En direct
Best of
Best of du 21 au 27 mars
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pétrole : l’Arabie saoudite contribue à l’effondrement de l’économie mondiale

02.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

03.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

04.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

05.

Covid-19 : les images du pape François, seul au Vatican, pour une bénédiction "Urbi et Orbi"

06.

Coronavirus : l’après crise sera violente

07.

Voilà comment se passe le déconfinement à Wuhan (et ce que ça nous apprend sur la réalité de la violence de l’épidémie)

01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

05.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

06.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

01.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

02.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

03.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

04.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

05.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

06.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

ça vient d'être publié
décryptage > Economie
Ralentissement

Inflation en chute libre : la déflation est en marche et nous ne réagissons pas (assez)

il y a 3 min 56 sec
décryptage > Science
Prouesse

Super décodeur : une machine réussit désormais à traduire des ondes cérébrales en phrases

il y a 1 heure 3 min
décryptage > Politique
Premier ministre face à la crise

Edouard Philippe joue la carte de l'humilité (et s'avère meilleur acteur qu'Emmanuel Macron)

il y a 1 heure 55 min
décryptage > High-tech
Confiance

Espionnage et renseignement par temps de Coronavirus (ou comment ne pas rater informations et matériels essentiels quand il faut même se méfier de ses alliés)

il y a 2 heures 27 min
pépites > Politique
Lucidité
Baccalauréat, confinement, élections municipales, pénurie de masques : les principales annonces d’Edouard Philippe sur TF1 sur la crise du coronavirus
il y a 12 heures 32 min
pépites > Terrorisme
Rebondissement
Meurtre de Daniel Pearl : le Pakistan annule la peine de mort d’Omar Sheikh, le citoyen britannique condamné
il y a 14 heures 9 min
light > Science
Découvertes scientifiques
Selon des chercheurs allemands, l'Antarctique était recouvert d'une forêt luxuriante qui abritait des dinosaures
il y a 15 heures 19 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le grand écart, Chronique d’une démocratie fragmentée" de Pascal Perrineau : une analyse en profondeur des revendications et colères sociales

il y a 16 heures 59 min
pépites > Défense
Ennemi invisible
Opération Barkhane : quatre soldats français ont été contaminés par le coronavirus
il y a 18 heures 44 min
pépites > Europe
"Mea Culpa"
Coronavirus : la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, s'excuse auprès de l'Italie
il y a 20 heures 14 min
décryptage > International
Le bon vieux temps ?

Coronavirus : où l’on apprend qu’en Afrique du Sud les heures les plus sombres de l’apartheid sont revenues…

il y a 45 min 12 sec
décryptage > International
Enseignements

Si l’union (européenne) fait la force, mais comment survivent la Corée du Sud, Taïwan… dans la compétition internationale ?

il y a 1 heure 22 min
décryptage > International
Règles strictes

Voilà comment se passe le déconfinement à Wuhan (et ce que ça nous apprend sur la réalité de la violence de l’épidémie)

il y a 2 heures 10 min
décryptage > France
Libertés publiques

Non la démocratie n’a pas été dissoute en France. Mais des questions sérieuses se posent sur l’État de droit

il y a 2 heures 40 min
décryptage > Media
L’art de la punchline

Un 1er avril en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 13 heures 19 min
light > Culture
Impact de l’affaire Matzneff
Jean-Marie Gustave Le Clézio décide de quitter le jury du Prix Renaudot
il y a 14 heures 46 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Boussole" de Mathias Enard : un livre d’une érudition éblouissante

il y a 16 heures 43 min
pépites > International
Bataille de chiffres
Coronavirus : les autorités américaines estiment que la Chine a menti sur le nombre de morts et falsifié les chiffres
il y a 17 heures 25 min
pépites > Economie
Nouvelles demandes
Les Etats-Unis comptabilisent désormais 6,6 millions de chômeurs de plus en une semaine
il y a 19 heures 10 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
La droite réfléchit à sa stratégie de rebond, Valeurs Actuelles l’enfonce (en même temps que les autres); Marine Le Pen surfe sur la colère des réseaux sociaux, le gouvernement balance sur elle; Tracer sans fliquer ?; Tensions sur l’approvisionnement
il y a 20 heures 35 min
© ERIC PIERMONT / AFP
© ERIC PIERMONT / AFP
Mauvais classement

Création d’emplois : ces erreurs politiques reprises par le nouveau monde qui font de la France la (quasi) lanterne rouge européenne

Publié le 12 septembre 2018
L'INSEE publiait les derniers chiffres des créations d'emplois pour le second trimestre 2018 en France en indiquant : "les créations nettes d'emploi salarié atteignent +12 000 après + 47 500 au trimestre précédent".
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'INSEE publiait les derniers chiffres des créations d'emplois pour le second trimestre 2018 en France en indiquant : "les créations nettes d'emploi salarié atteignent +12 000 après + 47 500 au trimestre précédent".

Atlantico : Quelle est la réalité du tassement de la création en France au cours de ces derniers mois ?

 

Nicolas Goetzmann : Avec 12 5000 emplois créés lors de ce 2e trimestre 2018, l'économie française présente son plus mauvais résultat depuis le 3e trimestre 2015, c’est-à-dire depuis 3 ans. Au-delà du chiffre lui-même, c'est la rapidité de la chute qui est la plus marquante, parce que le dernier trimestre 2017 avait permis la création de 104 300 emplois, ce qui signifie que la dernière livrée signale effondrement de l'ordre de 88% en 6 mois, soit 91 800 emplois créés de moins.

 
Eurostat a pu confirmer ce chiffre avec sa publication de ce 11 septembre : la France  a eu un rythme annuel de création d'emplois de l'ordre de 0.8% entre le T2 2017 et le T2 2018, ce qui fait de la France le plus mauvais élève de la zone euro juste devant la Lituanie. La Grèce (1.5%), l'Espagne (2.2%), l'Allemagne (1.4%) et même le Royaume Uni du Brexit (1%) et l'Italie (0.9%) font mieux que la France d'Emmanuel Macron, alors qu'il s'agit de la première année complète à pouvoir être présentée par le nouveau président français.
 
Emmanuel Macron, après avoir été force de proposition de la ligne économique de François Hollande - on peut penser au CICE- se trouve dans une position qui rappelle celle de son prédecesseur. Celle de la certitude d'avoir entrepris les bonnes réformes, sans que les résultats n'apparaissent. Mais il ne faut pas oublier que c'est bien la poursuite de la même pensée économique qui est à l'oeuvre, seul le curseur change. C'est une forme de constance tragique qui consiste à mettre en place un ensemble de mesures ayant pour objectif de contenir l'évolution des salaires. Dans l'espoir que cette logique permette au pays d'être plus "compétitif" et de donner de meilleures marges aux entreprises pour que celles-ci investissent. Pendant que cette logique brille par son absence de résultats, et que les nouveautés budgétaires de 2017 empiettent sur le niveau de consommation, l'économie française continue d'évoluer selon le rythme de la politique macroéconomique européenne, principalement de la BCE. Sans que cela ne vienne perturber le réformisme velleitaire du gouvernement. 

 

 

Alors qu'Emmanuel Macron a été élu sur une promesse de rupture et de transformation en profondeur du pays, sur la base d'une rhétorique du nouveau monde, quels pourraient être les effets de ces résultats économiques sur les électeurs ? En quoi le narratif macroniste pourrait-il être particulièrement vulnérable à ce contexte ?

Le "narratif" présidentiel consiste à expliquer que les réformes mises en place prendront du temps à produire leurs effets. Mais nous ne sommes pas dans cette configuration, parce qu'un tel argument pourrait expliquer que la conjoncture ne connaît pas d’accélération, mais elle n'explique pas pourquoi les chiffres sont en chute libre, parce que c'est une véritable dégradation économique à laquelle nous assistons. De plus, on peut voir que l'Europe connaît un ralentissement dans son ensemble, mais cela n'explique pas pourquoi la France est en queue de peloton dans la zone euro, 18e sur 19 en termes de créations d'emplois sur la dernière année. Et ces résultats ne passeront pas non plus inaperçus à l'étranger ou l'image du "réformateur" risque d'en prendre un grand coup.
 
Nous passons d'une campagne électorale construite sur cette thématique de rupture pour en arriver à une conjoncture économique qui retombe dans la nasse que le pays connaît depuis une décennie, c’est-à-dire la sous-performance. La croissance de 2017 était de 2.3%, elle est aujourd’hui attendue à 1.7% par le gouvernement, mais même ce chiffres sera difficile à atteindre. Le gouvernement est donc pris à son propre jeu qui a consisté à tout baser sur la rupture économique. 
 
Dans de telles circonstances, la gauche pourrait compter une réforme sociétale pour apaiser son électorat, tout comme la droite pourrait s'appuyer sur des réformes concernant la sécurité, mais Emmanuel Macron n'existe pas réellement sur ces terrains. Il est donc particulièrement vulnérable à la conjoncture, ce qui se voit assez nettement dans les sondage.

 

 

Quels sont les risques de voir le gouvernement, comme cela a été reproché à Edouard Philippe dans sa présentation du budget 2019, contraint de se concentrer sur des ajustements d'urgence (comme le gel des retraites ou des aides sociales) correspondant plus à l'ancien monde qu'à cette promesse du nouveau monde ? Ne peut-on pas également voir au cours de ces derniers jours un glissement sémantique passant d'une promesse de nouveau monde à une lutte contre le "nationalisme" sur le terrain européen ?

Il y a peu de chances de voir l'équipe présidentielle douter du bien fondé de ses réformes, malgré les évidences. Par contre, ce vent contraire actuel peut commencer à effrayer le pouvoir en place concernant ses engagements, notamment en termes budgétaires. Lorsque l'on voit l'interview d'Edouard Philippe dans le JDD concernant les orientations budgétaires, on a pu constater que "le nouveau monde" revenait aux bonnes vieilles recettes du rabot. Ce qui change, c'est que le gouvernement passe sur un terrain défensif alors qu'il pensait pouvoir faire l'intégralité du quinquennat sur une tonalité offensive. Cela risque donc de se compliquer encore plus parce que le gouvernement va s'en doute y réfléchir à deux fois avant de formuler de grandes promesses.
 

 

Et évidemment, dans un tel contexte, la lutte contre le populisme devient une planche de salut inespérée pour Emmanuel Macron et pour le gouvernement, il est plus aisé de se présenter comme un recours contre les extrêmes ou le populisme que de prétendre incarner un nouveau monde de croissance et de plein emploi. Et nous retrouvons finalement les axes de campagne d'Emmanuel Macron, parce que ses électeurs du premier tour étaient des convaincus du macronisme économique qui s'additionnaient notamment à ceux à gauche qui voulaient éviter l'hypothèse d'un duel Fillon- Le Pen pour le second tour. Et pour le second tour, Emmanuel Macron a pu compter sur l'opposition à Marine Le Pen pour l'emporter. C'est donc sur ce thème qu'Emmanuel Macron est en train de basculer, fautes de résultats. 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pétrole : l’Arabie saoudite contribue à l’effondrement de l’économie mondiale

02.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

03.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

04.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

05.

Covid-19 : les images du pape François, seul au Vatican, pour une bénédiction "Urbi et Orbi"

06.

Coronavirus : l’après crise sera violente

07.

Voilà comment se passe le déconfinement à Wuhan (et ce que ça nous apprend sur la réalité de la violence de l’épidémie)

01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

05.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

06.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

01.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

02.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

03.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

04.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

05.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

06.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires