En direct
Best of
Best of du 4 au 10 mai 2019
En direct
© Essa Ahmed / AFP
Crise humanitaire
Le Yémen s’achemine vers la pire famine connue dans le monde depuis 100 ans sans qu’aucune solution politique au conflit ne soit en vue
Publié le 18 octobre 2018
Le Yémen connaît la pire famine mondiale depuis 100 ans. Face à cette crise, dans une guerre qui dure depuis 2015 et où l'Arabie saoudite et l'Iran se livrent bataille, le risque d'enlisement plane.
Né en 1958, Franck Mermier a été directeur du Centre français d'études yéménites (Sanaa) de 1991 à 1997, puis directeur scientifique des études contemporaines à l’Institut Français du Proche-Orient (Beyrouth) (2002-2009). Il est directeur de...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Franck Mermier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Né en 1958, Franck Mermier a été directeur du Centre français d'études yéménites (Sanaa) de 1991 à 1997, puis directeur scientifique des études contemporaines à l’Institut Français du Proche-Orient (Beyrouth) (2002-2009). Il est directeur de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le Yémen connaît la pire famine mondiale depuis 100 ans. Face à cette crise, dans une guerre qui dure depuis 2015 et où l'Arabie saoudite et l'Iran se livrent bataille, le risque d'enlisement plane.

Atlantico : Voyez-vous une solution à la crise dans l'immédiat ? 

Franck Mermier : Je ne vois pas de solution à la crise dans l'immédiat. les pourparlers qui devaient se dérouler à Genève le 6 septembre 2018 n'ont pas eu lieu en raison du refus des Houthistes de s'y rendre sous prétexte, selon eux, que les garanties données par l'Arabie saoudite pour leur transport aérien de Sanaa (et leur retour) n'étaient pas suffisantes. La bataille de Hodeïda entre les Houthistes qui continuent de tenir la ville et les forces gouvernementales soutenues principalement par l'Arabie saoudite et les Emirats arabes unis empêchent le ravitaillement de la partie du Yémen contrôlée par les Houthistes. C'est d'autant plus grave que le blocus aérien sur Sanaa perdure sous le prétexte que l'Iran pourrait approvisionner en armes leur allié houthiste. dans les régions du sud, censées être contrôlées par le président Hadi, la situation économique est elle aussi très détériorée en raison notamment de la chute du riyal yéménite, du paiement erratique des salaires des fonctionnaires (qui ne sont pas payés dans les zones contrôlées par les Houthistes). L'aide peut débarquer à Aden mais la ville même, censée être la capitale provisoire du gouvernement yéménite,  souffre de coupures d'eau et d'électricité comme Sanaa qui vient de connaître des manifestations contre la situation économique sévèrement réprimées. En outre, Aden connaît une forte instabilité politique en raison des obstacles mis par le Conseil de transition sudiste, appuyé par les Emirats, à l'exercice de l'autorité du gouvernement.

 

Au-delà du conflit, quels sont les intérêts régionaux qu'entretiennent l'Arabie saoudite et l'Iran au Yémen ?

Pour l'Arabie saoudite, le Yémen fait partie de son pré carré, de sa zone d'influence et l'installation d'un pouvoir proche de l'Iran à Sanaa, et surtout ayant l'ambition de contrôler tout le pays en 2015 était intolérable. cela s'inscrit aussi dans un conflit régional incluant la Syrie où la politique d'influence de l'AS a été battue en brèche par l'Iran. Pour l'Iran, la guerre du Yémen constitue simplement une opportunité peu coûteuse d'embourber l'AS sans envoyer de troupes, voire d'armements. Pour les Emirats, sa participation à la guerre lui a permis de se tailler une zone d'influence dans le pays et notamment au Sud en aidant les séparatistes sudistes et au Nord en tenant de contrer les Frères musulmans au profit de forces salafistes armées.

 

Pourquoi une telle crise humanitaire a-t-elle été possible ? 

La crise humanitaire est bien entendu due à la prolongation de la guerre qui se déploie sur différents fronts avec des épisodes de guerre urbaine particulièrement meurtrière à Taez et Aden qui se sont débarrassées des forces houthistes et en raison du blocus aérien et maritime exercé par l'AS et les Emirats. La fragmentation du pays due à la guerre et à l'émergence de différents pouvoirs rivaux ont aggravé l'isolement du pays. Avant la guerre, l'infrastructure routière et médicale était déjà défaillante et le Yémen connaissait un fort taux de pauvreté. Un autre facteur a aggravé la situation, il s'agit de la dépendance extrême du Yémen, pays pourtant majoritairement rural, envers les produits importés. La faiblesse du gouvernement de Hadi qui ne parvient pas à s'imposer et qui est dépendant de l'AS ajoute un autre élément déstabilisant à cette situation chaotique. Dans le sud, particulièrement à Aden et dans le Hadramaout, il faut aussi compter avec les menées d'Al-Qaida et de l'EI. L'AS et les Emirats ont les mains libres au Yémen et contrôlent l'accès à l'aide internationale dans les zones qu'elles contrôlent, la prise de Hodeïda pourrait accentuer le blocus de la partie du Yémen sous contrôle des Houthistes et donc aggraver le sort de la population qui subit des bombardements aériens. La crise humanitaire est aussi la conséquence du choix par les parties en conflit de l'option militaire, le conflit de légitimité entre le président Hadi et les Houthistes étant pour l'instant insoluble si les parrains régionaux n'imposent pas une redistribution des cartes en faisant sauter le verrou de cette question de légitimité puisque ces deux acteurs ont perdu leur prétention à la représenter seuls.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
02.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
03.
Attention danger politique pour Emmanuel Macron : voilà pourquoi l’électorat en marche est à manier avec grande précaution
04.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
05.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
06.
Un bilan dont il “n’y a pas à rougir” : radioscopie des performances économiques de la France depuis l’élection d’Emmanuel Macron
07.
Cancer : Non, on ne peut pas affamer les cellules malades, mais il est possible d’optimiser son alimentation
01.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
02.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
03.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
04.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
05.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
06.
Le Monde a découvert une nouvelle et grave pathologie : la droitisation des ados !
01.
Mondialisation, libre-échange et made in France : l’étrange confusion opérée par François-Xavier Bellamy
02.
Appel des personnes en situation de handicap ou familles concernées pour sauver Vincent Lambert d’une mort programmée
03.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
04.
Chômage historiquement bas mais travailleurs pauvres : le match Royaume-Uni / Allemagne
05.
De l'art d'utiliser les morts : et Nathalie Loiseau enrôla Simone Veil dans sa campagne
06.
Des experts estiment dans un nouveau scénario que la hausse du niveau des océans pourrait dépasser deux mètres d'ici 2100
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires