En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

03.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

04.

Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud

05.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

06.

Et l’Italie fut le premier pays à demander l’annulation d’une partie des dettes européennes... voilà pourquoi il faut prendre sa demande au sérieux

07.

Xi Jinping a arraché une incroyable victoire contre la pauvreté en Chine. Mais la réalité demeure plus sombre que les discours officiels

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
pépites > Santé
Investigations
Covid-19 : l'OMS « fera tout » pour connaître l'origine du virus
il y a 11 heures 10 min
light > Media
Nouveaux projets
Jean-Pierre Pernaut va lancer un « Netflix des régions » le 18 décembre prochain
il y a 12 heures 1 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Femmes de fer, elles ont incarné la saga Wendel" de Alain Missoffe et Philippe Franchini : de la Révolution à la Ve République, portraits de quinze femmes d'exception au cœur d'une dynastie prestigieuse. Un récit captivant

il y a 12 heures 35 min
pépites > Santé
Espoir contre la pandémie
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce qu'il envisage une campagne de vaccination grand public « entre avril et juin »
il y a 14 heures 45 min
light > Culture
Grande dame de la chanson française
Mort de la chanteuse Anne Sylvestre à l’âge de 86 ans
il y a 15 heures 30 min
décryptage > Environnement
Energie

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

il y a 16 heures 59 min
pépites > High-tech
Bug
iPhone résistant à l'eau : publicité mensongère estime l'autorité italienne de la concurrence, amende de 10 millions d'euros pour Apple
il y a 17 heures 31 min
pépites > Consommation
Le travail peut tuer
Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud
il y a 18 heures 38 min
pépite vidéo > France
Forces de l'ordre
Linda Kebbab : "On est le pays des lois post-faits divers"
il y a 19 heures 2 min
décryptage > Politique
Libertés publiques

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

il y a 19 heures 31 min
pépites > Media
Entretien avec le chef de l’Etat
Emmanuel Macron sera interviewé ce jeudi 3 décembre en direct sur Brut
il y a 11 heures 34 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Grande épreuve" de Etienne de Montety : Grand Prix du roman de l'Académie Française 2020 - Une religion chasse l’autre… Inspirée par l’assassinat du père Hamel

il y a 12 heures 21 min
pépites > France
Effet boule de neige
Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger
il y a 13 heures 17 min
pépites > Europe
Enquête en cours
Allemagne : une voiture percute des passants dans une zone piétonne à Trèves
il y a 15 heures 18 min
décryptage > Economie
Impact du confinement

Productivité : les salariés travaillent plus depuis le début de la pandémie. Oui, mais pas tous

il y a 16 heures 48 min
pépites > International
Licencieux
"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir
il y a 17 heures 43 sec
décryptage > International
Otan

La Turquie et l’Occident : l’« éléphant noir » dans la pièce

il y a 18 heures 33 min
décryptage > International
Diplomatie

Sanctions internationales Russie – Etats-Unis – Europe : état des lieux et bilan au crépuscule de la première présidence Trump

il y a 18 heures 49 min
pépites > Economie
Social
Selon l'OCDE, la France est en tête en matière de dépenses publiques sociales
il y a 19 heures 9 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Montée en puissance de la Chine : la dynamique du cygne noir

il y a 19 heures 36 min
© Justin TALLIS / AFP
© Justin TALLIS / AFP
Atlantico Business

Brexit : encore 24 heures pour éviter que les dirigeants européens ne se retrouvent à un "dîner de cons"

Publié le 16 octobre 2018
Les dirigeants européens doivent se réunir mercredi pour éviter le divorce sans accord. Pour l’instant, constat d’échec, mais ils ont découvert les vraies raisons de leur désaccord.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les dirigeants européens doivent se réunir mercredi pour éviter le divorce sans accord. Pour l’instant, constat d’échec, mais ils ont découvert les vraies raisons de leur désaccord.

Actuellement et après un week-end encore fiévreux, Michel Barnier, le négociateur européen et Dominic Raab, le représentant britannique, se sont quittés sur un constat d’échec, sauf que l’un et l’autre savent précisément où la négociation bloque et pourquoi. 

La dernière réunion a acté les points d’accord et ils sont nombreux, mais elle a mis en évidence l’impossibilité de débloquer la question irlandaise parce que Theresa May risque sur ce point-là de perdre sa majorité et son job. 
Les « hardbrexiters » en ont fait une question de principe et la tiennent en otage sur ce point.
Sans trop de cris ni de douleur, les négociateurs ont fait des progrès importants qui pourraient permettre d’organiser le divorce sans trop de dégâts économiques, ni drame politique des deux cotés du channel. Alors, il manque beaucoup de détails, il y a encore beaucoup d’hypocrisie. Mais ça pourrait passer. 
1er point : Londres a fini par donner son accord pour payer ce qu’elle doit aux Européens. Londres va racheter sa liberté pour environ 50 milliards d’euros sans toutefois mentionner ce montant exact pour ne pas effrayer le peuple britannique. En fait, Londres continuera de financer tous les projets auxquels elle avait adhérés, après la date du Brexit jusqu'à la fin de la période transitoire. La pilule sera moins amère. 
2e point : Londres et Bruxelles se sont mises d’accord sur le sort des citoyens anglais qui habitent en Europe et des citoyens européens qui habitent la Grande Bretagne. Ça devrait se passer correctement pour les uns comme pour les autres. 
3e point : on avait trouvé un accord sur la question de l'Irlande au terme duquel Londres acceptait qu'il n’y ait pas de frontière entre l’Irlande du Nord et l'Irlande du Sud. La réalité politique et sociale impose la libre circulation dans la mesure où personne en Irlande ne veut retomber dans la guerre d’autrefois, d’autant que les Irlandais du Nord (très britanniques et protestants d’origine) veulent rester liés à leurs cousins du Sud et rester liés à l’Union européenne qui leur a garanti la paix. 
Le problème, c’est qu’il y a plein de détails à régler autour de cet accord et qui ne sont pas écrits. Les partisans du Brexit ne veulent absolument pas prendre le risque de laisser en Irlande une porte ouverte sur l’Union européenne qui permettrait une liberté de circulation. Dans ces conditions, quid du transport aérien et des contrôles maritimes etc. ? Sachant que la question se pose aussi pour Gibraltar. Gibraltar est une base britannique, mais les habitants de Gibraltar sont plus européens que britanniques. Il n’empêche que le statut de Gibraltar ouvre une porte d’accès à la Grande Bretagne. 
Tous ces détails ne sont pas réglés et les partisans d’un Brexit dur en font une condition nécessaire au reste de l’accord. Condition qui menace directement Theresa May en cas de non respect. Or, personne ne voit comment maintenir une libre circulation entre l‘Irlande du Nord et l’Irlande du Sud sans reconstruire un mur, ce qui serait odieux. Le problème est donc strictement politique et concerne les rapports entre la Première ministre et sa majorité.
 
4e point : si on réussissait à trouver un compromis sur l‘Irlande, il resterait à écrire la chartre définissant la relation future entre la Grande Bretagne et l’Union européenne à partir de 2021. Mais là, les négociateurs auront du temps devant eux. Et le temps en politique est capable de calmer le jeu très souvent. 
En dépit des déclarations tonitruantes des uns comme des autres, il y a une vision commune de préserver des conditions commerciales qui devraient être sans fiction, du moins pour les marchandises. La Grande Bretagne comme l’Europe ne veulent pas de mesures protectionnistes dans un sens comme dans l’autre. 
Cela dit dans ce cadre-là, Londres imagine un accord de libre-échange où Londres garderait la liberté de discuter les normes européennes non tarifaires. Mais discussion prudente. Les partisans d’un libre-échange sans contrainte savent aussi que le consommateur, lui, veut des normes de protection, même s’il a voté pour le Brexit. Du côté européen, pas question de laisser cette liberté totale. Il y aura donc des conflits. 
Enfin, un autre conflit à venir portera sur le rôle de la Cour de justice de l’Union européenne. Bruxelles veut maintenir le rôle et la fonction de la Cour pour tout ce qui rentre dans l’Union européenne. Londres, qui ne voulait pas en entendre parler, commence à considérer qu’en l’absence de solutions alternatives, la Cour européenne pourrait lui rendre service. 
 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires