En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

04.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

05.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

06.

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

07.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

05.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Islamisme : la République de la complaisance

03.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

ça vient d'être publié
light > Société
Une heure de couvre-feu en plus !
Tout ce qu'il faut savoir sur le changement d'heure (eh oui, c'est ce weekend !)
il y a 44 min 32 sec
pépites > Politique
Voix de gauche
François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"
il y a 1 heure 22 min
pépites > Religion
Réforme
Le CFCM veut améliorer la formation des imams et mettre sur pied un plan anti-radicalisation
il y a 4 heures 5 min
décryptage > Politique
Indirect

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

il y a 5 heures 27 sec
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les entrepreneurs de légende français" : les trajectoires d’une large palette d’entrepreneurs français retracées avec brio

il y a 6 heures 6 min
décryptage > Education
D'un autre temps

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

il y a 8 heures 51 min
décryptage > Santé
Danger

Notre cerveau préfère les histoires qui finissent bien, nous devrions pourtant nous en méfier

il y a 9 heures 2 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite
il y a 9 heures 23 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

L’influence de la fonction publique et des fonctionnaires sur la vie politique : aux racines d'un mal français

il y a 10 heures 1 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Conseils à l’usage des gens “normaux” en couple avec un surdoué

il y a 10 heures 8 min
pépite vidéo > Politique
Concours de punchlines
"Quelles sont vos propositions ?" Olivier Véran s'agace face aux députés
il y a 1 heure 4 min
pépites > Terrorisme
Glacant
Professeur décapité : le tueur a cherché d’autres cibles sur les réseaux sociaux
il y a 3 heures 6 min
pépites > Justice
Justice
Conflit d'intérêt : Eric Dupond-Moretti écarté de l'enquête visant le PNF
il y a 4 heures 40 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Inhumain" : De la bande dessinée à grand spectacle, mais...

il y a 6 heures 40 sec
décryptage > France
Faut que ça saigne

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

il y a 8 heures 43 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit
il y a 8 heures 59 min
décryptage > Education
Témoignages

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

il y a 9 heures 13 min
décryptage > International
A l’insu de son plein gré ou non

Donald Trump a un bilan majeur en matière de politique étrangère et voilà pourquoi

il y a 9 heures 27 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Oubliez astéroïdes et guerres nucléaires : au XXIe siècle, le principal danger pour l'humanité est les pandémies et maladies infectieuses

il y a 10 heures 5 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment l'idéologie du droit à la différence a fait basculer les banlieues dans le ressentiment identitaire et racial

il y a 10 heures 9 min
© Essa Ahmed / AFP
© Essa Ahmed / AFP
Crise humanitaire

Le Yémen s’achemine vers la pire famine connue dans le monde depuis 100 ans sans qu’aucune solution politique au conflit ne soit en vue

Publié le 18 octobre 2018
Le Yémen connaît la pire famine mondiale depuis 100 ans. Face à cette crise, dans une guerre qui dure depuis 2015 et où l'Arabie saoudite et l'Iran se livrent bataille, le risque d'enlisement plane.
Franck Mermier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Né en 1958, Franck Mermier a été directeur du Centre français d'études yéménites (Sanaa) de 1991 à 1997, puis directeur scientifique des études contemporaines à l’Institut Français du Proche-Orient (Beyrouth) (2002-2009). Il est directeur de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le Yémen connaît la pire famine mondiale depuis 100 ans. Face à cette crise, dans une guerre qui dure depuis 2015 et où l'Arabie saoudite et l'Iran se livrent bataille, le risque d'enlisement plane.

Atlantico : Voyez-vous une solution à la crise dans l'immédiat ? 

Franck Mermier : Je ne vois pas de solution à la crise dans l'immédiat. les pourparlers qui devaient se dérouler à Genève le 6 septembre 2018 n'ont pas eu lieu en raison du refus des Houthistes de s'y rendre sous prétexte, selon eux, que les garanties données par l'Arabie saoudite pour leur transport aérien de Sanaa (et leur retour) n'étaient pas suffisantes. La bataille de Hodeïda entre les Houthistes qui continuent de tenir la ville et les forces gouvernementales soutenues principalement par l'Arabie saoudite et les Emirats arabes unis empêchent le ravitaillement de la partie du Yémen contrôlée par les Houthistes. C'est d'autant plus grave que le blocus aérien sur Sanaa perdure sous le prétexte que l'Iran pourrait approvisionner en armes leur allié houthiste. dans les régions du sud, censées être contrôlées par le président Hadi, la situation économique est elle aussi très détériorée en raison notamment de la chute du riyal yéménite, du paiement erratique des salaires des fonctionnaires (qui ne sont pas payés dans les zones contrôlées par les Houthistes). L'aide peut débarquer à Aden mais la ville même, censée être la capitale provisoire du gouvernement yéménite,  souffre de coupures d'eau et d'électricité comme Sanaa qui vient de connaître des manifestations contre la situation économique sévèrement réprimées. En outre, Aden connaît une forte instabilité politique en raison des obstacles mis par le Conseil de transition sudiste, appuyé par les Emirats, à l'exercice de l'autorité du gouvernement.

 

Au-delà du conflit, quels sont les intérêts régionaux qu'entretiennent l'Arabie saoudite et l'Iran au Yémen ?

Pour l'Arabie saoudite, le Yémen fait partie de son pré carré, de sa zone d'influence et l'installation d'un pouvoir proche de l'Iran à Sanaa, et surtout ayant l'ambition de contrôler tout le pays en 2015 était intolérable. cela s'inscrit aussi dans un conflit régional incluant la Syrie où la politique d'influence de l'AS a été battue en brèche par l'Iran. Pour l'Iran, la guerre du Yémen constitue simplement une opportunité peu coûteuse d'embourber l'AS sans envoyer de troupes, voire d'armements. Pour les Emirats, sa participation à la guerre lui a permis de se tailler une zone d'influence dans le pays et notamment au Sud en aidant les séparatistes sudistes et au Nord en tenant de contrer les Frères musulmans au profit de forces salafistes armées.

 

Pourquoi une telle crise humanitaire a-t-elle été possible ? 

La crise humanitaire est bien entendu due à la prolongation de la guerre qui se déploie sur différents fronts avec des épisodes de guerre urbaine particulièrement meurtrière à Taez et Aden qui se sont débarrassées des forces houthistes et en raison du blocus aérien et maritime exercé par l'AS et les Emirats. La fragmentation du pays due à la guerre et à l'émergence de différents pouvoirs rivaux ont aggravé l'isolement du pays. Avant la guerre, l'infrastructure routière et médicale était déjà défaillante et le Yémen connaissait un fort taux de pauvreté. Un autre facteur a aggravé la situation, il s'agit de la dépendance extrême du Yémen, pays pourtant majoritairement rural, envers les produits importés. La faiblesse du gouvernement de Hadi qui ne parvient pas à s'imposer et qui est dépendant de l'AS ajoute un autre élément déstabilisant à cette situation chaotique. Dans le sud, particulièrement à Aden et dans le Hadramaout, il faut aussi compter avec les menées d'Al-Qaida et de l'EI. L'AS et les Emirats ont les mains libres au Yémen et contrôlent l'accès à l'aide internationale dans les zones qu'elles contrôlent, la prise de Hodeïda pourrait accentuer le blocus de la partie du Yémen sous contrôle des Houthistes et donc aggraver le sort de la population qui subit des bombardements aériens. La crise humanitaire est aussi la conséquence du choix par les parties en conflit de l'option militaire, le conflit de légitimité entre le président Hadi et les Houthistes étant pour l'instant insoluble si les parrains régionaux n'imposent pas une redistribution des cartes en faisant sauter le verrou de cette question de légitimité puisque ces deux acteurs ont perdu leur prétention à la représenter seuls.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires