En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
Burger +

Le prix du Big Mac est-il le meilleur indicateur économique mondial ?

Publié le 07 mai 2012
Chaque année, le très sérieux hebdomadaire The Economist publie les résultats de son "indice Big Mac". Un indicateur économique qui permet de comparer les pouvoirs d’achat dans le monde. Un économiste américain s’est même servi de la chaîne de fast-food pour expliquer les grandes évolutions économiques de la planète.
Rédaction Atlantico
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Atlantico.fr
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rédaction Atlantico
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Chaque année, le très sérieux hebdomadaire The Economist publie les résultats de son "indice Big Mac". Un indicateur économique qui permet de comparer les pouvoirs d’achat dans le monde. Un économiste américain s’est même servi de la chaîne de fast-food pour expliquer les grandes évolutions économiques de la planète.

Trois tranches de pain, deux steaks, un peu de salade et du fromage fondu. C’est ce qu’évoque pour la plupart des gens le terme "Big Mac". Pourtant ce simple sandwich de fast-food est aussi un outil économique. Vendu dans 118 pays à travers le monde, Mac Donald's et son Big Mac sont devenus universels.

Ainsi, chaque année depuis 1986, le très sérieux hebdomadaire The Economist publie son indice Big Mac. Le but ? Relever les disparités entre les devises mondiales. Au lieu de comparer un panier de biens et de service, c’est le Big Mac qui est utilisé comme mesure, la valeur de référence étant le Big Mac américain à 4,20 dollars. Le produit est considéré comme le produit de comparaison idéal puisqu’il inclut à la fois les matières premières utilisées, les services annexes (frais de cuisine et de vente) et les locaux.

Les amateurs de Big Mac de la zone euro doivent dépenser en moyenne 4,43 dollars (3,49 euros), ce qui surévalue l’euro de 6% par rapport au dollar. Cette année, c’est le franc suisse qui est surévalué avec un burger à 6,81 dollars. La Norvège occupe la deuxième place du podium avec un Big Mac à 6,79 dollars. L’Inde occupe le bas du classement avec son "Chicken Maharaja" (l’équivalent du Big Mac) à 1,62 dollars.

L’économiste et professeur d’économie à Princeton, Orley Ashenfelter est même allé plus loin. Il a réussi à expliquer trois grandes idées économiques grâce à la "Mac-économie" :

L’essor de l’Ouest. Les pays deviennent plus riches car ils développent une industrie. En gros, lorsqu'un pays développe son industrie, les investissements affluent dans ce pays et permettent l’augmentation des salaires et des prix. Les habitants ont plus d’argent pour acheter des Big Macs, leur prix augmente et le salaire des travailleurs du Mac Donald's augmente aussi dans la foulée.

Dans le graphique ci-dessous, l’économiste montre que les pays développés comme les États-Unis, le Canada et le Japon offrent des salaires similaires aux employés MacDo. Ceux-ci peuvent se payer 2 ou 3 Big Mac par heure de travail. En revanche, au Moyen-Orient, en Amérique Latine et en Inde, une heure de travail dans la chaîne de fast-food rapporte à peine assez pour s’acheter un tiers de sandwich.

L’essor des pays émergents. Ces dernières décennies, la croissance des revenus réels a stagné aux États-Unis et dans d’autres pays développés. La croissance des salaires "a été entièrement confiné aux pays en développement comme la Russie, l’Inde et la Chine pour la période 2000-2007" écrit l’économiste. Et il le prouve grâce au Big Mac.

Le graphique ci-dessous montre l’évolution en pourcentage de capacité d’achat de Big Mac par heure de travail. On constate que le pouvoir d’achat a explosé en Chine, en Inde et en Russie.

La grande récession. La crise financière a eu des impacts différents sur les richesses. Là encore, la "Mac-économie" explique le phénomène. Le graphique ci-dessous montre le nombre de Big Macs par heure de travail de 2007 à 2011. Un graphique qui montre bien une croissance désordonnée combinée à un déclin pur et simple et par l’inflation des prix des matières premières. Une situation qui fait augmenter le prix du burger et fait augmenter les salaires en Russie et en Amérique Latine, pays riches en matières premières. 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

03.

Services secrets turcs : les hommes des basses œuvres du président Erdogan

04.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

05.

Le Titanic est-il en train de disparaître définitivement ?

06.

Fleurs et vacheries au G7 : les avis surprenants des dirigeants étrangers sur Emmanuel Macron ; Notre-Dame, victime collatérale de négligence politique ; Julien Dray, mentor repenti d’Emmanuel Macron ; Panne sèche pour la voiture autonome

07.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

03.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

04.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

01.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

02.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

03.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

04.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

05.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

06.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Ann O'nymous
- 07/05/2012 - 11:59
Possibles biais
Il existe de nombreux biais possibles, qui pourraient infléchir sensiblement les analyses réalisées.
Damien84
- 07/05/2012 - 11:45
Smicard
Regardez ce clip sur les employés de fast food... Quel que soit le prix du Big Mac, les employés restent au SMIC !
http://www.youtube.com/watch?v=eKEQOQKmGbg
laurentso
- 07/05/2012 - 09:04
L'hypothèse est que grosso modo
les techniques de production et prix des produits sont les mêmes, d'un pays à l'autre. Mais j'ai un doute concernant la viande, au coût de production plutôt hétérogène.