. Les scientifiques ont l’habitude de débattre afin d’établir un tel consensus. Il finit par s’établir assez naturellement, surtout pour des molécules anciennes comme le glyphosate.

    Il est important de garder en mémoire qu’un consensus n’est pas synonyme d’unanimité ! Sur des sujets idéologisés (comme les pesticides), il n’y aura jamais unanimité.Pour le glyphosate, il faut préciser que seule une agence scientifique (le CIRC)  l’a classé « cancérogène probable », ce qui fut réfuté par toutes les autres agences (une douzaine d’autres de par le monde). L’étude épidémiologique jugée la meilleure n’a pas trouvé de lien entre utilisation du glyphosate et cancers.

    Comment peut-on expliquer que les politiques n'assument pas le combat de la rationalité scientifique ?

    J’ai mentionné l’obsession des politiciens pour la prochaine élection… Mais essayons de voir aussi le positif : les gouvernements, et l’Union européenne, ont créé des agences d’évaluation scientifiques des risques (ANSES, EFSA, etc.). Leur rôle au service du bien commun (hors idéologie) est très important. Ces agences contribuent à formaliser le consensus scientifique évoqué ci-dessus (bien au-delà du glyphosate). Malheureusement, dans le dossier du glyphosate, leur avis – rassurant – n’a pas été retenu, au profit du seul avis alarmiste, archi-minoritaire et scientifiquement discrédité du CIRC. Peut-être que la situation eut été plus facile à comprendre pour les citoyens si les organismes de recherche (CNRS, INRA,  etc.) avaient eu le courage de diffuser ledit consensus scientifique. Après tout c’est aussi leur mission…. Peut-on espérer que lesdirigeants du pays assument le combat de la rationalité scientifiquesi les dirigeants des organismes de recherche ne l’assument pas eux-mêmes ?

    Le politique et l'émotionnel ont-ils pris le pas sur le débat scientifique ?

    Personne ne revendique un gouvernement des scientifiques ! D’un autre côté, est-il dans l’intérêt général de prendre des décisions politiques contraires aux faits établis par les scientifiques grâce à l’argent du contribuable ?Faut-il se soumettre à l’émotion que certains marchands de peur auront réussi à instiller pour manipuler l’opinion publique ?

    Mais élargissons la question : distinguer le vrai du faux est-il encore la priorité des sociétés postmodernes ? Ne favorisons-nous pas la concurrence victimaire dans tous les domaines (et en l’occurrence des victimes supposées des pesticides, même sans preuve) ? En oubliant les apports des technologies (en l’occurrence agricoles).

    Le ministre de l'Agriculture Didier Guillaume n’a donc pas fini de faire l’équilibriste face à cette pensée dominante qui ne peut envisager d’autre solution qu’étatique, assortied’interdictions, encore et encore.

     
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires