En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et cette pancarte vous la trouvez grotesque, inappropriée ou simplement abjecte ?

02.

Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

05.

Contorsionnisme : à trop trianguler, Mélenchon perd (littéralement) la Baraka

06.

Professeur décapité : des élèves et des parents d'élèves ont été complices de l'assassin

07.

La taxe foncière payée par tous les propriétaires a augmenté de plus de 30% en dix ans

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

06.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
pépites > Politique
"Les actions s'intensifieront"
Lutte contre l'islamisme : Emmanuel Macron annonce la dissolution du collectif "Cheikh Yassine" et s'engage à "intensifier" les actions
il y a 6 heures 3 min
décryptage > France
Frivolités de banlieue

Et cette pancarte vous la trouvez grotesque, inappropriée ou simplement abjecte ?

il y a 8 heures 28 min
pépites > Education
Fléau de la haine en ligne
Les collègues de Samuel Paty expriment leur "vive inquiétude face à l'impact des réseaux sociaux"
il y a 9 heures 42 min
pépites > France
Ampleur de la catastrophe
Alpes-Maritimes : les dégâts des crues ont été évalués à 210 millions d'euros par les assurances
il y a 11 heures 29 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Yoga" d'Emmanuel Carrère : une leçon de vie, la liberté a un prix

il y a 12 heures 18 min
light > Science
Anatomie
Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête
il y a 13 heures 17 min
light > High-tech
Espionnage
Des diplomates et des agents secrets américains critiquent l'administration Trump qui ne réagit pas aux attaques qu'ils subissent dans des postes diplomatiques à l'étranger
il y a 14 heures 2 min
pépites > Terrorisme
Enquête
Le père d'une élève du collège de Conflans-Sainte-Honorine et un militant islamiste auraient été en contact avec le jeune tchétchène qui avait annoncé sa volonté d'agir
il y a 14 heures 33 min
light > Science
Paquebot
Un projet de récupération de la radio du Titanic pour l'exposer provoque une bataille juridique
il y a 14 heures 57 min
light > Economie
Taxes
La taxe foncière payée par tous les propriétaires a augmenté de plus de 30% en dix ans
il y a 15 heures 32 min
light > Culture
Mea Culpa
Covid-19 : Nicolas Bedos reconnaît avoir écrit un texte "excessif et maladroit"
il y a 8 heures 6 min
décryptage > Justice
Justice

Abliazov, un délinquant financier dissimulé derrière le statut de réfugié politique ?

il y a 8 heures 53 min
pépites > France
Emotion
L'hommage national à Samuel Paty se déroulera dans la cour de la Sorbonne ce mercredi
il y a 10 heures 53 min
pépites > France
Seine-Saint-Denis
Emmanuel Macron en déplacement à Bobigny ce mardi pour faire le bilan de la lutte contre l'islamisme
il y a 11 heures 53 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Amérique n'existe pas" d’après "Histoires enfantines", de Peter Bichsel : la candeur du regard, le vertige du langage

il y a 12 heures 34 min
décryptage > Culture
Polémique à Hollywood

L'actrice Gal Gadot peut-elle interpréter Cléopâtre ?

il y a 13 heures 57 min
pépite vidéo > Santé
"Célébrer Noël correctement"
Coronavirus : l'Irlande et le Pays de Galles décident de reconfiner
il y a 14 heures 18 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Contorsionnisme : à trop trianguler, Mélenchon perd (littéralement) la Baraka
il y a 14 heures 50 min
décryptage > Environnement
Objectifs

Emissions de carbone : la Chine se décide enfin à faire payer ses pollueurs

il y a 15 heures 3 min
décryptage > Santé
Bienfaits

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

il y a 15 heures 32 min
© PHILIPPE HUGUEN / AFP
© PHILIPPE HUGUEN / AFP
Ancien logiciel

SOS idées : comment la droite d’en haut (et d’avant) paralyse tout renouveau idéologique

Publié le 14 octobre 2018
Dans un essai publié début octobre, Raphaël Glucksmann cherche à explorer le vide idéologique de notre époque, du point de vue du progressisme. Mais la droite est aussi confrontée à cette "impasse du vide" analysée par l'essayiste.
Edouard Husson
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans un essai publié début octobre, Raphaël Glucksmann cherche à explorer le vide idéologique de notre époque, du point de vue du progressisme. Mais la droite est aussi confrontée à cette "impasse du vide" analysée par l'essayiste.

Atlantico : Dans un essai publié en ce début octobre, "Les enfants du vide, De l'impasse individualiste au réveil citoyen" (Allary Editions) Raphaël Glucksmann cherche à explorer le vide idéologique de notre époque, du point de vue du progressisme. Lors d'un entretien donné à France Inter, il déclare notamment : "Aujourd’hui Salvini fait plus de la politique que les progressistes. Il pensent et ils disent que la Cité peut inverser le cours des choses, que la volonté générale peut avoir son mot à dire sur les évolutions du monde. Si la politique, c’est juste épouser l’air du temps, on n’a pas besoin de politique. La politique, c’est quand un peuple se réunit et peut inverser le cours des choses". Dans quelle mesure la droite peut-elle être confrontée à cette même impasse du vide, Comment a-t-elle renoncé à l'idéologie ? 

Edouard Husson : Il y a une gauche qui commence à bouger, à revivre. C’est Sahra Wagenknecht en Allemagne, qui refuse de laisser le thème de l’immigration à l’AfD. C’est Jeremy Corbyn, qui cherche à dresser les contours d’une nouvelle politique industrielle et d’un nouveau populisme. C’est Raphaël Glucksmann qui cherche à réhabiliter un projet collectif à gauche. Bien entendu, la gauche telle que l’entend Glucksmann n’a jamais complètement disparu: le score de Mélenchon au premier tour de la présidentielle en 2017 le montre. Mais il y a un fait nouveau, qui ,provoque une crise de conscience: le Brexit a gagné; Trump a été élu; Salvini est devenu Ministre de l’Intérieur en Italie; Orban se maintient au pouvoir etc....Tous ces résultats électoraux témoignent d’un renouveau de la droite, capable de prendre le pouvoir ou de l’influencer suffisamment pour que la politique libérale qui régnait jusqu’ici soit mise en cause. C’est d’ailleurs une faiblesse de l’argumentation de Glucksmann: il s’en prend aux populismes; comme si les populismes étaient seulement de droite; et comme si Boris Johnson, Donald Trump, Matteo Salvini ou Viktor Orban n’étaient pas bien plus que des populistes de droite: des conservateurs, au sens très noble de ce mot dans la tradition politique occidentale. Non! La droite est en train de se reconstruire, pays après pays; et les gens de gauche les plus lucides comprennent ce qui se passe: la droite réhabilite le bien commun, pourquoi la gauche ne le ferait-elle pas? 

Le cas de la droite française est paradoxal. Nicolas Sarkozy a été un précurseur du renouveau conservateur mais les réalisations ont été en-deçà des annonces. Après sa défaite, en 2012, la droite française est retombée dans sa division, qui dure depuis les années 1980, entre deux mouvements dont chacun s’acharne, de manière différente, à ne pas être « de droite »: le Rassemblement National, en poursuivant la chimère d’un populisme transversal à la droite et à la gauche; et des « modérés » de plus en plus insipides à force de renier le gaullisme et la démocratie chrétienne. 

Ne peut-on pas voir ici également un problème d'hommes et de génération ? La génération actuelle peut-elle, seule, dépasser les choix dont ils sont eux mêmes à l'origine ? 

Je ne crois pas que ce soit un problème de génération seulement. Macron et Wauquiez sont très jeunes; or le premier défend un programme digne de Valéry Giscard d’Estaing, le président sous le septennat duquel il est né; et le second n’ose même pas faire du Sarkozy: après avoir donné l’impression qu’il voulait rendre les Républicains à la droite, il  semble désormais vouloir gagner le centre. Plus qu’une question de génération, c’est une question d’establishment. La mondialisation a sécrété une élite dirigeante mondiale. Et l’obsession de la plupart des dirigeants de droite et de gauche, depuis des décennies, c’est de ne pas se couper de ce que David Rothkopf appelle la « superclasse ». Regardez comme Jacques Chirac, qui avait un certain talent de tribun, est devenu creux avec les années; comme Philippe Séguin a fini par se taire au fur et à mesure que l’on se rapprochait de la mise en en place de l’euro, qu’il avait brillamment dénoncé en 1992; comme Dominique de Villepin est devenu insignifiant après son discours de l’ONU; comme Nicolas Sarkozy a été victime de son « ouverture à gauche ». Ces hommes nous racontent la disparition du gaullisme de la scène politique française. Elle s’explique par la hantise qu’ont eue chacun des ces responsables politiques, à un moment ou un autre, d’être coupés de l’accès à la classe dirigeante mondiale. Laurent Wauquiez, qui est bien plus jeune, ne réagit pas différemment. Pourtant, les exemples étrangers dont nous parlons devraient donner à réfléchir: Donald Trump est un milliardaire parfaitement mondialisé qui a décidé de ramener l’intérêt national américain au coeur de la politique des Etats-Unis après des décennies d’impérialisme. Avec Salvini, la Ligue du Nord est passée du régionalisme à la mode chez les dirigeants européens à un nouveau patriotisme italien. Viktor Orban revient aux sources de la démocratie chrétienne, contre tous ses affadissements récents.  Et l’expérience du parti conservateur après le Brexit, nous dit à la fois qu’une réconciliation entre « droite d’en haut » et « droite d’en bas » est possible; et que Theresa May est cependant bien timide; alors qu’une négociation dure, « à la Trump », aurait fait plier la Commission européenne en quelques mois. 

Des stratégies solitaires, à la reprise des LR par Laurent Wauquiez en passant par le rassemblement de Bézier concernant l'union des droites, comment évaluer les différentes initiatives de la droite française dans le sens d'une reconstruction idéologique ? 

Le problème de la droite, ce sont ses dirigeants actuels. Même si elle s’est débarrassée de Florian Philippot, Marine Le Pen enferme le Front National dans une impasse: elle a complètement raté sa campagne de deuxième tour et n’a pas su saisir la chance que représentait pour elle le ralliement de Nicolas Dupont-Aignan. Et elle ne répond pas au désir de la majorité de ses militants, d’aller vers une « union des droites ». Quant aux Républicains, on peut difficilement imaginer des dirigeants plus incapables d’accepter la réalité de leur électorat. Ils ont tué Fillon plutôt que de reconnaître que les électeurs des Républicains veulent un candidat et un programme de droite. Et aujourd’hui, ils sont encore plus sourds que Marine Le Pen à la demande d’union - on devrait dire de réunion - des droites. L’éviction d’Erik Tegner de la campagne pour l’élection du président des Jeunes Républicains en est une illustration caricaturale. 

Qu’est-ce qui est en jeu? C’est beaucoup plus qu’un retour au gaullisme comme le prône Nicolas Dupont-Aignan. Le gaullisme est une incarnation admirable de la droite. Mais elle n’est pas la seule. De Gaulle a certes anticipé comme personne sur notre monde et il faut le relire, s’inspirer de beaucoup de ses intuitions. Mais il faut aussi faire un bilan critique: le Général s’est trop éloigné de son plus fidèle soutien durant la guerre, la Grande-Bretagne, au risque de déséquilibrer l’Europe en construction au profit de l’Allemagne; en matière d’éducation et d’université, il n’a jamais réussi à empêcher l’influence de la gauche, du plan Langevin à la loi concoctée par Edgar Faure; et puis il faut imaginer de répondre à tous les abandons de l’après-gaullisme: ses successeurs ont délaissé le combat pour un ordre monétaire international; ils ont enterré la vision confédérale de l’Europe; ils ont ignoré les principes de contrôle de l’immigration qui étaient ceux du Général. Enfin, pour être de son temps, la droite doit à la fois préparer le pays à la troisième révolution industrielle; et elle doit aussi être prête à s’opposer au « meilleur des mondes » que nous concoctent les apprentis-sorciers de toutes les révolutions sociétales, vectrices d’un nazisme mou, d’un eugénisme postmoderne. Pour répondre à tous les défis du présent, la droite devra se ressourcer à toutes ses inspirations historiques: chrétienne, gaulliste, entrepreneuriale. 

En l’occurrence, il faudra plus que la pression des militants et de l’électorat pour proposer la bonne synthèse et emmener la droite vers réconciliation et victoire électorale. On dispose déjà d’un remarquable bouillonnement intellectuel conservateur - même s’il est insuffisant sur les enjeux économiques du nouveau siècle. Il manque en revanche quelques nouvelles figures pour incarner cette droite conservatrice dont la France a autant besoin que de la gauche du bien commun que réclame Glucksmann.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires