En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
© Reuters
Environnement
Connaissez-vous la solastalgie ? Il s’agit de la douleur psychologique induite par le dérèglement climatique et touche désormais des millions de personnes dans le monde
Publié le 18 octobre 2018
On doit cette notion au philosophe de l'écologie Glenn Albrecht qui conceptualise la Solastalgie en 2007.
Marie Romanens est psychothérapeute et psychanaliste. Elle s'est interessée aux liens entre le champ psychologique et le champ social, entre le psychologique et le spirituel, entre l’écologie intérieure et l’écologie extérieure, entre les polarités...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Marie Romanens
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Marie Romanens est psychothérapeute et psychanaliste. Elle s'est interessée aux liens entre le champ psychologique et le champ social, entre le psychologique et le spirituel, entre l’écologie intérieure et l’écologie extérieure, entre les polarités...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
On doit cette notion au philosophe de l'écologie Glenn Albrecht qui conceptualise la Solastalgie en 2007.

Atlantico :  Dès 2007, le philosophe de l'écologie Glenn Albrecht décrit la "solastalgia" comme une forme non reconnue de détresse psychologique liée à la dégradation de l'environnement. Comment définiriez-vous précisément la notion ? Quels sont ses symptômes ?

Marie Romanens : C'est en 2007 que Gleen Albrecht a donné le nom de solastalgia au sentiment de peine éprouvé devant les dégradations de l'environnement. En étudiant l’impact de l’activité minière et d’autres industries lourdes sur la santé des habitants d'une vallée en Australie, ce philosophe eut l’occasion de mesurer la détresse des personnes confrontées à la destruction de leur territoire. Outre l’augmentation des maladies respiratoires, de certains cancers rares, de malformations des nouveau-nés..., les interviews révélaient un accroissement des états dépressifs. Bien que n’ayant pas été expulsés, les gens du pays n’éprouvaient plus le même bien-être et souffraient de ne plus se sentir réellement « chez eux ». Leur sentiment de sécurité, engendré par le fait de vivre dans un lieu connu et apprécié, se trouvait sérieusement entamé devant le constat de sa dégradation. La solastalgia recouvre ainsi des sentiments de tristesse, d'abattement et de perte des repères, plus ou moins mêlés à un état d'angoisse, liés aux changements affectant le territoire.

Dans la communauté scientifique, et chez les experts de la psychologie plus précisément, comment est abordée cette détresse psychologique ? Commence-t-elle à être reconnue comme un état psychologie réel, à part entière ?

Pour l'instant, cette détresse nouvelle a peu été reconnue dans le champ proprement dit de la psychologie. Cependant certaines voix se sont élevées, notamment en pays anglo-saxons, pour alerter sur les conséquences psychologiques provoquées par les dégradations écologiques et leur aggravation probable dans les années à venir. Joseph Reser, par exemple, un chercheur australien en psychologie environnementale  a orienté ses travaux vers l'étude des conséquences psychologiques des changements environnementaux. Par ailleurs, un nouveau champ a vu le jour aux Etats-Unis, l'écopsychologie, qui prend en compte les effets de l'environnement sur les personnes et met en place des pratiques qui vont dans ce sens. Cf. www.eco-psychologie.com

Si l'environnement semble se dégrader toujours davantage, la "solastalgia" est-elle une fatalité ? Que recommandent les experts qui s'y sont intéressés, pour lutter contre le phénomène ?

Avec l'aggravation des problèmes écologiques, la solastalgia a malheureusement de beaux jours devant elle ! On ne peut lutter contre le phénomène. Il ne s'agit pas de vouloir à tout prix le faire disparaître mais de l'accompagner pour qu'il puisse se transformer en même temps que la personne change. Cela veut dire : donner la possibilité aux gens d'exprimer leur malaise, leur souffrance, leur colère aussi et leurs angoisses, car ces éprouvés sont légitimes. Ils n'ont pas à être réprimés mais, au contraire, ils nécessitent d' être pris en compte. Non pour que les personnes restent dans la plainte mais pour qu'elles puissent vivre leur sentiment de perte et développer ainsi une résilience qui leur permettra de faire face à la nouvelle situation et de réagir au mieux.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
02.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
03.
Les effroyables supplices infligés à Ravaillac, l’assassin du "bon roi" Henri IV
04.
Public voit un nouvel homme dans la vie de Laeticia Hallyday; Angelina Jolie veut récupérer le sien; Brigitte Macron au chevet de l’AVC de Line Renaud; Ségolène Royal & François Hollande bientôt mamie-papy; Louis Sarkozy accouche d’une ligne de mocassins
05.
Le paradoxe des sacs plastiques ou quand le remède (de leur suppression) est pire que le mal
06.
Manon Aubry découvrira-t-elle que la FI est une secte stalinienne avant ou après les élections ?
07.
Emmanuel et Brigitte Macron profitent d'un bain de foule au Touquet
01.
Notre-Dame de Paris : des dirigeants de l’Unef se moquent de l'incendie
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
04.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
05.
Manon Aubry découvrira-t-elle que la FI est une secte stalinienne avant ou après les élections ?
06.
Faut-il craindre l'opération "Revanche pour le Sham" de l'EI
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Incendie de Notre-Dame : et notre mémoire ancestrale fit irruption dans la post-modernité
05.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
06.
Névroses nationales : et la France de demain, vous la voulez à l’identique ou conscientisée ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires