En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

04.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

05.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

06.

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

07.

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

ça vient d'être publié
décryptage > International
Les entrepreneurs parlent aux Français

Covid, Chine, USA et l’absence d’Europe de l’investissement et de l’entrepreneuriat

il y a 1 heure 48 min
pépite vidéo > International
Liberté d'expression
Caricatures de Mahomet : les appels au boycott de produits français se multiplient
il y a 2 heures 52 min
décryptage > International
Paris - Ankara

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

il y a 3 heures 10 min
décryptage > Economie
Taxes

Dépenses publiques et fiscalité : plus ça change, moins ça change…

il y a 3 heures 28 min
décryptage > Economie
Panorama de la crise

COVID-19 : comment dire de faire attention ?

il y a 3 heures 54 min
décryptage > High-tech
12 CYBER-MENACES PRÉOCCUPANTES

Quand les cyberattaques menacent de faire dérailler les prochaines élections présidentielles, et pèsent au même titre que la pandémie de coronavirus sur nos démocraties

il y a 4 heures 51 min
décryptage > Politique
Crèdul*

Vous avez aimé les raffarinades de Raffarin ? Vous adorerez les lapalissades de Castex

il y a 5 heures 19 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Contrairement aux opinions publiques, les marchés boursiers ne cèdent pas à la panique… car ils ne croient pas à la ruine de l‘économie

il y a 5 heures 52 min
décryptage > Santé
Tester, tracer, isoler

COVID-19 : ce qu’il est encore possible de faire malgré une situation hors de contrôle

il y a 6 heures 30 min
pépites > Politique
Grand nettoyage
Islamisme : Yannick Jadot demande la fin de "toutes les complaisances" dans les mairies et au gouvernement
il y a 22 heures 48 min
décryptage > Education
Samuel Paty

Vous avez dit liberté d'expression ?

il y a 2 heures 19 min
light > Economie
Transport
Le vélo de fonction payé par l'entreprise va-t-il devenir à la mode ?
il y a 2 heures 57 min
pépites > Politique
Elections
Présidentielle 2022 : près de huit électeurs inscrits sur dix affirment envisager l’abstention, le vote blanc ou le vote antisystème selon un sondage Opinion Way
il y a 3 heures 27 min
pépites > Economie
Diplomatie
Appel au boycott de produits français : "Pas question de céder au chantage" Geoffroy Roux de Bézieux, solidaire du gouvernement français
il y a 3 heures 49 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

Etats-Unis : ce n'est pas seulement une élection présidentielle. C'est un choix de civilisation

il y a 4 heures 33 min
décryptage > International
Guerre commerciale

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

il y a 5 heures 3 min
pépites > Santé
Coronavirus
"Autour de 100.000 cas" de Covid-19 par jour, en France selon Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique
il y a 5 heures 36 min
décryptage > France
Clash des confessions

Boycott pour "attaques contre l’islam" : saurons-nous éviter notre guerre du Liban à nous ?

il y a 6 heures 3 min
pépites > Santé
Coronavirus
L'épidémie de Covid-19 a franchi un nouveau seuil avec 52.010 nouveaux cas en 24 heures, selon les chiffres officiels publiés hier soir
il y a 6 heures 59 min
pépites > Société
Les affaires ont repris
Paris : la délinquance a explosé depuis le déconfinement
il y a 23 heures 16 min
© AFP
© AFP
Bonnes Feuilles

Pourquoi Fulgencio Batista peut être considéré comme un enfant de choeur à côté des frères Castro

Publié le 14 octobre 2018
Fulgencio Batista, celui que l’imaginaire collectif pétri par la propagande castriste considère comme un dictateur sanglant, à la solde des États-Unis et complice de la mafia, fut un personnage bien plus complexe que cela. Métis aux origines misérables, sergent révolutionnaire, président démocratiquement élu, écrivain autodidacte, homme d’État et putschiste autocrate, "El Hombre" accumulait les paradoxes. Jacobo Machover fait le tableau de cet homme méconnu, dans "Cuba de Batista à Castro", publié chez Buchet Chastel.
Jacobo Machover
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jacobo Machover est un écrivain cubain exilé en France. Il a publié en 2019 aux éditions Buchet Castel Mon oncle David. D'Auschwitz à Cuba, une famille dans les tourments de l'Histoire. Il est également l'auteur de : La face cachée du Che (Armand Colin)...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Fulgencio Batista, celui que l’imaginaire collectif pétri par la propagande castriste considère comme un dictateur sanglant, à la solde des États-Unis et complice de la mafia, fut un personnage bien plus complexe que cela. Métis aux origines misérables, sergent révolutionnaire, président démocratiquement élu, écrivain autodidacte, homme d’État et putschiste autocrate, "El Hombre" accumulait les paradoxes. Jacobo Machover fait le tableau de cet homme méconnu, dans "Cuba de Batista à Castro", publié chez Buchet Chastel.

La révolution cubaine n’a pas seulement été cette marche triomphale des barbudos de Fidel Castro que l’on voit à satiété sur les images d’époque, montrant des guérilleros juchés sur des camions et des chars entrant dans La Havane au milieu des vivats de la foule unanime, rassemblée là pour célébrer l’avènement d’un monde nouveau, comme s’il s’agissait d’un remake de la libération de Paris. Elle ne se résume pas non plus au départ précipité en avion de Fulgencio Batista, tandis que ses derniers partisans se pressent pour monter dans des yachts de luxe afin d’échapper à la vindicte populaire et à la furie des vainqueurs, tels qu’ils apparaissent sur les images du film Le Parrain 2 (The Godfather 2) de Francis Ford Coppola, où le général Batista, toujours élégamment habillé en civil, interrompt la fête du Nouvel An 1959 célébrée au palais présidentiel pour annoncer son départ à ses proches en réitérant ses vœux traditionnels : « Salud. Salud. ». Parallèlement, les habitants de La Havane se livrent à la destruction des casinos, sur lesquels règne la mafia américaine réunie à l’hôtel Nacional pour un congrès (qui a eu lieu en réalité plus de dix ans auparavant, en 1946, alors que Batista se trouvait en exil aux États-Unis), et à celle des parcmètres, symbole de la corruption. Le télescopage de ces scènes vise à montrer l’inféodation du régime aux États-Unis et la détermination des révolutionnaires castristes, lorsque le futur « parrain », Michael (Al Pacino), héritier de Don Vito Corleone (Marlon Brando), voit dans la rue un jeune homme qui, lors d’un contrôle militaire massif, préfère se sacrifier en actionnant sa grenade contre un haut gradé plutôt que de se faire prendre. Là, il acquiert la conviction que les insurgés peuvent gagner, certitude qu’il transmet à ses collègues assis sur la terrasse de l’hôtel surplombant La Havane (le film n’ayant pu être tourné à Cuba dans les années 1970, ce sont les toits de Saint-Domingue, bien  moins abîmés que ceux de la capitale cubaine, que l’on voit). Ce sont ces images qui continuent à marquer l’imaginaire collectif, sans aucune remise en question véritable. 

Soixante ans après ce mois de janvier 1959 où Cuba a basculé dans l’histoire universelle, influençant une partie du monde, il est grand temps de revenir sur la mythologie déversée par la propagande en mettant l’accent sur la tragédie que cette aventure « romantique » a signifié pour ses protagonistes mais aussi pour l’ensemble de sa population. Elle a représenté avant tout une déchirure des familles cubaines, aussi bien celles qui ont connu ces événements dans leur chair que celles qui regardaient de loin, le plus loin possible, ces bouleversements qui finiraient par les atteindre toutes. 

     Je n’étais qu’un enfant à l’époque. C’est pourquoi je tente depuis toujours de reconstruire, à travers des documents historiques et littéraires, mais surtout des témoignages, le fil des sensations qui m’ont alors submergé, ainsi que celles des autres enfants, tous les enfants, qui ont dû souffrir dans leur chair ces décennies d’un interminable exil. Quelques-uns des principaux protagonistes de cette histoire ont à présent disparu. Mais il reste leurs descendants, qui ont subi à leur corps défendant les événements dont leurs parents ont été les victimes ou les héros. Parmi ceux-là, Roberto (« Bobby ») Batista, le jeune fils de l’ « Homme », « El Hombre », qui a marqué le destin de Cuba pendant vingt-cinq ans, depuis les années 1930, avant de finir en exil, d’abord à Saint-Domingue, puis au Portugal et en Espagne, où il est mort en 1973. 

     Roberto, de même que quelques-uns de ses frères, cherche à réhabiliter son père, tout en sachant que ce sera très difficile, car le récit castriste, relayé par les innombrables sympathisants du régime à l’étranger, est parvenu à s’imposer, faisant de Batista l’archétype du tyran latino-américain, à l’instar du Dominicain Trujillo, avec lequel les relations étaient pourtant exécrables, et précurseur d’un Pinochet au Chili ou des généraux argentins. Toutefois, il n’approuve pas son coup d’État, perpétré le 10 mars 1952, qui signifia le début de la fin de la période républicaine et son remplacement par un système communiste après la prise du pouvoir par Fidel Castro, encore en vigueur de nos jours. Mais il y a plusieurs Batista : le sergent révolutionnaire de 1933, l’homme fort dans l’ombre du pouvoir jusqu’en 1940, le président de la République démocratiquement élu entre 1940 et 1944 qui intègre deux ministres communistes dans son gouvernement, l’ex-mandataire une première fois exilé ensuite, le militaire qui revient au pouvoir par la force, se présentant comme le sauveur de Cuba en 1952, et finalement l’exilé abandonné, clamant dans le désert que « Cuba a été trahie », comme l’affirme le titre en anglais de l’un de ses livres, Cuba betrayed. 

     Batista a subi l’opprobre, ses descendants ont longtemps préféré se réfugier dans le silence, certains que leurs paroles ne provoqueraient ni intérêt ni compassion. J’ai rencontré son fils Roberto(« Bobby ») à Madrid en 2017. C’est un homme âgé à présent, mais c’est le sentiment de l’enfant qui a atterri à New York le 30 décembre 1958, un jour avant l’abandon du pouvoir par son père, qui surgit dès la première conversation, comme un traumatisme indélébile, la scène primitive qui restera gravée à jamais. Plus que le fils de l’ancien dictateur, c’est l’exilé, comme moi, que je reconnais là, et avec lequel j’entame un dialogue d’introspection et d’analyse historique et politique. 

     Il n’est pratiquement pas une famille cubaine qui ne compte dans ses rangs un prisonnier, un fusillé, un exilé. Pas avant la révolution. Seulement après l’arrivée au pouvoir de Fidel Castro. Le régime instauré par Batista à partir de 1952 avait bien sûr signifié la rupture de l’ordre constitutionnel que lui-même avait respecté et approfondi pendant sa période de président élu, entre 1940 et 1944, mais ce n’était qu’un avatar de plus dans l’histoire cubaine. Un gouvernement fort en apparence, arbitraire, soumis aux aléas des critiques et des révoltes à l’intérieur du pays et des relations en dents de scie avec le puissant voisin nord-américain : tout cela devait provoquer un profond rejet d’une partie de la population et d’une fraction de l’opinion publique internationale, du moins celle qui s’intéressait à l’existence de Cuba. La révolution castriste, qui se définirait comme socialiste à partir d’avril 1961, en a fait une monstruosité. Ce faisant, elle incluait dans son rejet tous les types de gouvernement, dictatures ou démocraties, qui s’étaient succédé dans l’île depuis l’indépendance, acquise contre l’Espagne en 1898, après une brève période d’administration par les États-Unis, qui dura jusqu’en 1902. Le castrisme faisait table rase du passé, qui n’avait pas toujours été si terrible que ça. Surtout, il pénétrait la vie et l’âme des Cubains dans ce qu’ils avaient de plus intime, les obligeant à adhérer à son idéologie, faute de quoi ils pouvaient être condamnés à la prison, à la mort ou à l’exil. Cela, aucun pouvoir antérieur ne l’avait fait. 

     Sous les gouvernements républicains et du temps de Batista, les Cubains pouvaient lutter. Ils pouvaient exprimer publiquement leur opposition, par voie de presse, de radio et de télévision, même s’ils recouraient à la lutte armée. Par la suite, après de constantes tentatives de révolte et d’invasion, de dissidence intellectuelle et pacifique, ils furent condamnés au silence ou à la répétition ad infinitum de la parole gouvernementale. Par millions, ils n’eurent d’autre solution que fuir, au péril de leur vie, ou continuer à risquer leur liberté en affirmant leur droit à la libre expression. La révolution castriste n’a pas instauré une dictature de plus, mais un système répressif qui s’exerce sur l’ensemble de la population, fait d’endoctrinement permanent, de slogans récurrents et absurdes, de débrouillardise pour échapper à la misère, de délation généralisée, parfois au sein même du foyer familial. Elle a aussi déformé l’histoire de Cuba, la réduisant à un affrontement entre le bien communiste et le mal impérialiste, à l’espoir d’un bonheur à venir qui n’arrive jamais et à la condamnation sans nuances de tout ce qui lui était antérieur. C’est un peu de ce passé que j’entends reconstituer ici, ainsi que les événements qui y ont mis fin, au-delà des clichés qui ont transformé la tragédie cubaine en épopée libertaire, sanguinaire en réalité, pour tenter de rétablir une part de vérité. 

 

Extrait de Cuba de Batista à Castro, Jacobo Machover, Buchet Chastel, 2018.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Mots-clés :
Cuba, Machado, Racisme, Batista
Thématiques :
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires