En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

02.

Producteur tabassé : Agnès Pannier-Runacher estime que les policiers "ont franchi la ligne rouge"

03.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

04.

Un archéologue britannique fouille les décombres d'une maison, située sous un couvent de Nazareth, qu'il croit être celle où le Christ a vécu enfant

05.

Donald Trump a déclaré hier qu'il partirait de la Maison Blanche après l'intronisation de son rival mais il aura du mal car il y a eu une "fraude massive"

06.

70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine

07.

Recul du Covid : ces (mauvais) chiffres qui relativisent le satisfecit que décerne Olivier Véran à la France

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

05.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

05.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

06.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Clint et moi" de Eric Libiot : à la fois amusante et érudite, l’exploration d’un géant du cinéma américain par un critique de grande notoriété

il y a 5 heures 16 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Voyage sur la route du Kisokaidō, de Hiroshige à Kuniyoshi" au Musée Cernuschi : les relais-étapes de la route emblématique du Kisokaidō par les maîtres de l'estampe japonaise du XIXe siècle, 150 œuvres magnifiques

il y a 5 heures 38 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Je ne vis que pour toi" de Emmanuelle de Boysson : le Paris saphique, littéraire et artistique du début du XXe siècle. Un mélange subtil de fiction et de réel

il y a 6 heures 20 min
pépites > Justice
Justice
Affaire Carlos Ghosn : Rachida Dati a été placée sous le statut de témoin assisté
il y a 8 heures 32 min
pépites > Terrorisme
Justice
Attentat de la rue des Rosiers : la Norvège autorise l'extradition d'un suspect vers la France
il y a 9 heures 45 min
pépites > International
Opération spéciale ?
Iran : un responsable du programme nucléaire, Mohsen Fakhrizadeh, aurait été assassiné
il y a 10 heures 13 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand Cédric se veut soutenable et quand Franck prend son pied : c’est l’actualité frimaire des montres
il y a 12 heures 12 min
pépites > Religion
Vatican
Coronavirus : une crise qui révèle ce qu'il y a dans nos coeurs estime le pape dans une longue tribune publiée par le New York Times où il évoque en détail la grave maladie qui l'a touché dans sa jeunesse
il y a 14 heures 1 min
décryptage > Politique
Stratégie de lutte contre le virus

Pour protéger mamie du Covid, le gouvernement veut la pousser dans les orties

il y a 15 heures 11 min
pépites > Politique
Couac
Article 24 : le ministre des Relations avec le Parlement déclare que les députés auront le dernier mot
il y a 15 heures 50 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le pouvoir de la destruction créatrice" de Philippe Aghion, Céline Antonin et Simon Bunel : le capitalisme ? Une formidable capacité à créer de la croissance grâce à son pouvoir de destruction… Remarquable démonstration

il y a 5 heures 25 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'historiographe du royaume" de Maël Renouard : à la cour d'Hassan II, les caprices d’un roi et le sort du courtisan malgré lui. De belles pages romanesques mais quelques digressions sans intérêt pour le récit

il y a 6 heures 7 min
pépites > Politique
Ces images "nous font honte"
Producteur passé à tabac par des policiers : Emmanuel Macron réagit dans un long texte sur Facebook
il y a 6 heures 46 min
pépites > France
Lutte contre le séparatisme
Le CCIF, menacé de dissolution par le gouvernement, annonce s'être auto-dissous
il y a 9 heures 20 min
pépites > Politique
Couac
Castex en marche arrière toute : finalement la "commission indépendante" ne réécrira pas l'article 24 de la loi "sécurité globale"
il y a 10 heures 2 min
light > Media
Esprit Canal
Sébastien Thoen aurait été viré de Canal+ après sa parodie de Pascal Praud pour Winamax
il y a 10 heures 32 min
light > Religion
Archéologie
Un archéologue britannique fouille les décombres d'une maison, située sous un couvent de Nazareth, qu'il croit être celle où le Christ a vécu enfant
il y a 13 heures 20 min
décryptage > High-tech
Usage d'Internet

Nos e-mails sont-ils vraiment une menace pour l'environnement ?

il y a 14 heures 36 min
pépite vidéo > Politique
"Images insoutenables"
Producteur tabassé : Agnès Pannier-Runacher estime que les policiers "ont franchi la ligne rouge"
il y a 15 heures 37 min
décryptage > Justice
Législation

Haine en ligne : à Bruxelles comme à Paris, une réponse législative pas à la hauteur du défi sociétal

il y a 15 heures 51 min
Atlanti-Culture

"Au plus noir de la nuit" d'après André Brink : c'est la nuit qu'il faut croire à la lumière

Publié le 03 octobre 2018
Rodolphe de Saint Hilaire pour Culture-Tops
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rodolphe de Saint Hilaire est chroniqueur pour Culture-Tops.Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
THEATRE
AU PLUS NOIR DE LA NUIT
D'après le roman Looking in Darkness, d'André Brink
Adaptation et mise en scène : Nelson-Raphaell Madel
Avec : Adrien Bernard-Brunel, Mexianu Medenou, Gilles Nicolas, Ulrich N'toyo, Karine Pédurand, Claire Pouderoux
 
 
INFORMATIONS
La Cartoucherie de Vincennes. - Théâtre de la Tempête
Route du Champ de Manœuvre - 75012 Paris
Réservations: www.la-tempête.fr / Tel. 01 43 28 36 36
Du mardi au samedi à 20h30, le dimanche à 16h30
Jusqu'au 21 octobre 
 
 
RECOMMANDATION 
 
         EXCELLENT
 
 
THEME
 
Nous sommes en Afrique du Sud, aux heures les plus sombres de l'apartheid. Joseph, jeune homme noir, brillant, cultivé et fou de théâtre, tout descendant d'esclave qu'il est, raconte, depuis sa cellule de prison,  et revit devant nous, dans l'attente de son procès, son destin tragique à la fois odieux et bouleversant. Un an auparavant, il rencontre Jessica une très jeune femme blanche avec laquelle il va vivre, sous le manteau, une passion amoureuse scandaleuse et sans issue qui les submerge, bravant les interdits ségrégationnistes, échappant à la traque policière, résistant aux intimidations racistes des Afrikaners et soumis aux exhortations jusqu'aux-boutistes de ses compagnons d'infortune... et de scène.
 
En effet de retour de Londres où il a appris l'art dramatique, Joseph Malan crée à Cape Town sa propre compagnie, un peu à l'emporte pièce, au gré de rencontres pittoresques. Il réunit une demi douzaine d'apprentis comédiens, une petite troupe d'écorchés vifs, jouant ici Antigone, là Hamlet ou Les Justes, attisant de ville en ville le feu de la rébellion souterraine qui gronde dans  les home lands et finira par exploser dans les faubourgs de Soweto.
 
Mais un jour d'avril tout bascule... L'espoir sombre dans la nuit et nos  deux héros de l'amour tombent dans le néant, refusant la soumission, la séparation et l'exil.
 
 
POINTS FORTS
 
1/ La dramaturgie
 
Sans parler de suspense à proprement parler, puisque le dénouement nous est esquissé sinon révélé au début du premier acte avec l'évocation du parcours du jeune Joseph, né à la ferme dans le bush.  Puis, fuyant l'asservissement quotidien de son peuple, il réussira à partir à Londres et en reviendra pour vivre sa passion dans son pays, passion de l'art dramatique qui l'amènera à une autre passion plus intime encore, mais fatale, celle ci. Reste que ce théâtre de chair et de sang mis en scène par le caribéen Nelson-Rafaell Madel laisse suffisamment de zones d'ombre pour entretenir le mystère des moyens, du comment, du pourquoi, des rôles ambigus de certains personnages, bref des circonstances du drame. La violence est contenue mais toujours présente, les tensions sont palpables, l'horreur atteint son paroxysme mais dans la dignité.
 
2/ La chorégraphie
 
Les mots sont forts mais  ne suffisent pas toujours pour traduire les émotions qui habitent les six acteurs de cette nuit très noire mais où l'amour est lumineux. Les acteurs racontent leur histoire avec leur corps, la relation physique prend le pas sur les dialogues. Dans uns scène extraordinaire de vitalité et de sensualité la danse habite littéralement ces corps qui brisent leurs chaînes dans une sarabande irrésistible.
 
3/ La résonance politique
 
Souvenons nous...pour toujours: Après 1948, au départ des Anglais, le pouvoir politique a interdit toutes relations politiques entre "races", déterminées par la couleur de peau, dans un souci tardif et hautement condamnable , évidemment, de "pureté" de la race. Tout est à l'aune de ce Grand Idéal théorisé par Verwoerd, père fondateur de l'apartheid et de la ghettoïsation en "South Africa¨. Tout le monde est victime du système, blancs comme noirs, et le théâtre , suspect de subversion, n'en est pas exclu. Cette fracture, ce climat violent et délétère qui sape encore aujourd'hui les fondements de la société sud africaine, a été admirablement et sans ménagements conté par André Brink, Afrikaan repenti, descendant de colons boers depuis trois siècles, et spectaculairement mis en scène par Madel. Le jeune et  brillant martiniquais a su rester dans une certaine pudeur en gommant les scènes les plus insoutenables du roman pour se concentrer sur les tourments de la passion amoureuse contrariée et le rôle salvateur du théâtre. Un tour de force.
 
4/ L'interprétation
 
Elle est magistrale. Des acteurs qui jouent à être acteurs, c'est magique. Tout en violence contenue, sur le simple registre de l'émotion et de l'énergie, Mexianu Medenou, dans le rôle de Joseph, nous prend à bras le corps, véritablement. Les autres acteurs sont à l'unisson, notamment Karine Perdurand, dans son double rôle de mère croyante pure et dure et, à l'opposé, dans le rôle d'une star du rock hyper politisée. Il y a de la Myriam Makeba dans l'air...
 
 
POINTS FAIBLES
 
1/ Une certaine lenteur au démarrage de la pièce et tout au long du premier acte. On étudie en profondeur - comme dans le roman d'André Brink - la psychologie du "héros", Joseph, fils de Jacob, petit fils de David. La mémoire de sa maman fait revivre ainsi, sur scène, le destin de Jacob , "cet adroit bon à rien", "réplique de l'homme blanc" torturé puis assassiné par les SS pendant la campagne d'Italie, lui faisant payer son "fanatisme racial" et ses lectures interdites. De moqueries en avanies, de geôles en pelotons d'exécution, le destin de Joseph prend ses racines  très profondément dans la souffrance endurée par ses ancêtres. C'est fort, c'est dur... mais un peu long.
 
2/ Un flou et une discontinuité dans certains rôles importants:
 
- Celui du jeune mécène blanc tour à tour entrepreneur, sympathisant, et partie prenante dans les représentations. Que devient-il, où est- il, ce témoin de la  défense  essentiel, à l'instant crucial?                                                                                                                                  -  Celui de Cove, Afrikaner pur et dur, qui entretient des rapports ambigus avec les deux amoureux et Jessica en particulier. Est il sincère? A -t- il eu une liaison  avec elle ? Le procès,  qui décidera du sort final de Joseph, un peu trop simplement survolé, aurait pu nous apporter ici des éléments de réponse d'autant que le roman de Brink est très clair sur le sujet. De même, le comportement de Jessica reste parfois mystérieux jusqu'à la fin.
 
 
EN DEUX MOTS
 
"C'est la nuit qu'il faut croire à la lumière" a écrit Edmond Rostand. Je ne connais rien de plus percutant ni de plus pertinent pour traduire la foi , la confiance et le courage de Joseph... et vous inciter à aller voir ce spectacle  qui participe, en plus, à la lutte contre l 'obscurantisme.
 
 
UN EXTRAIT
 
Joseph : "Ainsi, c'est pour demain. Après toutes ces nuits, il ne m'en reste plus qu'une. Je n'ai jamais été sûr de pouvoir tenir le coup, et j'ai tenu. je n'ai trahi personne : ni Jessica, ni Jerry, ni mon histoire. Je n'ose pas dormir pour cette toute dernière nuit ; elle est trop courte, trop précieuse. O nuit plus désirable que l'aube. Je veux vivre chaque heure de cette obscurité "Viens, Jessica, viens mon amour ; sortons dans la nuit, marchons main dans la main, n'aie pas peur, personne n'y fera attention, personne ne nous arrêtera, et les cavaliers mettront pied à terre à la vue des eaux. Viens, mon amour" (dernier tableau, C'EST POUR DEMAIN).
 
 
L'AUTEUR
 
André Brink, descendant de colons boers installés en Afrique depuis trois siècles, a vécu vingt cinq ans dans un village afrikaner reculé sans se poser la moindre question sur l'ordre établi, la politique de Prétoria, ou sur de quelconques injustices. C'est en 1959,sur un banc du jardin du Luxembourg qu'il prend conscience des abominations de l'apartheid. C'est décidé, il rentre au pays pour se mettre au service de la lutte contre le pouvoir en place et choisit "la voie des mots". Il écrit l'Ambassadeur et une vingtaine de romans et essais dont Au plus noir de la nuit (censuré en Afrique du Sud), Une saison blanche et sèche (Prix Médicis étranger). Mort en 2015,  il est chevalier de la Légion d'Honneur, et  officier de l'ordre des Arts et des Lettres.
 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires