En direct
Best of
Best of du 28 mars au 3 avril
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Vers un grand tremblement de terre ? Et si les deux verrous allemands et français qui bloquent l’Europe étaient en train de céder...

02.

Comment l’éducation de nos parents détermine lourdement notre capacité à devenir leader ou non

03.

Et si Trump avait raison sur la Chine

04.

"Le coronavirus est une maladie de Blancs" ! On a entendu ça à Marseille, Dakar et Abidjan…

05.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

06.

Le système de santé allemand, privé et concurrentiel, fait beaucoup mieux que les systèmes publics français et anglais

07.

Tout changer dans le monde d’après ? Le scénario noir que cela pourrait bien déclencher

01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

04.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

05.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

06.

Luc Rouban: "Cette crise sanitaire marque la fin du macronisme et le retour du clivage gauche droite"

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

04.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

05.

Nombre de morts, manque de moyens, soupçons d’euthanasie : ce qui se passe vraiment dans les Ehpad ?

06.

Covid-19 : les patients en réanimation n’ont "pas respecté le confinement" ? Didier Lallement s’excuse

ça vient d'être publié
light > High-tech
Générosité en cette période difficile
Jack Dorsey, le fondateur de Twitter, donne 1 milliard de dollars pour lutter contre le coronavirus
il y a 7 heures 25 min
light > Culture
Tristesse pour les fans
Coronavirus : l'édition 2020 du festival Hellfest de musique metal, organisé à Clisson, est annulée
il y a 8 heures 33 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un automne de Flaubert" d'Alexandre Postel : Flaubert se libère du démon de la mélancolie. Un roman captivant

il y a 9 heures 43 min
pépites > France
Joies du confinement en province
Selon l’Insee, un Parisien sur dix a quitté Paris depuis le début du confinement
il y a 10 heures 34 min
pépites > Economie
Nouveau record
Coronavirus : 6,3 millions de salariés sont au chômage partiel en France
il y a 13 heures 11 min
light > Science
Quasar
Event Horizon Telescope : des scientifiques capturent l'image d'un trou noir émettant des jets à haute énergie
il y a 15 heures 18 min
pépites > France
Soulager les services de réanimation
Le Conseil scientifique se prononce pour la prolongation du confinement
il y a 17 heures 8 min
décryptage > Santé
Le mal français

Ces raisons qui empêchent le secteur public français de gérer son argent efficacement

il y a 18 heures 19 min
décryptage > Economie
Production relocalisée

Ces faillites qui détermineront bien plus le monde de demain que tous les Grenelle sur un nouvel avenir...

il y a 19 heures 24 min
décryptage > Environnement
Quel cinéma

Parlementaires à la dérive : leur film s’appelle "Le jour d’après" et c’est un navet !

il y a 20 heures 1 min
light > Justice
Star des 12 Coups de midi
Christian Quesada a été condamné à trois ans de prison ferme pour pédopornographie
il y a 7 heures 52 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Oldyssey, un tour du monde de la vieillesse" de Julia Mourri et Clément Boxebeld : pour déconstruire beaucoup d'idées reçues sur "les vieux" !

il y a 9 heures 18 min
pépites > Politique
Président de la République
Coronavirus : l’Elysée annonce que le confinement sera "prolongé" au-delà du 15 avril
il y a 10 heures 4 min
pépites > International
Boulevard pour Joe Biden ?
Démocrates : Bernie Sanders arrête sa campagne et renonce à la course pour la présidentielle américaine
il y a 12 heures 46 min
pépites > Terrorisme
Enquête en cours
Attaque au couteau à Romans-sur-Isère : l’assaillant a été mis en examen pour "assassinats en relation avec une entreprise terroriste"
il y a 13 heures 36 min
pépites > Europe
Action entravée
Covid-19 : Mauro Ferrari, le président du Conseil européen de la recherche (CER), démissionne
il y a 16 heures 14 min
pépite vidéo > Santé
Mental d'acier
Les conseils de l’aventurier Mike Horn pour surmonter le confinement
il y a 17 heures 42 min
décryptage > Santé
Comparaisons

Le système de santé allemand, privé et concurrentiel, fait beaucoup mieux que les systèmes publics français et anglais

il y a 18 heures 42 min
décryptage > Santé
La bêtise aussi est pandémique

"Le coronavirus est une maladie de Blancs" ! On a entendu ça à Marseille, Dakar et Abidjan…

il y a 19 heures 36 min
décryptage > Société
Petite réflexion de confinement

Comment l’éducation de nos parents détermine lourdement notre capacité à devenir leader ou non

il y a 20 heures 56 min
© DAMIEN MEYER / AFP
© DAMIEN MEYER / AFP
Bonnes feuilles

"Redevance" n'est pas un gros mot

Publié le 21 octobre 2018
Balayant les idées reçues, Simone Harari Baulieu s'interroge dans son livre "La chaîne et le réseau : Pourquoi Internet ne va pas tuer la télévision" publié aux éditions de l'Observatoire sur l'importance d'un audiovisuel fort et en particulier d un service public universel renouvelé, dans ses missions comme dans son financement, pour relever les défis contemporains. Elle rappelle l'importance des mass médias dans la vie quotidienne de chacun comme face aux grands enjeux collectifs. Extrait 1/2.
Simone Harari Baulieu est diplômée de Sciences Po Paris et ancienne élève de l’E.N.A (promotion Guernica). En 1984, elle crée Télé Images, un groupe de production et de distribution audiovisuelle. En 2005, elle créé une nouvelle société de production,...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Simone Harari Baulieu
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Simone Harari Baulieu est diplômée de Sciences Po Paris et ancienne élève de l’E.N.A (promotion Guernica). En 1984, elle crée Télé Images, un groupe de production et de distribution audiovisuelle. En 2005, elle créé une nouvelle société de production,...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Balayant les idées reçues, Simone Harari Baulieu s'interroge dans son livre "La chaîne et le réseau : Pourquoi Internet ne va pas tuer la télévision" publié aux éditions de l'Observatoire sur l'importance d'un audiovisuel fort et en particulier d un service public universel renouvelé, dans ses missions comme dans son financement, pour relever les défis contemporains. Elle rappelle l'importance des mass médias dans la vie quotidienne de chacun comme face aux grands enjeux collectifs. Extrait 1/2.

Même rebaptisée depuis 2009 CAP (contribution à l’audiovisuel public), la redevance ne passe toujours pas. Et ce n’est pas spécifique à la France. En Suisse, les citoyens se sont prononcés le 4 mars 2018 sur une initiative populaire intitulée « No Billag », du nom de l’organisme officiel chargé de collecter la redevance. Les jeunes à l’origine de cette initiative ne se cachaient pas de vouloir forcer la Société suisse de radiodiffusion et de télévision (SSR) à s’aligner sur le modèle économique d’une entreprise privée, expliquant ainsi leur projet : « Si l’initiative est acceptée, la SSR devra se financer de façon autonome, comme la large majorité des entreprises de notre pays... Il s’agit simplement de remplacer un financement obligatoire arbitraire par un financement volontaire comme il existe pour les médias papier ». Mais même les libéraux du PLR (Parti libéral-radical) se sont opposés à cette tentative de nier l’idée même d’un service public de l’audiovisuel.

 En théorie, la SSR (17 stations de radio, 6 chaînes de télévision, 3 marques nationales, 6 000 salariés et 1,6 milliard de francs suisses de budget), aurait dû fermer ses portes en fin d’année. Plus de peur que de mal : les Suisses ont massivement rejeté, à plus de 70 % et dans l’intégralité des cantons, la proposition. Pourtant, le débat de fond reste ouvert, comme en témoigne la réaction soulagée mais prudente du directeur général de la SSR Gilles Marchand : « On prend au sérieux ces critiques et naturellement on peut toujours économiser. » Au moment où la disparition de la redevance est clairement envisagée, il convient de se souvenir des faits.

 Premier fait : la France, pays (auto)proclamé de la culture et de la fiscalité, a paradoxalement une redevance très faible en comparaison de ses voisins européens : 139 euros annuels chez nous contre 160 euros en Irlande, 200 euros en Grande-Bretagne, 216 euros en Allemagne, 221 euros en Suède, 390 euros en Suisse (qui va le baisser de près de 20 % en passant à 319 euros)... En France, nos 139 euros par an, c’est 11,50 par mois, un peu plus que le prix d’un seul billet de cinéma, la moitié d’un abonnement classique à Canal+. 

Second fait : la redevance est un élément important de l’indépendance de l’audiovisuel public vis-à-vis du pouvoir politique. Dès lors que la télévision publique ne tire pas directement ses ressources du budget de l’État, mais de la redevance, elle évite un contrôle permanent du politique, voire des représailles si elle a « déplu » au pouvoir politique... Or la télévision publique n’est pas et ne doit pas être une télévision d’État. Soumettre chaque année les recettes de France Télévisions au seul bon vouloir du gouvernement et des parlementaires, c’est évidemment faire perdre toute visibilité à l’entreprise et rendre possible une sanction en raison des programmes diffusés les mois précédents. On peut imaginer que la budgétisation du financement de l’audiovisuel public déboucherait sinon sur une « censure » en bonne et due forme, au moins sur une « autocensure » des professionnels et dirigeants de la télévision publique eux-mêmes, à commencer par la conception des émissions politiques ! La redevanceest donc une exception à protéger. À conforter même, de deux façons. Voici lesquelles.

D’une part grâce à l’élargissement de son assiette : quoi de plus obsolète qu’une taxe basée sur la seule détention d’un « poste de télévision » ? L’expression même de « poste » de télévision fleure bon un passé révolu, l’opposé de l’ère mobile, fluide et même liquide dans laquelle nous sommes entrés. D’évidence, une taxe assise sur les téléspectateurs doit être neutre quant au support sur lequel ils regardent les programmes, tablette, ordinateur, écran de salon ou téléphone, qu’importe ! Toute personne ayant une résidence en France doit y être assujettie.

D’autre part grâce à la mensualisation, qui permettrait sa meilleure acceptation par le téléspectateur. Qui s’abonnerait à un service qui facturerait en une seule fois plus de 100 voire 200 euros ? Et pourtant les 10 euros mensuels de Netflix ou les 30 euros (en moyenne) de Canal+ séduisent leurs abonnés. Il va de soi que l’affichage d’un montant annuel est décourageant. Notre époque est celle des coûts mensuels, qu’il s’agisse du remboursement d’un crédit, d’une location immobilière, d’un abonnement téléphonique...

Extrait de "La chaîne et le réseau : Pourquoi Internet ne va pas tuer la télévision" de Simone Harari Baulieu, publié aux éditions de l'Observatoire

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Vers un grand tremblement de terre ? Et si les deux verrous allemands et français qui bloquent l’Europe étaient en train de céder...

02.

Comment l’éducation de nos parents détermine lourdement notre capacité à devenir leader ou non

03.

Et si Trump avait raison sur la Chine

04.

"Le coronavirus est une maladie de Blancs" ! On a entendu ça à Marseille, Dakar et Abidjan…

05.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

06.

Le système de santé allemand, privé et concurrentiel, fait beaucoup mieux que les systèmes publics français et anglais

07.

Tout changer dans le monde d’après ? Le scénario noir que cela pourrait bien déclencher

01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

04.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

05.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

06.

Luc Rouban: "Cette crise sanitaire marque la fin du macronisme et le retour du clivage gauche droite"

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

04.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

05.

Nombre de morts, manque de moyens, soupçons d’euthanasie : ce qui se passe vraiment dans les Ehpad ?

06.

Covid-19 : les patients en réanimation n’ont "pas respecté le confinement" ? Didier Lallement s’excuse

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires