En direct
Best of
Best of du 18 au 24 mai 2019
En direct
© Angelo Merendino / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
Midterms
Barack Obama contre Donald Trump : le Parti démocrate fait-il vraiment une bonne affaire avec le retour de l’ancien président ?
Publié le 15 septembre 2018
A deux mois des midterms (élections de mi-mandat) Barack Obama est de retour en campagne afin de soutenir les candidats du Parti démocrate.
Gérald Olivier est journaliste et  partage sa vie entre la France et les États-Unis. Titulaire d’un Master of Arts en Histoire américaine de l’Université de Californie, il a été le correspondant du groupe Valmonde sur la côte ouest dans les années 1990,...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gérald Olivier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gérald Olivier est journaliste et  partage sa vie entre la France et les États-Unis. Titulaire d’un Master of Arts en Histoire américaine de l’Université de Californie, il a été le correspondant du groupe Valmonde sur la côte ouest dans les années 1990,...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
A deux mois des midterms (élections de mi-mandat) Barack Obama est de retour en campagne afin de soutenir les candidats du Parti démocrate.

Atlantico : A deux mois des midterms, Barack Obama est de retour en campagne. Dans un contexte choisi, marqué tout à la fois par la publication de la tribune anonyme du New York Times, et de l'ouvrage Fear de Bob Woodward, il a tenu plusieurs discours remarqués où il s'en prend à son successeur. Barack Obama doit-il à son charisme d'être le seul à pouvoir tenir un discours audible face à Donald Trump ?

Gérald Olivier : Je dirais que beaucoup de personnes sont audibles, mais peu sont crédibles.

Prenons le cas de la tribune anonyme : le geste est sans précédent, et il a obtenu bien sûr une audience et une couverture médiatique très importante. Mais il est aussi totalement injustifié, dans la mesure où, si quelqu'un au sein de l'administration n'est pas d'accord avec la politique du président, il peut très bien le dire tout haut, il peut quitter l'administration, il peut signifier ses différends. Cela s'est déjà produit par le passé, Rex Tillerson par exemple. Les gens qui critiquent Donald Trump aux États-Unis sont donc très nombreux. Mais ils n'ont pas de crédibilité.

On peut critiquer Donald Trump sur sa méthode, on peut critiquer Donald Trump sur sa personne, on peut critiquer Donald Trump sur ses manières, son vocabulaire ou son côté provocateur. Par contre on ne peut pas le critiquer sur les résultats. Et on ne peut pas le critiquer non plus sur l'essentiel, à savoir qu'il a tenu ses promesses de candidat – sauf pour le mur. Il avait promis une réforme fiscale : il l'a faite. Il avait promis de favoriser le secteur des énergies, et de remettre en avant les énergies fossiles : il l'a fait. Il avait promis de retravailler un certain nombre d'accords commerciaux : il est en train de le faire. Il avait promis de déréglementer l'économie : il est en train de le faire. Il avait promis de relancer l'emploi industriel : il est en train de le faire, et en train d'y réussir. Il avait promis de relancer la croissance : les Etats-Unis sont à 4,5% de croissance, ce qui n'a pas été vu depuis vingt-cinq ans. Donc sur le fond et sur la santé de l'économie américaine, personne n'est véritablement crédible, et on ne peut pas attaquer Trump là-dessus.

Par contre, on peut l'attaquer sur sa personne, et c'est ce que font un certain nombre de gens. Que le chaos règne à la Maison Blanche, je dirais presque que c'est sans intérêt à partir du moment où les Américains vivent mieux aujourd'hui qu'ils ne vivaient hier.

Par contraste avec l'Obamania qui caractérise les Français, bon nombre d'électeurs américains ont été très déçus du bilan d'Obama à l'issue de ses deux mandats, au point de nourrir à rebours le phénomène Trump. Est-il aujourd'hui enclin à faire son autocritique et à prendre sa part de responsabilité des échecs passés pour convaincre à nouveau ?

On verra cela avec le résultat des élections de mi-mandat. M. Obama est certes un personnage avec beaucoup de charisme, extrêmement chaleureux, sympathique. C'est vrai que sa présidence a été une énorme déception, aussi bien pour les Démocrates que pour d'autres. Il a un ego qui est relativement imposant. Ce n'est pas du tout le genre de personnage à reconnaître ses erreurs. La partie du discours qu'il a prononcé samedi dernier qui a été la plus critiquée, c'est précisément celle où il cherche à s'accaparer les bons résultats économiques. Pendant la campagne, il s'était ouvertement moqué de Donald Trump, affirmant que les chiffres qu'il avançait relevaient du charlatanisme. Et toute l'année dernière, Obama n'a cessé de se plaindre du fait que Trump détricotait ce que lui-même avait mis en place. Il a donc reconnu que le programme prôné par son successeur allait à l'inverse de ce qu'il avait fait, et à l'évidence les résultats sont beaucoup plus probants quant à ce que fait son successeur.

Le véritable problème, il ne tient pas à Barack Obama, il tient au parti démocrate. Hillary Clinton battue, Obama à la retraite et qui ne peut plus être président, personne pour l'instant ne peut parler au nom du parti démocrate. Ni Nancy Pelosi, le chef de la minorité à la Chambre des Représentants, ni Chuck Schumer, le chef de la minorité au Sénat, n'ont suffisamment d'audience, de charisme et de reconnaissance au niveau national pour parler au nom du parti. Donc il y a une sorte de vide. Le seul qui peut le combler c'est Obama, qui reste la figure charismatique du parti. Alors il joue son rôle.

La campagne va commencer, les midterms vont être extrêmement importants, pas seulement pour la politique de Trump, mais pour la poursuite même de son mandat. Au fond les Démocrates n'ont toujours pas accepté leur défaite : pour eux Trump n'est pas le président légitime, et s'ils ont l'occasion de raccourcir son mandat par un processus de destitution, ils le feront. L'enjeu réel des élections est là.

Au sein des Démocrates, trois candidats potentiels se démarquent pour l'élection 2020 : son ancien vice-président Joe Biden, le radical Bernie Sanders et Elizabeth Warren, connue pour son engagement en faveur de la régulation des marchés financiers. Quelle incidence auront les interventions d'Obama sur cette course interne au parti ?

Obama a une influence énorme au sein du parti démocrate, ne serait-ce qu'en matière d'organisation des levées de fonds. Concernant les personnages que vous évoquez, je n'en garderai que deux.

Bernie Sanders a l'approche du vieux militant : il n'a rien à perdre ni à gagner, et il se battra jusqu'au bout. En réalité, il a toujours été marginal. Si vous revenez de trois ou quatre ans en arrière, 95% des Américains n'avaient aucune idée de qui il était.  Il a réussi un vrai coup en tenant tête à Hillary Clinton. Aujourd'hui, il a une légitimité, un discours différent, qu'il soutiendra toujours. Lui, il se considère être à la tête d'un mouvement, qui le dépasse et qui lui survivra, et il se contente de faire vivre ce mouvement. Donc c'est exact, il sera sans doute candidat.

Elizabeth Warren quant à elle a des ambitions qui sont tout à fait légitimes. Elle a l'âge, elle a le parcours. Donc elle le sera aussi.

Joe Biden en revanche, est quand même un petit peu âgé.  Il a déjà été candidat : la première fois c'était en 1988 ! Et puis Joe Biden est sénateur depuis qu'il a 30 ans – c'était en 1970 ! – et  il a fait de la politique toute sa vie. Le grand intérêt de Donald Trump, c'est qu'on a un homme d'affaire à la Maison Blanche, qui ne gère pas les affaires publiques comme le font les hommes politiques. C'est un petit peu plus rude, mais les résultats sont quand même très convaincants. Que les Américains abandonnent l'homme d'affaire pour retourner vers un pur politique, cela me paraît très peu vraisemblable. Pour moi, Joe Biden n'est pas un candidat crédible.

Faut-il comprendre qu'Obama a pour objectif d'ouvrir la voie à Elizabeth Warren, plus proche de lui que Bernie Sanders ?

Disons que c'est une des candidates, une femme, relativement à gauche, et qu'ils pourraient parfaitement s'entendre. Mais je ne sais pas pour qui roule Obama, à part Obama. D'une certaine façon, il en a toujours été ainsi. Peut-être qu'il roulera un jour pour Michelle Obama. Pour l'instant, elle est très discrète, mais il n'est pas dit qu'elle ne décide pas un jour de s'engager. Bien que ce soit, à mon avis, très peu probable parce qu'elle a déjà connu la Maison Blanche. Il faut vraiment avoir beaucoup de choses à sacrifier pour obtenir ce poste-là.

Barack Obama, lui, il fait son métier. Il faut qu'il continue à exister. Là il a une raison d'exister parce qu'il n'y a personne d'autre pour parler et représenter tout le parti, voire un certain nombre d'Américains au-delà du parti qui sympathise avec leurs idées.

Dans un sondage (Politico/Morning Consult) paru au mois d'août, Bernie Sanders était donné gagnant sur Donald Trump par 12 points d'écart, lorsqu'Elizabeth Warren ne l'emportait que de 4 points. Obama ne courre-t-il pas le risque d'amoindrir les chances de victoire du parti démocrate en 2020 s'il ferme la porte à Bernie Sanders ?

Au sein des primaires du parti, il est possible que Bernie Sander ait plus de gens derrière lui qu'Elizabeth Warren, mais pour moi, ni l'un ni l'autre ne sont en mesure de battre Donald Trump. Aujourd'hui, en 2018, avec l'économie dans l'état où elle est, il gagnerait très largement les élections. Et s'il devait affronter de nouveau Hillary Clinton aujourd'hui, je pense qu'il gagnerait cette fois le vote populaire. Les 3 millions de voix, elle ne serait plus dans le même camp. Donald Trump, sans que les gens n'aime sa personnalité, est très populaire en ce qui concerne sa politique. Donald Trump est aussi plus fort que le parti Républicain. Même si sa côte de popularité ne dépasse pas 40%, à bien regarder le système électoral américain, Donald Trump est quasiment assuré d'être réélu en 2020. Aujourd'hui, l'homme politique le plus puissant des États-Unis, c'est Donald Trump.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Rihanna éconduit Neymar, Charlotte Casiraghi & Gad Elmaleh s’ignorent, Anthony & Alain-Fabien Delon se vengent de leur père; Karine Ferri investit lourdement pour son mariage (et invite utile); Johnny Depp : c’est Amber qui l’aurait battu
02.
Il agresse un agriculteur pendant que son épouse filme
03.
LREM, UDI, LR ou abstention ? Petit guide pour ceux qui voudraient (vraiment) voter libéral aux Européennes…
04.
Tensions grandissantes en Algérie : Bouteflika n’est plus là, mais les généraux, si
05.
Ce qui explique la nouvelle vague d'eugénisme
06.
Cannes : Abdellatif Kechiche s'emporte contre la question "imbécile" et "malsaine" d'un journaliste
07.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
01.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
02.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
03.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
04.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
05.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
06.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
01.
Mondialisation, libre-échange et made in France : l’étrange confusion opérée par François-Xavier Bellamy
02.
Appel des personnes en situation de handicap ou familles concernées pour sauver Vincent Lambert d’une mort programmée
03.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
04.
Chômage historiquement bas mais travailleurs pauvres : le match Royaume-Uni / Allemagne
05.
Des experts estiment dans un nouveau scénario que la hausse du niveau des océans pourrait dépasser deux mètres d'ici 2100
06.
LREM, UDI, LR ou abstention ? Petit guide pour ceux qui voudraient (vraiment) voter libéral aux Européennes…
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires